Navigation – Plan du site

AccueilNuméros43Chronique des fouilles médiévales...II. - Constructions et habitats e...II 1. – Opérations de terrainDangeul (Sarthe). Mayanne

Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Dangeul (Sarthe). Mayanne

Responsable d’opération : Jean-Yves Hunot
p. 210-211

Texte intégral

1Implanté dans la grande plaine agricole du Soasnois, Mayanne, qui domine le versant nord de l’Orne Soasnoise, est mentionné pour la première fois à la fin du xie s. lorsque Hugues d’Asnières donne sa chapelle de Mayanne et d’autres terres à l’abbaye Saint-Vincent du  Mans qui en fait le centre d’un grand domaine agricole. L’origine laïque et seigneuriale du site transparaît encore avec le toponyme de la Motte distant d’à peine 100 m, où apparaissent sur le cadastre ancien des éléments du fossé qui devait entourer la plateforme castrale. Cinq des sept bâtiments constituant le site actuel sont attestés sur le cadastre ancien. Le « grenier », le plus imposant par son volume, est une grande salle seigneuriale sur un rez-de-cour à vocation domestique. Il est probablement édifié dans la seconde moitié du xiie s. puis modifié vers 1503 lorsque la salle est plafonnée. Un logis, prolongé d’une grange, est situé au nord de l’ensemble. Réalisée dans le cadre d’une demande d’extension de classement, l’étude s’est concentrée sur la grange et le logis-chapelle situés au SO dont l’état sanitaire demande une attention particulière.

2La grange est un vaste volume de quelques 25 m x 14 m, couverte par un toit à deux versants. Une structure sur poteaux de bois dessine un vaisseau principal et deux bas-côtés sauf sur une travée au SE. La charpente se singularise par l’adoption d’un principe de chevrons-porteurs avec des pannes posées sur les faux-entraits. Les quatre travées ainsi formées impressionnent par leurs dimensions, le vaisseau principal étant large de 7 m et les entraxes de travée mesurant entre 5,60 m et 6,80 m et presque 5,50 m sous l’entrait. La dendrochronologie permet de situer l’abattage des bois entre 1452 et 1462. C’est en l’état le plus ancien exemple daté à ce jour de ce type de charpente. Il se rencontre sur le bâti rural essentiellement aux abords du Bassin parisien et perdure jusqu’au xviiie s. Ces charpentes à chevrons-porteurs et à pannes restent peu connues sur des édifices de cette ampleur. Quelle qu’en soit la cause, des désordres apparaissent dans la charpente juste après le levage. L’ensemble est stabilisé par l’édification d’une ceinture maçonnée dont le mur-pignon sud porte deux cheminées. Ce pignon se substitue à une paroi en pan de bois qui n’a jamais été achevée. Trois autres portiques ont servi de support à des parois. La travée nord comprend dès l’origine une étable avec un fenil au-dessus tandis que le comble apparaît comme un espace clos probablement destiné à servir de logement ancillaire. Le portique central est totalement ouvert et dessine un vaste espace de grange sur deux travées. Cet espace ouvre à l’ouest par une large porte charretière. La dernière travée au sud se distingue par son organisation. Dépourvue de bas-côté à l’est, cette paroi présente deux niveaux traités en pan de bois, où étaient percées portes et fenêtres. La sobriété de la pièce basse avec cheminée contraste avec celle de l’étage qui dispose d’une baie à coussièges, d’une cheminée à hotte droite accompagnée d’un placard. L’accès se fait depuis l’est par un escalier droit extérieur. L’analyse archéologique, confirmée par la dendrochronologie, souligne la contemporanéité de l’ensemble. Le bas-côté ouest devait former une pièce indépendante. Ces logis superposés, sans communication avec la partie agricole au nord, sont sans doute destinés aux métayers et autres officiers de l’abbaye Saint-Vincent du  Mans ; le premier étage plus ostentatoire traduit une plus haute valeur hiérarchique. Cela constitue une spécificité de ce bâtiment. Il est à remarquer que ces logis s’ouvrent, non pas sur l’axe de circulation passant à l’ouest des bâtiments, mais sur une cour bordée entre autres par le logis-chapelle et la salle seigneuriale. Les transformations ultérieures se limitent à la conversion en étable du logis en rez-de-cour et en grenier de l’étage et le remplacement de la couverture initiale en bardeaux par des tuiles au xviie ou xviiie s.

3Le logis-chapelle qui est situé immédiatement au sud est le résultat de plusieurs phases de construction. La chapelle qui forme le noyau le plus ancien est sans doute celle mentionnée dans la donation de la fin du xie s. Construite en moellons assisés et partiellement en opus spicatum, l’abside percée de trois baies devait être voûtée et se prolongeait par une nef rectangulaire vers l’ouest. Cette nef, reprise une première fois, est ensuite raccourcie à l’ouest pour adopter un plan barlong proche du carré. Lors de cette réduction en longueur, une porte étroite percée à mi-niveau indique un volume secondaire extérieur à l’ouest (galerie, latrines ?). Dans cette période, l’abside est ornée de décors peints encore partiellement préservés. La première rupture intervient vers 1401-1405. Un mur isole l’abside qui conserve sa destination initiale. La nef est transformée en logis avec l’insertion de deux cheminées superposées, d’un plancher intermédiaire ainsi que d’un second niveau venant plafonner le second étage. Une travée de deux baies à meneau est ouverte au sud. L’accès ne peut se faire que depuis le nord tandis que l’étage dispose de latrines adossées au mur ouest. La superposition avec une salle surmontée d’une chambre se rapproche des « chambers-blocks » du monde anglo-normand. Au début du xvie, au plus tard, la création à l’étage d’une cloison, créant un couloir donnant accès aux latrines, s’accompagne de la mise en couleur du plafond avec une alternance de solives jaune et rouge soulignant son statut. Vers 1525, le logis est doublé par un bloc de deux salles superposées et desservies par une vis demi-hors-œuvre. Également dotée de cheminée et ouvrant à l’est par une croisée, la pièce du bas dispose d’un évier. La chambre haute est séparée de l’escalier par un ouvrage de menuiserie formant trois panneaux décorés de plis de serviette. Un accès direct à la chapelle est créé à partir de l’escalier. Ce sont ces deux chambres hautes que se réservent les moines de Saint-Vincent pour leur usage. À l’époque moderne, différents aménagements sont exécutés tels des percements et modifications de baies ou encore la création de partitions. Un plancher est inséré dans la chapelle, la partie haute conservant sa fonction religieuse. À la fin du xviiie s., ou au début du siècle suivant, l’insertion d’une cheminée et l’agrandissement des baies signent la disparition de toute fonction religieuse de l’ancienne abside. Le xixe s. est marqué par le percement de baies sur la façade ouest indiquant une réorganisation du site.

4L’histoire complexe et mouvementée du site de Mayanne s’inscrit dans le cadre du siège de l’administration foncière et judiciaire d’un domaine agricole et de bénéfices seigneuriaux détenus par une abbaye. Appelé parfois prieuré, grange, « dixmerye », seigneurie ou encore simplement terre, ce centre d’exploitation présente de nombreux aspects qui, s’il était d’obédience cistercienne, le ferait qualifier de grange. L’aspect plus seigneurial du site se retrouve entre autres sur le site de la grange fortifiée de Galinières, dépendance de l’abbaye cistercienne de Bonneval. L’organisation et la complexité du site de Mayanne trouve peu d’exemples conservés dans le monde bénédictin. Parmi les sites publiés, seuls les doyennés de l’abbaye de Cluny offrent des points de comparaison.

Dangeul, grange de Mayanne, élévation du portique placé au droit du mur pignon sud portant les cheminées dans la partie ayant servi de logis.

Dangeul, grange de Mayanne, élévation du portique placé au droit du mur pignon sud portant les cheminées dans la partie ayant servi de logis.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Dangeul, grange de Mayanne, élévation du portique placé au droit du mur pignon sud portant les cheminées dans la partie ayant servi de logis.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/9990/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Yves Hunot, « Dangeul (Sarthe). Mayanne »Archéologie médiévale, 43 | 2013, 210-211.

Référence électronique

Jean-Yves Hunot, « Dangeul (Sarthe). Mayanne » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 03 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9990 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.9990

Haut de page

Auteur

Jean-Yves Hunot

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-Yves Hunot

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International - CC BY-NC 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search