Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47DossierIvresse ou ivrognerie ? [Débat]

Dossier

Ivresse ou ivrognerie ? [Débat]

Propos recueillis par Catherine Chauveau
Fanette Laubenheimer, Stéphane Le Bras et Catherine Chauveau
p. 94-101

Texte intégral

1Aujourd’hui comme hier, l’eau n’est pas toujours bonne à boire. Les boissons alcoolisées ont-elles été une solution aux problèmes d'eau impropre ? Boire de l'alcool n'est alors pas toujours un privilège. Mais quelles que soient les saveurs et composition des bières et des vins, et quelles que soient les raisons d’en boire, ces boissons sont tour à tour considérées comme des aliments, des remèdes ou des poisons. Quant au fait de boire, il peut être une fête ou un rite tout autant qu’un moyen de contrôle ou qu’un fléau. Alors l’on distingue l’ivresse, saine et joyeuse, de l’ivrognerie, honteuse et dégradante.

R. Étienne, Item

2Fanette Laubenheimer La bière a été produite très tôt dans tout le Proche-Orient. On a trouvé en Israël, dans une grotte, des traces de production de bière datables de 13 000 avant notre ère ! La Mésopotamie et l’Égypte étaient des civilisations de la bière. En Mésopotamie, l’ivresse se dit « Qui est dans sa bière » et le festin, « bière versée ». Et en Afrique orientale, l’Éthiopie est un grand pays de bière depuis très longtemps. Les peuples occupant l’ouest et le nord de l’Europe protohistorique fabriquaient des bières et, certains, de l’hydromel. Il peut paraître étonnant que, malgré l’existence de vignes sauvages, la Gaule ne soit pas du tout un pays de culture de la vigne et ignore tout du vin avant qu’il ne soit apporté par les peuples grecs et italiques. On peut également être surpris que les Romains ne fabriquent pas de bière. Si la première culture de vigne en Gaule due aux Grecs de Marseille commence timidement en 600 avant notre ère, au Ier siècle de notre ère, la production du Midi devient une production de masse, par l’implantation des colons, des anciens militaires italiens, ou gaulois d’ailleurs, qui ont d’autres pratiques d’agriculture. L’Empire a de gros besoins et la production de vin s’accroît considérablement. Rien que pour le vin du Midi, on peut avoir des chais de 250 dolia qui contiennent 1 000 l. chacun ! Et la répartition des amphores vinaires dessine une carte qui englobe au-delà de la Méditerranée, l’Éthiopie, l’Inde et, au nord, toutes les zones de garnison. Le vin est envoyé pour les armées, bien sûr, mais consommé plus largement. La tradition grecque et romaine du symposium, moment de sociabilité où l’on boit après un repas, se prolonge dans les cérémonies funéraires. Cette coutume très persistante de boire ensemble à l’occasion d’une mort trouve un prolongement dans la communion chrétienne. Le vin devient une boisson sacrée, liée à la résurrection. On voit que la consommation de bière et de vin est une longue tradition, culturelle, identitaire.

  • 1 Maladie qui ravage la vigne dans les années 1870-1880 en Languedoc et entraîne la reconstitution de (...)

3Stéphane Le Bras Vous me confirmez que l’histoire viticole languedocienne est longue et riche ! Pour nous, les historiens du vin, le Languedoc est vraiment l’incontournable vignoble populaire. Je ne suis pas tout à fait d’accord avec l’hypothèse classique qui fait démarrer la production de masse après le phylloxera1. Dans les années 1850, avec le chemin de fer, il y a déjà un développement massif, comme, toutes proportions gardées, ce que vous restituez de la production antique. Le gros bouleversement, social et économique, fin XIXe siècle, est l’arrivée de familles de négociants, d’intermédiaires donc entre viticulteurs et consommateurs, en provenance d’Allemagne notamment. Mais rien à voir avec les familles de brasseurs. Car cette activité se transmet mal, rarement au-delà de trois générations. C’est très différent pour les familles de brasseurs qui s’implantent en France à la même période, où la transmission est bien plus longue grâce, me semble-t-il, à l’importance de l’innovation dans cette production, autant en ce qui concerne les techniques que la fermentation (recherches sur les machines et conditionnements comme sur les levures et bactéries ayant trait au refroidissement, à la gazéification, à la fermentation, à la conservation, à l’hygiène…). Les brasseurs sont aussi beaucoup plus portés que les vignerons à la diversification et produisent des boissons gazeuses, des eaux, que l’on ajoute aux spiritueux, mais aussi des boissons aromatisées aux plantes. Les brasseurs du début du XXe siècle sont très inventifs ! Qu’est-ce que les premières bières mésopotamiennes et égyptiennes avaient de différent de celles d’aujourd’hui, en termes de goût, de composition, de taux d’alcool, de couleur, de mousse etc. ? Il y a des écrits ?

  • 2 On distingue la fermentation haute (à température chaude) de la fermentation basse (à température f (...)
  • 3 Festival gastronomique organisé par le musée gallo-romain de Saint-Romain-en-Gal.

4FL Ce genre de questionnement est récent et ce sont des aspects de fabrication que nous sommes encore en train de découvrir. Il y a plusieurs différences. La première est due au type de fermentation, soit spontanée, soit forcément en fermentation haute2. Et les levures sont des levures naturelles, et non des levures sélectionnées comme aujourd’hui. Cela donne déjà des taux d’alcool et de sucre plutôt élevés. La seconde est le grain employé. Nous avons l’habitude de la saveur du houblon, utilisé seulement depuis le Moyen Âge. Avant, la bière pouvait être obtenue à partir de n’importe quel grain et c’était très souvent de l’orge, comme dans le Proche-Orient méditerranéen. Chez des Égyptiens ou chez les Mésopotamiens, la bière n’était pas filtrée, elle était donc trouble, opaque. Elle devait ressembler aux bières fabriquées traditionnellement, comme celles que j’ai bues en Éthiopie, qui ont une couleur café au lait et pas de mousse. Bien sûr, en fermentation dans les jarres, ça fait des bulles. Aux Vinalia3, on peut boire des bières « faites à l’antique »qui ont aussi cet aspect. On connaît bien quelques ajouts de plantes, mais les bières anciennes ne semblent pas avoir été aromatisées dans ce but. En Espagne, par exemple, on utilisait l’armoise, qui parfume, certes, mais qui surtout empêche la bière de tourner. Ces goûts induits par les procédés de conservation ne sont pas que des goûts antiques. Au XIXe siècle, la bière est exportée en fûts goudronnés pour étanchéifier et limiter le développement des bactéries et cela donnait un goût. Et pour le vin, c’est pareil ! Comme les amphores sont résinées à l’intérieur, le vin antique a un goût de résine, en général. Et il était habituel de le mélanger avec toutes sortes d’épices. Les vins rouges que les Romains vendaient aux autres peuples n’étaient pas forcément les vins les plus prisés. C’étaient des vins extrêmement épais et sans doute avec des degrés d’alcool élevés. On y mettait du fenugrec, de la racine d’iris, du plâtre, de l’eau de mer ou du sel pour le conserver. Quant aux vins marseillais, ils étaient fumés ! Aujourd’hui, à côté de Beaucaire, Hervé Durand refait du vin à l’antique avec une cave à l’ancienne, et le goût de ses vins nous trouble parce que l’on n’en a pas l’habitude.

5

6SLB Il est vrai que pendant très longtemps, on n’a pas bu les vins comme on les boit maintenant, c’est-à-dire des vins qui ne sont que le produit unique de la vigne dont ils sont issus (et de ses intrants). Dans le Languedoc, la grande spécialité, jusqu’à ce fameux vignoble de masse au XIXe, c’était les vins épicés. Indépendamment des goûts induits par les produits de conservation, on en ajoutait d’autres censés agrémenter le vin. Vous parlez de résine : le vin résineux a existé dans le Midi jusqu’à l’époque moderne ! Lui a succédé le goût soufré lorsque l’on a utilisé du sulfate pour traiter le vin et ses contenants. À la fin du XIXe, on voit s’établir de nouvelles lois qui limitent les intrants non pas dans la culture de la vigne mais dans la fabrication du vin. À partir de 1905, quand se crée un véritable service des fraudes, des négociants et des propriétaires sont condamnés pour avoir vendu du vin « impropre ». Car il faut préciser qu’il existe deux types de qualité dans le vin : la qualité gustative et la qualité marchande. Pour qu’un vin puisse être vendable, il faut qu’il soit « franc, loyal et marchand », qu’il réponde à des critères qu'on qualifierait aujourd'hui de « santé publique ». La question du goût est longtemps restée secondaire pour le marché languedocien en tout cas. Les vins étaient « confectionnés », c’est-à-dire coupés entre eux. Par exemple, durant la Première Guerre mondiale, les vins sont réquisitionnés (mais payés) dans toutes les grandes régions de production (Algérie, Languedoc, Sud-Ouest, Bordelais, Centre). Ces vins sont acheminés dans des stations magasins où ils sont mélangés. Les mélanges varient, mais il y a toujours de l’Algérie et du Languedoc, parce que ce sont les vins les plus élevés en degrés et les plus colorés, et que l’armée a obligation, par la loi, de fournir un vin de huit degrés minimum. S’ajoute à cela un autre critère associé à la qualité qui est le conditionnement. Tout au long du XXe siècle, on fait la différence entre le vin cerclé, le vin en tonneau dans lequel on se sert directement pour la consommation courante, et le vin bouché (en bouteille fermée par un bouchon) qui est le vin fin.

R. Étienne, Item

7FL À l’époque romaine, c’est un peu la même chose ; il y a deux véhicules pour le vin : l’amphore et le tonneau. Et on a mis longtemps à s’en rendre compte, parce que le bois n’est pas conservé alors que les amphores, on les a toujours. C’est dans les camps de garnison qu’on trouve le plus de tonneaux et l’on se demande si ce n’est pas le contenant d’un vin de moins bonne qualité pour les soldats car, dans les villes alentour, on a beaucoup d’amphores gauloises dont on pense qu’elles contenaient du vin meilleur pour les officiers. On sait qu’une part du vin de la vallée du Rhône, de la région de Vienne en particulier, part en tonneaux. C’est le moment où l’Empire a besoin d’exporter sur plusieurs fronts du vin pour ses armées. Dans le camp romain de Vindolanda, à la frontière écossaise, on a aussi retrouvé énormément de tonneaux, ce qui a permis de calculer la part respective des tonneaux et des amphores, des vins communs et vins de qualité. Tout aussi intéressante est la découverte dans ce camp d’une brasserie et de plusieurs textes sur des planchettes de bois qui notent les livraisons d’orge pour la fabrication de la bière.

8SLB Donc l’armée s’adapte, dans la fourniture alimentaire, aux ressources locales et à l’origine des soldats. Les Romains « romains », si je puis dire, ont-ils fini par consommer de la bière ?

  • 4 Philosophe stoïcien néen Syrie (135-51 av. n. è.) qui voyagea dans l’Empire romain et notamment dan (...)

9FL En principe, non ! Les « vrais » Romains distinguent un autre type de qualité dans les vins. Les grands vins sont ceux de la région de Pompéi, Falerne en particulier, et les meilleurs vins sont les vins blancs. Sinon, dans les très riches villas, on consomme des vins très variés, et notamment des vins orientaux ou des vins qui viennent de Rome… tous ceux réputés pour être rares et chers. Posidonios d’Apamée4 écrit après son voyage en Gaule que l’on boit chez les riches du vin importé d’Italie ou de Marseille alors que dans les classes inférieures, on boit des préparations faites de décoction d’orge ou de miel. Il y a donc cette idée que le vin a séduit les plus riches. En Gaule, le vin est lié au pouvoir. C’est dans la tombe de la dame de Vix qu’on a trouvé le plus grand cratère en bronze de l’Antiquité quand même ! Dans les tombes gauloises très riches, des IIIe et IIe siècles avant notre ère, il y a des services à boire avec décor rehaussé d’or, des amphores à vin, pleines ou vides, au goût gaulois. Ce lien des chefs à l’alcool préexiste à la découverte du vin. L’ivresse du pouvoir est on ne peut plus claire ! L’hydromel en gaulois se dit « Medu » qui veut aussi dire l’ivresse, tandis que « Medios » signifie « ivre » ou « celui qui commande » et que le verbe commander se dit « Med ».

10SLB Les boissons alcoolisées jouent un rôle fondamental dans la distinction sociale. À l’époque contemporaine, en France, tout le monde boit les mêmes boissons, mais pas la même qualité de boisson. Au début du XXe siècle, par exemple, tout le monde boit de l’absinthe, mais il en existe des quantités, de qualité différentes, comme pour les eaux-de-vie. Et les images du « buveur », affiches de propagandes ou satiriques, illustrent les différentes façons de boire, bien ou mal. Les questions de représentation du buveur sont bien connues en histoire. Et ce qui apparaît clairement, c’est l’ambiguïté du discours, ou sa dualité : coexistent un mouvement antialcoolique et une propagande intense pour la consommation.

  • 5 Historien grec du Ier siècle avant notre ère, auteur de la « Bibliothèque historique », ouvrage d’o (...)

11FL Cette distinction entre « bons » et « mauvais » buveurs est frappante aussi dans l’Antiquité : les Gaulois étaient perçus par les Latins et par les Grecs comme des barbares épouvantables qui boivent « mal ». Plusieurs textes mentionnent avec effroi la façon dont les Gaulois s’enivrent et se bagarrent dans des banquets. C’est un choc de civilisation plus qu’autre chose. Pour les Grecs et les Romains, le vin se boit après le repas, dans un moment de réjouissances partagées. Mais surtout, le vin se boit toujours coupé d’eau et toute une série d’ustensiles et de récipients spécifiques servent aux préparations des mélanges. Or les Celtes ont d’autres traditions. Ils boivent le vin pur comme ils le font de leurs boissons traditionnelles, l’hydromel et la bière. Je vous lis un extrait du texte bien connu de Diodore de Sicile5, texte typique et insupportable d’un non-Celte qui regarde les Celtes : « Les Gaulois sont amateurs de vin à excès. Ils se gorgent de vin pur apporté dans leur pays par des marchands. Comme leurs désirs les poussent à en user sans modération, lorsqu’ils sont ivres, ils tombent dans l’hébétude ou dans des propos furieux. Aussi nombre de marchands italiens, poussés par l’amour de l’argent qui les caractérise, considèrent que l’amour du vin des Celtes est pour eux une aubaine. En effet, ils le transportent soit dans des bateaux sur les voies navigables, soit sur des chariots qu’ils conduisent à travers les plaines, et cela pour un prix incroyable ». C’est pour ça que l’on a une réputation de « soiffards » épouvantables ! Les auteurs antiques insistent notamment beaucoup sur le fait que les Gaulois boivent avant d’aller au combat, pour se donner de la force.

12SLB Une façon, sans doute, de dire qu’ils ne sont pas naturellement courageux ! C’est très intéressant, cette volonté de décrédibiliser la culture de l’autre par le fait qu’il boive mal. Sur le temps long, ça montre une chose importante : l’aspect culturel du boire. Pendant la Première Guerre mondiale, du côté français, les Allemands sont régulièrement montrés comme de mauvais buveurs, parce qu’ils boivent de la bière, considérée comme vulgaire, et parce qu’ils boivent du Schnaps, « un arrache-gueule ». Alors que les Français, eux, sont raffinés parce qu’ils boivent du vin, une boisson subtile ! Mais en réalité, les Allemands boivent beaucoup de boissons alcoolisées françaises, pour les raisons très simples qu’ils en sont friands et qu’ils sont sur le territoire français.

  • 6 Dans son « Traité du bon usage du vin ».
  • 7 Auteur de chansons bachiques, auquel on attribue le recueil « Vaux de Vire » (environ 1403-1470).

13FL Cette valorisation du vin en opposition à la bière se trouve plus tôt, chez Rabelais par exemple6, grand buveur de vin qui met ses lecteurs en garde contre la bière. Le poète Basselin7, qui vécut un peu avant, appelle les buveurs de bière « gueules pissotantes », et affirme qu’un tel breuvage n’est bon que pour « les Flamands et les Alamans ». Mais ce qui est aussi mis en avant par ces deux écrivains, et bien d’autres, c’est que le vin est bon pour la santé et qu’il peut être utilisé en remède. L’hydromel, aussi, servait à soigner les malades et… les buveurs ivres !

  • 8 Créées officiellement en 1872, elles remportent leur première grande victoire, la loi contre l’ivre (...)
  • 9 Médecin pédiatre qui se spécialise dans l’étude de l’alcoolisme (1857-1919).
  • 10 Chiffres obtenus en additionnant les productions de vin, ou celles d’alcools distillés, et en divis (...)
  • 11 Médecin fondateur de la pédiatrie moderne (1882-1978).

14SLB C’est pour cette raison que je n’emploie pas le terme alcool pour désigner le vin. Tout au long du XIXe et d’une grande part du XXe siècle, le vin n’est pas considéré comme un alcool, mais comme une boisson bonne pour la santé, comme un aliment voire comme un rempart contre l’alcoolisme. Pendant la Première Guerre mondiale, il y a de nombreux débats à l’Académie de Médecine sur le vin et sa part dans la ration calorique du soldat, au même titre que la viande et le pain. Mais une des raisons pour laquelle on donne du vin au soldat est qu’il n’y a pas forcément d’eau potable à disposition. Paradoxalement, l’eau rend malade dans plusieurs contextes tout au long de l’histoire : elle se conserve mal et son assainissement n’est pas toujours maîtrisé ; dans le Languedoc, par exemple, il y a des problèmes récurrents d’eau imbuvable dans les villes et les villages jusqu’au début du XXe siècle. La mauvaise réputation du vin est en germe depuis la fin du XIXe siècle mais ne sera établie qu’après le milieu du XXe siècle. Les sociétés de tempérance8 se forment alors que l’on cherche des raisons à la défaite de la France dans la guerre de 1870. On s’attaque alors à l’ivrognerie, l’aspect négatif de l’ivresse qui, elle, garde un sens positif, festif. Boire mal, boire de mauvaises boissons, est donné comme une cause de dégénération, d’affaiblissement des hommes, qui les rend inaptes au combat et à la perpétuation de la nation. La question de l’alcoolisme commence à se poser avec acuité vers 1900, quand se développent les spécialités médicales et notamment la psychiatrie. Dans ce contexte, les vins ont un rôle paradoxal. Durant l’entre-deux-guerres, deux institutions très officielles sont mises en place : le Comité national de propagande pour les vins de France et les Médecins amis du vin. Toutes les deux jouent sur ce mécanisme d’une opposition entre le vin, bon pour la santé s’il est pris de manière raisonnable, et les alcools, vertement critiqués. Cela est parfaitement limpide dans une affiche de santé publique de Emile-Marie Galtier-Boissière9 titrée « L’alcool, voilà l’ennemi » et distinguant les boissons naturelles « bonnes » (vin, cidre, poiré, bière, les boissons fermentées donc), des alcools industriels « mauvais » (produits distillés, spiritueux). Pendant la Belle Époque, les sociétés antialcooliques créent des cafés de tempérance, où on ne sert aucune boisson distillée mais de la limonade, du café et… du vin, de la bière pendant les repas. Les pharmaciens anticipent le mouvement, en vendant des boissons dites revigorantes : Dubonnet, Saint-Raphaël, Byrrh etc. sont en fait des vins mélangés à du quinquina ou autre, vendus comme toniques dans des pharmacies avant de devenir des apéritifs. De nos jours, les discours sur le verre de vin par jour qui ferait partie d’un bon régime, montrent, je pense, que l’on est encore sous les effets de ces croyances séculaires. Pourtant, actuellement, on est dans une période que je qualifierais d’hygiéniste, avec une condamnation et une pression extrêmement fortes de la part des addictologues qui visent surtout le vin. Dans les faits, le discours antialcoolique de la fin du XIXe siècle ne prend pas. Les traditions tiennent bon. On le voit dans le dialogue entre le père et l’oncle de Marcel Pagnol au sujet d’une bouteille de vin, arguments « scientifiques » à l’appui, dans La gloire de mon père. Les chiffres de consommation moyenne10 sont alors colossaux, environ 4 l. de boissons distillées et aux alentours de 120/130 l. de vin par personne par an (aujourd’hui, environ 45/50 l.). Durant l’entre-deux-guerres, la consommation annuelle de vin par personne monte à 160 l. et ce chiffre est à peu près constant jusqu’aux années 1960. Le nombre de débits de boisson ne cesse de croître : on passe de 350 000 débits, vers 1850, à 480 000, juste avant la Première Guerre mondiale, ce qui fait en moyenne un débit pour 80 habitants ; et jusqu’aux années 1960, dans tout village français, il y a au moins deux ou trois débits de boisson. Une enquête faite par le maire d’un petit village des Ardennes au début du XXe siècle estime à 2 000 l. l’eau-de-vie produite pour les 300 habitants, enfants inclus. L’enquête menée en 1913 sur la consommation des ouvriers et des paysans (car l’accent est mis sur les « excès » classes populaires), montre, en effet, que, pour certains, elle commence dès l’enfance. Pierre Mendès France, dans les années où il est au gouvernement entre 1945 et 1955, décide de prendre le problème à bras le corps avec l’appui du professeur Robert Debré11. Le fait que des enfants arrivent saouls à l’école devient un problème de santé publique. On passe à un antialcoolisme d’État : infraction d’ivresse au volant en 1959, tests d’alcoolémie dans les années 1960/1970. Je n’ai pas trouvé de position aussi virulente sur la bière ; les discours restent permissifs, sans doute car la bière titre moins.

R. Étienne, Item

15FL Et qu’en est-il de la consommation des femmes ? En Gaule, les hommes se réserveraient le vin, si l’on en croit un texte latin soulignant l’interdiction d’en boire aux femmes de Marseille. Mais cela ne semble pas être le cas pour la bière. Pour l’Égypte et la Mésopotamie, on a des textes d’ordre divers qui nous indiquent que la bière est fabriquée par les femmes dans les maisons, mais aussi que les lieux où la bière se vend et se boit sont tenus par des femmes. Et qu’elles en boivent !

16SLB Au XIXe siècle, il y a beaucoup de couples avec double activité commerciale : la femme gère le débit de boisson, tandis que le mari, en général artisan, travaille dans l’espace d’à côté. Mais on est dans une société dominée par l’idéologie bourgeoise qui dicte aux femmes de donner une image digne et qui prône la protection des femmes, à vrai dire leur contrôle. Fin XIXe, la population française ne croît que par l’immigration, et surtout, elle stagne par rapport à celle de l’Allemagne, l’ennemi de l’époque. Naît une crainte de la dénatalité qui s’ajoute à celle de la dégénération de la population reposant sur la conviction de l’hérédité de l’alcoolisme. Or le rôle social des femmes est d’enfanter des hommes forts. Pendant la Première Guerre mondiale, on commence à s’inquiéter de l’alcoolisme des femmes dans les usines de guerre, pour des raisons diverses. L’alcoolisme des femmes est tabou ; dans toutes les classes sociales, des femmes boivent. Il existe même des boissons « féminines », comme, à la Belle Époque, le mêlé-cass, un mélange d’eau-de-vie et de cassis très en vogue. Tant qu’elles se « tiennent bien » et qu’elles boivent entre elles, c'est convenable. Mais la femme qui va seule au bar ne peut être qu’une prostituée. Et quand le message antialcoolique se renforce, dans les années 1970, quelles sont les premières cibles ? C’est l’homme au travail, à cause des accidents du travail « qui coûtent à la société », c’est l’adolescent, qui va causer des troubles et ne fera pas un bon travailleur, mais c’est surtout la femme enceinte, qui va engendrer un enfant débile. Mais si les femmes ne peuvent ni boire ni êtres ivres en public, cela peut les contraindre à boire seule, en cachette, et les exclure de ce qui reste jugé comme la seule « bonne » façon de boire qui est de boire en compagnie. Celui qui boit seul, c’est l’alcoolique !

R. Étienne, Item

17FL Oui, boire se fait en groupe chez tous les peuples protohistoriques et antiques, quel que soit le breuvage. On le voit, par exemple, dans la fameuse tombe de Hochdorf qui enferme un chaudron avec 350 l. d’hydromel et neuf cornes à boire. En Égypte et en Mésopotamie, on buvait la bière ensemble autour de grands récipients, à l’aide de longs tubes, des sortes de grosses pailles, dont une extrémité était un cône percé de petits trous pour filtrer le liquide. Les buveurs de bière traditionnelle en Afrique noire, aujourd’hui, ont une pratique similaire. Mais on peut boire seul aussi pour étancher sa soif, sans doute des boissons plus légères comme de l’eau coupée de vin. Les stèles funéraires antiques des artisans les représentent souvent avec une cruche et un gobelet.

18SLB Ce sont ces vins que l’on appelle des vins de soif, faiblement titrés, souvent coupés d’eau, qui relèvent de la consommation individuelle quotidienne et banale. Mais boire ensemble soude, c’est un ferment de sociabilité et c’est un composant culturel. On a vu que la fourniture de vin aux soldats de la Première Guerre mondiale a des raisons hygiéniques, mais également des raisons sociales ; il faut maintenir le moral, la cohésion et l’obéissance des troupes. L’armée s’appuie sur cela, tout en pesant les aspects positifs et négatifs. Les huit millions de soldats français mobilisés sur la durée du conflit ne sont pas des militaires de profession. Ils sont plus enclins à remettre en question le commandement et l’ordonnancement militaires. Ce n’est pas propre à la guerre ; quand on boit trop, on a tendance à oublier la norme sociale, à créer toutes sortes de désordres. Ces désordres peuvent mettre l’unité en situation dangereuse si on parle trop fort, si on perd son chemin etc. L’armée fait de la ration de vin une gratification : les soldats qui prennent une tranchée ou qui font des prisonniers vont avoir double ou triple ration. Pendant la Première Guerre mondiale, les soldats combattent peu et passent leur temps à attendre. Le vin aide les poilus à lutter contre ce qu’ils appellent le cafard. Le cafard, c’est de s’ennuyer, c’est de ne pas savoir, c’est de vivre dans des conditions difficiles, éprouvantes. C’est aussi de perdre les copains (des centaines de milliers de soldats sont tués dans les premières semaines et quand une unité va combattre, elle est décimée entre 10 et 80 %). Et c'est d’être loin des siens : les rescapés des premières mobilisations de l’été 1914 n’ont leur première permission qu’à partir du printemps 1915. Mais de nouveaux appelés arrivent avec lesquels les anciens fraternisent grâce au vin ; ce même vin qui conduit à fraterniser aussi avec l’ennemi.

Haut de page

Notes

1 Maladie qui ravage la vigne dans les années 1870-1880 en Languedoc et entraîne la reconstitution de son vignoble par la suite.

2 On distingue la fermentation haute (à température chaude) de la fermentation basse (à température froide), réalisées à l’aide de levures différentes.

3 Festival gastronomique organisé par le musée gallo-romain de Saint-Romain-en-Gal.

4 Philosophe stoïcien néen Syrie (135-51 av. n. è.) qui voyagea dans l’Empire romain et notamment dans la Gaule d’avant la conquête.

5 Historien grec du Ier siècle avant notre ère, auteur de la « Bibliothèque historique », ouvrage d’observations et de compilations.

6 Dans son « Traité du bon usage du vin ».

7 Auteur de chansons bachiques, auquel on attribue le recueil « Vaux de Vire » (environ 1403-1470).

8 Créées officiellement en 1872, elles remportent leur première grande victoire, la loi contre l’ivresse publique, en 1873.

9 Médecin pédiatre qui se spécialise dans l’étude de l’alcoolisme (1857-1919).

10 Chiffres obtenus en additionnant les productions de vin, ou celles d’alcools distillés, et en divisant cette somme par le nombre d’habitants.

11 Médecin fondateur de la pédiatrie moderne (1882-1978).

Haut de page

Table des illustrations

Crédits R. Étienne, Item
URL http://journals.openedition.org/archeopages/docannexe/image/6180/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Crédits R. Étienne, Item
URL http://journals.openedition.org/archeopages/docannexe/image/6180/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Crédits R. Étienne, Item
URL http://journals.openedition.org/archeopages/docannexe/image/6180/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Crédits R. Étienne, Item
URL http://journals.openedition.org/archeopages/docannexe/image/6180/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Crédits R. Étienne, Item
URL http://journals.openedition.org/archeopages/docannexe/image/6180/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fanette Laubenheimer, Stéphane Le Bras et Catherine Chauveau, « Ivresse ou ivrognerie ? [Débat] »Archéopages, 47 | 2020, 94-101.

Référence électronique

Fanette Laubenheimer, Stéphane Le Bras et Catherine Chauveau, « Ivresse ou ivrognerie ? [Débat] »Archéopages [En ligne], 47 | 2020, mis en ligne le 01 juillet 2020, consulté le 01 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/archeopages/6180 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeopages.6180

Haut de page

Auteurs

Fanette Laubenheimer

Directrice de recherche émérite au CNRS, est membre de l’équipe GAMA « Archéologie de la Gaule et du monde antique » du laboratoire « ArScAn » (UMR 7041). Elle a fédéré la recherche sur les amphores dans le monde romain. Parmi ses publications : « Exporter le vin de Narbonnaise dans l’Empire et au-delà », in S. Mauné, F. Bigot, S. Corbeel dir., Recherches récentes sur les ateliers de production des amphores vinaires de Gaule Narbonnaise et de Tarraconaise, Revue Archéologique de Narbonnaise 50-51 2017-2018, p. 25-38, 2019 ; « Le vin gaulois du Midi, aux frontières de l’empire et au-delà », in A. F. Ferrandes et G. Pardini (dir.), Le regole del gioco. Trace archeologi racconti. Studi in onore di Clementina Panella, Rome, Lexicon Topographicum Urbis Romae, supplementum VI, 2016 ; Boire en Gaule, Paris, CNRS éditions, « Le passé recomposé », 2015 ; avec É. Marlière : « L’approvisionnement des chefs-lieux de cités dans le nord-ouest de la Gaule à partir du témoignage des amphores », in Franges urbaines, confins territoriaux. La Gaule dans l’Empire (Actes du colloque international Versailles 29 février-3 mars 2012), Bordeaux, Ausonius, Mémoires 41, 2016, p. 415-432 ; Échanges et vie économique dans le Nord-Ouest des Gaules (Nord-Pas-de-Calais, Picardie, Haute-Normandie). Le témoignage des amphores du IIe s. av. J.-C. au IVe s. ap. J.-C., Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté/ISTA, 2010.

Stéphane Le Bras

Maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Clermont Auvergne dans l’équipe interdisciplinaire du Centre d’Histoire « Espaces et Cultures ». Il est spécialiste de l’histoire du vin dans ses aspects culturels et économiques. Parmi ses publications : Le négoce des vins en Languedoc. L’emprise du marché (1900-1970), Tours, PUFR, 2019 ; « L’ivresse dans l’armée française pendant la Grande guerre. Un mal pour un bien ? », in M. Lecoutre (dir.), L’ivresse entre le bien et le mal, de l’Antiquité à nos jours, Bruxelles, Peter Lang, 2018, p. 167-186 ; « Et le vin faillit devenir un alcool. Perceptions, représentations et pratiques autour du vin pendant la Première Guerre mondiale », in H. Bonin (dir.), Vins et alcools pendant la Première Guerre mondiale (1914-1919), Bordeaux, Féret, 2018, p. 41-65 ; « Vin, littérature de guerre et construction identitaire. Le cas des soldats languedociens pendant la Grande Guerre », Littératures, identités régionales et Grande Guerre, Siècles, n° 39-40, 2014, https://journals.openedition.org/siecles/2694 ; « Le vin contre l’alcool. La lutte antialcoolique dans une région viticole de masse (1870-1910) », in R. Chamboredon (dir.), Hygiène et santé en Bas-Languedoc oriental du XVIIIe s. aux lendemains du premier conflit mondial, Nîmes, Ed. de la Fenestrelles, 2019, p. 141-158.

Catherine Chauveau

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search