Navigation – Plan du site
Dossier

La construction en terre crue au Néolithique

Un état de la question en France
Building with earth in the Neolithic in France: an overview
La construcción en barro durante el Neolítico: en Francia
Ingrid Sénépart, Julia Wattez, Luc Jallot, Tony Hamon et Marylise Onfray
p. 6-19

Résumés

Depuis une vingtaine d’années, plusieurs découvertes d’architectures en terre crue datées du Néolithique ou de l’âge du Bronze et effectuées dans le cadre d’opérations préventives et programmées en France amènent au constat suivant : la terre massive ou bauge est employée dans la construction de murs où elle assume un rôle porteur et dans l’aménagement de sols d’habitat dès le Néolithique ancien. À partir du Néolithique moyen, son usage est récurrent, des rives de la Méditerranée au littoral de la Manche et jusque dans le Centre de la France. Les premières découvertes en Provence et en Languedoc, dès les années 1990, puis dans le reste de l’Hexagone, ont ainsi modifié le schéma d’apparition des techniques constructives en terre crue jusque-là attribuées au Bronze final. Ces faits contribuent à faire évoluer notre conception de l’habitat durant la Préhistoire récente. L’article se propose de faire un bilan des dernières découvertes en la matière et d’ouvrir quelques perspectives de recherche sur le sujet.

Haut de page

Texte intégral

1En France, pendant longtemps, l’usage de la terre dans l’architecture néolithique a été uniquement attesté par des débris de torchis. Ces fragments, souvent brûlés, incrustés d’empreintes de clayonnage, signalent, dès le Néolithique ancien, la présence de bâtiments à ossature de bois, remplie par un mélange de terre et de végétaux. Or, depuis une vingtaine d’années, les recherches menées dans le cadre d’opérations préventives et programmées dans le sud de la France, puis dans le nord, ont conduit à réviser ce constat. Elles ont montré en effet que la terre crue est aussi employée dans la construction de murs où elle assume un rôle porteur, et dans l’aménagement de sols d’habitat, dès le Néolithique ancien (Jallot, 2003 ; Sénépart, 2000 et 2009 ; Wattez, 2003). À partir du Néolithique moyen, son usage est récurrent, des rives de la Méditerranée au littoral de la Manche. Les premières découvertes en Provence et en Languedoc, dès les années 1990, ont ainsi modifié le schéma d’apparition des techniques constructives en terre crue, jusque-là attribuées au Bronze final (Billaud, 2005 ; Chazelles, 2007 ; Jallot, 2003 ; Wattez, 2003).

2Néanmoins, la détection et la fouille de ces vestiges ne vont pas de soi. Même dans les tells proche-orientaux où la construction en terre crue est pourtant un fait, son dégagement reste un exercice difficile (Goldberg et Macphail, 2006). Les recherches menées à partir des années 1980 sur les sites protohistoriques et antiques méridionaux et sur le tell néolithique de Kovačevo, en Bulgarie, montrent que les difficultés de détection dépendent de plusieurs facteurs : la nature des matériaux employés dans la construction, le plus souvent extraits des formations sédimentaires et pédologiques du site ou des sols d’occupation, la méconnaissance des caractéristiques des techniques de construction, la fragilité du matériau terre, dont l’érosion au cours de l’occupation puis après son abandon conduit à la formation de couches « anonymes », souvent analogues à des formations d’origine naturelle ou à des remblais (Chazelles et Poupet, 1985 ; Brochier, 1994).

3Suivant une trame diachronique, cet article propose un état de la recherche sur les types de structures de terre crue et sur les techniques constructives du Néolithique français. Le propos s’appuie pour cela sur un partage d’expériences acquises à partir des problèmes soulevés par leur détection et les solutions adoptées pour y remédier.

L’identification et l’interprétation des structures de terre crue néolithiques : une lecture interdisciplinaire

4Des vestiges de constructions en terre ont été identifiés dans des sites dont la stratification est parfois indigente ou peu différenciée ou encore dans des structures en creux. Les formes reconnues sont variables, depuis les structures évidentes, comme des segments de murs ou des sols construits, jusqu’aux témoins plus fugaces comme des agrégats, mottes ou boulettes de sédiments distribués dans les couches massives ou non différenciées, dites « anonymes ». Leur identification et leur interprétation sont le fruit d’une réflexion interdisciplinaire, élaborée dès la mise au jour des premières structures dans le Midi et consolidée au fur et à mesure de la découverte de nouveaux vestiges dans le nord de la France. Elle conjugue les méthodes de l’archéologie et de la géoarchéologie, en particulier la micromorphologie des sols.

  • 1 Fouille de Laprade, à La Motte-du-Rhône (Vaucluse), menée en 1996 sous la direction d’Yves Billaud (...)

5Au cours de la fouille, la détection repose sur le repérage, en plan et en coupe, d’anomalies sédimentaires (sédiments issus de formations plus anciennes, substrat, concentrations d’éléments grossiers ou plus fins, compaction, cimentation ou couleur limitée dans l’espace, effets de parois). Elle relève de la méthode des ethno-faciès élaborée pour la lecture des stratifications complexes du tell de Kovačevo (Brochier, 1994). Elle propose une cartographie des anomalies, qui conduit à délimiter des structures latentes, au sens de Leroi-Gourhan et Brézillon (Leroi-Gourhan et Brézillon, 1972), et à établir les relations stratigraphiques entre les structures évidentes, les sols qui leurs sont associés et leurs couches d’effondrement. L’application de cette méthode a ainsi remarquablement fait ses preuves sur le site de Laprade (Lamotte-du-Rhône, Vaucluse)1, où plusieurs bâtiments en terre du Bronze final ont pu être mis en évidence (Billaud, 2005). Pour caractériser la nature des structures latentes et déterminer l’identité des couches « anonymes », l’étude est prolongée par une analyse microstratigraphique, selon les méthodes de détermination de la micromorphologie des sols (Wattez, 2009).

6Par la suite, la compréhension des procédés constructifs repose sur les méthodes conventionnelles de l’archéologie du bâti (relevés, description architecturale, étude du format et de l’assemblage des éléments) puis sur une étude technologique pour préciser la nature et l’origine des matériaux employés, leur mode de préparation, de façonnage et de mise en œuvre. Cette approche s’appuie sur les modèles micromorphologiques établis pour les structures protohistoriques et historiques (Cammas, 2003 ; Roux et Cammas, 2010). Elle est également alimentée par les référentiels proche-orientaux (Stordeur et Wattez, 1998).

7Les recherches fondées sur cette lecture interdisciplinaire montrent que le façonnage direct, relevant le plus souvent de la terre massive comme la bauge, était le procédé constructif communément employé au cours du Néolithique (Wattez, 2009 ; Gutherz et al., 2010 ; Chazelles, 2007). Les matériaux, prélevés sur le site, sont parfois amendés par des ajouts végétaux, par de petits fragments de roche concassée ou par du mobilier. Les études soulignent également qu’à l’instar des tells de milieux arides ou plus tempérés, la stratification, même peu dilatée, résulte très souvent de l’usage de la terre crue (Wattez, 2009 ; Wattez et Onfray, 2014).

Des vestiges ténus mais tangibles au Néolithique ancien en Provence et en Languedoc

8En l’état des connaissances, l’usage de la terre crue apparaît dès le Néolithique ancien, au vie millénaire avant notre ère. Il est attesté dans le Midi de la France, où les rares habitats de plein air connus ont livré des restes d’élévations et des sols construits.

9La matérialité des murs est déduite des anomalies sédimentaires repérées par la fouille en planimétrie. Cette démarche, employée au milieu des années 1990 sur le site du Baratin (Courthézon, Vaucluse), a permis la mise au jour d’un bâtiment à plan semi-absidial délimité par un cordon de fragments de molasse et de micro-galets, pouvant correspondre à une arase de mur (Sénépart, 2009). Cet établissement demeure, à l’heure actuelle, l’un des rares habitats structurés par des bâtiments associés à des sols d’occupation et à des aménagements domestiques (fosses, foyers, fours). Il doit sa notoriété à une grande structure constituée par des galets chauffés, bordée de trous de piquet. Cet empierrement a longtemps été assimilé à un dispositif de combustion. Remanié à deux occasions, il est interprété aujourd’hui comme le vestige d’un bâtiment circulaire, dont la fonction n’est pas déterminée. Le bâtiment semi-absidial, aux murs arasés, se situe à proximité immédiate de cette structure, mais leur contemporanéité n’est pas encore assurée (Sénépart, 2009) [ill. 1]. C’est également à partir de cette méthode que des arases d’une paroi interne d’un bâtiment ellipsoïdal du Néolithique impressa ont été identifiées sur le site de Peiro Signado (Portiragnes, Hérault) (Briois et Manen, 2009). Elles se présentaient sous la forme d’un linéament de petits galets de quartz. De grandes fosses, en partie sous-jacentes au bâtiment, témoignent d’une acquisition de la terre in situ.

1. Le Baratin à Courthézon (Vaucluse).

1. Le Baratin à Courthézon (Vaucluse).

a. Zone sud – vue générale de la structure d’habitat ; b. les foyers (ST 8) et leur sol blanc carbonaté associé ; c. la dalle de molasse aménagée et ses sols blancs ; d. détails des trous de piquets et des placages et revêtements carbonatés.

© I. Sénépart – CEPAM-UMR 7264

  • 2 Fouille de la rue Bernard-du-Bois à Marseille menée en 2005 sous la direction d’Ingrid Sénépart, Se (...)

10Les sols construits restent les manifestations les plus évidentes de l’emploi de la terre. L’espace interne du bâtiment ellipsoïdal du Baratin se distingue par une succession de trois sols, de couleur blanche, fortement cimentés. Couleur et cimentation résultent ici de l’aménagement de la surface des sols par un enduit composé de fines boues calcaires, épandues à l’état humide. Le petit bâtiment néolithique cardial, de forme absidiale, reconnu sur le site de Bernard du Bois2 (colline Saint-Charles – Marseille, Bouches-du-Rhône) présente également un sol blanc et induré (Sénépart, 2008) [ill. 2]. Ce sol a été préparé à partir de limons calcaires légèrement argileux, finement mélangés et déposés à l’état pâteux. Plusieurs réfections ont été reconnues. Les vestiges de murs sont cependant fugaces, sans doute en raison des conditions taphonomiques, et rien ne permet de reconnaître les techniques constructives mises en œuvre. En revanche, les modes d’aménagement des sols témoignent d’une sélection et d’une préparation particulière des matériaux. La fonction de ces bâtiments reste encore indéterminée, bien que le caractère domestique de celui du Baratin soit attesté par les foyers qui occupent sa partie nord (Sénépart, 2009).

2. Le site de la rue Bernard-du-Bois à Marseille (Bouches-du-Rhône).

2. Le site de la rue Bernard-du-Bois à Marseille (Bouches-du-Rhône).

a. Relevé du niveau du Néolithique ancien ; © relevé I. Sénépart, DAO Nicolas Weydert, Inrap ; b. Le sol blanc associé au niveau du Néolithique ancien ; c. Microstratigraphie du sol construit : alternance de sols faits de limons argileux avec enduit de boue calcaire (lentilles claires).

© I. Sénépart, DA-SMPH-VDM ; J. Wattez, Inrap

  • 3 Fouille des Petites Bâties à Lamotte-du-Rhône (Vaucluse), menée en 1996 sous la direction de Didier (...)

11C’est sur le site des Petites Bâties3 (Lamotte-du-Rhône, Vaucluse), que les premiers témoignages de la construction par façonnage direct ont été identifiés. Situé dans la vallée du Rhône, cet établissement du Néolithique ancien a livré de grandes excavations quadrangulaires, creusées dans une épaisse croûte carbonatée qui colmate en partie des paléochenaux tardiglaciaires (Binder et al., 2002). Dans l’une de ces structures, la base d’un pilier et un muret, édifiés par un mélange de sédiments et de petits blocs de carbonates, constituent les restes d’une construction en terre crue (Jallot, 2003). La terre à bâtir était composée de limons extraits des paléochenaux, lors du creusement des excavations. La nature des aménagements n’est pas déterminée, mais dans ce cas, l’hypothèse d’un grand bâtiment a été posée. Ces vestiges témoignent d’un concept architectural différent, qui n’a pas encore trouvé d’homologue à ce jour.

La construction par façonnage direct au Néolithique moyen : une mise en œuvre pour des fonctions différentes ?

12C’est au Néolithique moyen que sont attestés les premiers murs en bauge. Ils sont construits par façonnage direct, au moyen d’éléments préformés, directement entassés à l’état humide (Chazelles, 2010). Ces restes architecturaux ont d’abord été identifiés dans le Midi (en Languedoc, puis en Provence) et, plus récemment, dans le centre et l’ouest de la France.

  • 4 Fouille du site de Jacques Cœur II, Port Mariane, à Montpellier menée en 1998 sous la direction de (...)

13En Languedoc, l’habitat chasséen de Jacques Cœur II à Montpellier4 (Hérault) est établi sur les bords du Lez. Il a livré un segment de mur, de trois mètres de long et de cinquante à soixante centimètres de large, conservé sur une hauteur de 30 cm. Il se compose de petits éléments quadrangulaires emboîtés, similaires à des briquettes, d’une quinzaine de centimètres de long et d’environ cinq centimètres d’épaisseur. Ces éléments ont été élaborés principalement à partir de limons carbonatés issus du substrat alluvial, finement mélangés, puis pétris. La microstructure, en agrégats travaillés imbriqués, montre que la mise en forme a été réalisée par modelage, rappelant la technique du colombin. Les rides de compression développées sur les bords des éléments résultent d’un dépôt à l’état humide, compatible avec le façonnage direct [ill. 3]. La couleur des matériaux tranchait assez nettement avec la couche d’occupation de teinte plus sombre. Situé près de la limite d’emprise de la fouille, ce mur n’a pu être suivi en totalité. La forme du bâtiment qu’il composait demeure inconnue. Néanmoins, d’autres vestiges attestant de constructions en terre caractérisent cet habitat : débris comblant une structure de combustion et pains de terre fabriqués à partir de limons et de sables alluviaux empilés dans une fosse (Jallot et al., 2000).

3. Le site de Jacques Cœur2 à Montpellier (Hérault).

3. Le site de Jacques Cœur 2 à Montpellier (Hérault).

a. Plan des fouilles et localisation du mur en terre crue (ST4) ; b. Coupe transversale d’une briquette façonnée par modelage, fines rides de compression au contact d’un autre élément pré-formé ; c. Vue du mur en terre crue en cours de fouille à partir de l’ouest ; d. Mur en terre crue, plan et coupe longitudinale.

© d’après Jallot et al. 2000

  • 5 Fouille du site de l’avenue Charles-Nédélec à Marseille menée en 2006-2007 sous la direction d'Ingr (...)

14En Provence, le site de Nédélec, à Marseille5 (Bouches-du-Rhône), est installé sur le versant de la colline Saint-Charles où il s’étage sur plusieurs replats (Sénépart, 2010). Il s’agit d’un site stratifié où une succession d’occupations, courant du Néolithique moyen final au Néolithique récent, ont été reconnues. Les vestiges architecturaux sont établis sur deux des replats de cet établissement. Il s’agit de petits tronçons de murs, de 50 à 150 cm de long sur 30 à 40 cm de large, conservés sur deux à trois assises, relevant d’un procédé constructif similaire à celui du site de Jacques Cœur. Cependant, les éléments sont de morphologie différente et se présentent sous la forme de boules de terre, de taille et de forme variables [ill. 4]. Ils sont également façonnés par modelage, comme le montre leur organisation structurale. La terre à bâtir est préparée à partir d’un mélange de limons argileux et de sables issus du substrat géologique (marne), d’un horizon colluvial antérieur à l’occupation néolithique, et de sols d’occupation chasséens. Les tronçons de murs sont composés d’un entassement de ces modules, sur plusieurs assises. Ils ont été tronqués par les aménagements historiques urbains et la forme des bâtiments qu’ils composaient reste donc inconnue. Néanmoins, les sols d’occupation auxquels ils sont associés appartiennent à un espace extérieur et témoignent d’un environnement construit (Wattez et Onfray, 2014).

4. Le site de Nédélec à Marseille (Bouches-du-Rhône).

4. Le site de Nédélec à Marseille (Bouches-du-Rhône).

a : vue du mur de la zone B ; b : détail du mur au moment du prélèvement des pains de terre ; c : coupe transversale d’un pain de terre façonné par modelage ; d : vue du mur de la zone D ; e : un pain de terre du mur de la zone D ; f : coupe transversale d’un pain de terre façonné par modelage, avec inclusion de galet.

© I. Sénépart, DA-SMPH-VDM ; J. Wattez Inrap ; F. Parent, Inrap

15En Beauce, les murs reconnus sur le site de Villeneuve-sur-Conie (Loiret) sont édifiés en modules quadrangulaires limoneux, dont la teinte jaune contraste fortement avec les sédiments encaissants [cf. encadré 1, p. 20].

16La forme des architectures, pour ces sites, nous échappe principalement en raison des limites d’observation. Ce n’est pas le cas du site de Lillemer (Ille-et-Vilaine), localisé dans la baie du Mont-Saint-Michel, où les bâtiments en bauge (briques) présentent un plan aggloméré [cf. encadré 2, p. 22].

  • 6 Fouille du site de Château Percin à Seihl (Haute-Garonne) menée en 2007-2008 sous la direction de F (...)

17À côté de ces constructions qui reflètent peut-être la maison ou les dépendances d’unités familiales, des vestiges, mis au jour sur le site de Château Percin à Seilh6 (Haute-Garonne), attestent d’un dispositif architectural d’une autre dimension, pour une autre destination (Pons et Gandelin, 2011). Les restes brûlés d’un rempart comblent, sur une quarantaine de mètres de long, l’un des fossés d’enceinte. Il s’agit de moellons de terre brûlés, sphériques ou ovoïdes, modelés à partir de limons argileux, légèrement sableux, provenant d’un horizon supérieur de sol brun lessivé (Pons et Gandelin, 2011). Ils peuvent atteindre une trentaine de centimètres de section. Le principe constructif s’avère particulier, associant bauge massive et structure de bois, les boules de terre présentant pour certaines des empreintes de poteaux (Gandelin et al., 2011). En l’occurrence les boules de bauge pourraient n’être que le remplissage de l’ossature en bois et ne pas être porteuses.

18Ces différents exemples éclairent sur les solutions adoptées, au Néolithique moyen, pour la construction en terre porteuse. Mais, si l’essentiel des informations provient du sud de la France, les vestiges identifiés en Bretagne et en Beauce montrent que l’usage de la terre crue ne relève pas de particularités locales, que ce soit en termes de conservation, de trait culturel ou encore d’environnement. Néanmoins, les données restent encore lacunaires pour cette phase du Néolithique. Peu de sites ont, à ce jour, livré des restes de construction en relation avec les sols d’occupation. Si la base documentaire est encore faible, elle laisse cependant entrevoir une grande diversité des procédés, tant pour édifier l’habitat commun, que pour matérialiser les limites de l’espace villageois.

L’extension de l’usage de la terre crue au Néolithique final

19Le nombre de structures en terre crue mises au jour, toutes régions confondues et en particulier au cours d’opérations préventives, atteste l’ampleur du phénomène à partir du Néolithique final. Les formes identifiées sont pour la plupart éloquentes, depuis les bâtiments jusqu’aux aménagements des enceintes. Elles dessinent, dans certains cas, la trame villageoise [ill. 5].

5. L’utilisation de la terre crue dans les habitats du Néolithique final en Languedoc oriental.

5. L’utilisation de la terre crue dans les habitats du Néolithique final en Languedoc oriental.

a. Le Jas del Biau (Millau, Aveyron), briquette ; b. Stade Richter (Montpellier, Hérault), fosse de préparation de mottes de terre ; c. Le Terruge (Collias, Gard), bouchon de terre crue de silo ; d. Peirouse Ouest (Marguerittes, Gard), trace d’enduit sur mur de pierres sèches ; e. Capoulière 4 (Mauguio, Hérault), base de four à dôme en cloche ; f. Capoulière 4 (Mauguio, Hérault), colmatage de briques de terre crue ; g. Capoulière 4 (Mauguio, Hérault), épandage de torchis (sole ?).

© L. Jallot, Univ. Montpellier 3, UMR 5140 ASM

20En Languedoc, c’est surtout au moment où se développent les grands habitats de plaines à réseaux de fossés de la culture de Fontbouisse que les témoignages de l’utilisation de la terre crue se multiplient. Les premiers éléments probants furent d’abord repérés sur la seule base des observations archéologiques. Entre 1992 et 1999, les fouilles préventives des établissements fontbuxiens du Stade Richter (Montpellier, Hérault) et de Peirouse-ouest (Marguerittes, Gard) livrèrent des traces, alors discutées, de matériaux en terre crue. Pour le premier, des boules de terre malaxée étaient regroupées au sommet d’une très grande fosse d’extraction. Pour le second, des briques de terre soigneusement ajustées s’alignaient sur le pourtour d’une structure de cuisson. Leurs dimensions, d’une douzaine de centimètres de long pour la moitié de large, semblaient standardisées. Le site se signalait aussi par des murs de dallettes calcaires liées à la terre ainsi que par des éléments de placage de terre interprétés comme des restes d’enduits (Jallot, 2003).

  • 7 Fouilles de l’A75, menées en 1997 et 1998 sous la direction de Luc Jallot (Afan).

21D’autres témoignages d’architecture en terre ont été révélés à l’occasion de la fouille du site du Jas del Biau7 (Millau, Aveyron). Ce site comprend un grand bâtiment allongé bâti en dalles et dallettes calcaires et un ensemble de terrasses aménagées limitées par des murs en pierres sèches (Jallot et Marsac, 1998). Sur l’une des terrasses couvertes d’un pavement de dallettes, de petites unités domestiques à vocation probablement artisanale étaient construites au moyen de briquettes de terre crue. De plus petit calibre que celles du mur de Jacques Cœur II, elles relèvent cependant du même mode de façonnage (Wattez, 2003). Les matériaux employés ont été extraits des marnes calcaires locales et des sols d’occupation. Dans le grand bâtiment, des traces de placages de terre et d’enduits fins sur les murs soulignaient de nouveau l’utilisation conjointe de la terre crue et de la pierre durant une phase précoce du Néolithique final.

  • 8 Fouille de la Capoulière, menées en 2000 (fouilles Luc Jallot, Afan), 2001 (fouilles Cathy Georjon, (...)

22Dans la plaine littorale, à Mauguio (Hérault), les fouilles de la Capoulière8 ont apporté des éléments concluants sur la présence et la nature de l’architecture en terre néolithique. Les premières opérations, en 2000 et 2001, ont mis au jour différents vestiges attribués au groupe de Fontbouisse. Plusieurs bâtiment édifiés en moellons de terre crue modelés ont été identifiés (Jallot, 2003 ; Wattez, 2009) [ill. 6]. Les murs sont conservés sur une largeur de 0,20 à 0,50 m, une longueur de 2 à 7 m et une hauteur comprise entre 0,10 et 0,40 m. Ils se caractérisent par un empilement de pains de terre, de forme et de modules très variés, pris dans un liant limono-argileux. La terre à bâtir a été préparée à partir de limons carbonatés de teinte jaune ou orangée, issus du substrat local, extraits lors du creusement des fossés. Les matériaux mis œuvre sont loin d’être homogènes et sont souvent mélangés à des sédiments anthropisés, à des restes de nattes ou de fumiers ou à des débris de matériaux façonnés, parfois brûlés, ces derniers témoignant du remploi d’éléments issus d’autres structures démantelées. Sur l’une des façades, un enduit épais composé de limons argileux et de restes végétaux (amas de phytolithes) a pu être identifié par l’étude micromorphologique (Wattez, 2009). Les informations, très riches, recueillies au cours des fouilles extensives menées de 2004 à 2008 ont permis d’approfondir nos connaissances sur la forme des bâtiments, leur implantation ainsi que sur les modalités de préparation et de mise en œuvre de la terre à bâtir, dans sa fonction porteuse (Gutherz et al., 2010). Elles confirment notamment le creusement des fossés pour l’installation de bâtiments encavés, une autre caractéristique de cet habitat. Ce lien entre bâtiment de plain-pied et aménagement souterrain renvoie également aux traditions architecturales des villages fontbuxiens en pierres sèches de l’arrière-pays.

6. La Capoulière 2 et 4 à Mauguio (Hérault). Néolithique final (culture de Fontbouisse).

6. La Capoulière 2 et 4 à Mauguio (Hérault). Néolithique final (culture de Fontbouisse).

a. Plan de la zone centrale et emplacement des constructions en terre crue (fouilles L. Jallot, 2000-2008) ; b. Mur en mottes de terre crue et enduit (fouilles C. Georjon) ; c. Lame mince micromorphologique : pain de terre façonné par imbrication de deux mottes modelées (analyse J. Wattez) ; d. Murs en briques de terre et interprétation d’un bâtiment (fouille L. Jallot).

© L. Jallot, J. Wattez, C. Georjon, Inrap et Université Paul Valéry-Montpellier/ UMR 5140/ Labex Archimède

  • 9 Fouilles menées en 2011 sous la direction de Fabien Convertini, Inrap.
  • 10 Fouilles menées en 2013 sous la direction de Fabien Convertini, Inrap.
  • 11 Diagnostic mené en 2007 sous la direction de Luc Jallot, Inrap.

23Entre temps, en 2001, la fouille extensive du site du Mas de Vignoles 4 (Nîmes, Gard) confirma la présence d’aménagements en terre comme des sols construits ou des segments de mur édifiés par façonnage direct (Jallot, 2004). Ils étaient également installés dans des structures en creux. Des couches massives colmataient par endroits le remplissage de ces structures (fosses, fossés). Leur mode de formation a permis de préciser leur identité : certaines résultaient de l’érosion progressive, au fil de l’occupation, de structures de terre crue, adjacentes mais non conservées, d’autres correspondaient à des couches de démolition destinées à remblayer les fosses. La microstratigraphie des remplissages a ainsi révélé plusieurs phases d’aménagement et de réfection de l’espace. Ces couches massives, déjà définies pour les périodes récentes (Cammas, 2003), apparaissent essentielles pour aborder la structuration et l’évolution de l’habitat néolithique (Wattez, 2009). Depuis 2010, la plupart des fouilles conduites sur des sites du Néolithique Final en Languedoc oriental confirment la présence de constructions en bauge. On peut aujourd’hui citer d’autres exemples comme l’habitat de la Caunelle à Juvignac (Hérault)9, celui préfontbuxien de la Cavalade à Montpellier (Hérault)10 ou encore celui de la Colline Saint-Michel à Montpellier (Hérault)11 (Jallot, 2014).

  • 12 Fouilles menées en 2012 sous la direction de Benoît Sendra.

24La documentation s’est enrichie récemment avec la découverte de dispositifs architecturaux associés aux enceintes : ceux des sites de Mitra à Nîmes (Gard)12 ou de Pascale et Bérange à Saint-Brès (Hérault) sont édifiés en boules de terre [cf. encadré 3, p. 24].

25Les établissements de plaine du Néolithique final languedocien sont étendus. Leur configuration, particulière, est qualifiée de « fossoyée », car matérialisée par des ensembles de fosses et de fossés dans lesquels les vestiges architecturaux sont préservés. La compréhension de l’organisation villageoise pâtit de l’absence de sols d’occupation extérieurs. La situation apparaît différente dans le nord de la France, où l’architecture en terre est conservée dans des sites stratifiés. Très récemment, deux sites exceptionnels ont été découverts à l’occasion d’opérations d’archéologie préventive.

  • 13 Fouilles menées en 2013 sous la direction de Tony Hamon, Inrap.

26En Touraine, le site du Bois d’Adrien à Maillé (Indre-et-Loire)13 est localisé sur une haute terrasse alluviale, en rive gauche de la vallée de la Vienne, en amont de la confluence avec la Creuse. La détection des structures de terre crue, dès le début de l’opération, a orienté la stratégie de fouille vers un décapage extensif pour délimiter l'étendue du bâti et son organisation. Un plan d’agglomération a ainsi été mis au jour sur la totalité de l’emprise explorée. Il se caractérise par plus d’une vingtaine de bâtiments. Plusieurs phases relevant d’une occupation continue ont été reconnues, en plan et en coupe. Bien que les données soient encore partielles, deux phases architecturales attestent une variation dans la forme des bâtiments, ovale dans la phase 7 et quadrangulaire dans la phase 6 [ill. 7]. Pour les autres phases, les plans ne sont pas encore connus. Les maisons mesurent quatre à cinq mètres de largeur pour une dizaine de mètres de longueur. Les murs ne sont pas fondés et sont construits selon une technique originale comme le montre l’analyse micromorphologique. Les matériaux sont préparés à partir de sédiments sablo-limoneux grossiers, issus des sols alluviaux locaux, mêlés à du mobilier céramique et lithique. Celui-ci, très présent, semble être recyclé dans la construction. Les murs (de 50 à 70 cm de large pour 30 à 100 cm de hauteur) sont façonnés avec ces matériaux, déposés par apports successifs, tandis que leurs parements, d’une épaisseur de 5 à 10 cm, sont confectionnés à partir d’un mélange plus homogène et de texture plus fine, monté par lits successifs fortement compactés. Seuls les murs de la dernière phase comportent un radier de pierre d’origine alluviale (phase 7). Les sols des bâtiments sont construits et, dans la plupart des cas, ancrés sur un radier ou un remblai d’installation. L’étude micromorphologique montre une certaine diversité dans leurs procédés de construction. La terre à bâtir est préparée à partir de sédiments d’origine alluviale. Elle est déposée, soit sous forme de couche continue, de texture limono-sableuse, soit sous forme de pavés quadrangulaires (8 à 10 cm de côté) façonnés à l’aide de matériaux légèrement plus grossiers (sablo-limoneux), additionnés de concrétions ferrugineuses extraites de formations marécageuses pour la phase 3, entraînant des motifs différents d’une maison à l’autre [ill. 7]. Ces concrétions sont à l’origine de la couleur rouge observée au cours de la fouille. L’hypothèse d’un ajout pour teinter les sols mérite d’être posée. Ce mode d’aménagement des surfaces est quant à lui tout à fait original pour le Néolithique. Les différentes phases de construction sont stratigraphiquement délimitées par des couches massives, décimétriques, composées d’un entassement dense de débris de matériaux de construction en terre. Ces faciès sédimentaires intermédiaires, interprétés comme des remblais, correspondraient aux phases de démolition préalables à l’implantation de nouveaux bâtiments. Entre les bâtiments, la stratification, constituée d’une séquence de sols développés sur des remblais, matérialise des voies de passage [ill. 7]. L’exemple du site du Bois d’Adrien élargit la perspective sur les façons de construire en terre des murs et des sols. Là encore, l’emploi de sédiments issus du contexte alluvial sur lequel est implanté l’habitat peut introduire un biais dans la détection de constructions en terre. Cependant, les anomalies résultant de la mise en œuvre de la terre à bâtir constituent des pistes.

7. Le site du Bois d’Adrien à Maillé (Indre-et-Loire).

7. Le site du Bois d’Adrien à Maillé (Indre-et-Loire).

a. Sondage 9, coupe de deux murs en terre crue - sur celui de droite, distinction entre la partie interne du mur et le parement ; b. Scan de lame mince. À gauche, parement du mur et à droite, partie interne du mur ; c. Fouille en planimétrie dun sol constitué de pavés (limites) (Transect 1) ; d. Scan de lame mince d’un sol pavé - limite entre deux pavés posés sur un radier de terre préparé. À gauche, le pavé est constitué de concrétions ferrugineuses lui conférant une couleur rouge.

© T. Hamon, Inrap ; M. Onfray, UMR Trajectoires

27Le second exemple est celui de la Fosse Blanche (Prasville, Eure-et-Loir). Les diagnostics réalisés sur plus de 5 ha ont mis en évidence plusieurs ensembles de bâtiments édifiés en bauge [cf. encadré 4, p. 26].

28La construction en terre n’est cependant pas une découverte récente dans le nord de la France. Ainsi, en Mayenne, les vestiges d’un mur de terre conservé sur près de 5 m et préservé sur 25 à 30 cm de hauteur sont signalés sur le site du Plantis à Oisseau en 1985-1986 (Letterlé, 1986). À l’époque, il n’a pas été observé de traces d’armatures en bois et la nature des éléments de construction (terre massive tassée ou éléments modulaires de terre) n’est pas précisée.

  • 14 Fouilles menées sous la direction de J.-Y. Noël.

29L’habitat en terre crue peut laisser des traces plus fugaces. En plateau de Beauce, sur le site stratifié des Friches de Flotville (Sours, Eure-et-Loir), la répartition du matériel au sol a mis en évidence trois plans d’habitation du Néolithique récent, de tradition Horgen (Hamon et al., 2014). Ces bâtiments ne sont pas signalés par des éléments porteurs de type poteaux mais par des anomalies sédimentaires. Celles-ci dessinent des fantômes de murs qui délimitent des plans cohérents et répétitifs. Il pourrait s’agir de sablières de bois disposées dans des tranchées peu profondes. Le sol est en partie conservé. Deux niveaux de construction sont possibles. L’étude micromorphologique des sols d’occupation et des anomalies sédimentaires confirme les observations de terrain : l’usage de la terre dans la construction est identifiée de manière indirecte, soit en position d’effondrement, soit dans des zones de rejets comportant d’abondants débris de matériaux façonnés. Ces résultats restent préliminaires, l’étude étant en cours. Le site des Grands Noyers (Gas, Eure-et-Loir)14 a livré un bâtiment seulement matérialisé par des trous de poteaux et par des concentrations de mobilier, mais qui s’est révélé être au moins en partie édifié en terre crue. En effet, l’étude micromorphologique menée sur les zones de mobiliers a permis d’identifier la base d’une élévation en bauge et des sols aménagés en terre massive (Noël et Onfray, sous presse). La terre à bâtir provenait essentiellement de la partie supérieure d’un sol brun lessivé dont les caractères sont similaires à ceux des couches d’occupation.

30Nombre de questions sur la construction en terre néolithique en milieu tempéré restent encore en suspens. Néanmoins, quelques éléments de réponses et pistes de réflexion peuvent être proposées.

31Premièrement, la construction en bauge est avérée sur l’ensemble du territoire dès le Néolithique ancien. Les indices recueillis témoignent de la généralisation de cette technique pendant tout le Néolithique. Il est donc certain que l’emploi du matériau terre, encore peu ou mal détecté, constitue une grande partie des architectures néolithiques.

32Deuxièmement, la terre peut être associée à d’autres matériaux comme le bois ou la pierre. Qu’elle soit utilisée seule ou non, son emploi peut relever de différentes contraintes : culturelles, techniques, esthétiques, etc., qu’il est encore difficile de percevoir mais que l’on doit garder à l’esprit… Par exemple, les constructions en terre peuvent aussi reproduire des schémas d’organisation spatiale et des mises en œuvre obtenus ailleurs à partir d’autres techniques (cf. supra, site de la Capoulière).

33Troisièmement, l’usage de la terre crue ne semble pas lié à des fonctions spécifiques du bâti. Elle est utilisée dans les petits édifices (habitations, greniers) et dans les architectures monumentales (enceintes), relevant plutôt de l’espace collectif comme dans le cas de Château-Perçin. Ce constat appelle un certain nombre de questions touchant à l’origine des pratiques constructives en terre, à la transmission des savoirs et au caractère vernaculaire des architectures néolithiques.

34Enfin, les vestiges en terre crue sont préservés dans des contextes topographiques, géomorphologiques et pédologiques variés. Les conditions climatiques locales postérieures aux occupations n’ont pas joué un rôle significatif sur leur conservation. L’artificialisation des sols, au cours des périodes historiques et contemporaines, est davantage en cause. La construction en terre a laissé des traces encore discernables dans le paysage, comme le montre la topographie des champs cultivés de la Fosse Blanche à Prasville ou de Villeneuve-sur-Conie [encadrés 1 et 4]. Ainsi, la mise au jour de bâtiments dont les plans sont partiellement dégagés, mais aussi de segments de murs qui peuvent être des limites d’autres espaces, apporte un nouvel éclairage sur la trame villageoise et sur l’organisation des habitats au sein de leur territoire durant le Néolithique.

Haut de page

Bibliographie

Billaud Y., 2005, « Traces fugaces et architecture de terre au Bronze final : le cas de Laprade (Lamotte-du-Rhône, Vaucluse, TGV Méditerranée) », in Buschenschutz O. et Mordant C. (dir.), Architectures protohistoriques en Europe occidentale du Néolithique final à l’âge du Fer, Actes du 127e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, (Nancy, 2002), Paris, édition du CTHS, p. 389-404.

Binder D., Jallot L., Thiébault S., 2002, « Fiche n° 9: les occupations néolithiques des Petites Bâties, (Lamothe-du-Rhône, Vaucluse) », in Archéologie du TGV-Méditerranée Préhistoire, Fiches de synthèse, Tome 1, la Préhistoire, Lattes, ADAL, Monographies d’Archéologie Méditerranéenne, 8, p. 103-122.

Briois F., Manen C., 2009, « L’habitat néolithique ancien de Peiro Signado à Portiragnes (Hérault) », in Beeching A. et Sénépart I. (dir.), De la maison au village : l’habitat néolithique dans le Sud de la France et le Nord-Ouest méditerranéen, Actes de la table ronde des 23 et 24 mai 2003 (Marseille, Musée d’histoire de la ville de Marseille), Mémoire de la SPF n°48 Paris, Société Préhistorique Française, p. 31-38.

Brochier J.-L., 1994, « Étude de la sédimentation anthropique, la stratégie des ethnofaciès sédimentaires en milieu de constructions en terre », Bulletin de correspondance hellénique, 118-2, p. 619-645.

Cammas C., 2003, « L’architecture en terre crue à l’âge du Fer et à l’époque romaine : apports de la discrimination micromorphologique des modes de mise en œuvre », in Chazelles C.-A. de, Klein A. (dir.), 2003, Échanges transdisciplinaires sur les constructions en terre crue, vol. 1, Terre modelée, découpée ou coffrée, matériaux et modes de mise en œuvre, Actes de la table-ronde de Montpellier (17-18 novembre 2001), Montpellier, éditions de l’Espérou, p. 33-53.

Chazelles C.-A. de, 2005, « Les architectures en terre crue du Sud de la France aux âges des métaux (Bronze final-âge du Fer) », in Buschenschutz O. et Mordant C. (dir.)., Architectures protohistoriques en Europe occidentale du Néolithique final à l’âge du Fer, Actes du 127e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques (Nancy, 2002), Paris, éditions du CTHS, p. 25-39.

Chazelles C.-A. de, 2007, « La bauge dans les constructions du Languedoc et du Roussillon d’après les témoignages archéologiques du Néolithique à la fin du Moyen-Age. Essai de synthèse », in Patte E. et Streiff F. (dir.) L’architecture en bauge en Europe, Actes du colloque d’Isigny-sur-Mer (12-14 octobre 2006), Les Veys, Parc naturel régional des marais du Cotentin et du Bessin, p. 211-234.

Chazelles C.-A. de, 2010, « Terre modelée et terre moulée, deux conceptions différentes de la construction en terre », in Carvais R., Guillerme A., Nègre V., Sakarovitch J. (dir.), édifice et artifice. Histoires constructives, recueil de textes issus du Premier congrès francophone d’Histoire de la construction (Paris, juin 2008), Paris, Picard, p. 411-420.

Chazelles C.-A. de et Poupet P., 1985, « La fouille des structures de terre crue : définitions et difficultés », Aquitania, 3, p. 149-160.

Gandelin M., Pons F., Chazelles C.-A. de, 2011, « L’enceinte chasséenne de Château-Perçin. Un témoignage exceptionnel d’architecture monumentale néolithique en Haute-Garonne », Archéopages, n° 33, p. 12-15.

Goldberg P., Macphail R. I., 2006, Practical and theoretical geoarchaeology, Oxford, Blackwell Publishing, 456 p.

Gutherz X., Jallot L., Wattez J., Borgnon C., Roux J.-C., Thouvenot Y., Orgeval M., 2010, « L’habitat néolithique final de la Capoulière IV (Mauguio, Hérault) : présentation des principaux résultats 2004-2007 », in Sénépart I., Perrin T., Thirault É., Bonnardin S. (dir.), Marges, frontières et transgressions, Actualité de la recherche, Actes des viiies rencontres méridionales de Préhistoire récente (Marseille, 7 et 8 novembre 2008), Toulouse, Éditions Archives d’Écologie Préhistorique, p. 413-437.

Hamon T., Creusillet M.-F., Onfray M., 2014, « Sours  “Les Hauts de Flotville” (Eure-et-Loir), mise en évidence de sols néolithiques et protohistoriques en plaine de Beauce, approche et limite de terrain et d’étude », in Sénépart I., Billard C., Bostyn F., Praud I., Thirault É. (dir.), Méthodologie des recherches de terrain sur la Préhistoire récente en France, Nouveaux acquis, nouveaux outils, 1987-2012, Actes des premières rencontres de Préhistoire récente Nord-Sud (Marseille, 23-25 mai 2012), Toulouse, Éditions Archives d’Écologie Préhistorique, p. 349-354.

Jallot L., 2003, « Exemples de constructions architecturées en terre crue dans les habitats du Néolithique méridional », in Chazelles C.-A. de, Klein A. (dir.), Échanges transdisciplinaires sur les constructions en terre crue, Montpellier, Éditions de l’Espérou, p. 170-183.

Jallot L (dir.), 2004, Le Mas de Vignoles IV à Nîmes (Gard), DFS, Afan, SRA Languedoc-Roussillon, 2 vol., 13 fascicules, 1360 p.

Jallot L., 2014, « Le site de la colline Saint-Michel (Montpellier, Languedoc) : la question de la transition Néolithique final 2-3 », in Sénépart I., Léandri F., Cauliez J., Perrin T., Thirault É. (dir.), Chronologie de la Préhistoire récente dans le Sud de la France. Actualité de la recherche, Actes des 10es rencontres méridionales de Préhistoire récente (18-22 octobre 2012, Porticcio, Corse), Toulouse, Archives d’écologie Préhistorique, p. 87-135.

Jallot L., Georjon C., Wattez J., Blaizot F., Cordier L., Léa V., Beugnier V., 2000, « Principaux résultats de l’étude du site chasséen de Jacques Coeur II (Port Marianne, Montpellier, Hérault) », in Leduc M., Valdeyron N. et Vaquer J (dir.), Sociétés et espaces, IIIe rencontres méridionales de Préhistoire récente (Toulouse, 6-7 novembre 1998), Toulouse, Éditions Archives d’Écologie Préhistorique, p. 281-304.

Jallot L., Marsac P., 1998, « Travaux et recherches archéologiques de terrain, Aveyron, Millau, Jas del Biau », Bilan scientifique 1998, Direction régionale des Affaires Culturelles de Midi-Pyrénées, Service Régional de l’Archéologie de la région de Midi-Pyrénées, p. 67-69.

Leroi-Gourhan A., Brézillon M., 1972, Fouilles de Pincevent, essai d’analyse ethnographique d’un habitat magdalénien, VIIe supplément à Gallia Préhistoire, Paris, CNRS, 335 p.

Letterlé F., 1986, « Un habitat de la fin du Néolithique : le site du Plantis à Oisseau », in Letterlé F. (dir.), Premiers agriculteurs de la Mayenne : recherches récentes sur le Néolithique 1978-1986, Nantes, Association d’études préhistoriques et historiques des Pays de la Loire, p. 34-41.

Noël J.-Y., Onfray M., sous presse, « Approche interdisciplinaire des nappes de mobilier en contexte de plateau : Le site de Gas “les Grands Noyers” (Eure-et-Loir) au Néolithique récent-final », in Vanmoerkerke J. (dir.), Occupations et exploitations néolithiques : et si l’on parlait des plateaux ? 31e colloque INTERNEO, 18-19 octobre 2013, Châlons-en-Champagne, bull. de la Société Archéologique Champenoise, t. 107, n° 4, p. 7-34.

Pons F., Gandelin M. (dir.), 2011, Seihl, Château Percin (Haute-Garonne), Station d’épuration de l’Aumonnelle, Rapport d’opération, Inrap-SRA Midi-Pyrénées, Juin 2011, 613 p.

Roux J.-C., Cammas C., 2010, « Les techniques constructives en bauge dans l’architecture protohistorique de Lattara, Lattes, Hérault (milieu ve-milieu ive s. av. n. è.) », in Janin T. (dir.), Premières données sur le cinquième siècle avant notre ère dans la ville de Lattara, Lattara, 21, Association pour le Développement de l’Archéologie en Languedoc, p. 219-288.

Sénépart I., 2000, « Gestion de l’espace au Néolithique ancien dans le Midi de la France : l’exemple du Baratin à Courthézon (Vaucluse) », in Leduc M., Valdeyron N. et Vaquer J (dir.), Sociétés et espaces, IIIe rencontres méridionales de Préhistoire récente (Toulouse, 6-7 novembre 1998), Toulouse, Éditions Archives d’Écologie Préhistorique, p. 44-51.

Sénépart I. (dir.), 2008, « La Préhistoire récente », in Sénépart I. (dir.), 53-63, rue Bernard-du-Bois à Marseille (Bouches-du-Rhône), Rapport d’opération, Inrap-SRA Provence-Alpes-Côte d’Azur, 192 p.

Sénépart I., 2009, « L’habitat néolithique ancien cardial du Baratin à Courthézon (Vaucluse) », in Beeching A. et Sénépart I. (dir.), De la maison au village : l’habitat néolithique dans le Sud de la France et le Nord-Ouest méditerranéen, Actes de la table ronde des 23 et 24 mai 2003 (Marseille, Musée d’histoire de la ville de Marseille), Mémoire de la SPF n° 48, Paris, Société Préhistorique Française, p. 61-72.

Sénépart I. (dir.), 2010, Boulevard Nédélec, Marseille (Bouches-du-Rhône), Rapport d’opération, Inrap-SRA Provence-Alpes-Côte d’Azur, 332 p.

Stordeur D., Wattez J., 1998, « À la recherche de nouvelles clés, Étude géoarchéologique à Qdeir I, PPNB final, désert syrien », Contributions réunies par Jacques Cauvin, Cahiers de l’Euphrate 8, p. 115-138.

Wattez J., 2003, « Caractérisation micromorphologique des matériaux façonnés en terre cuite dans les habitats du Sud de la France : l’exemple des sites Jacques Cœur (Montpellier, Hérault), du Jas del Biau (Millau, Aveyron) et de la Capoulière (Mauguio, Hérault) », in Chazelles C.-A. de, Klein A. (dir.), Échanges transdisciplinaires sur les constructions en terre crue, Montpellier, Éditions de l’Espérou, p. 21-31.

Wattez J., 2009, « Enregistrement sédimentaire de l’usage de la terre crue dans les établissements néolithiques du sud de la France : le cas des sites du Néolithique Final de La Capoulière 2 et du Mas de Vignoles IV », in Beeching A. et Sénépart I. (dir.), De la maison au village : l’habitat néolithique dans le Sud de la France et le Nord-Ouest méditerranéen, Actes de la table ronde des 23 et 24 mai 2003 (Marseille, Musée d’histoire de la ville de Marseille), Mémoire de la SPF n° 48, Paris, Société Préhistorique Française, p. 199-218.

Wattez J., Onfray M., 2014, « La question des sols d’occupation néolithiques : apports de la géoarchéologie à leur identification et à leur interprétation », in Sénépart I., Billard C., Bostyn F., Praud I., Thirault É. (dir.), Méthodologie des recherches de terrain sur la Préhistoire récente en France, Nouveaux acquis, nouveaux outils, 1987-2012, Actes des premières rencontres de Préhistoire récente Nord-Sud (Marseille, 23-25 mai 2012), Toulouse, Éditions Archives d’Écologie Préhistorique, p. 317-348.

Haut de page

Notes

1 Fouille de Laprade, à La Motte-du-Rhône (Vaucluse), menée en 1996 sous la direction d’Yves Billaud DRASSM.

2 Fouille de la rue Bernard-du-Bois à Marseille menée en 2005 sous la direction d’Ingrid Sénépart, Service archéologique de Marseille/Inrap.

3 Fouille des Petites Bâties à Lamotte-du-Rhône (Vaucluse), menée en 1996 sous la direction de Didier Binder (CNRS), Luc Jallot (Afan) et Stéphanie Thiébaud (CNRS).

4 Fouille du site de Jacques Cœur II, Port Mariane, à Montpellier menée en 1998 sous la direction de Luc Jallot (Afan).

5 Fouille du site de l’avenue Charles-Nédélec à Marseille menée en 2006-2007 sous la direction d'Ingrid Sénépart (Ville de Marseille).

6 Fouille du site de Château Percin à Seihl (Haute-Garonne) menée en 2007-2008 sous la direction de Fabrice Pons (Inrap).

7 Fouilles de l’A75, menées en 1997 et 1998 sous la direction de Luc Jallot (Afan).

8 Fouille de la Capoulière, menées en 2000 (fouilles Luc Jallot, Afan), 2001 (fouilles Cathy Georjon, Afan), de 2004 à 2008 (fouilles programmées, Xavier Gutherz, université de Montpellier, et Luc Jallot, Inrap).

9 Fouilles menées en 2011 sous la direction de Fabien Convertini, Inrap.

10 Fouilles menées en 2013 sous la direction de Fabien Convertini, Inrap.

11 Diagnostic mené en 2007 sous la direction de Luc Jallot, Inrap.

12 Fouilles menées en 2012 sous la direction de Benoît Sendra.

13 Fouilles menées en 2013 sous la direction de Tony Hamon, Inrap.

14 Fouilles menées sous la direction de J.-Y. Noël.

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1. Le Baratin à Courthézon (Vaucluse).
Légende a. Zone sud – vue générale de la structure d’habitat ; b. les foyers (ST 8) et leur sol blanc carbonaté associé ; c. la dalle de molasse aménagée et ses sols blancs ; d. détails des trous de piquets et des placages et revêtements carbonatés.
URL http://journals.openedition.org/archeopages/docannexe/image/1106/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre 2. Le site de la rue Bernard-du-Bois à Marseille (Bouches-du-Rhône).
Légende a. Relevé du niveau du Néolithique ancien ; © relevé I. Sénépart, DAO Nicolas Weydert, Inrap ; b. Le sol blanc associé au niveau du Néolithique ancien ; c. Microstratigraphie du sol construit : alternance de sols faits de limons argileux avec enduit de boue calcaire (lentilles claires).
Crédits © I. Sénépart, DA-SMPH-VDM ; J. Wattez, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeopages/docannexe/image/1106/img-2.png
Fichier image/png, 346k
Titre 3. Le site de Jacques Cœur 2 à Montpellier (Hérault).
Légende a. Plan des fouilles et localisation du mur en terre crue (ST4) ; b. Coupe transversale d’une briquette façonnée par modelage, fines rides de compression au contact d’un autre élément pré-formé ; c. Vue du mur en terre crue en cours de fouille à partir de l’ouest ; d. Mur en terre crue, plan et coupe longitudinale.
Crédits © d’après Jallot et al. 2000
URL http://journals.openedition.org/archeopages/docannexe/image/1106/img-3.png
Fichier image/png, 186k
Titre 4. Le site de Nédélec à Marseille (Bouches-du-Rhône).
Légende a : vue du mur de la zone B ; b : détail du mur au moment du prélèvement des pains de terre ; c : coupe transversale d’un pain de terre façonné par modelage ; d : vue du mur de la zone D ; e : un pain de terre du mur de la zone D ; f : coupe transversale d’un pain de terre façonné par modelage, avec inclusion de galet.
Crédits © I. Sénépart, DA-SMPH-VDM ; J. Wattez Inrap ; F. Parent, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeopages/docannexe/image/1106/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre 5. L’utilisation de la terre crue dans les habitats du Néolithique final en Languedoc oriental.
Légende a. Le Jas del Biau (Millau, Aveyron), briquette ; b. Stade Richter (Montpellier, Hérault), fosse de préparation de mottes de terre ; c. Le Terruge (Collias, Gard), bouchon de terre crue de silo ; d. Peirouse Ouest (Marguerittes, Gard), trace d’enduit sur mur de pierres sèches ; e. Capoulière 4 (Mauguio, Hérault), base de four à dôme en cloche ; f. Capoulière 4 (Mauguio, Hérault), colmatage de briques de terre crue ; g. Capoulière 4 (Mauguio, Hérault), épandage de torchis (sole ?).
URL http://journals.openedition.org/archeopages/docannexe/image/1106/img-5.png
Fichier image/png, 309k
Titre 6. La Capoulière 2 et 4 à Mauguio (Hérault). Néolithique final (culture de Fontbouisse).
Légende a. Plan de la zone centrale et emplacement des constructions en terre crue (fouilles L. Jallot, 2000-2008) ; b. Mur en mottes de terre crue et enduit (fouilles C. Georjon) ; c. Lame mince micromorphologique : pain de terre façonné par imbrication de deux mottes modelées (analyse J. Wattez) ; d. Murs en briques de terre et interprétation d’un bâtiment (fouille L. Jallot).
Crédits © L. Jallot, J. Wattez, C. Georjon, Inrap et Université Paul Valéry-Montpellier/ UMR 5140/ Labex Archimède
URL http://journals.openedition.org/archeopages/docannexe/image/1106/img-6.png
Fichier image/png, 250k
Titre 7. Le site du Bois d’Adrien à Maillé (Indre-et-Loire).
Légende a. Sondage 9, coupe de deux murs en terre crue - sur celui de droite, distinction entre la partie interne du mur et le parement ; b. Scan de lame mince. À gauche, parement du mur et à droite, partie interne du mur ; c. Fouille en planimétrie d’un sol constitué de pavés (limites) (Transect 1) ; d. Scan de lame mince d’un sol pavé - limite entre deux pavés posés sur un radier de terre préparé. À gauche, le pavé est constitué de concrétions ferrugineuses lui conférant une couleur rouge.
URL http://journals.openedition.org/archeopages/docannexe/image/1106/img-7.png
Fichier image/png, 445k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ingrid Sénépart, Julia Wattez, Luc Jallot, Tony Hamon et Marylise Onfray, « La construction en terre crue au Néolithique », Archéopages, 42 | 2015, 6-19.

Référence électronique

Ingrid Sénépart, Julia Wattez, Luc Jallot, Tony Hamon et Marylise Onfray, « La construction en terre crue au Néolithique », Archéopages [En ligne], 42 | juillet 2015, mis en ligne le 01 juillet 2017, consulté le 15 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeopages/1106 ; DOI : 10.4000/archeopages.1106

Haut de page

Auteurs

Ingrid Sénépart

Ville de Marseille, UMR 7264, « CEPAM »

Julia Wattez

Inrap, UMR 5140, « Archéologie des Sociétés Méditerranéennes »

Articles du même auteur

Luc Jallot

université Montpellier 3, UMR 5140, « Archéologie des Sociétés Méditerranéennes »

Articles du même auteur

Tony Hamon

Inrap, UMR 8215, « Trajectoires »

Articles du même auteur

Marylise Onfray

UMR 8215, « Trajectoires »

Haut de page

Droits d’auteur

© Inrap

Haut de page
  • Logo Inrap – Institut national de recherches archéologiques préventives
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche
  • OpenEdition Journals