Navigation – Plan du site

AccueilNuméros45Éditorial

Texte intégral

1La céramique n’est pas un objet archéologique comme un autre ; c’est avant tout un traceur anthropologique, fiable et abondant, que ce numéro d’Archéopages invite à revisiter en présentant des découvertes récentes ou des études renouvelées, mais toutes en relation avec ce qui mène de la matière au produit fini.

2L’apparition de la céramique est relativement récente dans l’histoire de l’humanité et largement liée à la « révolution néolithique ». Dans ce travail de la terre, il y a une transformation de la matière qui, de plastique, devient solide en perdant son eau de façonnage lors du séchage puis au cours de la cuisson. Les composantes techniques et matérielles permettant cette opération étaient connues au Paléolithique supérieur, durant lequel l’homme exploite les propriétés de l’argile. Mais l’apparition de récipients en céramique résulterait de la nécessité, ou de l’intérêt, de contenants imperméables allant au feu. Elle pourrait être une conséquence de la place de plus en plus importante de l’alimentation végétale, localement marquée par le passage à l’agriculture, et de la modification des pratiques alimentaires qu’elle a entraînée au début de l’Holocène. Plus qu’une invention d’agriculteurs, elle paraît donc être celle de sédentaires pour lesquels les relations avec le milieu et les manipulations de celui-ci prennent différentes formes. Ces nouveaux ustensiles permettent des préparations autres que la grillade, comme la cuisson longue nécessaire à la confection de bouillies de céréales, de soupes ou de bouillons gras et aussi celle de liquides, le lait par exemple.

3Antérieurement aux périodes historiques, les poteries constituent des objets archéologiques aux caractères originaux, tant d’un point de vue formel qu’heuristique. En effet, la céramique de la Préhistoire, et bien souvent de la Protohistoire, est non tournée (montée au colombin, modelée, moulée…), principalement fabriquée dans un cadre domestique. Sa diffusion reste généralement limitée à l’aire de production ; lorsque ce n’est pas le cas, elle peut témoigner de contacts à plus ou moins longue distance.

4Objets fragiles, d’une courte durée d’usage, les céramiques sont de bons marqueurs chrono-culturels. C’est, dans bien des cas, le mobilier le mieux conservé sur les gisements ; celui qui, avec les objets lithiques et, au fil du temps, métalliques, va être à la base de toute étude archéologique : il est attaché à la localisation et à la définition du site archéologique (en fouille et en prospection), à la caractérisation de la fonction (habitation, tombe, dépôt…), à la définition de la culture et/ou du faciès (donc souvent à la datation), à l’estimation des échanges, à l’approche des pratiques alimentaires…

5La fabrication de la céramique résulte d’une véritable chaîne opératoire, et les tessons gardent les stigmates de chacune de ces étapes. Les retrouver, les observer, les analyser, les contextualiser permet d’approcher non seulement les modes de fabrication, mais également l’ensemble des systèmes qui les sous-tendent, comme la hiérarchisation des sociétés qui va entraîner une spécialisation du travail et la naissance d’un corps de potiers.

6Dans la fabrication de la céramique, l’Homme reste relativement libre pour des raisons d’ordre technologique (plus que dans l’industrie lithique, par exemple). Cette liberté de création et la variabilité des formes et des décors qu’elle génère font d’elle un excellent marqueur social. À toutes les périodes, témoin d’activité et fossile directeur, la céramique nous renseigne donc largement sur les modes de vie et les phénomènes d’ordre sociaux, économiques et artistiques. Innovation technique, commerce, échanges, transmission de savoir-faire sont autant de débats qui animent les études qui, pour les temps historiques, reposent essentiellement sur les études menées sur les ateliers de production.

Ce four de potiers découvert à Saintes en 2017 fait partie d’une batterie de 2 unités semblables et contemporaines, ayant produit de la vaisselle et des récipients de préparation et de stockage pour la première génération d’occupants de la ville gauloise, vers 90-60 av. notre ère (responsable d’opération : G. Landreau, Inrap).

Ce four de potiers découvert à Saintes en 2017 fait partie d’une batterie de 2 unités semblables et contemporaines, ayant produit de la vaisselle et des récipients de préparation et de stockage pour la première génération d’occupants de la ville gauloise, vers 90-60 av. notre ère (responsable d’opération : G. Landreau, Inrap).

© G. Landreau, Inrap

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ce four de potiers découvert à Saintes en 2017 fait partie d’une batterie de 2 unités semblables et contemporaines, ayant produit de la vaisselle et des récipients de préparation et de stockage pour la première génération d’occupants de la ville gauloise, vers 90-60 av. notre ère (responsable d’opération : G. Landreau, Inrap).
Crédits © G. Landreau, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeopages/docannexe/image/2469/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 485k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Garcia, « Éditorial  »Archéopages, 45 | 2018, 2-3.

Référence électronique

Dominique Garcia, « Éditorial  »Archéopages [En ligne], 45 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2020, consulté le 29 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeopages/2469 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeopages.2469

Haut de page

Auteur

Dominique Garcia

Président directeur de l’Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Inrap

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search