Navigation – Plan du site

AccueilNuméros34PratiquesDu bon usage de la 3D ‎en archéol...La modélisation d’incinérations

Pratiques
Du bon usage de la 3D ‎en archéologie

La modélisation d’incinérations

Nicolas Saulière
p. 96-98

Texte intégral

1Les premiers essais de la photogrammétrie en archéologie réalisés par les équipes Inrap d’Île-de-France ont porté sur des structures complexes (four de tuilier, sépulture...), mais aussi sur des objets de grandes dimensions (menhirs). Cette technique de modélisation tridimensionnelle a été réalisée sur des objets de moindre échelle lors de l’étude de la nécropole de la « Plaine du moulin à Vent » à Cesson (Seine-et-Marne). Sur ce site furent mises au jour 170 sépultures secondaires à crémation, datées de l’âge du Bronze moyen et final. Notre collègue anthropologue Anne-Gaëlle De Kepper a suggéré d’en modéliser un échantillon.

2En effet, la majorité des dépôts cinéraires étant constituée d’amas osseux dont le contenant en matériau périssable n’a pas été conservé, les modèles 3D devaient servir à en restituer la morphologie initiale. Les résultats obtenus permettront de constituer une base de données pour ce type de dépôt. L’étude étant en cours, seule une ébauche des résultats est présentée ici. Sont abordées la méthodologie adoptée pour la modélisation, les contraintes dues à ce type de mobilier, et les études envisagées.

3Deux types de modèles ont été réalisés en fonction de l’état de conservation des dépôts cinéraires. Si les ossements sont très fragmentés et non identifiables sur place, le modèle sert à une étude morphologique de l’amas osseux, afin de déterminer la forme du contenant. Dans ce cas, le nombre de photographies a été limité afin d’obtenir des modèles relativement légers et d’optimiser le temps de calcul. Mais si les ossements sont bien conservés et identifiables, il est aussi possible de voir leur répartition au sein de l’amas selon les différentes régions anatomiques du corps humain (crâne, tronc, membres). Le nombre de clichés augmente alors selon l’importance accordée aux détails.

4Après prélèvement et étude en laboratoire de l’amas osseux, l’incinération est installée de façon à effectuer une couverture photographique complète de la structure. Le protocole consiste en quatre prises de vue à la verticale du sujet, légèrement décalées les unes des autres afin de s’adapter à la contrainte de la forme cylindrique des incinérations et à la nécessité de réaliser des prises de vue se recouvrant par moitié ; puis furent réalisés plusieurs clichés en spirale autour de l’incinération [ill. 1]. Entre 40 et 90 photographies ont ainsi été réalisées pour chaque incinération en fonction de la résolution visée. Plusieurs contraintes optiques sont à noter. Tout d’abord, plus les objets sont petits, plus il est difficile d’avoir une bonne profondeur de champ. Or les photographies comportant des plans flous génèrent du « bruit » (points parasites n’ayant aucune position cohérente). Par ailleurs, il est nécessaire de corriger les effets des inévitables situations de contre-jour, puisque, en tournant à 360° autour des incinérations, il arrive d’être face à la source de lumière. Il convient alors de légèrement surexposer les photographies pour éviter d’avoir un sujet trop sombre. Malgré ces précautions, il a fallu opérer un important travail d’épuration sur les nuages de points avant de générer, à partir du logiciel Meshlab, un maillage de polygones. La morphologie des incinérations a été étudiée à l’aide du logiciel Blender qui permet de créer des formes géométriques et de les comparer au modèle issu de Meshlab. On peut, de la sorte, confirmer ou infirmer des hypothèses de contenants et réaliser des illustrations [ill. 2]. De plus, tous les modèles peuvent être fournis aux différents acteurs de l’étude au format pdf 3D, facilement lisible avec Adobe Reader ou Acrobat [ill. 3], qui permet de visionner les acquisitions 3D à l’échelle, de faire des mesures et de pratiquer des coupes.

1. Illustration du protocole des prises de vues.

1. Illustration du protocole des prises de vues.

N. Saulière, Inrap

2. Modélisation d’un contenant hypothétique sur une acquisition tridimensionnelle d’incinération.

2. Modélisation d’un contenant hypothétique sur une acquisition tridimensionnelle d’incinération.

N. Saulière, Inrap

3. Coupe et mesure réalisées avec Adobe Acrobat sur une incinération modélisée en 3D.

3. Coupe et mesure réalisées avec Adobe Acrobat sur une incinération modélisée en 3D.

N. Saulière, Inrap

5La photogrammétrie a ici permis de trouver une nouvelle approche d’étude des incinérations. Différentes hypothèses de formes de contenant peuvent être confrontées à une représentation virtuelle, afin de les valider – ou non – et de les illustrer. De plus, la forme et les couleurs de faits archéologiques, qui seront à terme démantelés par la fouille, peuvent être sauvegardées. Enfin, cet enregistrement peut alimenter une base de données utile pour des études ultérieures.

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1. Illustration du protocole des prises de vues.
Crédits N. Saulière, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeopages/docannexe/image/422/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre 2. Modélisation d’un contenant hypothétique sur une acquisition tridimensionnelle d’incinération.
Crédits N. Saulière, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeopages/docannexe/image/422/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre 3. Coupe et mesure réalisées avec Adobe Acrobat sur une incinération modélisée en 3D.
Crédits N. Saulière, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeopages/docannexe/image/422/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Saulière, « La modélisation d’incinérations »Archéopages, 34 | 2012, 96-98.

Référence électronique

Nicolas Saulière, « La modélisation d’incinérations »Archéopages [En ligne], 34 | juillet 2012, mis en ligne le 01 juillet 2012, consulté le 19 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeopages/422 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeopages.422

Haut de page

Auteur

Nicolas Saulière

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Inrap

Haut de page
  • Logo Inrap – Institut national de recherches archéologiques préventives
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search