Navigation – Plan du site
Pratiques
L’image 3D comme ‎aide à la démarche de ‎restitution

La restitution 3D comme outil de recherche archéologique. L’exemple du bâtiment antique de Bouxières-sous-Froidmont

Karine Boulanger
p. 87-89

Texte intégral

1En archéologie, la restitution 3D n’est pas exclusivement réservée à la conception d’illustrations pédagogiques esthétiques destinées à la valorisation des sites auprès du grand public. Elle peut également être conçue comme un outil essentiel à l’approfondissement de la réflexion des chercheurs. L’expérience menée à Bouxières-sous-Froidmont (Meurthe-et-Moselle), au lieu-dit « Le Tremble », témoigne de l’intérêt de cette démarche.

  • 1 Coordination : Sylvie Deffressigne, Inrap.
  • 2 Inrap, architecte de formation.
  • 3 Étudiant à l’école nationale supérieure d’Architecture de Nancy.

2Cette fouille archéologique préventive, réalisée en 20031, a livré un établissement rural isolé dont l’occupation s’échelonne entre le milieu du ier et le milieu du iiie siècle. Ce bâtiment sur fondations en pierre bénéficiait de niveaux de sol bien conservés. L’étude des vestiges a notamment permis de caractériser les différents espaces et de préciser la nature des matériaux et des techniques constructives des élévations [cf. article p. 34-41]. Dans l’espace interne de la grange, pièce principale de la construction, la présence de trous de poteaux a particulièrement retenu l’attention des fouilleurs [ill. 1]. Ces indices d’une structure porteuse, contemporaine des murs maçonnés, ont ouvert le débat sur les différentes possibilités de restitution des élévations. Afin de pousser la réflexion à son terme et démontrer la compatibilité d’un bâtiment sur fondations en pierre avec une structure porteuse sur poteaux de bois, nous avons tenté l’exercice d’une restitution 3D. Cette expérience a été rendue possible grâce à la collaboration de René Elter2 et à la participation bénévole de Sylvain Poilprez3.

1. Plan général du bâtiment et de ses tracés régulateurs.

1. Plan général du bâtiment et de ses tracés régulateurs.

Deux établissements antiques similaires ont été fouillés dans une aire géographique d’un rayon de 10 km : La Grange-aux-Bois et Metz Queuleu (Moselle). Ces constructions « standardisées », d’une superficie d’environ 150 m2, correspondent à des fermes isolées, adaptées aux besoins d’une unité familiale pour l’exploitation agropastorale d’un modeste terroir. Sont représentés en vert la grange et ses aménagements, en rouge les espaces périphériques.

DAO Inrap

3Dans un premier temps, le travail de restitution a été guidé par la mise en évidence des schémas régulateurs régissant le plan de l’édifice. La grange et ses aménagements internes sont tracés à partir d’un module carré de base, de 10 pieds de côté [ill. 1, tracé vert]. Le développement des espaces périphériques postérieurs est quant à lui basé sur le report d’un module rectangulaire correspondant à la moitié de la superficie de la construction initiale [ill. 1, tracé rouge]. Dans un second temps, il est apparu que la restitution d’élévations en pan de bois sur soubassement maçonné était la plus appropriée à notre cas de figure [ill. 2]. En effet, les poteaux internes semblent destinés à soutenir le plancher d’un étage conçu comme une structure indépendante, partiellement liée aux élévations de la grange [ill. 3]. Cette méthode constructive suggère que les murs périphériques sont réalisés en structure légère. L’existence de parois en torchis est par ailleurs suggérée par la découverte de couches d’argile crue et de torchis brûlé dans les niveaux d’abandon du bâtiment. Le choix de la hauteur des élévations a été dicté par le respect du module de base, en accord avec les proportions préconisées par les auteurs antiques. La restitution de la charpente de la grange repose sur l’implantation des poteaux axiaux et sur le module qui devait rythmer le pan de bois des façades. La découverte de tuiles dans les niveaux d’abandon a motivé le choix de la couverture. Enfin, la reconstitution des extensions périphériques reprend le système constitutif de la grange. Pour l’ensemble du bâtiment, l’implantation et la dimension des ouvertures relèvent à la fois des observations de fouille, de la logique climatique locale et des indications fournies par les traités d’agriculture antiques.

2.a, b et c. Deux étapes du processus de restitution 3D du bâtiment avec vues des façades avant et latérale.

2.a, b et c. Deux étapes du processus de restitution 3D du bâtiment avec vues des façades avant et latérale.

Ces images ayant été initialement conçues comme des documents de travail, des évocations des élévations du bâtiment de ferme, les habillages et les textures n’ont pas été traitées dans le détail.

S. Poilprez, ENSA Nancy

4Cet exercice de restitution 3D a été présenté en septembre 2004 dans le cadre de la table ronde d’Insming (Moselle) organisée par l’ADRAL (Association de recherche et de développement de l’archéologie en Lorraine) sur le thème « Restitution des bâtiments ruraux lorrains d’après les traces archéologiques : certitudes et incertitudes » (inédit). Certaines réactions de rejet ont permis d’appréhender combien il est important d’insister sur le fait que cette démarche n’est pas destinée à imposer une vision unique d’une réalité restituée. L’exercice soulève de nombreuses questions et oblige à proposer des réponses concrètes. Cependant, le résultat se doit d’être considéré comme la mise en image d’une hypothèse archéologique poussée à son terme, la création d’un support destiné à la réflexion et à l’ouverture des débats.

5Cette première expérience positive s’est avérée riche en enseignements et a fait évoluer notre façon d’appréhender les fouilles suivantes. Ainsi, en 2008- 2009, à l’occasion de la fouille des bains de la villa de Damblain (Vosges), la réflexion sur les restitutions des élévations a été ébauchée dès la phase de travail sur le terrain. Elle a permis d’attirer l’attention sur de nombreux indices, parfois ténus, et de porter les efforts de recherche sur certains matériaux parfois négligés, à l’exemple des enduits peints. Dès la phase de post-fouille, un travail commun de recherche mené avec les différents spécialistes a permis d’esquisser des propositions de restitution des élévations. Ce travail préparatoire a conduit naturellement à la mise en place d’un projet de restitution 3D animée, actuellement réalisé en collaboration avec le SRA lorraine, l’Inrap et le CRAI (laboratoire de l’École nationale supérieure d’architecture de Nancy). Au terme de ce projet, l’outil de réflexion archéologique rejoindra la cause de la valorisation et de la communication auprès des spécialistes et du grand public.

3. Proposition de restitution de l’étable.

3. Proposition de restitution de l’étable.

Cette image permet d’évoquer l’aspect probable de la partie réservée à la stabulation des bovidés. Séparée du reste de la grange par un râtelier, elle serait surmontée par un grenier en mezzanine destiné au stockage du fourrage.

S. Poilprez, ENSA Nancy

Haut de page

Notes

1 Coordination : Sylvie Deffressigne, Inrap.

2 Inrap, architecte de formation.

3 Étudiant à l’école nationale supérieure d’Architecture de Nancy.

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1. Plan général du bâtiment et de ses tracés régulateurs.
Légende Deux établissements antiques similaires ont été fouillés dans une aire géographique d’un rayon de 10 km : La Grange-aux-Bois et Metz Queuleu (Moselle). Ces constructions « standardisées », d’une superficie d’environ 150 m2, correspondent à des fermes isolées, adaptées aux besoins d’une unité familiale pour l’exploitation agropastorale d’un modeste terroir. Sont représentés en vert la grange et ses aménagements, en rouge les espaces périphériques.
Crédits DAO Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeopages/docannexe/image/317/img-1.png
Fichier image/png, 47k
Titre 2.a, b et c. Deux étapes du processus de restitution 3D du bâtiment avec vues des façades avant et latérale.
URL http://journals.openedition.org/archeopages/docannexe/image/317/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Légende Ces images ayant été initialement conçues comme des documents de travail, des évocations des élévations du bâtiment de ferme, les habillages et les textures n’ont pas été traitées dans le détail.
Crédits S. Poilprez, ENSA Nancy
URL http://journals.openedition.org/archeopages/docannexe/image/317/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre 3. Proposition de restitution de l’étable.
Légende Cette image permet d’évoquer l’aspect probable de la partie réservée à la stabulation des bovidés. Séparée du reste de la grange par un râtelier, elle serait surmontée par un grenier en mezzanine destiné au stockage du fourrage.
Crédits S. Poilprez, ENSA Nancy
URL http://journals.openedition.org/archeopages/docannexe/image/317/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Karine Boulanger, « La restitution 3D comme outil de recherche archéologique. L’exemple du bâtiment antique de Bouxières-sous-Froidmont », Archéopages, 35 | 2012, 87-89.

Référence électronique

Karine Boulanger, « La restitution 3D comme outil de recherche archéologique. L’exemple du bâtiment antique de Bouxières-sous-Froidmont », Archéopages [En ligne], 35 | octobre 2012, mis en ligne le 01 octobre 2014, consulté le 24 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeopages/317 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeopages.317

Haut de page

Auteur

Karine Boulanger

Inrap, EA 1132 « Histoire et cultures de l’Antiquité et du Moyen Âge »

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Inrap

Haut de page
  • Logo Inrap – Institut national de recherches archéologiques préventives
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche
  • OpenEdition Journals