Navigation – Plan du site

AccueilNuméros45DossierExpérimentation sur l’utilisation...

Dossier

Expérimentation sur l’utilisation des argiles sableuses

Sonja Willems, José Fernandes, Catherine de Casas et Patrick Quennehen
p. 80-81

Texte intégral

1La butte tertiaire du Mont Houy à Famars, coiffée des sables du Quesnoy (Vallin, Prévost-Boure, 1990) renferme, à quelques mètres sous la surface actuelle, différentes couches d’argiles [ill. 1]. Bien visible dans le paysage, elle se situe à quelques centaines de mètres de la fouille du Technopôle-Transalley (Clotuche, 2013 ; Clotuche, à paraître). Au cours de celle-ci, douze fours de potiers ont été mis au jour (Willems, Borgers, 2016), complétant le corpus constitué depuis les années  1970 dans l’agglomération (Beaussart, 1976 ; Truffeau-Libre, Vanbrugghe, 1994 ; Herbin et al., 2005). La proximité d’une zone de production céramique et d’une source d’argile a amené à un questionnement sur les propriétés des matières premières et leur adaptation à l’activité potière. Avant d’analyser scientifiquement celles-ci, une expérimentation a été menée par le tournage de copies de vases antiques avec l’argile prélevée afin de déterminer les gestes nécessaires à l’utilisation de cette dernière et reconnaître les similitudes avec les produits retrouvés dans le quartier du Technopôle. Les résultats de ces expérimentations ont permis de mieux comprendre la production antique, et la raison de certains rejets. Les marnes de la Rhonelle, petite rivière bordant l’agglomération, n’ont pas servi à l’expérience, car elles ont été considérées comme trop organiques pour se prêter à un tournage. Elles ont seulement fait l’objet d’un mélange à l’argile sableuse du Mont Houy pour tester une proximité chimique avec les productions à pâte calcaire.

1. Différentes couches argileuses ont été mises en évidence lors de l’aménagement d’un bassin au pied du Mont Houy.

1. Différentes couches argileuses ont été mises en évidence lors de l’aménagement d’un bassin au pied du Mont Houy.

R. Clotuche, Inrap

2L’expérimentation sur l’argile tertiaire a été menée en 2012 et 2013, dans le cadre du 51e congrès de la Société française d’étude de la céramique antique en Gaule (SFECAG) à Amiens et du projet « De la terre à la céramique » du parc archéologique de Samara (La Chaussée-Tirancourt, Somme). Un échantillon a été confié à Patrick Quennehen, potier de Samara, et un second à José et Catherine Fernandes-de Casas, céramistes à la Poterie de Luc (La Salvetat-Peyralès, Aveyron). Les deux essais ont livré des résultats divergents.

3P. Quennehen a tourné facilement l’argile, qui s’est révélée suffisamment élastique et plastique, prête à l’emploi sans traitement préalable (décantation, broyage ou séchage). Des pots tonnelets, des jattes carénées et un vase tronconique, cuits en mode oxydant, présentent une surface très propre et fine, légèrement granuleuse [ill. 2]. Un résultat complètement opposé a été obtenu par les potiers J. Fernandes et C. de Casas. Ils ont laissé reposer l’argile dans l’eau pendant 48 heures avant utilisation. Puis des plaques ont été produites pour en évaluer l’élasticité, la plasticité et le séchage. Des boulettes d’argile non oxydée subsistaient dans la pâte, non dissoutes par le trempage. Le tournage, très difficile, a été abandonné. Plusieurs méthodes pourraient être envisagées pour éliminer ces particules : séchage puis broyage, battage ou décantation dans de grands bacs d’eau, permettant à l’argile fine de remonter en surface. Pourquoi existe-t-il une telle différence entre les résultats des deux expérimentations ? La photographie de la coupe du Mont Houy [ill. 1] montre clairement l’existence de couches de quelques centimètres d’épaisseur de couleurs différentes. Les prélèvements sont peut-être issus de niveaux aux consistances contrastées.

2. Vases provenant de l’expérimentation menée sur l’argile du Mont Houy par P. Quennehen (pot tonnelet, jatte carénée et pot tronconique enfumé).

2. Vases provenant de l’expérimentation menée sur l’argile du Mont Houy par P. Quennehen (pot tonnelet, jatte carénée et pot tronconique enfumé).

La surface orangée est légèrement sableuse et très fine.

S. Willems, Inrap

4Les vases issus du plus ancien four du Technopôle (120-190 de notre ère) présentent de gros nodules d’argilites, visibles dans la pâte et en surface [ill. 3], qui ont amené à une fissuration des vases et donc à leur mise au rebut [ill. 4]. Cette production, considérée comme impropre à la commercialisation, est absente des contextes de consommation, ce qui suggère qu’il s’agissait d’un premier test.

3. a. Cassure fraîche d’un rebut de cuisson issu du four 1335, avec présence d’argilites.

3. a. Cassure fraîche d’un rebut de cuisson issu du four 1335, avec présence d’argilites.

S. Willems, Inrap

3. b. aperçu de la surface, avec argilites criblant la surface.

3. b. aperçu de la surface, avec argilites criblant la surface.

S. Willems, Inrap

4. Les argilites sont parfois telles que, lors du séchage et de la cuisson, la paroi éclate ou se fissure autour des inclusions.

4. Les argilites sont parfois telles que, lors du séchage et de la cuisson, la paroi éclate ou se fissure autour des inclusions.

S. Willems, Inrap

5La présence d’argile sableuse à Famars a amené au développement d’une batterie de cuisine capable de résister aux chocs thermiques. Le répertoire culinaire cuit en mode B, contrairement aux productions élaborées en mode A apportées des ateliers de Bavay, est inspiré d’ateliers voisins comme ceux du Cambrésis. Faute de savoir traiter les argiles à quartz, les potiers habitués aux pâtes calcaires ont été contraints d’améliorer et transformer leurs malaxages, au gré de tests plus au moins réussis. L’évolution chronologique des mélanges mis en évidence appuie l’hypothèse d’une recherche constante d’un meilleur résultat (Willems, Borgers, 2016).

Haut de page

Bibliographie

Beaussart P., 1976, « L’exploration archéologique de Famars : Les données du Haut-Empire », Revue du Nord, LVIII, n° 231, p. 621-671.

Clotuche R., 2013, Fanum Martis : une agglomération à vocation religieuse et commerciale à la frontière du territoire nervien, Pagus Fano Martensis : un terroir spécifique ?, rapport de projet collectif de recherche, Villeneuve-d’Ascq, 339 p.

Clotuche R. (coord.), Clerget J., Teysseire G., Tixador A., à paraître, Fouille du Technopôle Transalley à Famars, rapport d’opération.

Herbin P., Roger D., Calonne E., 2005, « Une production de céramique commune à pâte claire à Famars (Nord) », inPolfer M. (éd.), Artisanat et économie romaine : Italie et provinces occidentales de l’Empire, Actes du 3e colloque international d’Erpeldange (Luxembourg) sur l’artisanat romain, Montagnac, M. Mergoil, p. 147-168.

Tuffreau-Libre M., Vanbrugghe N., 1994, « La céramique du iiie siècle du site de Famars (Nord) », in Tuffreau-Libre M., Jacques A. (éd.), La céramique du Bas-Empire en Gaule Belgique et dans les régions voisines, actes de la table ronde, Revue du Nord H.S. n° 4, Arras, p. 33-41.

Vallin L., Prévost-Boure P., 1990, « Le gisement paléolithique du Mont Houy à Trith-Saint-Léger (Nord). Étude de deux niveaux archéologiques dans leur contexte géomorphologique », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 87/2, p. 57-64.

Willems S., Borgers B., 2016, « Pottery workshops at Fanum Martis (Northern France). Analysis of pottery production and consumption », Acta Rei Cretariae Romanae Fautorum, 44, p. 429-437.

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1. Différentes couches argileuses ont été mises en évidence lors de l’aménagement d’un bassin au pied du Mont Houy.
Crédits R. Clotuche, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeopages/docannexe/image/3201/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre 2. Vases provenant de l’expérimentation menée sur l’argile du Mont Houy par P. Quennehen (pot tonnelet, jatte carénée et pot tronconique enfumé).
Légende La surface orangée est légèrement sableuse et très fine.
Crédits S. Willems, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeopages/docannexe/image/3201/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre 3. a. Cassure fraîche d’un rebut de cuisson issu du four 1335, avec présence d’argilites.
Crédits S. Willems, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeopages/docannexe/image/3201/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre 3. b. aperçu de la surface, avec argilites criblant la surface.
Crédits S. Willems, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeopages/docannexe/image/3201/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre 4. Les argilites sont parfois telles que, lors du séchage et de la cuisson, la paroi éclate ou se fissure autour des inclusions.
Crédits S. Willems, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeopages/docannexe/image/3201/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 443k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sonja Willems, José Fernandes, Catherine de Casas et Patrick Quennehen, « Expérimentation sur l’utilisation des argiles sableuses  »Archéopages, 45 | 2018, 80-81.

Référence électronique

Sonja Willems, José Fernandes, Catherine de Casas et Patrick Quennehen, « Expérimentation sur l’utilisation des argiles sableuses  »Archéopages [En ligne], 45 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2020, consulté le 03 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeopages/3201 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeopages.3201

Haut de page

Auteurs

Sonja Willems

Inrap, UMR 7041, « ArScAn »

Articles du même auteur

  • Les officines antiques de Bavay, Pont-sur-Sambre et Famars (Nord)
    Transfers of pottery techniques. The ancient workshops of Bavay, Pont-sur-Sambre and Famars (Nord)
    Las transferencias técnicas en alfarería. Las manufacturas antiguas de Bavay, Pont-sur-Sambre y Famars (Nord)
    Paru dans Archéopages, 45 | 2017

José Fernandes

Poterie de Luc

Catherine de Casas

Poterie de Luc

Patrick Quennehen

Parc archéologique de Samara

Haut de page

Droits d’auteur

© Inrap

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search