Navigation – Plan du site

AccueilNuméros46Thèses soutenuesArchéologie des élites rurales or...

Thèses soutenues

Archéologie des élites rurales ordinaires dans le Bassin parisien (iiie-xviiie siècle).

Séverine Hurard
p. 110

Texte intégral

15 décembre 2017
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Directrices de thèse
Anne Nissen
Professeure, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Joëlle Burnouf
Professeure émérite, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
directrice de 2009 à 2015

Membres du jury
Président
(et rapporteur)
Claude Raynaud, Directeur de recherches, CNRS
Rapporteur
Christopher Loveluck
, Professeur, université de Nottingham
Examinateurs
Luc Bourgeois
, Professeur, université de Caen Normandie
Florence Journot, Maître de conférences HDR, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Consultable en ligne : https://hal.archives-ouvertes.fr/​tel-01763657 

1En proposant le terme d’« élites rurales ordinaires », cette thèse invitait à interroger la matérialité des formes de l’habitat des cercles sociaux élitaires les moins puissants. La notion s’est imposée au fil de l’exercice comme un outil sémantique opportun où l’oxymore recouvrait l’ambiguïté d’une démarche consistant à chercher dans l’ordinaire des pratiques sociales, dans les formes de l’habitat, dans les logiques spatiales, les choix économiques et culturels, l’expression des ascensions et ancrages sociaux au sein de groupes élitaires intermédiaires, en délégation d’autorité. L’enjeu n’est pas la définition des cercles de domination ultimes, bien identifiés puisque mieux documentés, mais bien celle du seuil d’acceptabilité sociale le plus bas. Dans la ligne de mire, se situent les élites rurales, aristocratiques ou paysannes, qui composent des élites organisées en groupes de statuts intermédiaires. Maires, juges, écuyers, chevaliers, tenanciers, laboureurs et autres régisseurs de domaine sont délégataires d’une partie de l’autorité en milieu rural et appartiennent à une chaîne hiérarchique complexe qui les place à la fois en position de sujétion et de domination.

2La diversité sociologique au sein de ces élites rurales, notables locaux médiévaux et modernes, apparaît aujourd’hui de manière beaucoup plus marquée à l’aune des travaux des historiens, mais souffre encore souvent d’une lecture trop caricaturale dans les modèles archéologiques, en dépit de la mise en évidence, ces dernières décennies, de la grande diversité des formes de l’habitat élitaire. Cette abondance de données doit permettre d’étudier plus finement les contextes sociaux intermédiaires et, par conséquent, de rendre aux sociétés rurales médiévales et modernes leur complexité sociologique, même aux échelons locaux. Les acteurs sont nombreux, les situations sociales variées. Entre aristocraties rurales et élites paysannes, il existe une « zone d’indétermination » et une réelle difficulté à tracer une ligne de démarcation entre des groupes qui partagent modes de vie et codes de comportement, ont en commun la possession et/ou l’exploitation de la terre, premier moteur de richesse, socle de notabilité et d’ascension sociale. La complexité et la pluralité des mécanismes sur lesquels repose la construction de la supériorité sociale impose une analyse extrêmement rigoureuse pour laquelle il faut convenir que l’analyse du monde matériel seul ne peut suffire à reconstituer ces topographies sociales, d’autant plus que c’est sans doute dans ces cercles sociaux intermédiaires que la compétition sociale contribue à brouiller les signaux et confondre les codes de représentation et de comportements. Il s’agissait donc de tester la relativité des outils archéologiques permettant d’examiner des échelles sociales aux expressions plus ambiguës et aux comportements atténués, mais aussi de déterminer si l’analyse archéologique est capable de faire émerger les élites rurales ordinaires caractérisées par des signatures matérielles spécifiques.

3La thèse a donc été l’occasion de tenter une exploitation multiscalaire et pluridisciplinaire d’un certain nombre d’études de cas et de sites de comparaison pour tester la pertinence de critères variés dans des contextes chronologiques et culturels hétérogènes. L’ensemble des indicateurs de niveau social mobilisé avait pour but de sortir d’une dialectique où la richesse /pauvreté des sites serait seulement fondée sur l’abondance ou la pauvreté matérielle. Elle devait aussi raisonner l’inscription économique et culturelle des sites élitaires dans les réseaux de pouvoir et d’autorité, permettre d’apprécier le plus finement possible les logiques spatiales d’implantation et d’organisation des sites élitaires, les capacités opérationnelles de groupes élitaires ruraux en gestion ou co-gestion et les manières dont l’espace – ensemble de productions sociales mouvantes, support des discours élitaires et des représentations collectives (milieu et territoire) – peut être support de la fortune, de la distinction et des mécanismes d’affirmation sociales.

4La première étape de cette analyse a été consacrée à une relecture historiographique des notions d’élites et de lieu de pouvoir, respectivement élargies au monde paysan et à une large variété de sites archéologiques. La deuxième partie présente, en se concentrant sur leurs caractéristiques élitaires, les sites du corpus, d’abord études de cas issues d’une pratique personnelle de l’archéologie préventive, puis sites de comparaison choisis dans un large Bassin parisien. Enfin, la troisième partie a été dédiée à une discussion sur la pertinence et la relativité des estimateurs archéologiques de la distinction sociale, adaptés à des contextes sociaux plus ambigus. Elle s’est conclue sur une ré-interrogation de nos modèles interprétatifs autour de la question de la faible lisibilité des petits sites élitaires ecclésiastiques du premier Moyen Âge et des processus d’acculturation d’élites en quête d’ascension et d’enracinement à la fin de l’Antiquité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Séverine Hurard, « Archéologie des élites rurales ordinaires dans le Bassin parisien (iiie-xviiie siècle). »Archéopages, 46 | 2018, 110.

Référence électronique

Séverine Hurard, « Archéologie des élites rurales ordinaires dans le Bassin parisien (iiie-xviiie siècle). »Archéopages [En ligne], 46 | 2018, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 30 novembre 2023. URL : http://journals.openedition.org/archeopages/4637 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeopages.4637

Haut de page

Auteur

Séverine Hurard

Inrap, UMR 7041 « ArScAn »

Articles du même auteur

  • L’escarpe maçonnée du Fort Saint-Sébastien de Saint-Germain-en-Laye
    An earthen fortification of the seventeenth century. The Fort Saint-Sébastien’s escarpment at Saint-Germain-en-Laye
    Fortificar con barro en el siglo XVII. La escarpa mamposteada del Fuerte Saint-Sébastien de Saint-Germain-en-Laye
    Paru dans Archéopages, 42 | 04-07/2015
  • Les écuries du fort Saint-Sébastien de Saint-Germain-en-Laye
    Cavalry regiments of the army of Louis XIV. The stables of the Fort Saint-Sébastien at Saint-Germain-en-Laye
    Regimientos de caballería de las tropas de Luis XIV. Las caballerizas del fuerte San Sebastián de Saint-Germain-en-Laye
    Paru dans Archéopages, 41 | 10/2014-01/2015
Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search