Navigation – Plan du site

AccueilNuméros43Bulletin critiqueLutz Grunwald, Heidi Pantermehl e...

Bulletin critique

Lutz Grunwald, Heidi Pantermehl et Rainer Schreg (éd.), Hochmittelalterliche Keramik am Rhein. Eine Quelle für Produktion und Alltag des 9. bis 12. Jahrhunderts

Yves Henigfeld
p. 326
Référence(s) :

Lutz Grunwald, Heidi Pantermehl et Rainer Schreg (éd.), Hochmittelalterliche Keramik am Rhein. Eine Quelle für Produktion und Alltag des 9. bis 12. Jahrhunderts, Tagung im Römisch-Germanisches Zentralmuseum, 6. bis 7. Mai 2011, RGZM – Tagungen, 13, 2012, 256 p., 127 illustrations ; ISBN : 978-3795426668 ; prix : 37 €

Texte intégral

1Cet ouvrage édité par Lutz Grunwald, Heidi Pantermehl et Rainer Schreg présente les résultats des journées d’études organisées en mai 2011 au Römisch-Germanisches Zentralmuseum de Mayence, consacrées à la céramique dans les régions du Rhin du ixe au xiie siècle.

2Composée d’une vingtaine de contributions rédigées par 21 intervenants, cette publication offre un panorama plus ou moins complet de l’état actuel de la recherche sur la céramique dans l’espace rhénan du ixe au xiie siècle. Les questions abordées portent non seulement sur la caractérisation des groupes régionaux, mais aussi sur les mécanismes de production, d’échange et d’utilisation à l’échelle de la vallée du Rhin.

3L’ouvrage s’ouvre par une contribution (p. 1-19) à caractère historiographique dans laquelle Rainer Schreg présente les différents systèmes chronologiques mis en place dans le sud-ouest de l’Allemagne depuis la fin des années 1960. Il s’efforce de souligner les différences régionales et les principaux changements qui affectent les développements de la production, qu’il tente de modéliser et d’expliquer par des facteurs socio-économiques et culturels.

4Les contributions suivantes incluent l’ensemble de l’espace concerné en suivant, du sud au nord, le cours du Rhin jusqu’à son delta. De natures différentes, elles correspondent à des synthèses régionales ou à des études de cas.

5Les régions du Haut-Rhin, recouvrant le nord de la Suisse et le sud de l’Allemagne, font l’objet de trois contributions. La première (p. 21-26), présentée par Reto Marti, porte sur les importations des ixe-xe siècles dans le nord de la Suisse et plus spécifiquement dans le canton de Bâle-Campagne. Cette période est marquée par un approvisionnement en céramiques d’origine alsacienne qui se tarit à partir du xie siècle au profit de productions locales, rupture que l’auteur attribue à des changements territoriaux. Les deux contributions suivantes offrent un éclairage sur les céramiques de la région de Schaffhouse et de la ville de Constance. La première (p. 27-40), signée Kurt Zubler, correspond à une approche synthétique des fluctuations du marché du viie au xiie siècle, considérée à l’échelle du canton. La seconde (p. 41-48), proposée par Dorothee Ade et Marianne Dumitrache, porte plus spécifiquement sur la céramique du xiie siècle du site de la place du marché de Constance, fouillé au sud-est de la ville épiscopale, entre 1989 et 1992.

6Les régions du Rhin supérieur sont, quant à elles, documentées par cinq études. La première est consacrée au sud-est de la vallée du Rhin supérieur, recouvrant un espace compris entre la frontière suisse et la région de l’Ortenau (p. 49-54). Signée par Andreas Haasis-Berner et Valerie Schoenenberg, elle vise à compléter l’état des connaissances à partir de fouilles récentes. La deuxième (p. 55-62), rédigée par Agnieszka Koziol, porte sur le site d’habitat de Roeschwoog en Alsace, localisé à une trentaine de kilomètres au nord de Strasbourg. Réalisée en 2010, cette fouille préventive a livré près de 15 000 fragments de céramiques à pâte claire alsacienne et granuleuse. Ces dernières sont attribuées, selon la chronologie établie par Madeleine Châtelet, à un intervalle compris entre le deuxième tiers du viie siècle et la seconde moitié du ixe siècle. S’ensuit une présentation de synthèse sur la partie septentrionale du Rhin supérieur, dans laquelle Uwe Gross évoque les principaux groupes régionaux, avant de s’interroger sur la signification de leurs aires de diffusion (p. 63-76). Plus spécifiquement orientée sur le sud du Palatinat rhénan, la contribution suivante, signée par Heidi Pantermehl (p. 77-90), offre un éclairage inédit sur la céramique du ixe au xiie siècle dans une zone géographique qui n’était, jusqu’alors, connue que par la céramique de Spire et du site castral du « Schlössel » près de Klingenmünster, dont le mobilier des xie et xiie siècles est d’ailleurs évoqué par Dieter Barz dans la contribution suivante (p. 91-95).

7Après une présentation de la céramique carolingienne du site de Karlburg sur le Main par Ralf Obst (p. 97-103), les six contributions suivantes portent sur un espace géographique incluant le Palatinat rhénan, la Hesse et les régions du Rhin moyen. La première (p. 105-120), proposée par Petra Hanauska, concerne une production de céramique issue d’un four de potier du ixe siècle découvert à Neuental-Zimmersrode, dans le nord de la Hesse, dont les auteurs tentent de préciser l’aire de diffusion à partir d’analyses physico-chimiques. Cette région est par ailleurs abordée par Thorsten Sonnemann qui s’intéresse à un type particulier d’amphores à bandes en relief appliquées, qui se différencie des formes du même type attestées dans l’espace rhénan (p. 121-125). Une synthèse sur la céramique de Mayence et de son arrière-pays est ensuite présentée par Ronald Knöchlein (p. 127-142). Elle précède une étude de Lutz Grunwald (p. 143- 160) sur les ateliers de Mayen du ixe au xiie siècle, suivie d’une approche archéométrique de ces productions par Wenxing Xu et Wolfgang Hofmeister (p. 161-177). La céramique de la fin de l’époque mérovingienne et du début de l’époque carolingienne est abordée par Eveline Saal par le biais de céramiques funéraires découvertes à Rhens dans le Rhin moyen (p. 179-190).

8Les régions du Rhin inférieur font l’objet de quatre contributions. La première, proposée par Ulrike Müssemeier et Mickael Schneider, concerne la céramique du site de Bornheim à Walberberg, fouillé de 2006 à 2011 (p. 191-207). Cet dernier est localisé au cœur de la zone de production de la Vorgebirge, entre Bonn et Cologne, qui fait l’objet d’une publication de synthèse dans la contribution suivante, de Christoph Keller (p. 209-224). Particulièrement active depuis le vie siècle, cette zone de production est notamment connue par les centres éponymes de Waldorf, Badorf et de Pingsdorf. Ces ateliers produisaient une céramique à pâte claire de qualité, fortement diffusée, dont la chronologie est déclinée en sept phases couvrant les viiie et ixe siècles. Sans surprise, c’est précisément les céramiques issues de cette zone de production ainsi que celles de Mayen que l’on retrouve sur les sites de consommation voisins évoqués dans les deux contributions suivantes. Le premier, présenté par Ivonne Weiler-Rahnfeld, correspond à l’habitat rural de Bonn-Bechlinghoven fouillé en 2010-2011 (p. 225-230). Le second, dont le mobilier est examiné par Torsten Rünger, correspond à un moulin hydraulique carolingien découvert en 2005 à Erfstadt-Niderberg (p. 231-237).

9L’avant-dernière contribution concerne le site néerlandais de Deventer installé sur l’Ijssel (p. 239-250), dans lequel le processus d’urbanisation perceptible à partir de la seconde moitié du ixe siècle s’accompagne de changements dans l’habitat et dans les manières d’habiter. Certaines maisons étaient en effet équipées de poêles en céramiques attestés par des gobelets précoces, dont la présence est considérée par Emile Mittendorff comme un indicateur d’une élite sociale.

10L’ouvrage s’achève par une brève conclusion en forme de résumé proposée par Lutz Grunwald, Heidi Pantermehl et Rainer Schreg (p. 251-253). Ces derniers rappellent l’origine du projet, commentent les principaux résultats tout en proposant d’élargir la problématique sur de nouvelles questions. Parmi elles figurent l’incidence, à partir du xiie siècle, de l’essor urbain sur la production et l’utilisation des matériaux céramiques, la transition entre les céramiques antiques et les céramiques d’époque mérovingienne et l’influence des traditions céramiques d’Europe orientale et centrale sur la céramique rhénane.

11Au final, cette publication qui présente les qualités et les défauts inhérents à ce type d’ouvrage collectif, avec des contributions plus ou moins développées et des régions inégalement représentées, offre un bel aperçu sur les développements récents de la recherche céramologique dans l’espace rhénan. L’initiative consistant à orienter la problématique sur une période encore peu abordée d’un point de vue céramologique (ixe-xiie siècle) avec le fleuve comme fil conducteur est intéressante et mérite, en ce sens, d’être saluée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Henigfeld, « Lutz Grunwald, Heidi Pantermehl et Rainer Schreg (éd.), Hochmittelalterliche Keramik am Rhein. Eine Quelle für Produktion und Alltag des 9. bis 12. Jahrhunderts »Archéologie médiévale, 43 | 2013, 326.

Référence électronique

Yves Henigfeld, « Lutz Grunwald, Heidi Pantermehl et Rainer Schreg (éd.), Hochmittelalterliche Keramik am Rhein. Eine Quelle für Produktion und Alltag des 9. bis 12. Jahrhunderts »Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 28 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9773 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.9773

Haut de page

Auteur

Yves Henigfeld

université de Nantes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search