Navigation – Sitemap
Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Bouzonville (Moselle). Abbatiale Sainte-Croix

Grabungsleiter: Marie-Paule Seilly
p. 205

Index-Einträge

Jahr der Geländearbeit:

2012
Seitenanfang

Volltext

1L’abbaye bénédictine de Bouzonville, localisée à 30 km au NE de Metz, a été fondée en 1033 par le comte Adalbert V d’Alsace pour y déposer des reliques de la sainte Croix, ramenées d’un pèlerinage en Terre Sainte. De cet établissement roman, on ne connaît pratiquement rien car il fut ravagé par un incendie vers 1342 et l’abbatiale en particulier dut être reconstruite à cette occasion. L’édifice actuel présente un plan basilical ramassé dont la nef et les deux bas-côtés disposent chacun de quatre travées couvertes de voûtes sur croisées d’ogives. Le chœur en abside à cinq pans est flanqué de part et d’autre par une absidiole plus petite et de même plan. Les dispositions actuelles correspondent à un édifice gothique qui a connu d’importants remaniements aux xviiie et xixe s.

2L’abbatiale et les parties conservées du cloître, inscrites à l’Inventaire supplémentaire des MH respectivement en 1980 et 1986, ont fait l’objet depuis plusieurs années de travaux de restauration et de mise en valeur qui ont été suivis tant bien que mal par le SRA. Une dernière intervention a eu lieu en 2012 à l’occasion du décrépissage du mur gouttereau du collatéral sud de l’église. Ce dernier présente des dispositions qui le singularisent par rapport au reste du bâtiment. En effet, il ne se situe pas dans l’axe logique du voûtement des quatre travées constituant le bas-côté mais est déporté vers le sud de 0,60 à 0,80 m et prend appui sur des contreforts rectangulaires intérieurs alors que le reste du voûtement repose sur des piliers circulaires. Il est percé à l’ouest par un porche surmonté d’une large baie de style classique puis par trois ouvertures en arc brisé de style néogothique. Ces dispositions associées à l’analyse d’un rapport d’expertise dressé en 1715, préalablement à la réalisation de travaux de confortation, ont permis d’envisager que cette façade correspondait à une reconstruction du début du xviiie s.

3Cependant, l’analyse des maçonneries décrépies sur plus de 18 m de long et 9,20 m de haut révèle une autre situation. Il est apparu, en effet, que d’importants éléments d’architecture médiévale étaient conservés entre les baies percées au xviiie s. Il s’agit, pour la partie haute du mur, de trois grandes arcatures réalisées en blocs de grès gris. La première conservée sur plus de 2 m de haut pour 3 m de large présente un arc segmentaire dont les bases ont été démontées lors de l’installation des fenêtres actuelles. La deuxième arcature n’a conservé qu’une partie du segment oriental mais elle semble présenter les mêmes caractéristiques que la première. Ce segment repose sur un large massif de blocs de grès taillés, conservé sur plus de 4,5 m de haut et commun avec la troisième arcature. Cette dernière, également partiellement conservée, montre quant à elle un profil en plein-cintre. Trois des blocs constituant l’arc sont ornés d’un chanfrein et une colonnette constitue son piédroit occidental. Un chanfrein en mortier se prolonge le long du massif en pierres taillées.

4En partie basse, on peut observer que la base du mur forme un fruit à partir de 1,20 m de haut correspondant peut-être à un ressaut de fondation. Cette hypothèse peut être étayée par la présence d’une ouverture obturée, dont la base s’élève juste au-dessus de ce fruit. Cette baie de 2,50 m de haut pour 1 m de large est constituée par un assemblage de moellons qui forment un arc en plein-cintre.

5On peut signaler en outre que le contrefort oriental flanquant le porche du xviiie s. est accolé à la façade alors qu’on aurait pu s’attendre à ce qu’il y soit harpé dans le cas d’une construction simultanée.

6L’ensemble de ces observations atteste l’ancienneté de cette façade sans qu’il soit cependant apporté d’éclaircissements sur ses particularités jusque-là justifiées par son hypothétique reconstruction.

Seitenanfang

Zitierempfehlung

Papierversionen:

Marie-Paule Seilly, « Bouzonville (Moselle). Abbatiale Sainte-Croix »Archéologie médiévale, 43 | 2013, 205.

Online-Version

Marie-Paule Seilly, « Bouzonville (Moselle). Abbatiale Sainte-Croix » [archäologische Miszelle],Archéologie médiévale [Online], 43 | 2013, Online erschienen am: 15 Mai 2018, abgerufen am 10 April 2020. URL: http://journals.openedition.org/archeomed/9972

Seitenanfang

Autor

Marie-Paule Seilly

Weitere Artikel des Autors

Seitenanfang

Grabungsleiter

Marie-Paule Seilly

Ausgrabung unter der Leitung von diesem Archäologen

Seitenanfang

Urheberrechte

Archéologie Médiévale

Seitenanfang
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals