Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Bliesbruck (Moselle). Ancienne église

Responsable d’opération : Vianney Rassart
p. 204

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012
Haut de page

Texte intégral

1La fouille de l’ancienne église de Bliesbruck s’est déroulée cette année en convention avec l’Université Libre de Bruxelles afin de former les étudiants à l’archéologie médiévale. L’approche géophysique et les campagnes de fouilles précédentes ont permis d’avoir un aperçu de l’organisation spatiale de deux églises successives ainsi qu’un état de leur conservation. Les données de 2011 avaient proposé des premières datations grâce à l’étude dendrochronologique faite sur des planches de cercueil. Quant à l’étude anthropologique, elle avait éclairé sur l’état de conservation des ossements et la première étude pathologique avait mis en évidence les difficultés et des problèmes sanitaires des populations entre les xiiie et xviiie s. À travers cette étude, des indicateurs de stress, d’hyperostose, d’hypoplasie et même des cas de traumatismes ont été relevés chez les individus. L’ensemble des données a permis de corroborer les textes du xiie s. et les plans datés de 1815 et 1870.

2La campagne de 2012, consistant en l’ouverture d’une fenêtre de 100 m2, est venue confirmer les indices des années précédentes. Trois états peuvent être établis : la phase III correspond à l’église construite en 1774 et détruite en 1945 ; la phase II à un édifice construit vers le xive s. et détruit en 1772 ; la phase I correspondrait à un édifice antérieur au xive s. Les nouvelles données viennent non seulement confirmer les sources anciennes mais elles permettent d’apercevoir pour la première fois l’éventualité d’une antériorité du site vis-à-vis des textes.

3L’édifice de la phase III, connu par quelques clichés, a été appréhendé une nouvelle fois à travers la fouille des élévations et des fondations mais aussi par la découverte d’un dallage de 4 m2 qui semble se poursuivre sous la limite occidentale. Il daterait d’entre 1870 et 1914. Cet indice conforte les données archivistiques qui relatent de nombreux aménagements dans l’intérieur de l’église mais sans en préciser la localisation. Aucune fouille anthropologique n’a été faite cette année dans le cimetière paroissial (1774 à 1832) mais la découverte de la tombe de l’abbé Schaultz, inhumé en 1774, a permis d’appréhender les caractéristiques d’une sépulture de prêtre à l’époque moderne.

4La fouille a permis de dégager l’ensemble du chœur de l’église médiévale (phase II). Les premiers éléments mettent en évidence une construction basée sur l’édification d’un chœur carré avec une tombe principale centrée. Le reste de l’église n’a pas encore été abordé, le léger dégagement sur le côté occidental du sondage laisse apparaître une nef légèrement plus large que le chœur. Sans tirer de conclusions trop hâtives, il est probable que nous nous trouvions dans une église à nef unique dont la longueur reste encore inconnue.

5Enfin, la question d’un troisième bâtiment est explicitement posée à la suite de la découverte de deux murs, formant un angle, situés dans le chœur de l’église médiévale. Ces élévations suggèrent la présence d’un troisième état (Phase I) dont on ignore encore les caractéristiques. Les multiples réaménagements ont eu raison des anciennes fondations et il paraît difficile d’ébaucher un plan concret de cette troisième église.

6Les résultats concernant les études funéraires de cette année permettent de préciser trois points essentiels. Premièrement, les nombreux bouleversements sont à mettre en lien avec les multiples reconstructions des édifices successifs mais aussi avec la présence d’un grand nombre de tombes (recoupement et superposition de certaines tombes). La fouille de quelques sépultures a mis en évidence le profil des inhumations mais la complexité de lecture des couches archéologiques n’a pas permis de différencier le comblement de la fosse sépulcrale et le limon environnant. Si l’orientation des tombes reste identique (E-O) sauf pour deux sépultures, les modes d’inhumations sont assez diversifiés. Deux éléments sont à mettre en perspective cette année, la découverte d’un caveau au centre du chœur contenant six individus ainsi que la tombe d’un prêtre, située dans le chœur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vianney Rassart, « Bliesbruck (Moselle). Ancienne église », Archéologie médiévale, 43 | 2013, 204.

Référence électronique

Vianney Rassart, « Bliesbruck (Moselle). Ancienne église » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 25 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9968

Haut de page

Responsable d’opération

Vianney Rassart

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals