Navigation – Plan du site
Dossier

Fours de potiers des xie et xiie siècles en Lorraine

La production céramique de Chaillon et sa diffusion
Pottery kilns from the 11th and 12th centuries in Lorraine. The pottery production of Chaillon and its diffusion
Hornos de alfarería de los siglos XI y XII en Lorena. La producción cerámica de Chaillon y su difusión
Franck Gérard, Rachel Prouteau et avec la collaboration de Julian Wiethold
p. 96-109

Résumés

La céramique produite par les artisans potiers de Chaillon entre la première moitié du xie siècle et la seconde moitié du xiie siècle a pu être étudiée grâce à 49 803 restes, trouvés en position secondaire dans deux fours probablement transformés en dépotoir ainsi que dans deux fosses « tessonnières » et dans des zones d’épandage très denses en céramique. Les pâtes produites se répartissent dans deux groupes techniques, caractérisés, l’un par une pâte à inclusions de calcaire coquillier, et l’autre par une pâte fine. Il s’agit d’une production homogène avec seulement cinq types de formes produits correspondant à des pots, des pots à col haut, des cruches, des poêlons et des jattes.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en janvier 2020.

Plan

Les fours des xie et xiie siècles
Les combustibles
Les types de pâtes
Les formes
Les artisans

Aperçu du texte

Avant la fouille de Chaillon (Meuse), les fouilles menées en Lorraine depuis une vingtaine d’années n’avaient permis de mettre au jour que deux fours de potiers pour la période comprise entre le viiie siècle et la première moitié du xiie siècle. L’un est situé dans le sud de la vallée de la Moselle, à Ludres, à 9 km au sud de Nancy (Prévot, Prouteau, 2015), l’autre dans la vallée de la Sarre, à Grosbliederstroff, à 6 km au sud-ouest de Sarreguemines. Ces deux fours, incomplets ou très arasés, n’étaient associés à aucune structure annexe et ont livré peu de céramique. La production présente un faciès et un mode de diffusion très différent dans ces deux sites. La céramique de Ludres semble avoir une diffusion beaucoup plus importante (dans le sud de la vallée de la Moselle) que celle de Grosbliederstroff, qualifiée de production « artisanale » de faible ampleur, probablement limitée dans le temps et destinée à des besoins locaux (Peytremann, 2000). Le site de Chaillon (Meuse) fouillé ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Franck Gérard, Rachel Prouteau et avec la collaboration de Julian Wiethold, « Fours de potiers des xie et xiie siècles en Lorraine », Archéopages, 45 | 2017, 96-109.

Référence électronique

Franck Gérard, Rachel Prouteau et avec la collaboration de Julian Wiethold, « Fours de potiers des xie et xiie siècles en Lorraine », Archéopages [En ligne], 45 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2020, consulté le 17 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeopages/3332 ; DOI : 10.4000/archeopages.3332

Haut de page

Droits d’auteur

© Inrap

Haut de page
  • Logo Inrap – Institut national de recherches archéologiques préventives
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche
  • OpenEdition Journals