Navigation – Plan du site

AccueilNuméros45ActualitéLes édicules à pierre dressée du ...

Actualité

Les édicules à pierre dressée du sanctuaire gallo-romain de Murviel-lès-Montpellier

Gregory Vacassy
p. 140-141

Entrées d’index

Index chronologique :

Antiquité
Haut de page

Texte intégral

Site
Colline de l’Yeuse
Murviel-lès-Montpellier
Hérault

Date
13 février-9 juin 2017

Superficie
4 000 m²

1L’agglomération antique du Castellas, occupée entre le début du iie siècle avant notre ère et le début du iisiècle de notre ère, est connue depuis le xixe siècle (Raux, Thollard, 2003). Un diagnostic mené en 2016 laissant supposer la présence d’un secteur « monumental » ou tout du moins public (Vacassy, 2016), la fouille avait pour objectif l’étude des vestiges d’un quartier périurbain. Elle a mis en évidence un sanctuaire aux vestiges particulièrement bien conservés [ill. 1].

1. Plan général simplifié du sanctuaire de Murviel-lès-Montpellier.

1. Plan général simplifié du sanctuaire de Murviel-lès-Montpellier.

C. Bioul, G. Vacassy, Inrap

2à un premier bâtiment construit à la charnière des iie et ier siècles avant notre ère succède un temple classique orienté vers l’est, bâti dans le courant du ier siècle avant notre ère. Dans la phase de développement maximal du lieu de culte, les édifices s’étendent autour d’une vaste place. Cette dernière est bornée, à l’ouest, par le portique d’un bâtiment longiligne composé de plusieurs pièces. Le portique, qui court aussi sur le grand côté sud de l’aire ouverte, semble démantelé dès le début du ier siècle. Malgré la richesse du gisement, aucun élément n’a permis l’identification de la divinité à laquelle le sanctuaire était consacré.

3Le site a livré plusieurs dizaines de dépôts votifs encore en place. Ils se présentent sous diverses formes (amphores fichées dans le sol, édicules maçonnés, structures faites de remplois de tuiles ou de moellons) et sont regroupés en deux ensembles. Le premier est localisé immédiatement au sud du temple. Le second prend place au sud de l’emprise fouillée, très certainement après l’extension de l’aire consacrée à la divinité par la destruction du péribole du temple et le démantèlement des structures du portique.

4Parmi ces dépôts, plusieurs aménagements abritent une pierre. Ainsi de cinq structures constituées chacune de deux tegulae disposées en bâtière. De plan quadrangulaire, elles mesurent entre 0,35 et 0,40 m de côté et sont donc ouvertes sur deux faces [ill. 2]. à l’intérieur de l’aménagement, la pierre, oblongue, est posée verticalement. Si ces pierres proviennent majoritairement du substrat local, on note aussi la présence de galets malgré l’absence de rivière à proximité. Leur longueur varie entre 10 et 15 cm. Dans quatre cas, elles constituent le seul objet déposé. Dans le cinquième, cependant, la pierre repose sur une monnaie [ill. 3]. L’ensemble est toujours posé à même le sol, sans creusement préalable, et présente un aspect assez fruste.

2. La pierre constitue ici le seul objet du dépôt protégé par l’aménagement en tegulae.

2. La pierre constitue ici le seul objet du dépôt protégé par l’aménagement en tegulae.

T. Abdelli, Inrap

3. Vue de détail d’une pierre dressée sur une monnaie.

3. Vue de détail d’une pierre dressée sur une monnaie.

F. Chalah, Inrap

5D’autres dépôts font l’objet de plus de soin dans leur mise en œuvre. C’est en particulier le cas d’une structure constituée d’une assise de moellons en calcaire coquillier en remploi, disposés en panneresse sur 0,80 m de long et 0,70 m de large [ill. 4]. Une pierre dressée est également disposée au centre de l’espace. Une valve de cardium découverte dans l’angle sud-ouest pourrait également avoir été déposée là volontairement lors de l’accomplissement des rites. Une dernière structure, mise au jour à proximité du temple, se distingue par la singularité de son dépôt. Trois tegulae posées verticalement, face vers l’intérieur, définissent un espace de 0,40 m de côté, à l’intérieur duquel une pierre en calcaire coquillier est taillée en pyramide élancée et tronquée, d’une vingtaine de centimètres de hauteur [ill. 5]. Cette pierre présente en outre plusieurs saignées sur ses faces dont une croix centrée, gravée sur le sommet, ainsi que deux lignes parallèles courant sur les quatre faces. Enfin, une sorte de cupule est nettement visible sur la partie inférieure de la face avant. Une seconde pierre disposée de manière oblique, à l’arrière de la première, pourrait appartenir à l’aménagement.

4. La pierre dressée a ici été déposée au centre d’une construction composée de moellons en remploi.

4. La pierre dressée a ici été déposée au centre d’une construction composée de moellons en remploi.

A. Beylier, Inrap

5. Cette structure en tegulae présente en son sein une pierre gravée en calcaire coquillier.

5. Cette structure en tegulae présente en son sein une pierre gravée en calcaire coquillier.

A. Beylier, Inrap

6Bien que l’étude n’en soit qu’à ses débuts, plusieurs critères communs aux différents dépôts peuvent déjà être relevés. Outre leur aspect relativement fruste et leur mise en œuvre avec des matériaux de récupération, on peut souligner l’orientation identique de toutes ces structures, avec une ouverture disposée à l’est, à l’instar du temple proche. Enfin, la présence des pierres vise à créer une mise en scène, dont le dernier exemple cité constitue l’élément le plus manifeste. Il reste difficile, en l’état, de statuer sur l’interprétation de ces dépôts. Tout au plus peut-on avancer l’idée d’autels miniatures à bas coûts ou d’une miniaturisation de la cella proche, avec la divinité symbolisée par les cailloux. En l’absence d’inscription, on ignore à quelle pratique cultuelle rattacher ces dépôts (Van Andringa, 2002 ; Van Andringa, 2013) : celle du votum ou celle du don ?

Haut de page

Bibliographie

Raux S., Thollard P., 2003, « L’agglomération antique du Castellas (Murviel-lès-Montpellier, Hérault). Nouveau programme de recherches. Premiers résultats », Revue archéologique de Narbonnaise, t. 36, n° 1, p. 51-92.

Vacassy G., 2016, Colline de l’Yeuse : Murviel-lès-Montpellier : Occitanie - Pyrénées Méditerranée, Hérault, rapport d’opération, Inrap-SRA Occitanie, 76 p.

Van Andringa W., 2002, La religion en Gaule romaine, Paris, éditions Errance, 336 p.

Van Andringa W., 2013, « Des espaces et des rites : archéologie des cultes de l’époque romaine », in Schäfer A., Witteyer M. (éd.), Rituelle Deponierungen in Heiligtümern der hellenostisch-römischen welt, Mainz, Generaldrektion Kulturelles Erbe, p. 35-52.

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1. Plan général simplifié du sanctuaire de Murviel-lès-Montpellier.
Crédits C. Bioul, G. Vacassy, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeopages/docannexe/image/3579/img-1.png
Fichier image/png, 146k
Titre 2. La pierre constitue ici le seul objet du dépôt protégé par l’aménagement en tegulae.
Crédits T. Abdelli, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeopages/docannexe/image/3579/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre 3. Vue de détail d’une pierre dressée sur une monnaie.
Crédits F. Chalah, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeopages/docannexe/image/3579/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre 4. La pierre dressée a ici été déposée au centre d’une construction composée de moellons en remploi.
Crédits A. Beylier, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeopages/docannexe/image/3579/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre 5. Cette structure en tegulae présente en son sein une pierre gravée en calcaire coquillier.
Crédits A. Beylier, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeopages/docannexe/image/3579/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gregory Vacassy, « Les édicules à pierre dressée du sanctuaire gallo-romain de Murviel-lès-Montpellier »Archéopages, 45 | 2018, 140-141.

Référence électronique

Gregory Vacassy, « Les édicules à pierre dressée du sanctuaire gallo-romain de Murviel-lès-Montpellier »Archéopages [En ligne], 45 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2020, consulté le 27 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeopages/3579 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeopages.3579

Haut de page

Auteur

Gregory Vacassy

Inrap, responsable d’opération

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Inrap

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search