Navigation – Plan du site
Dossier

Rien que des ratés !

La production d’une faïencerie lilloise du xviiie siècle à partir d’un dépotoir
Nothing but misfires! The production of Lille pottery of the eighteenth century found in a midden
¡Nada más que desechos! La producción de una fábrica de cerámica en Lille en el siglo XVII, a partir de un vertedero
Vaiana Vincent et Ludovic Debs
p. 110-117

Résumés

Un diagnostic archéologique, réalisé par l’Inrap en 2011 à Lille, a permis la découverte d’un important rejet de production d’une faïencerie. La présence d’un nombre important de pernettes, de fragments de cazettes ou plus rarement de piliers d’échappade sont des indices précieux pour appréhender les modes de cuisson de cette production. Une comparaison avec l’encyclopédie de Diderot et d’Alembert permet de documenter et de comprendre techniquement ces différents systèmes. La présence de nombreux rebuts de cuisson (biscuits, biscuits peints, céramiques glaçurées collées les unes aux autres) permet de distinguer chaque étape de la chaîne opératoire de cette manufacture. Ces données archéologiques sont confrontées à celles des archives. Certains documents, tout à fait exceptionnels, relatent en effet la provenance des matières premières, l’organisation de l’atelier ou la quantification des pièces produites. Cet article vise à caractériser la production lilloise, encore méconnue, à cause du rayonnement des deux grands centres de production que sont Delft et Rouen.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en janvier 2020.

Plan

Un « glacis » de faïence
Un mode opératoire complexe
La nature de la production
Une production à part : les carreaux de faïences « à la façon de Hollande »

Aperçu du texte

Les faïenceries lilloises, de même que leur production, sont encore à ce jour très peu connues. Le rayonnement des productions de Delft, aux Pays-Bas, et celui de la manufacture de Rouen sont tels que, d’un point de vue historiographique, les recherches lilloises peinent à trouver leur place (Jacob, 1979 ; De Plas, 1977). Le second problème, découlant du premier, est la difficulté d’identification des faïences lilloises. En effet, seuls quelques objets peuvent être clairement rattachés à ces dernières. Les différents catalogues d’exposition consultés font part d’une attribution possiblement erronée d’objets assimilés, peut-être trop hâtivement, aux deux faïenceries susnommées. Les productions lilloises reprennent, en effet, de nombreux répertoires décoratifs de ces deux centres, ce qui rend très délicat leur identification. Cette méconnaissance se perçoit aussi à travers le biais muséal. À titre d’exemple, les pièces conservées au musée des Beaux-Arts de Lille ou au musée de la Manu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vaiana Vincent et Ludovic Debs, « Rien que des ratés ! », Archéopages, 45 | 2017, 110-117.

Référence électronique

Vaiana Vincent et Ludovic Debs, « Rien que des ratés ! », Archéopages [En ligne], 45 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2020, consulté le 17 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeopages/3393 ; DOI : 10.4000/archeopages.3393

Haut de page

Auteurs

Vaiana Vincent

Inrap, UMR 6273, «CRAHAM »

Ludovic Debs

Inrap

Haut de page

Droits d’auteur

© Inrap

Haut de page
  • Logo Inrap – Institut national de recherches archéologiques préventives
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche
  • OpenEdition Journals