Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44Thèses soutenuesFabrication et fonction des outil...

Thèses soutenues

Fabrication et fonction des outils de type montmorencien. Nouveau regard à partir des découvertes récentes sur les habitats mésolithiques

Sylvain Griselin
p. 92-93

Texte intégral

1er décembre 2015
Université Paris I, Panthéon-Sorbonne

Directeur de thèse
Boris Valentin
Professeur, université Paris I Panthéon-Sorbonne

Membres du jury
Président 
Jacques Pelegrin, Directeur de recherche, CNRS
Rapporteur 
Grégor Marchand, Directeur de recherche, CNRS
Examinateurs
Pierre Bodu, Chargé de recherche, CNRS
Annelou van Gijn, Professeure, université de Leyde, Pays-Bas
Caroline Hamon, Chargée de recherche, CNRS
Frédéric Séara, Conservateur régional de l'archéologie de la région Grand Est

Consultable
sous format papier à l’université de Paris I, Panthéon-Sorbonne. Publication en cours.

1Les industries macrolithiques en grès ont, depuis les premières découvertes à la fin du xixe siècle, interpellé les chercheurs, en particulier sur la question de leur attribution chronoculturelle. Il faut attendre la fin des années 1970 pour qu’une importante synthèse sur ces industries soit réalisée par Jacques Tarrête (en 1977), les rapportant à un faciès singulier au sein des industries post-glaciaire : le Montmorencien. Cette synthèse met en évidence l’importance des productions de pièces macrolithiques allongées en grès-quartzite dans l’espace francilien, le long des affleurements de grès stampien, sans pour autant permettre de préciser leur place chronologique, même si une attribution au Mésolithique est évoquée. Les problématiques liées à la présence d’outils en grès-quartzite au sein d’assemblages mésolithiques ressurgissent dans les années 1990 grâce à de nouvelles découvertes sur des habitats, notamment ceux fouillés dans le cadre de l’archéologie préventive. On trouve sur ces habitats des outils macrolithiques allongés en grès-quartzite qui induisent un rapport particulier entre le Mésolithique et le Montmorencien.  C’est donc pour définir la place de ces outils au sein de la culture matérielle du Mésolithique et leur rapport avec le Montmorencien que nous avons repris l’étude d'outils trouvés en contexte d’habitat et en particulier sur des sites fouillés ces 10 dernières années par l'Inrap comme celui du 62, rue Henry-Farman à Paris (responsable d’opération : Bénédicte Souffi, Inrap). Nous nous sommes interrogés sur les savoir-faire techniques investis pour la production des pièces, sur l’objectif et l’utilisation de cette production.

2 Notre analyse montre que les outils en grès utilisés dans les habitats mésolithiques correspondent à des macrolithes allongés, bien typés au sein des corpus, que nous avons appelés outils de type montmorencien. Ces outils forment une catégorie relativement standardisée par ses dimensions et par l’attention portée au cours du façonnage puis lors de leur entretien. Il s’agit d’objets qui mesurent une dizaine de centimètre de longueur pour une largeur et une épaisseur de deux à trois centimètres. Ils présentent une section prismatique liée à l’existence de trois à cinq faces dont l’une au moins est plane, dépourvue de retouche. Le façonnage vise à la mise en place de deux ou trois arêtes latérales plutôt régulières sur toute la longueur des pièces. Les réfections observées ont pour rôle l’entretien de ces arêtes alors que les extrémités ne jouent qu’un rôle fonctionnel secondaire. De plus, l’importance des réfections observées le long des arêtes indique que les outils sont conçus pour être utilisés pendant une durée relativement longue. L'analyse tracéologique réalisée par Caroline Hamon (CNRS) montre que les arêtes sont employées sur une matière minérale dure et des tests expérimentaux nous orientent vers une utilisation comme retouchoirs pour la fracturation des lamelles par la technique du microburin. On peut présenter cette hypothèse comme la plus crédible, même si des précisions quant aux gestes employés devront être apportées en poursuivant les expérimentations. Dans les habitats mésolithiques, on trouve souvent ces outils au sein d’assemblages microlithiques dominés par les pointes à base retouchée et les segments du Beuronien nord-occidental, datés entre 8700 et 7500 avant notre ère. Ils sont principalement présents sur les sites franciliens et, plus rarement, jusqu’aux marges du Bassin parisien. Ainsi, ces outils caractérisent un « phénomène technique » d’ampleur régionale, voire suprarégionale au cours du premier Mésolithique.

3 L'étude engagée pour une révision de séries montmorenciennes montre bien qu’une partie importante des pièces sont similaires, morphologiquement et technologiquement, à celles des habitats mésolithiques. Elles sont toutefois inachevées dans ces séries et ne présentent pas de traces macroscopiques d’utilisation identiques à celles trouvées sur les habitats mais d’autres, probablement consécutives à leur emploi au cours de procédés d’extraction, ce qui cadre bien avec la vocation « productrice » de ces gisements. En effet, ces sites que nous qualifions de « producteurs », ou montmorenciens stricto sensu, sont localisés sur ou à proximité des gîtes de grès-quartzite où le matériau est extrait pour ensuite y façonner des outils, emportés ultérieurement sur les habitats mésolithiques. On observe aussi de manière marginale la présence d’ébauches apportées dans certains habitats mésolithiques. Ces pièces pourraient révéler un comportement singulier de mise en réserve de quelques supports, utilisés au gré des besoins. Les études lithologiques à venir devront définir les modalités liées à la diffusion de ces supports et des outils à travers les territoires.

4Par ailleurs, nous avons pu mettre en évidence sur la plupart des sites montmorenciens stricto sensu la présence de différents types d'ébauches de haches néolithiques, nous amenant à requalifier le « Montmorencien ». Celui-ci ne peut plus, selon nous, désigner un faciès chronologique spécifique, puisque l’on trouve au sein de ses séries des productions tant néolithiques que mésolithiques. Il n’a donc plus qu’une valeur historiographique. Pour la caractérisation des industries mésolithiques, nous proposons de restreindre son usage comme adjectif pour désigner un type d’outil marqueur d’un comportement singulier au cours du premier Mésolithique. L’utilisation de ces outils comme retouchoirs pour une activité singulière, possiblement liée à la segmentation des lamelles par la technique du microburin, est révélatrice d’une « économie des matières premières » du fait de l’emploi spécifique du grès-quartzite pour leur confection.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Griselin, « Fabrication et fonction des outils de type montmorencien. Nouveau regard à partir des découvertes récentes sur les habitats mésolithiques »Archéopages, 44 | 2016, 92-93.

Référence électronique

Sylvain Griselin, « Fabrication et fonction des outils de type montmorencien. Nouveau regard à partir des découvertes récentes sur les habitats mésolithiques »Archéopages [En ligne], 44 | 2016, mis en ligne le 01 juillet 2019, consulté le 28 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeopages/1599 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeopages.1599

Haut de page

Auteur

Sylvain Griselin

Inrap, UMR 7041, « Arscan »

Haut de page

Droits d’auteur

© Inrap

Haut de page
  • Logo Inrap – Institut national de recherches archéologiques préventives
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search