Navigation – Plan du site
Dossier

Les ratés de cuisson du haut Moyen Âge de l’atelier de Saran

Témoins des évolutions d’une chaîne opératoire
The misfires of the Early Middle Ages of Saran's workshop. Witnesses of changes in an operational chain
Los fracasos de la cocción de la Alta Edad Media en el taller de Saran. Testimonios de la evolución de una cadena operatoria
Sébastien Jesset, Jérôme Bouillon, Coline Lejault, Anne Bocquet-Liénard, avec la collaboration de François Capron, Amélie Laurent-Dehecq et Sébastien Millet
p. 82-95

Résumés

Actuellement considérée comme accueillant la plus importante agglomération potière du haut Moyen Âge jamais explorée, la commune de Saran (Loiret) a livré depuis bientôt 50 ans une quantité impressionnante de rebuts de cuissons. Au gré des recherches, leur examen attentif, couplé à celui des autres vestiges laissés par cet artisanat, a progressivement alimenté une histoire complexe de la chaîne opératoire potière, depuis la matière première jusqu’au produit fini. Les réponses apportées aux questionnements sur les traces discrètes visibles sur ces centaines de milliers de fragments de vases ratés éclairent d’un jour nouveau les gestes du potier, l’équipement de l’atelier, les moyens de production et plus globalement les savoir-faire.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en janvier 2020.

Plan

Une argile utilisée sans préparation notable
Les traces du tournage
L’évolution des décors
La transformation des fours au viiie siècle
Les ratés de cuisson et les problèmes de séchage

Aperçu du texte

La commune de Saran, située à 6 km au nord d’Orléans, est remarquable par la zone d’artisanat potier qui a pu s’y développer durant tout le haut Moyen Âge. La coexistence de facteurs naturels et économiques a largement contribué à l’essor de cette activité spécifique sur ce territoire : une argile de qualité, accessible et abondante ; un combustible pérenne avec une localisation en lisière d’un massif forestier d’envergure (forêt domaniale d’Orléans) ; des relations économiques et commerciales étroites avec la proximité de l’influente ville d’Orléans ; enfin, Saran profite d’un réseau de communication terrestre et fluvial dense mis en place dès la très haute Antiquité, qui permet d’assurer la diffusion de ses productions. Trois secteurs de productions ont été reconnus au cours des opérations archéologiques menées depuis les premières découvertes [ill. 1]. La zone de production dite du « Bourg sud » est composée de plusieurs ateliers où sont attestés 39 fours de potiers/tuiliers répa...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sébastien Jesset, Jérôme Bouillon, Coline Lejault, Anne Bocquet-Liénard, avec la collaboration de François Capron, Amélie Laurent-Dehecq et Sébastien Millet, « Les ratés de cuisson du haut Moyen Âge de l’atelier de Saran  », Archéopages, 45 | 2017, 82-95.

Référence électronique

Sébastien Jesset, Jérôme Bouillon, Coline Lejault, Anne Bocquet-Liénard, avec la collaboration de François Capron, Amélie Laurent-Dehecq et Sébastien Millet, « Les ratés de cuisson du haut Moyen Âge de l’atelier de Saran  », Archéopages [En ligne], 45 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2020, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeopages/3220 ; DOI : 10.4000/archeopages.3220

Haut de page

Auteurs

Sébastien Jesset

Orléans Métropole, Pôle d’Archéologie

Jérôme Bouillon

Inrap

Coline Lejault

Département du Loiret, service de l'archéologie préventive

Anne Bocquet-Liénard

CNRS, UMR 6273, « Craham »

avec la collaboration de François Capron

Inrap

Amélie Laurent-Dehecq

Département du Loiret, service de l'archéologie préventive

Sébastien Millet

Inrap

Haut de page

Droits d’auteur

© Inrap

Haut de page
  • Logo Inrap – Institut national de recherches archéologiques préventives
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche
  • OpenEdition Journals