Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Fleurines (Oise). L’église Saint-Jacques et Saint-Gilles

Responsable d’opération : Richard Jonvel
p. 213-214

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012
Haut de page

Texte intégral

1À 6 km au nord de Senlis, au cœur de la forêt domaniale d’Halatte, Fleurines occupe le centre d’une clairière composée de pâtures et de terres agricoles, traversée par un important axe routier ancien et dominée par des buttes sableuses sur l’une desquelles est implanté le hameau de Saint-Christophe. Avant la Révolution française, Fleurines est une seigneurie monastique du prieuré clunisien de Saint-Christophe fondé sur un établissement religieux du haut Moyen Âge, sur les marges orientales du diocèse de Beauvais. Le village est issu de l’évolution d’une petite bourgade monastique marquée par l’essor des tuileries (florinas, en 1083, répondrait au latin figula « poterie »). Le centre ancien comprend l’église paroissiale Saint-Jacques Saint-Gilles, inscrite à l’Inventaire supplémentaire des MH en 1978, et son ancien cimetière au sud, converti en parking. Dans le cadre d’un programme de restauration et de valorisation de l’église paroissiale engagé par la municipalité depuis 2005, la mise en place d’un drain le long des fondations de l’édifice a été l’occasion d’un suivi de travaux.

2L’église est composée d’une nef rectangulaire divisée en deux vaisseaux d’égales dimensions, de cinq travées, et d’un chevet plat. Sa particularité réside dans sa tour médiane supportant le clocher et tangente au mur gouttereau sud. Les murs pignons, quant à eux, portent la trace de très nombreuses modifications des xviie-xviiie s. Depuis le xixe s., l’édifice a connu de nombreuses réfections et restaurations. La fouille a déterminé quatre grandes phases.

Phase I - Une église romane

3La première phase est représentée par la tour du clocher datant du xiie s. Totalement indépendante de la nef, c’est un massif composé de moellons de craie en fondation et appareillé en pierres de taille en élévation, solidement implanté et renforcé dans ses angles par des contreforts très saillants. Cette structure était anciennement ajourée sur deux niveaux par des baies en plein-cintre caractéristiques de l’art roman de la région. Le tracé actuel du mur gouttereau sud, irrégulier, ne peut s’expliquer que par une contrainte existante lors de sa construction. À proximité de la tour, un mur constitué de moellons de craie et de grès a été mis au jour ; il est recoupé par le mur gouttereau sud de l’actuelle église. La céramique, en contexte de remblai et à proximité de ce mur, date de l’extrême fin du xiie ou des premières décennies du xiiie s. Les sources écrites sont muettes au sujet de cet édifice et la première mention de la paroisse de Fleurines date de 1300.

Phase II - L’église halle de l’époque gothique flamboyante

4À la charnière des xive et xvs., une nouvelle construction est élevée en conservant la tour médiévale. Cette église halle mesure 22 m sur 11 m. L’entrée dans la nef se fait par deux portails dont les dimensions et l’emplacement correspondent à ceux existants. L’accès dans le vaisseau sud s’effectue par un portail dont le seuil se situe à 0,55 m sous le sol actuel. Ce seuil repose directement sur la semelle de fondation largement débordante. En élévation, le portail sud est composé d’un pilier central et de piédroits à ébrasement ondulé lisse en calcaire jaune. Le vaisseau nord, quant à lui, est accessible par une entrée (1,39 m de large) dont les piédroits sont constitués de pierres de taille en calcaire jaune sans modénature.

5L’édifice est également accessible au niveau des travées n° 4 et n° 5 du mur gouttereau nord où l’on note la présence de deux portes. La première (cinquième travée) correspond à une porte intérieure donnant sur une petite pièce (sacristie ?). Le niveau de circulation se situe à environ 0,60 m sous la surface actuelle. Le dernier état du niveau de circulation était un sol de tomettes. La seconde porte, en anse de panier, donne sur l’extérieur.

Phase III – Un rhabillage complet

6Au cours de la première moitié du xvie s., l’appareillage extérieur de l’édifice est complètement refait ; cette phase est parfaitement illustrée par l’état de la façade occidentale. L’instabilité du bâtiment oblige également à ajouter un certain nombre de contreforts, le long du mur gouttereau sud et contre la tour condamnant les baies. L’ampleur des travaux engage même à supposer une possible reconstruction, au moins partielle, de l’édifice. En effet, peu après la construction de l’église, entre 1417 et 1435, le Senlisois connaît une importante période de troubles que les archives du prieuré voisin confirment. Les deux portails sont refaits sous l’influence des travaux de la famille Chambiges, à qui on doit le croisillon sud de la cathédrale Notre-Dame de Senlis.

Phase IV – Réfections et restaurations

7Au cours de la seconde moitié du xviiie s., les parties hautes de l’édifice (pignon et chéneau des murs gouttereaux) sont reprises et surélevées. On ajoute de nouveaux contreforts médians sur les murs pignons permettant la réalisation d’une toiture unique, probablement double dans les états anciens.

8Dès la période révolutionnaire, les archives communales complètent utilement les observations archéologiques. Entre 1789 et 1819, l’église est vidée de son mobilier (vandalisme) et dès la deuxième décennie du xixe s., elle n’est plus hors d’eau. Au terme de cette période, l’édifice menace ruine. Par la suite, trois grandes phases de travaux (1822-1829 ; 1835-1845 ; 1885-1897) et de très nombreux entretiens de maçonneries (au moins une vingtaine) assurent une remise en état à la fin du xixe s.

Fleurines, l’église Saint-Jacques et Saint-Gilles, piédroit nord du portail sud. Superposition des deux modénatures (phase II et phase III).

Fleurines, l’église Saint-Jacques et Saint-Gilles, piédroit nord du portail sud. Superposition des deux modénatures (phase II et phase III).
Haut de page

Table des illustrations

Titre Fleurines, l’église Saint-Jacques et Saint-Gilles, piédroit nord du portail sud. Superposition des deux modénatures (phase II et phase III).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/9995/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 746k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Richard Jonvel, « Fleurines (Oise). L’église Saint-Jacques et Saint-Gilles », Archéologie médiévale, 43 | 2013, 213-214.

Référence électronique

Richard Jonvel, « Fleurines (Oise). L’église Saint-Jacques et Saint-Gilles » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9995

Haut de page

Auteur

Richard Jonvel

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Richard Jonvel

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals