Navigation – Plan du site
Dossier

L’argilière d’une tuilerie antique

étude des fosses d’extraction de Crévéchamps, dans la vallée de la Moselle
The clay pit of an ancient tilery. Study of the Crévéchamps extraction pits in the Moselle valley
Cantera de un tejar antiguo. Estudio de las fosas de extracción de Crévéchamps, en el valle del Mosela
Marie-Pierre Koenig
p. 62-71

Résumés

Grâce à la réalisation d’un vaste décapage, d’un échantillonnage raisonné sur le terrain et à une approche pluridisciplinaire, il a été possible d’aborder l’étude d’une argilière sur près de trois hectares à Crévéchamps. De nombreuses fosses quadrangulaires d’environ 1 à 2 m3, reliées entre elles par de petits fossés, permettaient l’évacuation de l’eau vers de grands fossés drainants. Des chemins favorisaient l’exploitation de cette argilière située dans une zone plus ou moins marécageuse. L’argile était destinée à alimenter un atelier de tuilier qu’il reste à localiser précisément. Les rares artefacts recueillis renvoient à une exploitation de l’argilière aux ier et iie siècles de notre ère ; une certaine pérennité de cette exploitation ne fait cependant aucun doute.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en janvier 2020.

Plan

Contexte géographique et archéologique
Organisation de l’argilière
Mode d’extraction
Choix du matériau et production
évolution de l’argilière et durée d’exploitation

Aperçu du texte

Dans la littérature archéologique, les diverses activités liées à la fabrication, à la cuisson et à la diffusion des productions en terre cuite sont relativement bien documentées. Il en va différemment du travail effectué en amont, à savoir l’exploitation de l’argile. Notre documentation se limite en effet aux études menées sur la fouille des jardins du Carrousel à Paris (Van Ossel, 1998) et à quelques mentions, souvent laconiques, glanées dans les publications se référant à certaines officines. Dans ce contexte, la fouille d’une argilière à Crévéchamps en Lorraine permet d’apporter un éclairage nouveau sur cette problématique (Koenig, 2016). Cependant, l’exercice se révèle de prime abord délicat en l’absence d’éléments de comparaison.

Contexte géographique et archéologique

Le gisement de Crévéchamps « Tronc du Chêne » et « Sous Velle » (Meurthe-et-Moselle) est situé à 25 km au sud de Nancy. Il est implanté en fond de vallée, dans l’emprise de la sablière de Velle-sur-Moselle. Ce sec...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Pierre Koenig, « L’argilière d’une tuilerie antique  », Archéopages, 45 | 2017, 62-71.

Référence électronique

Marie-Pierre Koenig, « L’argilière d’une tuilerie antique  », Archéopages [En ligne], 45 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2020, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeopages/3052 ; DOI : 10.4000/archeopages.3052

Haut de page

Auteur

Marie-Pierre Koenig

Inrap, UMR 7044, « Archimède »

Haut de page

Droits d’auteur

© Inrap

Haut de page
  • Logo Inrap – Institut national de recherches archéologiques préventives
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche
  • OpenEdition Journals