Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37Editorial

Texte intégral

1En 2001, les Nouvelles de l’archéologie consacraient un numéro à l’archéologie des jardins, alors jeune spécialité considérablement nourrie des travaux d’Anne Allimant. Ce dossier débutait par un éditorial de Frédérique Boura intitulé « Où en est l’archéologie des jardins ? ». Treize ans plus tard, nous lui avons demandé de reposer la question, dans le débat de ce numéro. Je la rejoins sur son constat d’aujourd’hui, tant il est vrai que si les archéologues décèlent et relèvent fréquemment des traces de jardins, peu de ces découvertes sont exploitées réellement. À qui la faute ? Probablement à nous tous qui n’avons peut-être pas encore assez entrevu l’intérêt des jardins et leur importance sociologique.

2Et pourtant, le jardin d’Eden, qui marque notre imaginaire depuis si longtemps, est inscrit dans nos cultures occidentales et méditerranéennes tout comme les jardins suspendus de Babylone construits par Nabuchodonosor II afin de rappeler à son épouse bien aimée les montagnes boisées de son pays natal. Références à des lieux heureux, à un âge d’or, sûrement ; au bien-être et au plaisir plus simplement.

3Le jardin est un espace majeur dans l’Antiquité. Les Romains en ont créé des modèles domestiques et cultuels, mais ont aussi intégré à l’architecture, sur les murs peints et les sols mosaïqués de leurs demeures, ses représentations naturalistes, imaginaires, idylliques, symboliques. L’archéologie révèle comme l’iconographie que les jardins sont des lieux réels et rêvés tout à la fois dans toutes les cultures.

4Les exemples de fouilles, d’observations qui figurent dans ce numéro d’Archéopage rappellent donc combien il est important de s’intéresser de près à ces vestiges souvent difficiles à appréhender et qui nécessitent tout autant une méthodologie complexe sur le terrain qu’une analyse subtile à la croisée des disciplines. Étudier le jardin a longtemps été le seul fait de l’histoire de l’art et de l’architecture. Cela reste bien entendu une approche incontournable. Mais si sur les plans d’archives et les images, le jardin révèle un plan et un choix d’essences, sa réalité est en trois dimensions, vers le ciel, mais surtout dans le sous-sol. D’où l’importance actuelle des approches géomorphologiques, hydrologiques et écologiques. Car l’archéologie des jardins a démontré que les concepteurs de jardins, quels que soient le lieu, l’espace et le milieu social, avaient une connaissance stupéfiante de l’environnement.

5Que ce nouveau numéro d’Archéopages soit une incitation à affuter notre regard et à ouvrir notre horizon.

Vue générale d’une extension du sondage principal dans le carré nord-est du parterre, réalisée lors d’un diagnostic en 2013 dans les jardins du château de Chambord (responsable d’opération Simon Bryant, Inrap). On perçoit la nature hétérogène du substrat sur lequel le jardin avait été aménagé en 1734 et la multiplicité des activités liées à son entretien et sa transformation jusqu’à nos jours. Le carré nord-est du jardin était aménagé en quinconces de marronniers, délimités par des palissades de charmilles. Ici, on observe deux bandes de sédiments foncés qui se démarquent des remblais apportés pour rehausser et niveler le terrain. Chaque bande contient des taches plus sombres de 2,70 à 3 m de diamètre, interprétées pour l’instant comme étant des chablis. Les fosses de plantation, partiellement conservées sous le comblement de ces derniers, sont souvent de forme carrée, et d’environ 90 cm de côté. Leur écartement d’environ 5 m correspond à la distance de 2,5 toises mentionnée dans les descriptions du jardin du milieu du xviiie siècle. Les limites des bandes pourraient correspondre aux fossés de plantation des charmilles, associés aux marronniers.

Vue générale d’une extension du sondage principal dans le carré nord-est du parterre, réalisée lors d’un diagnostic en 2013 dans les jardins du château de Chambord (responsable d’opération Simon Bryant, Inrap). On perçoit la nature hétérogène du substrat sur lequel le jardin avait été aménagé en 1734 et la multiplicité des activités liées à son entretien et sa transformation jusqu’à nos jours. Le carré nord-est du jardin était aménagé en quinconces de marronniers, délimités par des palissades de charmilles. Ici, on observe deux bandes de sédiments foncés qui se démarquent des remblais apportés pour rehausser et niveler le terrain. Chaque bande contient des taches plus sombres de 2,70 à 3 m de diamètre, interprétées pour l’instant comme étant des chablis. Les fosses de plantation, partiellement conservées sous le comblement de ces derniers, sont souvent de forme carrée, et d’environ 90 cm de côté. Leur écartement d’environ 5 m correspond à la distance de 2,5 toises mentionnée dans les descriptions du jardin du milieu du xviiie siècle. Les limites des bandes pourraient correspondre aux fossés de plantation des charmilles, associés aux marronniers.

© Inrap

Haut de page

Table des illustrations

Titre Vue générale d’une extension du sondage principal dans le carré nord-est du parterre, réalisée lors d’un diagnostic en 2013 dans les jardins du château de Chambord (responsable d’opération Simon Bryant, Inrap). On perçoit la nature hétérogène du substrat sur lequel le jardin avait été aménagé en 1734 et la multiplicité des activités liées à son entretien et sa transformation jusqu’à nos jours. Le carré nord-est du jardin était aménagé en quinconces de marronniers, délimités par des palissades de charmilles. Ici, on observe deux bandes de sédiments foncés qui se démarquent des remblais apportés pour rehausser et niveler le terrain. Chaque bande contient des taches plus sombres de 2,70 à 3 m de diamètre, interprétées pour l’instant comme étant des chablis. Les fosses de plantation, partiellement conservées sous le comblement de ces derniers, sont souvent de forme carrée, et d’environ 90 cm de côté. Leur écartement d’environ 5 m correspond à la distance de 2,5 toises mentionnée dans les descriptions du jardin du milieu du xviiie siècle. Les limites des bandes pourraient correspondre aux fossés de plantation des charmilles, associés aux marronniers.
Crédits © Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeopages/docannexe/image/332/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Paul Jacob, « Editorial »Archéopages, 37 | 2013, 2-3.

Référence électronique

Jean-Paul Jacob, « Editorial »Archéopages [En ligne], 37 | avril 2013, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 30 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeopages/332 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeopages.332

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Jacob

Président de l’Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Inrap

Haut de page
  • Logo Inrap – Institut national de recherches archéologiques préventives
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search