Navigation – Plan du site
Actualité

Le décor d’un cloître médiéval découvert dans des fondations modernes

Erwan Bergot
p. 104-105

Entrées d’index

Index chronologique :

Moyen Âge - Époque moderne
Haut de page

Texte intégral

Site
62, 72, rue Saint-Faron
Meaux
Seine-et-Marne

Date
Fin octobre 2012-mars 2013

Superficie
800 m2

Équipe
Responsable de secteur
Christel Delozanne, Inrap

Étude du lapidaire médiéval
Claude de Mecquenem, Inrap

Étude du lapidaire antique
Véronique Brunet-Gaston, Inrap

Étude topographique
David Couturier, Inrap

Étude céramologique
Nathalie Paccard, Inrap

  • 1 Fouille menée au 60, rue de Chaâge à Meaux sous la direction de David Couturier en 2002.

1Installée dans la boucle d’un méandre de la Marne aujourd’hui asséché, la ville antique de Meaux (chef-lieu de cité des Meldes) s’organisait autour d’une voirie dont un témoin orienté nord-sud a été repéré rue de Chaâge1 (Couturier, Gautier, 2002). Parallèle à cette dernière, environ 150 m à l’est, la rue Saint-Faron a elle aussi livré de nombreux vestiges gallo-romains. La fouille a non seulement permis de percevoir quelques indices mobiliers antérieurs – trahissant une fréquentation des lieux au cours du second Âge du fer –, de proposer une première lecture des vestiges du quartier gallo-romain, mais aussi de documenter un état méconnu de l’abbaye Saint-Faron aujourd’hui disparue (Bergot, à paraître). Cet établissement religieux, fondé au viie siècle et démoli en 1798, avait déjà été mis au jour, immédiatement au nord-est des fouilles actuelles, lors d’une opération archéologique réalisée en 1990, qui avait permis de localiser les fondations des chapelles rayonnantes méridionales de l’église abbatiale (Magnan, 1992).

2Les structures du Haut-Empire ayant été abandonnées au milieu du iiie siècle, les lieux sont en effet réoccupés au haut Moyen Âge, comme l’attestent les indices d’une nécropole attribuable à l’époque mérovingienne, probablement liée à l’installation de l’abbaye Sainte-Croix (qui prendra ultérieurement le nom de son fondateur, Faron). La nécropole est largement bouleversée par de multiples remaniements tant médiévaux (xiie-xiiie siècle) que modernes. Ces bouleversements paraissent avoir trait à l’élaboration d’un premier cloître, entre le xiie et le xiiie siècle : situé au sud de l’église abbatiale, il a été détruit lors des guerres de Religion puis rebâti sensiblement sur le même plan. La fouille, qui a concerné le secteur ouest du cloître [ill. 1], a livré de nombreux éléments lapidaires médiévaux, réemployés dans les parements des fondations de la reconstruction moderne [ill. 2]. Ces blocs architecturaux révèlent des états méconnus de l’abbaye bénédictine.

1. Localisation supposée de la fouille sur un plan ancien de l’abbaye, vue de l’ouest (extrait du Monasticon Gallicanum, xviie siècle). En rouge, l’emprise de la fouille ; en bleu, la voirie actuelle.

1. Localisation supposée de la fouille sur un plan ancien de l’abbaye, vue de l’ouest (extrait du Monasticon Gallicanum, xviie siècle). En rouge, l’emprise de la fouille ; en bleu, la voirie actuelle.

D’après le Monasticon Gallicanum de dom Michel Germain (xviie siècle)

2. Les prélèvements de lapidaire.

2. Les prélèvements de lapidaire.

© E. Bergot, Inrap

3L’étude en cours de ces fragments architecturaux [ill. 3] permet de distinguer plusieurs ensembles comprenant notamment une quinzaine de demi-arcades trilobées, des claveaux constitutifs de voussures, d’arcs ou d’ogives, des clefs de voûtes, un chapiteau, un fragment de base complexe. Ces différents éléments définissent un horizon chronologique cohérent appartenant au second tiers/milieu du xiiie siècle (hormis une base de colonnette attribuable au xiie siècle) illustrant un état gothique de l’abbaye médiévale jusqu’alors archéologiquement non documenté. Les demi-arcades trilobées sont taillées dans des blocs monolithes axés sur les colonnettes qui les recevaient, les joints séparant les blocs formant l’axe des arcatures. De faible épaisseur, ces éléments formaient un décor architectural que complétait une élévation à la stéréotomie complexe que démontrent leurs profils supérieurs en segment de cercle systématiquement présents. Les écoinçons des arcatures comprennent des décors géométriques ou des motifs végétaux parfois accompagnés de représentations humaines, l’un d’eux comprenant deux dragons affrontés. Ces sculptures ont sans doute participé d’un décor particulier (un jubé ?, un cloître ?, une façade de salle capitulaire ?) qui reste à préciser.

3. Le démontage des murs du cloître moderne a mis au jour des éléments lapidaires médiévaux réemployés en assise lors de la reconstruction de l’abbaye.

3. Le démontage des murs du cloître moderne a mis au jour des éléments lapidaires médiévaux réemployés en assise lors de la reconstruction de l’abbaye.

Ces témoins de l’architecture du bas Moyen Âge témoignent, par le soin apporté à leur facture, du rang de cet établissement.

© C. de Mecquenem, Inrap

4L’excellente facture de cet ensemble signe le travail d’un atelier de haute qualité qui pourrait, au regard de certaines comparaisons thématiques et stylistiques, laisser entrevoir une influence normande : le chantier de la cathédrale de Meaux, alors en pleine activité, a vu l’intervention de Gauthier de Varinfroy, à partir de 1253, ce dernier étant également architecte de la cathédrale d’Évreux.

Haut de page

Bibliographie

Bergot E., à paraître, Meaux, 62-72, rue Saint-Faron, rapport d’opération.

Couturier D., Gautier S., 2002, Meaux, 60, rue de Chaâge, rapport de diagnostic, Inrap-SRA Île-de-France, 47 p.

Magnan D., 1992, « Fouille de la rue Saint-Faron », in Association meldoise d’archéologie, Meaux médiéval et moderne, Meaux, Association meldoise d’archéologie, p. 36-41.

Haut de page

Notes

1 Fouille menée au 60, rue de Chaâge à Meaux sous la direction de David Couturier en 2002.

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1. Localisation supposée de la fouille sur un plan ancien de l’abbaye, vue de l’ouest (extrait du Monasticon Gallicanum, xviie siècle). En rouge, l’emprise de la fouille ; en bleu, la voirie actuelle.
Crédits D’après le Monasticon Gallicanum de dom Michel Germain (xviie siècle)
URL http://journals.openedition.org/archeopages/docannexe/image/572/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre 2. Les prélèvements de lapidaire.
Crédits © E. Bergot, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeopages/docannexe/image/572/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre 3. Le démontage des murs du cloître moderne a mis au jour des éléments lapidaires médiévaux réemployés en assise lors de la reconstruction de l’abbaye.
Légende Ces témoins de l’architecture du bas Moyen Âge témoignent, par le soin apporté à leur facture, du rang de cet établissement.
Crédits © C. de Mecquenem, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeopages/docannexe/image/572/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Erwan Bergot, « Le décor d’un cloître médiéval découvert dans des fondations modernes », Archéopages, 39 | 2014, 104-105.

Référence électronique

Erwan Bergot, « Le décor d’un cloître médiéval découvert dans des fondations modernes », Archéopages [En ligne], 39 | octobre 2013-janvier 2014, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 18 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeopages/572 ; DOI : 10.4000/archeopages.572

Haut de page

Auteur

Erwan Bergot

Inrap, responsable d’opération

Haut de page

Droits d’auteur

© Inrap

Haut de page
  • Logo Inrap – Institut national de recherches archéologiques préventives
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche
  • OpenEdition Journals