Navigation – Plan du site
Bulletin critique

Alban Horry, Poteries de Lyon 1500-1850 - Morceaux choisis du quotidien à Saint-Georges

Anne Bocquet-Liénard
p. 327
Référence(s) :

Alban Horry, Poteries de Lyon 1500-1850 - Morceaux choisis du quotidien à Saint-Georges, Éditions Lyonnaises d’Art et d’Histoire, Institut national de recherches archéologiques préventives, 2012, 159 p., préface de Jean-Paul Jacob. ISBN : 9 782841 472994 ; prix : 28 €

Texte intégral

1Alban Horry, céramologue à l’Inrap, a participé aux fouilles menées dans le vieux Lyon, de 2002 à 2004, à l’occasion de la construction du parc Saint-Georges. Ces fouilles ont livré le lot à ce jour le plus important de céramiques post-médiévales à Lyon. Cette collection exceptionnelle permet au céramologue de présenter l’évolution de la vaisselle du quotidien du xvie au xixe siècle, grâce à ces dépotoirs abandonnés par les habitants du bord de Saône.

2Il s’agit d’un ouvrage de vulgarisation mais qui présente, grâce à l’étude de ces milliers de tessons, de vases archéologiquement complets et des comparaisons avec d’autres lots lyonnais, une vision synthétique et complète de la production céramique, de son utilisation et de son commerce.

3L’ouvrage est subdivisé en quatre chapitres et le préambule présente brièvement le contexte des fouilles. Le lecteur est transporté ensuite dans le quotidien des Lyonnais, et découvre les productions en usage au xvie, xviie, xviiie et xixe siècle, l’évolution du vaisselier et le foisonnement des styles décoratifs.

4Jusqu’à la fin du Moyen Âge, la céramique culinaire est majoritairement à pâte grise, sans revêtement. À partir du xvie siècle, cette dernière, toujours très présente, est complétée par la batterie de pots en pâte rouge avec revêtement au plomb. Cette période est caractérisée par de la vaisselle domestique aux allures italiennes ou méditerranéennes. De nouvelles techniques véhiculées par les potiers italiens, comme celle de l’engobage, se développent. L’influence du sud et de l’Italie (Florence, Gênes) se ressent aussi dans la richesse des couleurs, les décors (sgraffito, engobes mêlées) et l’utilisation de l’engobe sous la glaçure verte, ainsi que dans le développement de l’utilisation de l’émail.

5Les poteries des périodes suivantes présentent des différences moins importantes par rapport à la richesse des productions du xvie siècle. La céramique circule beaucoup, elle vient de centres de production qui vont connaître leur essor au xviie siècle comme ceux de la Bresse (Meillonnas), de la Drôme (Larnage), du Jura (Étrepigney). Les faïences, encore discrètes au xviie siècle, sont issues des ateliers de Lyon, Nevers ; les majoliques proviennent de Montelupo ou de Faenza. De la vaisselle de très grande richesse est utilisée dans les demeures aisées lyonnaises comme en témoigne le fragment de plat originaire des ateliers Ottomans de la région d’Iznik, en Turquie.

6Il s’agit d’un bel ouvrage très abondamment et agréablement illustré qui s’adresse aussi bien aux spécialistes qu’aux amateurs, et aux curieux de l’histoire du quotidien d’un quartier de Lyon.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Bocquet-Liénard, « Alban Horry, Poteries de Lyon 1500-1850 - Morceaux choisis du quotidien à Saint-Georges », Archéologie médiévale, 43 | 2013, 327.

Référence électronique

Anne Bocquet-Liénard, « Alban Horry, Poteries de Lyon 1500-1850 - Morceaux choisis du quotidien à Saint-Georges », Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 29 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9777

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals