Navigation – Plan du site

AccueilNuméros42Thèse soutenuesTypochronologie de la céramique b...

Thèse soutenues

Typochronologie de la céramique bas-normande de la fin du xiie siècle au milieu du xive siècle. étude des lots des châteaux de Caen, Falaise et de l’hôpital de Sées.

Stéphanie Dervin
p. 140-141

Texte intégral

23 juin 2014
Université de Rouen
Directrice de thèse :
Anne-Marie Flambard Héricher, Professeur émérite, Université de Rouen
Membres du jury:
Pré
sidente:
Claire Hanusse, Maître de conférences habilité, Université de Caen Normandie
Rapporteurs:
Frans Verhaeghe, Professeur émérite, Université Libre de Bruxelles
Philippe Racinet, Professeur, Université de Picardie Jules Verne
Examinateurs:
Anne Schmitt, Chargée de recherche, CNRS
Yves Henigfeld, Maître de conférences, Université de Nantes 

Consultable
sous format papier et disponible en prêt entre bibliothèques à l’Université de Rouen. Service commun de la documentation. Section lettres. Cote : Z25892.

1Ce doctorat, engagé en 2007, émerge du constat de la remise en question de la synthèse typochronologique réalisée en 1987 par M. Leenhardt. Plusieurs problématiques ont guidé notre réflexion. Quelle est la diversité typologique des céramiques retrouvées en Basse-Normandie ? Peut-on affiner la chronologie de ces vases, c’est-à-dire définir les phases d’apparition de chaque type, leurs évolutions et leurs disparitions ? Quelles sont les productions en présence et comment se caractérisent-elles ?

2Un simple inventaire des lots disponibles en Basse-Normandie dans la fourchette chronologique des xiiie-xive siècles recense 41 sites. Ils se répartissent inégalement sur le territoire bas-normand, puisque plus de la moitié des sites sont localisés dans le Calvados. La cartographie de ces sites montre des espaces archéologiquement déserts. Toutefois, le nombre et la diversité des contextes de découverte permettent d’obtenir une image représentative des céramiques bas normandes pour cette période. Parmi ces 41 sites, les données céramologiques sont très hétérogènes. Une normalisation était donc indispensable. Les classements typologiques s’appuient sur un vocabulaire défini lors d’un programme collectif de recherche intitulé « Typochronologie de la céramique médiévale et moderne en Normandie du xe au xvie siècle. Production, diffusion ». Les données macroscopiques des pâtes ont également été normalisées selon la grille d’analyse mis en place dans ce PCR. Enfin, une enquête chimique vient compléter la caractérisation des productions. Elle a été réalisée au laboratoire d’archéométrie-céramologie du Craham (Université de Caen Normandie-CNRS).

3La première partie de ce travail présente les différentes études céramologiques réalisées. Six lots ont servi de références à cette recherche : quatre lots inédits provenant des fouilles du château de Caen en 2005, un lot inédit provenant du bastion nord-est du château de Falaise et un lot plus ancien retrouvé à l’hôpital rural de Sées. Dix-neuf lots provenant de sites bas-normands déjà étudiés présentaient des données quantitatives et/ou qualitatives suffisantes pour être intégrés au corpus. Les informations relatives aux autres sites bas-normands ont été utilisées afin d’observer la diffusion des vases.

4Dans une deuxième partie, est présentée une synthèse macroscopique, typologique et chronologique. Cette synthèse avait pour objectif de devenir un outil pour les archéologues et les céramologues afin de caractériser les céramiques bas normandes et de préciser la chronologie de leurs ensembles. Le catalogue des groupes techniques est composé de 63 groupes distincts. La validation de ces groupes techniques s’est effectuée en croisant les données macroscopiques avec les données archéométriques, typologiques et contextuelles, ce qui a mis en évidence certaines variations.

5Le catalogue typologique a été réalisé selon les mêmes principes. Les vases observés ont été classés en fonction des critères retenus. Les variantes distinguées peuvent être caractéristiques d’une production, d’un atelier ou d’une phase chronologique. Seule la confrontation des données archéométriques et des données de terrain permet de valider la distinction des sous-types. Ce catalogue typologique raisonné réunit 97 types différents déclinés en 227 sous-types.

6à la suite de la caractérisation des groupes techniques et des formes, l’interprétation chronologique de ces éléments nécessitait de s’interroger sur les données contextuelles et sur leurs limites d’interprétation. La rareté des indices chronologiques fiables pour la majorité des sites a amené à proposer une typochronologie élaborée à partir de lots clos et/ou homogènes, qui bénéficiaient d’éléments de datation externes à la céramique. La sériation a donc été réalisée à partir des lots de l’espace caennais pour lesquels nous disposions d’informations en chronologie absolue (terminus ante et post quem). Elle a été effectuée à partir de la méthode des barycentres sur les données typologiques et macroscopiques. Elle a permis de mettre en avant l’évolution de chacun des vases et de déterminer ceux dont la forme correspond à une fourchette chronologique restreinte. De même, l’évolution des groupes techniques met en évidence des changements dans la préparation des argiles au sein d’une même production.

7La troisième partie de ce travail est une synthèse de ces résultats, envisagés sous l’angle géographique. Afin d’identifier les aires de production bas normandes, une étude archéométrique a été menée sur l’ensemble de la Basse-Normandie à partir de 553 échantillons dont 74 ont été analysés dans le cadre de ce doctorat. Quinze aires de production ont été identifiées. Une synthèse des données macroscopiques, typologiques, chimiques et chronologiques a été réalisée pour chacune de ces aires. Parmi elles, une production extrarégionale, provenant de la basse vallée de la Seine, a été distinguée. Trois aires de production n’ont pu être associées à une aire géographique ou géologique en l’absence d’élément de comparaison. La répartition géographique des céramiques en fonction de ces aires de production permet de dessiner les premières cartes de diffusion. Ainsi se distinguent des productions à diffusion locale (environ 30 km autour du centre de production) et des productions à diffusion régionale (environ 80 km), qui correspondent à des productions spécialisées. C’est le cas notamment des grès et des céramiques « très décorées ». La caractérisation de ces céramiques « très décorées » et leurs évolutions stylistiques et typologiques ont été esquissées.

8Ces cartes de diffusion permettent également d’observer l’organisation de la production céramique en basse Normandie et son évolution entre le xiie siècle et le xve siècle. Elles autorisent enfin à distinguer différents espaces économiques au sein desquels l’approvisionnement en céramique est analysé. Les évolutions du marché céramique peuvent ainsi être considérées sous l’angle des événements politiques et des transformations économiques de la période considérée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphanie Dervin, « Typochronologie de la céramique bas-normande de la fin du xiie siècle au milieu du xive siècle. étude des lots des châteaux de Caen, Falaise et de l’hôpital de Sées.  »Archéopages, 42 | 2016, 140-141.

Référence électronique

Stéphanie Dervin, « Typochronologie de la céramique bas-normande de la fin du xiie siècle au milieu du xive siècle. étude des lots des châteaux de Caen, Falaise et de l’hôpital de Sées.  »Archéopages [En ligne], 42 | 04-07/2015, mis en ligne le 01 juillet 2017, consulté le 03 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeopages/1348 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeopages.1348

Haut de page

Auteur

Stéphanie Dervin

Inrap, UMR 6273, « Centre Michel de Boüard-Craham »

Haut de page

Droits d’auteur

© Inrap

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search