Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47DossierLa guerre et la consommation d’al...

Dossier

La guerre et la consommation d’alcool

Vestiges archéologiques de la Seconde Guerre mondiale
War and alcohol consumption. Archaeological remains of the Second World War
Guerra y consumo de alcohol. Vestigios arqueológicos de la Segunda Guerra Mundial
Vincent Carpentier
avec la collaboration de Vincent Tessier
p. 86-93

Résumés

Le comportement des hommes au combat est l’une des thématiques les plus originales renseignées par l’archéologie des conflits récents. L’alimentation et la consommation d’alcool participent notamment d’une éthologie spécifique aux combattants, variant avec les conditions psychologiques, réglementaires ou économiques qui régissent le comportement des nations protagonistes au cours des deux guerres mondiales. Nous proposons ici un tour d’horizon d’une recherche en cours dédiée aux manifestations archéologiques de l’alcool parmi ces nations engagées sur le « front de l’ouest » et notamment en Normandie, de 1939 à 1945. Les contenants très divers, longtemps négligés en dépit de leur omniprésence sur les théâtres d’opération, illustrent les habitudes alimentaires, la logistique ou les comportements sociaux particuliers des troupes au combat. Des nuances remarquables se dessinent au sein des objets découverts, selon les usages propres aux différentes nations (Britanniques, Américains, Canadiens ou Allemands) vis-à-vis de la consommation d’alcools. Elles mettent en lumière le rôle non négligeable et méconnu qu’ont joué les boissons alcoolisées dans la conduite et le déroulement du conflit, depuis le champ de bataille jusqu’aux vastes organisations de l’arrière ou des territoires occupés par le IIIe Reich.

Haut de page

Texte intégral

1Le comportement des hommes au combat est l’une des thématiques les plus originales renseignées par l’archéologie des conflits récents. L’alimentation et la consommation d’alcool participent notamment d’un ensemble de comportements spécifiques aux combattants, mêlant emprunts aux us et coutumes de la vie civile ou aux traditions militaires, variant au gré des opportunités et des conditions psychologiques, réglementaires ou économiques qui régissent le quotidien des différentes nations protagonistes engagées au front. Nous invitons le lecteur à un tour d’horizon de cette recherche en cours, au sein d’un territoire labouré par la guerre : le front de l’Ouest dont au premier chef la Normandie, au cours de l’été 1944.

Alcool sur le front de l’Ouest, 1939-1945

2L’alcool, en 1939-1945, est tout aussi présent au front qu’au cours de la première guerre mondiale, en dépit des règlements militaires qui en interdisent la consommation aux troupes combattantes, a fortiori chez les Américains dont l’armée « sèche » – autrement dit sans alcool dans les rations règlementaires – est encore moralement marquée par la prohibition alcoolique (1919-1933), ou bien chez les Allemands en raison de la politique antialcoolisme du parti nazi. L’archéologie dévoile cette présence de manière indirecte à travers les nombreux contenants abandonnés dans les dépotoirs, les ruines ou les abris des soldats. En outre, ces contenants s’avèrent bien souvent des éléments utiles à l’identification des troupes en présence, au même titre que les munitions notamment.

3De la même manière qu’en 1914-1918 et à l’exception des Américains, une bonne part de cet alcool est ordinairement acheminée et distribuée par les services d’intendance avec les rations alimentaires à l’usage des troupes. Les pays visités fournissent en outre un complément alcoolique non négligeable : au cours de l’été 1944, après l’Allemagne [encadré], la Grande-Bretagne, le Benelux, les États-Unis et le Canada ont ainsi découvert, avec des conséquences plus ou moins heureuses, le cidre et le calvados de Normandie, généreusement offerts aux libérateurs par les populations locales.

  • 1 Voir l’article d’Yves Desfossés dans ce numéro.
  • 2 Fouille menée par Bénédicte Guillot, Inrap, en 2015.
  • 3 Fouille menée par Emmanuel Ghesquière, Inrap, en 2014.
  • 4 Fouille menée par Emmanuel Ghesquière, Inrap, en 2017.
  • 5 Fouille menée par Vincent Carpentier, Inrap, en 2016.

4D’autres boissons alcoolisées faisaient toutefois déjà partie de l’alimentation ordinaire des belligérants. La bière est ainsi particulièrement espérée et appréciée parmi les Britanniques dont les témoignages montrent qu’ils la préfèrent de loin au cidre et au vin français. De même qu’en 1914-1918, les hommes du rang de Sa Majesté – paradoxalement grands amateurs de thé – reçoivent réglementairement une bière occasionnelle envoyée de Grande-Bretagne par navire ou avion [ill. 1] ainsi qu’une ration de rhum, lointain héritage des traditions de la Marine à voile, fournie par les services d’approvisionnements de l’armée (Supply Reserve Depots)1. Des bouteilles de bière sont fréquemment mises au jour sur les sites de stationnement des troupes britanniques ou canadiennes, comme au château de Caen2 ou à Fleury-sur-Orne, au sud de la ville3 [ill. 2, 3], ou encore dans les villages côtiers libérés les 6 et 7 juin, comme Langrune4 [ill. 4] ou Anguerny5 [ill. 5]. Les officiers, quant à eux, ont libre accès aux boissons fortes, servies au mess, notamment le whisky, le gin [ill. 6]. D’une manière générale, les combattants britanniques se montrent très attachés à cet approvisionnement en bière, une donnée logistique dont Winston Churchill reconnaissait l’importance depuis la Grande Guerre et pour laquelle l’effort volontaire de l’industrie britannique fut considérable sur l’ensemble du théâtre d’opérations, sous l’égide d’un « Beer for Troops Committee » réunissant en juillet 1942 les brasseurs de Sa Majesté : selon l’édition du 6 avril 1946 du Northern Star, 380 millions de bouteilles de bière furent ainsi envoyées par les brasseurs britanniques à leurs troupes (Northern Star, 1946 ; Glover, 1995, p. 123 sq.) [ill. 7]. La plupart des bouteilles britanniques correspondent à une pinte de 568 ml ; on trouve également, quoique plus rarement, des « half-pints » de 284 ml [ill. 8], ainsi que des tiers et doubles pintes (« nips » ; « quarts »).

1. Utilisation détournée d’un réservoir auxiliaire à carburant de Spitfire en contenant à bière pour les troupes britanniques engagées sur le front de Normandie à l’été 1944.

1. Utilisation détournée d’un réservoir auxiliaire à carburant de Spitfire en contenant à bière pour les troupes britanniques engagées sur le front de Normandie à l’été 1944.

IWM CH 13488, Royal Air Force

2. Fouille d’un « trou d’homme » converti en dépotoir de bouteilles de bière au camp de repos de la 2e Division d’infanterie canadienne à Fleury-sur-Orne (sud de Caen, Calvados).

2. Fouille d’un « trou d’homme » converti en dépotoir de bouteilles de bière au camp de repos de la 2e Division d’infanterie canadienne à Fleury-sur-Orne (sud de Caen, Calvados).

La bière britannique est ici largement représentée parmi les contenants alimentaires abandonnés au front par les troupes canadiennes.

B. Labbey, Inrap

3. Bouteille de Guinness Extra Stout irlandaise, bière brune produite en Irlande depuis 1936, retrouvée dans un dépotoir du camp de repos canadien de Fleury-sur-Orne.

3. Bouteille de Guinness Extra Stout irlandaise, bière brune produite en Irlande depuis 1936, retrouvée dans un dépotoir du camp de repos canadien de Fleury-sur-Orne.

V. Tessier, Inrap

4. Vestiges exhumés en fouille d’une « ration bière » distribuée aux hommes du 48th Royal Marines Commando britannique à Langrune, au nord de Caen, Calvados, au terme des violents combats des 6 et 7 juin 1944.

4. Vestiges exhumés en fouille d’une « ration bière » distribuée aux hommes du 48th Royal Marines Commando britannique à Langrune, au nord de Caen, Calvados, au terme des violents combats des 6 et 7 juin 1944.

E. Ghesquière, Inrap

5. Bouteille de bière anglaise exhumée dans un dépotoir canadien de Colomby-Anguerny, Calvados, parmi un groupe de tombes provisoires.

5. Bouteille de bière anglaise exhumée dans un dépotoir canadien de Colomby-Anguerny, Calvados, parmi un groupe de tombes provisoires.

É. Gallouin, Inrap

6. Bouteille de gin de la distillerie londonienne Booth’s.

6. Bouteille de gin de la distillerie londonienne Booth’s.

Des exemplaires sont retrouvés en petit nombre dans les dépotoirs britanniques et canadiens de Normandie comme ici à Audrieu, à l’ouest de Caen, Calvados (fouille É. Sehier, Inrap).

V. Carpentier, Inrap

7. Distribution de bière aux soldats anglais de la 2e Compagnie de défense Army Headquarters, le 14 juillet 1944 à Creully, Calvados, PC du Général Montgomery.

7. Distribution de bière aux soldats anglais de la 2e Compagnie de défense Army Headquarters, le 14 juillet 1944 à Creully, Calvados, PC du Général Montgomery.

IWM 7270

8. Petite bouteille de bière anglaise (half-pint) découverte dans un « trou d’homme » de parachutiste de la 6thAirborne Division à Ranville, Calvados (diagnostic David Flotté, Inrap).

8. Petite bouteille de bière anglaise (half-pint) découverte dans un « trou d’homme » de parachutiste de la 6th Airborne Division à Ranville, Calvados (diagnostic David Flotté, Inrap).

Le culot porte la marque du fabricant United Glass Bottles, l’un des plus importants verriers britanniques de la première moitié du XXe siècle engagé dans l’effort de guerre.

V. Carpentier, Inrap

  • 6 Fouille menée par Bastien Simier, Inrap, en 2016.
  • 7 Fouille menée par Stéphanie Dervin, Inrap, en 2017.

5Les fantassins allemands âgés de plus de 18 ans perçoivent quant à eux une demi-bouteille de vin ou de bière ou 5 cl (un verre) d’eau-de-vie (schnaps) par jour. La consommation d’alcools locaux, largement répandue au sein de la troupe, n’est guère documentée que par les fouilles, en proportions variables selon les sites. À Guipavas près de Brest6 [ill. 9] ou à Vire7, les alcools français, vins et liqueurs, sont largement présents ; ils proviennent, soit des réquisitions, soit d’achats libres dans le commerce. À Vire cependant, les bouteilles françaises côtoient une assez forte proportion de bières de marques allemandes [ill. 10], témoignant d’un approvisionnement d’import mis en place après l’interdiction officielle des confiscations d’alcools français en 1941 (Lucand, 2017), laquelle n’exclut jamais cependant la poursuite d’un trafic plus ou moins actif auprès des civils, vins, liqueurs et eaux-de-vie français étant volontiers ramenés au pays… Les officiers disposent également d’une ration d’alcool acquise à leurs frais.

9. Fouille d’un dépotoir allemand à Guipavas, près de Brest (Finistère nord), contenant diverses bouteilles d’alcools français.

9. Fouille d’un dépotoir allemand à Guipavas, près de Brest (Finistère nord), contenant diverses bouteilles d’alcools français.

V. Tessier, Inrap

10. Bouchons de bouteilles de bière portant la marque de brasseurs allemands, trouvés dans un dépotoir allemand à Vire, Calvados.

10. Bouchons de bouteilles de bière portant la marque de brasseurs allemands, trouvés dans un dépotoir allemand à Vire, Calvados.

E. Ghesquière, Inrap

6Quelques mots s’imposent au sujet de l’Armée rouge où chaque soldat perçoit, depuis le XIXe siècle, une ration quotidienne de 100 g de vodka, plus tard surnommée dans l’Armée rouge la « ration du Commissaire », qui est généralement délivrée à l’infanterie avant une offensive, aux pilotes avant un vol de combat ou à certains travailleurs de l’arrière engagés dans des travaux particulièrement pénibles (Yerofeyev, 2002 ; Andreasen, 2006). Un tiers au moins des soldats de Staline souffraient d’alcoolisme chronique et, selon l’écrivain Viktor Yerofeyev : « la ration journalière de vodka délivrée aux soldats russes durant la Seconde Guerre mondiale était aussi importante que les lance-roquettes Katyusha (surnommés “Orgues de Staline” par les Allemands) dans la victoire sur le nazisme ».

7En revanche, la situation diffère radicalement pour l’armée américaine où l’alcool demeure proscrit des rations de combat depuis le début du XXe siècle. C’est donc surtout via le chewing-gum, les cigarettes blondes ou les barres chocolatées que le GI a laissé un souvenir impérissable dans les mémoires européennes. Au repos, il lui est néanmoins permis d’oublier un tant soit peu la médiocrité de ses rations en savourant une bière. Peu tenté par les vins cuits, le cidre ou le vin français, le soldat américain préfère en effet le soda ou la bière américaine légère (3,2°), conditionnée en bouteilles [ill. 11] ou en canettes métalliques peintes en kaki. Les brasseries britanniques en produiront à leur tour à la fin du conflit ; fin 1945, la brasserie Barclay de Southwark, à Londres, aura ainsi fourni quelque 40 millions de canettes à la Royal Navy (Glover, 1995, p. 128). Le GI se ravitaille à ses frais au « PX » (Post eXchange), magasin d’intendance établi à l’arrière du front ou dans un « camp-cigarette » à l’image de celui de Saint-Pierre-de-Varengeville, en Seine-Maritime, où le troc est monnaie courante avec les locaux qui conserveront longtemps le souvenir des friandises et de la musique de ces « Ricains » [ill. 12] (Marquis, Herson, Jourdaine, 1994 ; Aubry, Théron, Tessier, 2016). Dans cette Normandie toutefois, où les échanges avec les habitants se soldent fréquemment par un verre de calva, les gosiers des GI’s sont parfois soumis à rude épreuve, à tel point qu’ils le surnomment « boisson du diable » : « Un petit Français remplit nos verres. Nous les vidâmes, trinquâmes et criâmes à qui mieux mieux “Vive la France !” La fraternité flottait dans l’air et des larmes coulèrent sur nos joues. Dans ce cas, cependant, les larmes étaient dues à nos efforts violents pour réfréner notre envie d’agripper nos gorges et de crier d’angoisse. Au cas où vous ne seriez pas au courant, le “calva” est un liquide brutal obtenu par un mélange de fil de fer barbelé, d’eau savonneuse, de ressorts de montres et de vieilles sardines de tentes bouillies. Le meilleur a un arôme de nitroglycérine. Je pense que chaque Américain qui touche un verre de calvados devrait obtenir le Purple Heart ! » (Ernest Taylor « Ernie » Pyle, 1900-1945, correspondant de guerre cité par Quellien, 2012, p. 223-224).

11. Petite fosse ou trou de poteau contenant plusieurs bouteilles de bière grenelées type « 3.2 », dans l’enceinte du camp américain Twenty Grand de Saint-Pierre-de-Varengeville, Seine-Maritime.

11. Petite fosse ou trou de poteau contenant plusieurs bouteilles de bière grenelées type « 3.2 », dans l’enceinte du camp américain Twenty Grand de Saint-Pierre-de-Varengeville, Seine-Maritime.

V. Tessier, Inrap

12. Bouteilles et flacons en verre retrouvés dans le comblement de latrines du camp américain Twenty Grand, à Saint-Pierre-de-Varengeville, près de Rouen.

12. Bouteilles et flacons en verre retrouvés dans le comblement de latrines du camp américain Twenty Grand, à Saint-Pierre-de-Varengeville, près de Rouen.

Les bouteilles, d’origine française ou allemande, pourraient provenir d’un troc avec la population locale.

S. Le Maho, Inrap

Occupation et alcools français, 1940-1944

Dès 1940, l’Allemagne ponctionne largement les réserves alcooliques de la France occupée : grands crus du Bordelais, de Bourgogne ou de Champagne sont envoyés en Allemagne à hauteur d’un million et demi de bouteilles de 1940 à 1944 (Lucand, 2017). En 1945, le sergent Bernard de Nonancourt, de la 2e division blindée, découvre dans la cave personnelle du Führer, sur le Obersalzberg, quelque 50 000 flacons des plus grands crus français ! Certains négociants bordelais bâtissent des fortunes colossales en quelques années de collaboration (Durand, 2017) alors même que Vichy décrète des « jours sans alcool » au nom du redressement national (Boninchi, 2005, ch. VI). Le 7 juillet 1940, Adolf Hitler (lui-même intempérant !) adresse une lettre aux soldats allemands dans laquelle il insiste sur le fait que « la consommation abusive d’alcool n’est pas digne d’un soldat [allemand] et non rarement la cause de débordements rudes et de violences […] J’attends que ces membres de la Wehrmacht qui, à la suite d’abus d’alcool, s’adonneraient à des actes répréhensibles – aussi à l’encontre de la population – soient immédiatement mis devant leurs responsabilités » (Schneider, 2005, p. 434 et n. 25). Vœu non exaucé... D’une manière générale, le marché noir et les réquisitions dont rendent compte les dépotoirs fouillés à Vire ou Brest [ill. 1, 2, 3], ainsi que les envois d’alcools français en Allemagne, attisent le sentiment germanophobe déjà bien ancré en France depuis 1918. Fin 1943, l’Allemagne fait main basse sur les deux premières maisons de champagne, Heidsieck et Moët-et-Chandon (Boussard, 1974). Pour le seul vignoble champenois, l’un des plus prestigieux, la Commission consultative des dommages et réparations d’enquête estimera, en 1946, les prélèvements allemands à 98 millions de bouteilles pour une valeur de 5 377 000 000 francs soit 57 % de la production commercialisée sous l’Occupation, alors même que les exportations vers l’Allemagne ne dépassaient guère 1 % avant 1940 [ill. 4] (Husson, 2011 ; Lucand, 2017).

1 [encadré]. Bouteille de liqueur Bénédictine produite à l’abbaye de Fécamp, en Normandie, courante dans les dépotoirs allemands de l’ouest de la France comme ici, à Guipavas.

1 [encadré]. Bouteille de liqueur Bénédictine produite à l’abbaye de Fécamp, en Normandie, courante dans les dépotoirs allemands de l’ouest de la France comme ici, à Guipavas.

V. Tessier, Inrap

2 [encadré]. Flacon de Cointreau réquisitionné provenant d’un dépotoir allemand de Guipavas, Finistère nord.

2 [encadré]. Flacon de Cointreau réquisitionné provenant d’un dépotoir allemand de Guipavas, Finistère nord.

V. Tessier, Inrap

3 [encadré]. Bouteille de champagne retrouvée dans le comblement d’un dépotoir allemand à Guipavas.

3 [encadré]. Bouteille de champagne retrouvée dans le comblement d’un dépotoir allemand à Guipavas.

V. Tessier, Inrap

4 [encadré]. Ce soldat allemand, en permission dans ses foyers, a rapporté de France champagne, vins et digestifs, prestigieux alcools massivement réquisitionnés par les troupes d’occupation.

4 [encadré]. Ce soldat allemand, en permission dans ses foyers, a rapporté de France champagne, vins et digestifs, prestigieux alcools massivement réquisitionnés par les troupes d’occupation.

coll part., DR

Vertus et ravages de l’alcool

  • 8 Fouille menée par Cyril Marcigny, Inrap, de 2016 à 2019.

8En marge des règlements et statistiques officiels, cette omniprésence de l’alcool au sein des troupes répond à des causes bien concrètes. Tout d’abord, les boissons alcoolisées font partie de l’alimentation ordinaire de la plupart des protagonistes. Ensuite, il s’agit en temps de guerre d’une ressource souvent plus saine et accessible que l’eau, susceptible d’être impropre à la consommation quand elle n’est pas carrément absente. Les villes bombardées, les campagnes jonchées de carcasses de bétail en proie aux essaims de mouches sont autant de réservoirs d’eau contaminée dont le soldat se méfie à juste titre. L’humour typique des militaires anglais résume d’ailleurs bien cet état de fait : un officier soumet à l’inspection un sergent et sa section et demande à ce dernier : « Quelles précautions prenez-vous au sujet de l’eau infectée, sergent ? / Tout d’abord, nous la faisons bouillir Monsieur / Bien / Puis nous la filtrons / Excellent / Enfin, Monsieur, nous buvons une bière ! » (cité par Glover, 1995, p. 123). Bien entendu, cette carence en eau potable affecte tout autant les civils ; ainsi les réfugiés de la carrière Saingt à Fleury-sur-Orne8, en juillet 1944, consomment-ils en priorité le stock de bouteilles disponible sur place [ill. 13] (Carpentier, Dujardin, Marcigny, 2016). D’après les témoins, la bière a certainement limité ici les cas de dysenterie, fréquents dans les autres carrières-refuges de la couronne caennaise. Enfin, l’alcool est un stimulant efficace pour l’entretien du moral des troupes, du moins dans la mesure où les volumes distribués restent mesurés, souci constant des officiers en campagne, et où ne s’installent pas les symptômes de l’alcoolisme bien connus des médecins militaires (Jones, Fear, 2011). Le réconfort qu’il procure aux soldats épuisés par les combats lui confère un statut de récompense à laquelle ces derniers se montrent très sensibles.

13. À Fleury-sur-Orne, au sud de Caen, ces bouteilles de bière brisées jonchent le sol de l’ancienne carrière souterraine où de nombreux civils ont trouvé refuge durant les bombardements de l’été 1944. Ils préféraient, à l’eau polluée, la bière de la brasserie Saingt installée sur place.

13. À Fleury-sur-Orne, au sud de Caen, ces bouteilles de bière brisées jonchent le sol de l’ancienne carrière souterraine où de nombreux civils ont trouvé refuge durant les bombardements de l’été 1944. Ils préféraient, à l’eau polluée, la bière de la brasserie Saingt installée sur place.

C. Marcigny, Inrap

9Cependant, parmi les états-majors comme, plus tard, parmi les historiens de la seconde guerre mondiale, l’alcool et ses effets désastreux sur le comportement des troupes ont longtemps été passés sous silence. Il en va ainsi, entre autres, des nombreux cas de violences et notamment des viols perpétrés par les troupes alliées à l’encontre des populations civiles, comme en Normandie ou en Allemagne, à la fin de la guerre, où Russes et Américains auraient commis des milliers de viols en 1945, sous l’empire généralisé de l’alcool. Dans son ouvrage consacré à ce versant très sombre de l’histoire du conflit, Miriam Gebhardt recense, sur la foi des témoignages de ces nombreux « enfants de la guerre », conçus par un soldat allié de passage, 860 000 cas de viols imputables à des militaires soviétiques, américains, français ou britanniques (Gebhardt, 2015). Le criminologue américain Robert J. Lilly, se fondant sur les archives des tribunaux militaires américains, avait identifié quant à lui 17 000 agressions sexuelles commises par des soldats américains à raison de 64 % en Allemagne, 22 % en France et 14 % en Grande-Bretagne (Lilly, 2003). Or un lien étroit semble unir ici violence et alcool (et notamment le calvados, jusqu’alors inconnu des Américains) : la moitié au moins des soldats-violeurs ont déclaré au tribunal avoir été ivres au moment de leurs crimes (Lilly, Le Roy, 2002, p. 116).

10L’alcool, tel qu’il est perçu en archéologie à travers ses contenants très divers, omniprésents sur les théâtres d’opération, fait clairement partie de ces rares et modestes témoins matériels, longtemps inaperçus et non considérés par l’archéologue, illustrant la vie et les pratiques quotidiennes des troupes au combat. Les manifestations archéologiques de l’alcool soulèvent un pan du brouillard de guerre, au carrefour des habitudes alimentaires, de la logistique militaire et aussi de la misère du soldat… En temps de guerre, la pollution de l’eau et la désorganisation des circuits d’approvisionnement ordinaires lui confèrent une valeur particulière, qui vaut aussi d’ailleurs pour les civils. Pour la seconde guerre mondiale, les dépotoirs allemands illustrent en outre, de manière évidente, le pillage des ressources de la France occupée, tandis que des alcools jusqu’alors confidentiels comme le whisky ou le gin, apportés par les Alliés anglo-saxons sur le continent avec le chewing-gum, les cigarettes blondes ou les barres chocolatées, marquent durablement esprits et papilles et annoncent en outre, avec le plan Marshall, l’ère de la consommation de masse en Occident, dans le sillage d’une Amérique triomphante.

Haut de page

Bibliographie

Andreasen B.D., 2006, « Stuck in the Bottle. Vodka in Russia 1863-1925 », Lethbridge Undergraduate Research Journal, University of Lethbridge, vol. 1 (1), http://hdl.handle.net/10133/454.

Aubry B., Theron V., Tessier V., 2016, « Évolution chronologique et organisation spatiale de l’occupation du sol de la commune de Saint-Pierre-de-Varengeville (Seine-Maritime), de la Préhistoire à nos jours », in Journées archéologiques de Haute-Normandie, Conches-en-Ouche, 5-6 juin 2015, Mont-Saint-Aignan, PURH, p. 191-208.

Boninchini M., 2005, Vichy et l’Ordre moral, Paris, PUF, 319 p.

Boussard I., 1974, « Les négociations franco-allemandes sur les prélèvements agricoles : l’exemple du champagne », Revue d’histoire de la 2e guerre mondiale, n° 95, p. 3-24.

Carpentier V., Dujardin L., Marcigny C., 2016, « Archéologie du refuge ou de l’enfermement volontaire. La carrière-refuge de la brasserie Saingt à Fleury-sur-Orne (Calvados) », Les Nouvelles de l’Archéologie, n° 143, p. 59-63. doi : 10.4000/nda.3436.

Durand S., 2017, Les vins de Bordeaux à l’épreuve de la Seconde Guerre mondiale (1938-1950), Bordeaux, Éditions Memoring, « Histoire économique », 420 p.

Gebhard M., 2015, Als die Soldaten kamen. Die Vergewaltigung deutscher Frauen am Ende des Zweiten Weltkriegs, Munich, DVA, 368 p.

Glover B., 1995, Brewing for Victory. Brewers, Beer and Pubs in World War II, Cambridge, The Lutterworth Press, 179 p.

Husson J.-P., « Le vin de Champagne à l’épreuve de l’Occupation allemande, 1940-1944 », in Desbois-Thibault C., Paravicini W., Poussou J.-P. (dir.), Le Champagne : une histoire franco-allemande, Paris, Presses universitaires de Paris-Sorbonne, p. 325-347.

Jones E., Fear N., 2011, « Alcohol use and misuse within the military. A review », International Review of Psychiatry, n° 23, p. 166-172.

Lilly J.R., 2003, La face cachée des GI’s, Paris, Payot et Rivages, 370 p.

Lilly J.R., Le Roy F., 2002, « L’armée américaine et les viols en France, juin 1944-mai 1945 », Vingtième Siècle : Revue d’histoire, n° 75, p. 109-121.

Lucand C., 2017, Le vin et la guerre. Comment les nazis ont fait main basse sur le vignoble français, Paris, A. Colin, 448 p.

Marquis J.-C., Herson V., Jourdaine J.-C., 1994, Les camps cigarette : les Américains en Haute-Normandie à la Libération, Rouen, Médianes, 64 p.

Northern Star, 1946, « 30 Million Bottles of beer for troops during war », Northern Star, 6 avril 1946, https://trove.nla.gov.au/newspaper/article/99111110.

Quellien J., 2012, Les Américains en Normandie, Bayeux, OREP, 256 p.

Schneider V., 2005, « Les divisions allemandes en Basse-Normandie pendant l’Occupation ; étude quantitative et qualitative (19 juin 1940-5 juin 1944) », Annales de Normandie, 55e année, n° 5, p. 427-458.

Yerofeyev V., 2002, « Letter from Moscow. The Russian God. Five Hundred Years of Vodka », The New Yorker, 16 déc. 2002, p. 56, https://www.newyorker.com/magazine/2002/12/16/the-russian-god.

Haut de page

Notes

1 Voir l’article d’Yves Desfossés dans ce numéro.

2 Fouille menée par Bénédicte Guillot, Inrap, en 2015.

3 Fouille menée par Emmanuel Ghesquière, Inrap, en 2014.

4 Fouille menée par Emmanuel Ghesquière, Inrap, en 2017.

5 Fouille menée par Vincent Carpentier, Inrap, en 2016.

6 Fouille menée par Bastien Simier, Inrap, en 2016.

7 Fouille menée par Stéphanie Dervin, Inrap, en 2017.

8 Fouille menée par Cyril Marcigny, Inrap, de 2016 à 2019.

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1. Utilisation détournée d’un réservoir auxiliaire à carburant de Spitfire en contenant à bière pour les troupes britanniques engagées sur le front de Normandie à l’été 1944.
Crédits IWM CH 13488, Royal Air Force
URL http://journals.openedition.org/archeopages/docannexe/image/6080/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre 2. Fouille d’un « trou d’homme » converti en dépotoir de bouteilles de bière au camp de repos de la 2e Division d’infanterie canadienne à Fleury-sur-Orne (sud de Caen, Calvados).
Légende La bière britannique est ici largement représentée parmi les contenants alimentaires abandonnés au front par les troupes canadiennes.
Crédits B. Labbey, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeopages/docannexe/image/6080/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre 3. Bouteille de Guinness Extra Stout irlandaise, bière brune produite en Irlande depuis 1936, retrouvée dans un dépotoir du camp de repos canadien de Fleury-sur-Orne.
Crédits V. Tessier, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeopages/docannexe/image/6080/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre 4. Vestiges exhumés en fouille d’une « ration bière » distribuée aux hommes du 48th Royal Marines Commando britannique à Langrune, au nord de Caen, Calvados, au terme des violents combats des 6 et 7 juin 1944.
Crédits E. Ghesquière, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeopages/docannexe/image/6080/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre 5. Bouteille de bière anglaise exhumée dans un dépotoir canadien de Colomby-Anguerny, Calvados, parmi un groupe de tombes provisoires.
Crédits É. Gallouin, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeopages/docannexe/image/6080/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre 6. Bouteille de gin de la distillerie londonienne Booth’s.
Légende Des exemplaires sont retrouvés en petit nombre dans les dépotoirs britanniques et canadiens de Normandie comme ici à Audrieu, à l’ouest de Caen, Calvados (fouille É. Sehier, Inrap).
Crédits V. Carpentier, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeopages/docannexe/image/6080/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre 7. Distribution de bière aux soldats anglais de la 2e Compagnie de défense Army Headquarters, le 14 juillet 1944 à Creully, Calvados, PC du Général Montgomery.
Crédits IWM 7270
URL http://journals.openedition.org/archeopages/docannexe/image/6080/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre 8. Petite bouteille de bière anglaise (half-pint) découverte dans un « trou d’homme » de parachutiste de la 6th Airborne Division à Ranville, Calvados (diagnostic David Flotté, Inrap).
Légende Le culot porte la marque du fabricant United Glass Bottles, l’un des plus importants verriers britanniques de la première moitié du XXe siècle engagé dans l’effort de guerre.
Crédits V. Carpentier, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeopages/docannexe/image/6080/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre 9. Fouille d’un dépotoir allemand à Guipavas, près de Brest (Finistère nord), contenant diverses bouteilles d’alcools français.
Crédits V. Tessier, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeopages/docannexe/image/6080/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre 10. Bouchons de bouteilles de bière portant la marque de brasseurs allemands, trouvés dans un dépotoir allemand à Vire, Calvados.
Crédits E. Ghesquière, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeopages/docannexe/image/6080/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre 11. Petite fosse ou trou de poteau contenant plusieurs bouteilles de bière grenelées type « 3.2 », dans l’enceinte du camp américain Twenty Grand de Saint-Pierre-de-Varengeville, Seine-Maritime.
Crédits V. Tessier, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeopages/docannexe/image/6080/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre 12. Bouteilles et flacons en verre retrouvés dans le comblement de latrines du camp américain Twenty Grand, à Saint-Pierre-de-Varengeville, près de Rouen.
Légende Les bouteilles, d’origine française ou allemande, pourraient provenir d’un troc avec la population locale.
Crédits S. Le Maho, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeopages/docannexe/image/6080/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre 1 [encadré]. Bouteille de liqueur Bénédictine produite à l’abbaye de Fécamp, en Normandie, courante dans les dépotoirs allemands de l’ouest de la France comme ici, à Guipavas.
Crédits V. Tessier, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeopages/docannexe/image/6080/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre 2 [encadré]. Flacon de Cointreau réquisitionné provenant d’un dépotoir allemand de Guipavas, Finistère nord.
Crédits V. Tessier, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeopages/docannexe/image/6080/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre 3 [encadré]. Bouteille de champagne retrouvée dans le comblement d’un dépotoir allemand à Guipavas.
Crédits V. Tessier, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeopages/docannexe/image/6080/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre 4 [encadré]. Ce soldat allemand, en permission dans ses foyers, a rapporté de France champagne, vins et digestifs, prestigieux alcools massivement réquisitionnés par les troupes d’occupation.
Crédits coll part., DR
URL http://journals.openedition.org/archeopages/docannexe/image/6080/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre 13. À Fleury-sur-Orne, au sud de Caen, ces bouteilles de bière brisées jonchent le sol de l’ancienne carrière souterraine où de nombreux civils ont trouvé refuge durant les bombardements de l’été 1944. Ils préféraient, à l’eau polluée, la bière de la brasserie Saingt installée sur place.
Crédits C. Marcigny, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeopages/docannexe/image/6080/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 483k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Carpentier, « La guerre et la consommation d’alcool »Archéopages, 47 | 2020, 86-93.

Référence électronique

Vincent Carpentier, « La guerre et la consommation d’alcool »Archéopages [En ligne], 47 | 2020, mis en ligne le 01 juillet 2022, consulté le 06 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/archeopages/6080 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeopages.6080

Haut de page

Auteur

Vincent Carpentier

Inrap, UMR 6273 « Centre Michel de Boüard » CRAHAM

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search