Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Bayeux (Calvados). Musée Baron-Gérard (Ancien palais épiscopal), rue de la Chaîne, des Cuisiniers et du Bienvenu

Responsable d’opération : Gaël Carré
p. 202-203

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012
Haut de page

Texte intégral

1Les travaux de restructuration du musée Baron-Gérard, menés entre 2010 et 2012, ont permis diverses observations sur les élévations de l’ancien palais épiscopal de Bayeux. Les maçonneries les plus anciennes (aile orientale du musée implantée dans l’axe du bras nord du transept de la cathédrale) supposent au moins l’existence d’une construction d’une longueur minimale de 27 m pour une largeur de 11 m. La bâtisse était en moellons de calcaire ponctuellement montés en opus spicatum. Seule est restituable une salle basse à deux vaisseaux voûtés d’arêtes et possédant une grande porte d’entrée au nord (du côté de l’actuelle rue de la Chaîne). Le choix d’un voûtement en pierre amène à considérer un parti étagé originel. Cet ensemble monumental était assurément en place au début du xiie s. et dans tous les cas après l’incendie de la cathédrale survenu en 1105. C’est après cet événement et dans le premier tiers du xiie s. qu’il convient de situer l’édification de l’aile méridionale. Dans la seconde moitié du xiie s., peut-être consécutivement à l’incendie de 1160, une importante restructuration de l’aile orientale consista en l’insertion d’un épais mur de refend dans la salle basse voûtée ainsi qu’en la reconstruction de l’étage. Extérieurement, la reprise de la façade orientale se traduisit par l’érection de contreforts à colonnes, coiffées de chapiteaux sculptés. Entre chaque massif, de grands arcs de décharge (en arc brisé ou en plein-cintre) supportaient un parapet délimitant un probable chemin de crête. Le ou les volumes intérieurs d’étage montaient sous charpente et étaient peints. Une partie de l’aile orientale pourrait ainsi correspondre à la camera episcopi super cellarium mentionnée dans les textes en 1166. Durant les xiiie-xive s., diverses campagnes de réfection se sont succédé, transformant l’architecture romane en une architecture plus élancée et ajourée témoignant pleinement de l’influence gothique. Dans le xiiie s., l’aile orientale a été surhaussée. De nouveaux décors peints, avec faux-appareils et frises ornementales, embellirent les salles hautes des ailes orientale et méridionale. À la suite de la surélévation de l’aile orientale, les grands arcs de décharge sur contreforts de la seconde moitié du xiie s. furent progressivement supplantés par de nouveaux arcs au tracé segmentaire. Ces travaux durent se faire en plusieurs campagnes plus ou moins rapprochées et à l’issue desquelles fut réalisée une extension du complexe palatial au NE. C’est probablement durant la seconde moitié du xiiie ou dans le premier tiers du xive s. que la chapelle épiscopale Saint-Vigor de Justice fut édifiée. Vers la fin du xive et dans la première moitié du xve s., les reprises structurelles se poursuivirent. On sait notamment par une inscription que l’évêque Zanon acheva la restructuration de la salle Saint-Regnobert en 1444. Une reprise de plancher a d’ailleurs été datée des années 1423-1445 par la dendrochronologie. Outre l’ajout de plusieurs refends en pierre, la fin du Moyen Âge fut marquée par l’influence du gothique flamboyant, perceptible à travers l’insertion de fenêtres moulurées à traverses et meneaux, en plus de l’ajout de piliers à bases prismatiques soutenant en RDC les planchers d’étage. Le maintien possible d’un ou de plusieurs volumes montant sous charpente dans les années 1492-1497 (datation dendrochronologique) dénotait encore une conception médiévale de la résidence. Toutefois, à ce tournant des xve-xvie s., de nouvelles habitudes architecturales firent, à Bayeux comme ailleurs, leur apparition avec des décors peints d’influence Renaissance et l’introduction progressive de plafonds ou planchers de comble. Au début de la période moderne, les volumes furent systématiquement repris. Dans l’optique d’un meilleur confort, les étages de comble furent systématisés. Une partie des bâtiments fut reconstruite, peut-être simultanément à l’implantation d’une chapelle épiscopale neuve et de style Renaissance. Aux xviie et xviiie s., diverses démolitions et (re)constructions affectèrent la silhouette du palais. C’est de cette période que datent l’essentiel des élévations bordant les rues de la Chaîne et Laitière ainsi que l’actuelle place de l’hôtel de ville. La porte fortifiée médiévale du palais, mentionnée dans les textes et située dans l’axe de la rue Laitière, fut alors détruite.

Bayeux, musée Baron-Gérard, façade orientale de l’aile est. Hypothèse de restitution de l’élévation aux xie-xiie siècles sur un fond de relevé de l’existant.

Bayeux, musée Baron-Gérard, façade orientale de l’aile est. Hypothèse de restitution de l’élévation aux xie-xiie siècles sur un fond de relevé de l’existant.

Dessin Gaël Carré, OAGO/Chronoterre Archéologie, 2011-2012

Haut de page

Table des illustrations

Titre Bayeux, musée Baron-Gérard, façade orientale de l’aile est. Hypothèse de restitution de l’élévation aux xie-xiie siècles sur un fond de relevé de l’existant.
Crédits Dessin Gaël Carré, OAGO/Chronoterre Archéologie, 2011-2012
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/9964/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gaël Carré, « Bayeux (Calvados). Musée Baron-Gérard (Ancien palais épiscopal), rue de la Chaîne, des Cuisiniers et du Bienvenu », Archéologie médiévale, 43 | 2013, 202-203.

Référence électronique

Gaël Carré, « Bayeux (Calvados). Musée Baron-Gérard (Ancien palais épiscopal), rue de la Chaîne, des Cuisiniers et du Bienvenu » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 19 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9964

Haut de page

Auteur

Gaël Carré

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Gaël Carré

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals