Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
I. – Construction et habitats civils – environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Traînou (Loiret). La Giraudière

Responsable d’opération : Laure de Souris
p. 194-195

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012
Haut de page

Texte intégral

1Le site est le résultat de la création ex nihilo d’un établissement rural médiéval plutôt tourné vers l’agro-pastoralisme et sectorisé en plusieurs parcelles. L’occupation dure au moins deux siècles (xie-début xiiie s.), mais la faible quantité de mobilier mis au jour en rend le phasage difficile.

2Cet ensemble est structuré et clos selon un parcellaire orienté ENE-OSO et NNO-SSE. La présence des enclos laisse supposer que cet habitat était fermé, observation à nuancer car nous n’avons pas sa surface. Nous ignorons si le parcellaire englobe tout l’habitat ou non. L’absence de recoupement entre les fossés et les autres structures ainsi que la durée d’occupation laissent envisager une gestion de l’espace planifiée et maîtrisée.

3La présence d’axes de circulation, facteur favorisant généralement l’implantation des sites, n’est pas évidente à cerner en raison de notre faible connaissance actuelle de l’environnement archéologique. À l’échelle du lieu-dit, les axes secondaires sont inconnus. Le chemin le plus proche, passant au sud de l’emprise, à l’emplacement d’une route départementale actuelle, est daté de la période moderne. Cependant, la configuration du site laisse penser qu’il était utilisé dès le Moyen Âge, son tracé ayant pu être déplacé vers le sud. En ce cas, les enclos seraient venus se greffer sur lui. Un indice de cette organisation peut être perçu dans l’orientation d’un fossé parcellaire, parallèle au chemin, qui serait donc contrainte par ce dernier. Nous aurions alors une persistance d’un élément du réseau secondaire entre le Moyen Âge et l’époque moderne.

4Aucun niveau de sol conservé et quasiment aucun aménagement intérieur n’ont été mis au jour au sein des bâtiments. Leur fonction comme maison au sens strict ou comme bâtiment annexe ne peut être précisée avec certitude, d’autant que ces fonctions pouvaient être regroupées au sein d’un même édifice. La pauvreté du mobilier céramique (entretien régulier des structures), métallique, ainsi que l’absence de conservation des ossements animaux (acidité des sables de Sologne) interdit la démonstration. Spatialement, on observe une sectorisation de la fonction de stockage et d’extraction. Les plans des bâtiments sont assez visibles, à l’exception de l’un d’eux. Le mobilier mis en évidence ne suggère pas l’existence d’une activité artisanale tournée vers la production extérieure. Le site serait tourné vers l’agro-pastoralisme. L’absence de fosse dépotoir pourrait être une conséquence de la gestion des déchets utilisés pour l’amendement des champs par l’épandage de fumier.

5Le site est abandonné au début du xiiie s., et les parcelles semblent rester en friche ou liées à l’agriculture, ce jusqu’à nos jours.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laure de Souris, « Traînou (Loiret). La Giraudière », Archéologie médiévale, 43 | 2013, 194-195.

Référence électronique

Laure de Souris, « Traînou (Loiret). La Giraudière » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 27 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9927

Haut de page

Auteur

Laure de Souris

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Laure de Souris

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals