Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
I. – Construction et habitats civils – environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Strasbourg (Bas-Rhin). Place du Château

Responsable d’opération : Heidi Cicutta
p. 192

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012
Haut de page

Texte intégral

1Une tranchée de suivi de réseau traversant la place d’est en ouest sur une longueur de 50 m environ a été implantée dans l’emprise du camp romain de la viiie légion Auguste en garnison à Strasbourg. La fouille a mis au jour d’importantes structures antiques (habitat, système d’assainissement, fresques murales…) témoignant de l’occupation du camp, construit vers les années 90 de notre ère, et qui constitue le noyau de la ville médiévale dans lequel est construite la cathédrale Notre-Dame. La proximité avec celle-ci laissait présager des découvertes concernant cet édifice.

2Les vestiges du haut Moyen Âge ont été observés dans le secteur est de la place. Il s’agit d’un fond de cabane semi-excavée à quatre poteaux d’angle, caractérisée par une couche d’épandage de côtes et d’omoplates d’animaux qui semble résulter d’une activité bouchère, voire de tabletterie, dont les installations se situeraient en dehors de l’emprise de la fouille. Cette occupation est attribuable à la période comprise entre le ve et le viie s. C’est sur un épais remblai livrant des indices du viie s. et qui recouvre cette occupation que le secteur est à nouveau occupé du viiie au xiie s. Un four domestique a été installé à même le sol et plusieurs fosses ont été creusées. L’une d’elles a livré des éléments fragmentaires d’un poêle constitué de pots (gobelets). Dans le comblement d’une autre fosse ont été découverts les éléments d’un mur en terre crue qui présente la particularité d’avoir été armé de fragments de tuiles plaqués contre les parois, technique inédite à Strasbourg. Un puissant remblai mis en place au xiiie s. recouvre l’ensemble de ce secteur et semble lié à une volonté de créer un grand espace ouvert. Cette place dénommée Fronhof (cour du seigneur, en l’occurrence l’évêque) séparait alors la cathédrale du palais épiscopal (situé au sud de cet espace).

3Dans le secteur ouvert au nord de la place, non loin du bas-côté sud de la cathédrale, ont été observés des litages successifs d’éclats de grès rose, d’une dizaine de centimètres d’épaisseur en moyenne, ponctuellement séparés par des niveaux de circulation. La stratigraphie atteint une hauteur de 1 à 1,50 m et couvre une période allant du xiie au xve s.

4Le fait, d’une part, que plusieurs éclats portent encore des traces d’outils et, d’autre part, que les sources écrites et iconographiques localisent les ateliers des tailleurs de pierre le long de la partie sud de la cathédrale, à quelques mètres de la zone fouillée, permet d’associer ces couches au chantier de construction de l’édifice. Les déchets de taille des ateliers ont ainsi été versés à même le sol et ont servi de niveaux de circulation. D’autres activités ont également pu être distinguées : des poches de mortier intercalées entre les couches de grès témoignent d’une activité de gâchage, des scories renvoient à la proximité d’une forge et des fragments de plomb et de vitraux attestent peut-être la présence de maîtres verriers.

5Ce secteur a également livré un four à chaux d’un diamètre restitué entre 6 et 7 m. Recouvert par les niveaux du chantier de construction de l’actuelle cathédrale, son abandon est daté par la stratigraphie entre le Bas-Empire et le xiie s. Des analyses 14C sont en cours afin de préciser sa période d’utilisation.

6Un autre secteur a été ouvert dans l’angle SO de la place, vis-à-vis des bâtiments de la Fondation de l’Œuvre Notre-Dame (fabrique de la cathédrale de Strasbourg), dans lequel a été mise au jour une partie d’un îlot de maisons démoli en 1854. L’angle SO d’un bâtiment de cet îlot a pu être appréhendé sur une longueur de 13 m en partie sud et de 12 m en partie ouest. Les fondations des murs sud et ouest sont construites en briques jaunes et sont d’une épaisseur de 1 m environ. L’espace intérieur de la partie observée est composé de deux ensembles : un niveau de plain-pied constitué de galets et de carreaux de terre cuite dans le quart SE et une cave voûtée, dont le sol n’a pas pu être atteint (en raison d’une cote de profondeur maximale), occupant le reste de la surface. Les techniques et les matériaux employés ainsi que le mobilier recueilli permettent de dater le corps principal de ce bâtiment (appuyé sur des maçonneries antérieures) du xviiie s. Attesté dès le xive s., cet îlot abritait les écuries de la Fondation de l’Œuvre Notre-Dame, ainsi que diverses autres maisons, dont l’une appelée Zur Schmide (« À la forge »). Apparaissant sur les plans Morant (1548) et Hogenberg (1572), il est, à l’exception d’une maison, démoli en 1724 et remplacé par un seul grand bâtiment, appelé maison Schoettel au xixe s. C’est donc à cette dernière qu’appartiennent la plupart des maçonneries et les niveaux de sols mis au jour.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Heidi Cicutta, « Strasbourg (Bas-Rhin). Place du Château », Archéologie médiévale, 43 | 2013, 192.

Référence électronique

Heidi Cicutta, « Strasbourg (Bas-Rhin). Place du Château » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 22 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9917

Haut de page

Auteur

Heidi Cicutta

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Heidi Cicutta

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals