Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
I. – Construction et habitats civils – environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Fort-de-France (Martinique). Rue Schœlcher

Responsable d’opération : Emmanuel Moizan
p. 174

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012
Haut de page

Texte intégral

1La fouille, menée sur une superficie de 2 500 m², a révélé les vestiges de bâtiments et d’aménagements de grande ampleur entre la fin du xviie s. et le début du xxe s.

2Dans la seconde moitié du xviie s., la volonté politique de disposer dans la rade de Fort-Royal d’un site de mouillage plus favorable que celui de la baie de Saint-Pierre entraîne la création puis l’extension d’un noyau urbain à proximité des fortifications militaires initiales. Toutefois, le lieu s’avère peu propice, situé dans une zone de mangrove, marécageuse et insalubre. Les constructeurs implantent alors un vaste réseau de canaux destinés à assécher les terrains et dotent la ville d’un plan géométrique dont les axes, formés par les rues, dessinent des îlots rectangulaires qui constituent encore aujourd’hui la trame de l’actuelle ville basse. L’opération a été réalisée dans l’un de ces îlots, l’îlot Renan.

3Si l’existence d’un unique canal traversant l’îlot est renseignée par un plan cadastral daté de la toute fin du xviie s., la fouille a montré la présence, pour cette période, d’aménagements plus complexes et plus étendus. Ainsi, des plateformes maçonnées de forme quadrangulaire, destinées à stabiliser les sols particulièrement meubles, complètent les installations hydrauliques. La fin de cette période est marquée par le comblement et l’abandon des canaux au profit d’un chenal creusé à l’emplacement de la rue en bordure occidentale de l’îlot, libérant ainsi la totalité de l’emprise, travaux d’ailleurs préconisés dans une annotation du plan cadastral de 1698.

4Des maçonneries associées à des sols en carreaux de terre cuite dégagées à l’extrémité NO de l’îlot sont à rattacher au tout premier ensemble bâti dont le plan en forme de L se développe en façade sur rue. En arrière des bâtiments, les terrains sont dévolus aux jardins. Au milieu du siècle, un nouvel édifice, en forme de U, est établi à l’emplacement du précédent. Au SO, des bâtiments de taille modeste sont implantés en bordure de rue. Le fond de la parcelle conserve sa fonction de jardin. Au cours des travaux, une couche de sable marin submerge l’ensemble de l’îlot, s’accumulant contre les maçonneries en élévation et recouvrant celles en construction. Ce phénomène de dépôt massif et rapide est le témoignage des effets d’un tsunami : il pourrait correspondre à celui qui fit suite au tremblement de terre de Lisbonne en 1755. Cette découverte revêt ici un caractère singulier et inédit puisqu’aucune trace de cet événement n’a été repérée jusqu’alors dans la Caraïbe ou sur les côtes du continent américain. Le bâtiment est achevé dans la seconde moitié du xviiie s. et prend la dénomination de Palais en référence à sa fonction de palais de justice. Il semble perdurer jusqu’au milieu du xixe s., comme l’attestent les documents cadastraux produits durant cette période.

5À cette date, une ultime phase de construction laisse place à un bâtiment monumental qui occupe une large superficie de l’emprise. Le plan de ce vaste édifice est identique à celui de la construction précédente dont certains murs sont conservés. Les deux ailes latérales se développent jusqu’aux rues et sur la longueur totale de l’emprise et s’articulent autour d’une cour et d’un jardin. Ce bâtiment, siège de la direction de l’Intérieur (mention sur le cadastre de 1863), est doté, entre autres, de sols soignés en carreaux de terre cuite et en marbre. Au cours du xxe s., le bâtiment connaît surtout des transformations architecturales internes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Moizan, « Fort-de-France (Martinique). Rue Schœlcher », Archéologie médiévale, 43 | 2013, 174.

Référence électronique

Emmanuel Moizan, « Fort-de-France (Martinique). Rue Schœlcher » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 21 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9841

Haut de page

Auteur

Emmanuel Moizan

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Emmanuel Moizan

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals