Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
I. – Construction et habitats civils – environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Mercin-et-Vaux (Aisne). Les Quatre Livres

Responsable d’opération : Gilles Desplanque
p. 180

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012
Haut de page

Texte intégral

1Le diagnostic, mené sur 6 633 m², a mis au jour une série de vestiges archéologiques en lien avec la naissance et le développement du village depuis le haut Moyen Âge. Deux secteurs ont été identifiés : le secteur 1, une occupation domestique attribuée au haut Moyen Âge, s’étend sur environ 3 500 m², dans la partie ouest de la zone diagnostiquée, environ 30 m à l’est de l’église actuelle de Mercin. Les fosses, aménagées ou non, les probables trous de poteau, ainsi que les fossés, trahissent une occupation assez dense, organisée selon un axe perpendiculaire à la pente. Par ailleurs, les vestiges d’une cave maçonnée et d’un bâtiment associé, d’époque moderne ou contemporaine, mis au jour à l’extrémité sud du secteur 1, pourraient être contemporains d’un important fossé qui traverse l’emprise d’est en ouest.

2Le secteur 2 est contigu à l’enclos ecclésial actuel. Quelques sépultures y ont été mises au jour. Ces dernières, orientées O-E, sont antérieures au xvie s. L’occupation funéraire, correspondant à un cimetière paroissial, semble se concentrer sur une bande d’au moins 15 m de long d’est en ouest et de 5 à 10 m de large du nord au sud, parallèle à l’axe de l’église.

3Des fosses et des vestiges d’aménagements en pierre alimentent l’idée d’une occupation domestique, peut-être médiévale. Il est cependant difficile, en l’état, de préciser leurs rapports chronologiques avec le cimetière. Enfin, de vastes fosses dépotoir, d’époque moderne et contemporaine, ont été mises au jour au sud de l’occupation funéraire.

4L’ensemble de l’occupation, sur le secteur 1 comme sur le secteur 2, peut être rapproché des vestiges mérovingiens mis au jour à l’emplacement de la villa du Quinconce, ce qui pose la question d’un éventuel transfert – dont la chronologie est à préciser – vers le village actuel, distant de quelques centaines de mètres. De même, les sépultures aux abords de l’église constituent une probable conséquence d’un rapprochement des vivants et des morts dans le cadre d’un système paroissial émergent. Ce cimetière est peut-être à mettre en relation avec la nécropole mérovingienne du Bois Dupleix, probablement abandonnée au profit du cimetière paroissial de Mercin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Desplanque, « Mercin-et-Vaux (Aisne). Les Quatre Livres », Archéologie médiévale, 43 | 2013, 180.

Référence électronique

Gilles Desplanque, « Mercin-et-Vaux (Aisne). Les Quatre Livres » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 19 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9866

Haut de page

Auteur

Gilles Desplanque

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Gilles Desplanque

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals