Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Berrias-et-Casteljau (Ardèche). La commanderie de Jalès

Responsable d’opération : Maxime Bonnal
p. 204

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012, 2013
Haut de page

Texte intégral

1La commanderie de Jalès consiste en un ensemble de bâtiments semi-ouvert, situé au cœur de la plaine du même nom, à proximité des contreforts méridionaux des Cévennes, à une dizaine de kilomètres à l’est de la ville des Vans. Ce complexe architectural a accueilli pendant près de deux siècles un groupe de frères templiers, à l’origine de sa construction aux environs de 1150. Les bâtiments formaient avant 1312 (année de la dissolution de l’ordre du Temple) un complexe agricole ouvert, composé d’une chapelle, d’un cellier, de communs et d’un logis des chevaliers. Diverses opérations de restauration du bâti furent entreprises par les frères hospitaliers, qui s’installèrent à Jalès en 1312 et élevèrent les bâtiments de la commanderie. Ils quittèrent les lieux au xvie s. Le xviiie s. vit la « renaissance » de la commanderie de Jalès : les hospitaliers, devenus les chevaliers de Malte, envoyèrent un de leurs officiers, venu réinvestir et restaurer les lieux, transformant la vieille commanderie en demeure seigneuriale cossue. Les événements de la Révolution française n’épargnèrent pas Jalès : deux manifestations « contre-révolutionnaires » prirent leur envol dans la plaine de Jalès, et le « château » fut supposément incendié au cours d’échauffourées entre républicains et partisans de la monarchie. La commanderie fut ensuite vendue en 1792 en tant que bien national.

2La fin du xxe s. vit l’arrivée de représentants d’institutions d’État et de chercheurs au sein de la commanderie, parmi lesquelles les Monuments Nationaux (le cellier roman fut inscrit à l’Inventaire secondaire) et le CNRS (dont une antenne, l’Institut de Préhistoire Orientale, occupe une partie des bâtiments de Jalès, transformés en laboratoire de recherche en archéologie du Proche-Orient). Des études dirigées successivement par la DRAC Rhône-Alpes et par l’université Lumière-Lyon 2 (dans le cadre d’une maîtrise en archéologie médiévale, en 1998) ont eu pour objectif d’analyser le bâti de la commanderie, en se concentrant sur les deux corps de bâtiment les mieux conservés (et les plus abordables).

3L’objectif de l’opération étant de faire l’analyse des conditions d’implantation puis de développement et d’organisation d’un groupe templier dans la région, une étude du bâti a été effectuée dans le cadre d’un mémoire de master 2 de l’université Lumière-Lyon 2. Une opération se concentrant sur le relevé des murs de la chapelle de la commanderie a été mise en place entre avril 2012 et avril 2013. Ont été relevés (ou orthophotographiés) les parements intérieurs du mur occidental, de la chapelle et de son abside, et les parements intérieurs et extérieurs des gouttereaux nord et sud de la chapelle orientée.

4Une première observation visuelle (dans l’attente d’un prélèvement de mortier) a permis de corroborer l’hypothèse d’une construction étalée sur six siècles en trois mouvements successifs. Une première période, attribuée aux templiers, se distingue par l’emploi d’un module de pierres particulier : du calcaire gris-jaune dit « de Teyssière », équarri en pierres de taille de moyen appareil disposées en assises rectilignes soigneusement jointoyées. La deuxième période fait intervenir le groupe hospitalier qui procède à une élévation du niveau de la chapelle, dotée encore aujourd’hui d’un étage posé sur la toiture originelle de l’édifice. Ce niveau d’élévation fut construit en moellons grossièrement jointoyés et agrémentés de tout-venant, conférant à l’ensemble une certaine instabilité architectonique ainsi qu’une très faible résistance à l’érosion naturelle (au contraire du module de pierres caractéristique de l’état I de construction). Enfin, la campagne de restauration du xviiie s. s’observe dans la chapelle au niveau des portes et accès intérieurs de cette dernière : un accès fut percé aux environs de 1745-1750, prenant la forme d’une grande porte à arc en anse-de-panier taillée dans de la pierre jaune du Gard. Divers aménagements intérieurs sont également à mettre sur le compte des chevaliers de Malte et feront l’objet d’une analyse ultérieure.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maxime Bonnal, « Berrias-et-Casteljau (Ardèche). La commanderie de Jalès », Archéologie médiévale, 43 | 2013, 204.

Référence électronique

Maxime Bonnal, « Berrias-et-Casteljau (Ardèche). La commanderie de Jalès » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 28 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9965

Haut de page

Responsable d’opération

Maxime Bonnal

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals