Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
I. – Construction et habitats civils – environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Brélès (Finistère). Jardins du château de Kergroadez

Responsable d’opération : Cécile Travers
p. 166

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012
Haut de page

Texte intégral

1Le château de Kergroadez, bâti entre 1602 et 1613 par François III de Kergroadez (v. 1565-1617) pour remplacer l’ancien manoir familial, est décrit en 1629, comme « un fort beau château, jardins, arrivez qui, joints aux beaux et grand bois et autres décorations qui y estaient dès auparavant font qu’elle peut se dire une des belles maisons de France ». À cette époque, il existe donc plusieurs « jardins » à Kergroadez, sans que l’on puisse dire s’il s’agit de jardins utilitaires ou d’agrément. Aujourd’hui, le château est entouré de prairies et de bois dont seuls les noms – « le grand jardin », « le jardin », « le verger », « le mail » – traduisent encore le souvenir de leur fonction passée. Dans le cadre de la réhabilitation des abords classés de l’édifice, l’Inspection Générale des Monuments Historiques a proposé de faire appel à l’archéologie des jardins afin de connaître la nature des aménagements paysagers réalisés au xviie s., notamment sur la parcelle dite « le grand jardin » située à l’arrière du château, dont le nom, la forme et la situation pouvaient en effet laisser penser qu’elle avait accueilli un parterre d’agrément. Malgré le caractère très limité des recherches – trois tranchées représentant une surface sondée de 0,38 % par rapport à la surface totale de la parcelle –, la fouille, croisée avec les données d’archives, a permis de définir cinq grandes phases d’occupation depuis la mise en culture du paléosol holocène, à une époque indéterminée située entre le Néolithique et le xive s., jusqu’à nos jours. Ainsi un premier jardin de type potager-verger, sans doute contemporain du manoir des xive-xvie s., a-t-il existé. Ce premier jardin, caractérisé par quelques fonds de fosses de plantation implantées de façon irrégulière, est scellé sous les niveaux attribués au xviie s. Ces derniers témoignent de la mise en œuvre d’un véritable projet d’aménagement mené parallèlement au chantier de construction du château, et caractérisé par toute une série d’opérations techniques : le rabotage de la surface de l’ancien jardin, sans doute pour supprimer les structures végétales indésirables, le creusement des douves et des fondations du château, puis la formation d’un pan incliné à l’aide de remblais terreux mélangés à des rebuts de chantier appliqués sur la rupture de pente entre la plateforme du jardin et les douves, et enfin un épandage de bonne terre destiné à reconstituer le substrat de plantation et à niveler la surface du futur jardin. Suite à ces travaux de terrassement, une tranchée drainante orientée N-S, implantée à 2,50 m du bord SE de la plateforme du jardin, a été creusée, puis comblée avec l’arène granitique extraite lors du creusement des fondations du château. Située à l’arrière du talus des douves, cette tranchée allait permettre d’évacuer latéralement les écoulements d’eau arrivant de l’amont du site – le terrain possède une légère déclivité NO-SE – et éviter ainsi qu’ils n’endommagent le pan incliné du talus. Le jardin ayant été converti en parcelle agricole à la Révolution, les traces conservées de ses aménagements superficiels sont très succinctes ; elles n’apparaissent que dans la partie basse de la parcelle située près du château, moins affectée par l’érosion, sous la forme d’une surface de circulation établie le long de la limite SE du jardin. Cette allée sablée reposait sur une sous-couche de consolidation en arène granitique et faisait aux alentours de 6 m de large (soit 3 toises). Nous ignorons si elle se poursuivait sur toute la largeur de la parcelle. Plusieurs fosses de plantation ont également été observées, entamant le niveau de terre rapportée du xviie s. L’une d’elles, à fond plat et parois verticales, située au bord de l’allée évoquée plus haut, côté jardin, pourrait correspondre à un alignement végétal (arbustes, taillés ou non en topiaires, ponctuant une plate-bande établie sur le pourtour du parterre voisin ?). L’analyse de la cartographie a permis de comprendre que les concepteurs du xviie s., en bons bâtisseurs, avaient, pour implanter le château et son pourpris, choisi un plan régulier : le pourpris s’inscrit dans un carré d’environ 280 m de côté (soit 144 toises). En divisant ce carré en 64 petits carrés de 35 m de côté (soit 18 toises), on s’aperçoit qu’il existe des correspondances entre les lignes de ce carroyage et l’implantation des structures bâties et des limites parcellaires du xviie s. : ainsi, la surface du pourpris fait exactement dix fois les dimensions de la cour intérieure. Au milieu du xviiie s., Marie Jeanne Françoise Renée de Kergroadez (1707-1759), dernière du nom, ne semble pas toucher à l’organisation interne du pourpris, mais rajoute un mail et un quinconce d’arbres plantés à l’extérieur des limites du jardin ; empiétant sur les parcelles agricoles voisines, le mail communiquait par un portail avec le jardin. Ces aménagements à la mode, qui font office de promenades ombragées, complètent le dispositif paysager préexistant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Travers, « Brélès (Finistère). Jardins du château de Kergroadez », Archéologie médiévale, 43 | 2013, 166.

Référence électronique

Cécile Travers, « Brélès (Finistère). Jardins du château de Kergroadez » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 22 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9803

Haut de page

Auteur

Cécile Travers

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Cécile Travers

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals