Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
I. – Construction et habitats civils – environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Marigny-Brizay (Vienne). La Renferme

Responsable d’opération : Gérald Bonnamour
p. 179-180

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012
Haut de page

Texte intégral

1Une occupation protohistorique très localisée et ténue ainsi qu’une occupation médiévale associée à des souterrains ont été observées par la fouille.

2L’occupation rurale et agricole prend la forme d’enclos limités par des fossés et intégrant principalement des silos. L’enclos le mieux conservé, qui occupe une surface de 1 800 m² au nord de l’emprise, intègre une aire d’ensilage regroupant une soixantaine de silos. Des fonds de cabane très mal conservés, parfois associés à des foyers, montrent qu’il s’agit d’un lieu de vie, pérenne ou occasionnel. Le sud de l’emprise est occupé par des structures fossoyées dispersées, une concentration de vestiges bâtis en dur et des silos situés à proximité d’un souterrain au SE de la zone de fouille. Les vestiges fossoyés démontrent que les structures en élévation étaient construites en matériaux périssables même si quelques fragments de murs ont été découverts sur une toute petite emprise. Les silos sont de formes homogènes ; la cuve est la plupart du temps piriforme à fond plat, les pierres de fermetures parfois même retrouvées dans les couches colmatant les silos.

3Le substrat géologique constitué de sable et de molasse ne laissait pas présager la présence de vestiges souterrains. En effet, la plupart des souterrains associés à des habitats connus dans la région ont été percés dans du calcaire. Six ensembles souterrains ont été fouillés et étudiés sur une emprise de 22 000 m² environ. La fouille des puits, des accès, des galeries de circulation et des salles, couplée avec une étude minutieuse des traces d’outils, permet de mieux comprendre les méthodes de percement de ce genre de structures. À la Renferme, les techniques de percement mettent en œuvre un outillage adapté, certainement emmanché, avec un fer pointu ou en forme de tranchant dont la largeur varie entre 2,5 cm et 5-6 cm.

4Quatre souterrains sont circonscrits à l’intérieur de l’enclos occupant le nord de l’emprise, sans que ni les galeries ni les salles ne se trouvent au-delà des fossés limitant cet enclos en surface. Ils sont associés à un usage de stockage et de refuge. Les salles et galeries ont des volumes importants. Elles sont accessibles à partir de puits de section carrée mesurant de 2 m à 2,50 m de côté ou à partir de couloir d’accès. Un puits à eau, percé depuis la surface, était également accessible depuis une salle souterraine.

5Au nord de l’emprise et de l’enclos, une galerie abandonnée en cours de percement démontre que les salles et galeries étaient percées à partir de puits étroits par la suite dévolus à l’aération ou utilisés comme accès. Des niches à lampe régulièrement réparties permettent aux ouvriers de s’éclairer au fur et à mesure de l’avancement. Les fronts de taille montrent que l’avancement est fait par passes successives de quelques centimètres dans le prolongement des galeries.

6Au sud de l’emprise, un souterrain, percé à travers la molasse et dont le plafond a disparu, a également fait l’objet d’une fouille dans son intégralité. Il est constitué d’une galerie donnant accès à des alcôves et d’une petite salle. Lors d’une seconde phase, a été construit un mur bâti en pierres sèches barrant le tiers inférieur de la galerie. Cet aménagement peut être interprété comme une structure défensive puisqu’il limite et rend moins aisé l’accès au réseau souterrain qui fait office de refuge lors de cette seconde phase. Bien après son abandon, le couloir d’entrée est recoupé par une cellule semi-enterrée dans laquelle se trouve un silo.

7Le mobilier céramique recueilli ainsi que les datations absolues indiquent que le site était occupé dès les viie et ixe s. et entre les xe et xiiie s. Les souterrains sont quant à eux utilisés dans une période comprise entre les xe et xiiie s. La céramique est principalement représentée par des pots de stockage. Des pointes de flèches, de lances et une faucille constituent le mobilier métallique découvert par la fouille. Des fragments d’objets en verre ont également été retrouvés dans le comblement d’un silo. Enfin, un récipient assemblé et fabriqué en bois de chêne a été découvert dans un puits à eau. Son mode de fabrication et son épaisseur réfutent, a priori, l’hypothèse d’un seau. Le site paraît être abandonné avant la fin du Moyen Âge, les occupants ayant déserté les lieux.

Marigny-Brizay, la Renferme, ouverture donnant accès à un puits à eau depuis une salle souterraine.

Marigny-Brizay, la Renferme, ouverture donnant accès à un puits à eau depuis une salle souterraine.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Marigny-Brizay, la Renferme, ouverture donnant accès à un puits à eau depuis une salle souterraine.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/9865/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérald Bonnamour, « Marigny-Brizay (Vienne). La Renferme », Archéologie médiévale, 43 | 2013, 179-180.

Référence électronique

Gérald Bonnamour, « Marigny-Brizay (Vienne). La Renferme » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 17 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9865

Haut de page

Auteur

Gérald Bonnamour

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Gérald Bonnamour

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals