Navigation – Plan du site
Bulletin critique

Annie Dumont et Jean-François Mariotti (dir.), Archéologie et histoire du fleuve Charente : Taillebourg – Port d’Envaux : une zone portuaire du haut Moyen Âge sur le fleuve Charente

Vincent Carpentier
p. 325
Référence(s) :

Annie Dumont et Jean-François Mariotti (dir.), Archéologie et histoire du fleuve Charente : Taillebourg – Port d’Envaux : une zone portuaire du haut Moyen Âge sur le fleuve Charente, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 2013, 316 p. (Art, Archéologie & Patrimoine). ISBN : 978-2-36441-033-6 ; prix : 38 €

Texte intégral

1Ce bel ouvrage de 316 pages, richement illustré, livre sous sa couverture vert d’eau les résultats de plusieurs campagnes de prospection et fouilles subaquatiques conduites dans le lit de la Charente et sur ses rives, à hauteur du vieux pont de Taillebourg – Port d’Envaux, sous la direction d’Annie Dumont, archéologue subaquatique du DRASSM, et Jean-François Mariotti, agent du SRA de Poitou-Charentes. L’introduction rappelle tout d’abord les grandes lignes de cette opération pluridisciplinaire, à la suite de quoi le lecteur est invité à découvrir les archives modernes et contemporaines relatives à l’histoire du fleuve Charente et de ses aménagements. Ce chapitre dense est enrichi par de nombreuses reproductions de plans anciens, commentés dans le détail à l’appui de documents de synthèse. Il aborde par ailleurs certains aspects beaucoup moins connus de cette documentation dont au premier chef les graffitis des bateliers de Charente du xviiie au xxie siècle, joliment baptisés « les archives de la pierre » par Luc Bucherie et Cécile Salaün (p. 53 sq.). Un glossaire nautique vient heureusement compléter cette étude originale à visée archéo-ethnographique.

2La deuxième partie de l’ouvrage (p. 81 sq.) regroupe les résultats des recherches archéologiques subaquatiques. Sont d’abord présentées les données bathymétriques, à partir desquelles les auteurs brossent un portrait du lit mineur de la Charente entre Saintes et Taillebourg. L’angle de vue subaquatique confère à ce portrait un caractère très novateur. Sont décrits les seuils successifs au fil desquels se profile la topographie immergée de la Charente, puis les vestiges d’aménagements divers, essentiellement médiévaux, explorés et fouillés dans le lit du fleuve : digues, pêcheries, ponts, moulins… L’analyse de ces vestiges, en particulier de ceux du vieux pont carolingien de Taillebourg, donne lieu à d’intéressants développements qui mettent à profit la bibliographie normande ou britannique, dans le contexte des dispositifs de défense mis en place contre les raids vikings. Viennent ensuite les pirogues monoxyles de Taillebourg et autres embarcations fluviales. Enfin, les mobiliers : céramiques ; pièces d’armement incluant plusieurs panoplies exceptionnelles dont la typologie renvoie au monde viking des ixe-xe siècles (p. 135 sq. : épées, lances, fers de traits, umbos de boucliers grands couteaux, haches) ; petits objets et outillage métallique ou lithique varié, traduisant un assez large panel d’activités parmi lesquelles on retrouve logiquement la batellerie ou la pêche, les travaux des champs et l’habillement, mais aussi certains domaines moins attendus comme les échanges commerciaux ou le travail du plomb, à travers notamment une série très originale incluant entre autres des poids de filet naviformes, qui donne lieu ici à une étude très complète par Florian Téreygeol et Adrien Arles (p. 194 sq.).

3Les chapitres suivants composent une troisième partie dédiée aux données relatives au peuplement des berges et de l’arrière-pays de la Charente. Il s’agit tout d’abord des résultats de prospections pédestres et géophysiques, relativement austères, puis de la question des contacts maritimes unissant le port médiéval de Taillebourg au réseau d’échanges du nord-ouest de l’Europe, traitée par Jean Soulat sur la base de mobiliers d’importation dont la provenance et la circulation sont l’objet d’intéressants commentaires accompagnés d’une cartographie inédite (p. 249 sq.). Cécile Treffort complète cette mise en perspective par l’analyse d’un dossier de sources écrites relatives à la « vie du fleuve » au cours du haut Moyen Âge, qui met l’accent notamment sur la place qu’occupe la Charente dans l’organisation des pouvoirs, le contrôle des voies de communication et les réseaux commerciaux à l’époque carolingienne.

4La conclusion revient sur les acquis les plus originaux de cette suite d’opérations entreprises dans le cadre d’un projet collectif de recherche résolument axé sur l’interdisciplinarité. Traitée avec perspicacité, l’hypothèse d’une présence scandinave sur le site du port carolingien de Taillebourg constitue bien sûr l’apex de ce dossier. Les auteurs font ainsi la lumière sur la valeur toute particulière de ce site de Taillebourg, jusqu’alors insuffisamment connu. La citation de la thèse bien connue du regretté André Debord ajoute pour finir une dimension sensible à ce bel ouvrage dont la lecture ne peut qu’être vivement recommandée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Carpentier, « Annie Dumont et Jean-François Mariotti (dir.), Archéologie et histoire du fleuve Charente : Taillebourg – Port d’Envaux : une zone portuaire du haut Moyen Âge sur le fleuve Charente », Archéologie médiévale, 43 | 2013, 325.

Référence électronique

Vincent Carpentier, « Annie Dumont et Jean-François Mariotti (dir.), Archéologie et histoire du fleuve Charente : Taillebourg – Port d’Envaux : une zone portuaire du haut Moyen Âge sur le fleuve Charente », Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 17 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9769

Haut de page

Auteur

Vincent Carpentier

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals