Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
I. – Construction et habitats civils – environnement rural et urbain
I 2. – Prospections

Rhône-Alpes (Drôme et Ardèche). Les campagnes de la colonie romaine de Valence (iie s. av. J.-C.-vie s. apr. J.-C.) : peuplement et exploitation

Responsable d’opération : Amaury Gilles
p. 199

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012
Haut de page

Texte intégral

1Cette campagne de prospection concerne le peuplement des campagnes de la civitas de Valence entre la protohistoire récente et le haut Moyen Âge. Il s’agissait de préciser et d’enrichir le corpus de sites (surface occupée, chronologie, activités) déjà disponible afin de pouvoir les comparer et de formuler des hypothèses sur l’évolution du peuplement de ce territoire et son exploitation. À cette fin, nous avons étudié le mobilier relatif aux sites de la zone étudiée, conservé dans les collections du musée des Beaux-Arts de Valence (Drôme), du musée de Die (Drôme), de la Société d’Archéologie et de Numismatique de Montélimar (Drôme), du musée archéologique de Soyons (Ardèche), du musée de Tournon (Ardèche) et du dépôt archéologique d’Alba-la-Romaine (Ardèche).

2L’étude de lots homogènes de mobilier offre une vision renouvelée de l’évolution du faciès céramique entre le ve et le vie s. La généralisation de la cuisson en mode B semble intervenir durant la seconde moitié du ve s., aussi bien pour les céramiques communes que pour les DSP produites localement. On note également, à partir du milieu du ve s., l’emploi régulier de récipients en pierre ollaire.

3L’approche de terrain a permis de proposer une évolution des habitats romains durant l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge. Dans quelques cas, l’occupation du haut Moyen Âge se révèle importante, comme sur le site de Rochefort-Samson – les Marjolets (Drôme), où les indices d’activités artisanales semblent se rapporter à cette phase d’occupation. Plusieurs sites de petite taille, livrant parfois des scories de fer, montrent une chronologie courte entre la fin du ive et le vie s.

4À de très nombreuses reprises, nous avons pu constater la présence de villae antiques sous les églises médiévales, même si les continuités ou les éventuels hiatus restent difficiles à percevoir par le simple biais de la prospection.

5La fréquentation des grottes est également attestée pour ces périodes, mais les données disponibles à ce jour ne permettent pas de préciser la nature de ces occupations.

6Le devenir des agglomérations antiques diffère selon les cas. Certaines, comme Batiana (Saulce-sur-Rhône, Drôme), ne livrent que de rares vestiges, alors que d’autres semblent connaître une occupation importante comme celle de Soyons (Ardèche). L’occupation se divise entre un habitat de plaine, sous le village actuel, établi à proximité du Rhône, ayant livré quelques céramiques d’importations méditerranéennes (lampes africaines, amphore de Gaza, amphore grecque LRA 2), et l’habitat de hauteur, sur le site du Malpas, qui semble connaître un nouvel essor à partir du milieu du ve s. Un espace funéraire est connu au lieu-dit la Brégoule avec des sépultures en sarcophage et en coffrage de tuiles. L’agglomération a, par ailleurs, livré un nombre assez conséquent d’inscriptions funéraires de l’époque mérovingienne étudiées par O. Darnaud. Des sondages effectués sur le site du Malpas en février-mars 2013, sous la conduite de F. Delrieu (SRA), devraient permettre de préciser nos connaissances sur cet habitat occupé depuis le bronze final IIIb jusqu’à la période médiévale et qui constitue, à ce jour, le principal habitat groupé avant la fondation de Valence.

7L’état des recherches montre que ces habitats de hauteur des ve-vie s. sont fréquents sur les massifs calcaires bordant la vallée du Rhône (Saint-Péray – Saint-Estève-de-Crussol ; Soyons ; Le Pouzin – Couvent des Chèvres). Un examen systématique de ces massifs augmenterait notablement l’échantillon disponible.

8Cet état des lieux offre de riches perspectives aussi bien pour les habitats de hauteur, que pour l’habitat dispersé et les problématiques touchant à l’artisanat.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Amaury Gilles, « Rhône-Alpes (Drôme et Ardèche). Les campagnes de la colonie romaine de Valence (iie s. av. J.-C.-vie s. apr. J.-C.) : peuplement et exploitation », Archéologie médiévale, 43 | 2013, 199.

Référence électronique

Amaury Gilles, « Rhône-Alpes (Drôme et Ardèche). Les campagnes de la colonie romaine de Valence (iie s. av. J.-C.-vie s. apr. J.-C.) : peuplement et exploitation » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9948

Haut de page

Responsable d’opération

Amaury Gilles

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals