Navigation – Plan du site
4. Collaborer

Perspectives pour la coopération archéologique franco-égyptienne

Guillemette Andreu-Lanoë
p. 107-109

Texte intégral

1Depuis les années 1950, qui ont vu la chute du roi Farouk et l’arrivée du nassérisme à la tête de l’Égypte, les pratiques quotidiennes, culturelles et patrimoniales de l’Égypte n’ont cessé d’évoluer. En soixante ans, le pays est passé de moins de 30 millions d’habitants à plus de 70 millions. Les fellahin, ces paysans en gallabiyeh qui renvoyaient une image éternelle de l’Égypte avec leurs ânes et leurs bufflesses, sillonnent désormais la campagne sur des engins mécanisés et diversifient leur production, autrefois axée essentiellement sur le coton et les céréales. L’économie vit de plus en plus du tourisme, dont le potentiel s’enrichit de découvertes archéologiques spectaculaires qui occupent régulièrement la une des médias. Les vestiges pharaoniques s’offrent à la visite des touristes comme un produit presque ordinaire, tant la vallée du Nil peut en présenter. L’Égypte a le privilège, unique à une telle échelle, de posséder un patrimoine d’une abondance éblouissante, enrichi de découvertes considérables depuis la fin du xixe siècle, tandis que les explorations archéologiques qui s’y poursuivent révèlent chaque année des « trésors » insignes et une impressionnante moisson de données.

2Alors que la culture arabe traditionnelle puis nassérienne avait détourné les Égyptiens de leur passé pré-islamique, la situation a évolué ces quinze dernières années. Les sites et les musées reçoivent des groupes scolaires, sous la houlette de conférenciers égyptiens compétents, qui ont le talent nécessaire pour sensibiliser les jeunes classes à leur patrimoine. Des voyages de découverte des temples du sud du pays sont proposés aux élèves cairotes durant les vacances scolaires, transformant de façon charmante et bruyante la majestueuse salle hypostyle de Karnak en vaste cour de récréation.

3Mais la réappropriation du patrimoine pharaonique n’est évidemment pas l’objectif prioritaire de l’État égyptien, qui doit gérer une explosion démographique galopante. Dans toutes les grandes villes qui sont aussi des cités antiques – Alexandrie, Assiout, Assouan, Héliopolis, Le Caire, Louxor, Minia, etc. –, des travaux publics ou privés de grande envergure détruisent de nombreux sites d’un intérêt scientifique majeur. Ainsi, dans le delta oriental, sur le site de Tell-el Maskhouta, Mohamed Abdel Maksoud a très récemment sauvé une tombe aux décors uniques, que des travaux d’aménagement avaient mise au jour et risquaient de détruire. Cette tombe se situe au pied d’un immeuble d’habitations collectives, à proximité d’une voie ferrée, d’une route et d’un canal. On imagine sans peine que ces derniers ont été bâtis, sans scrupules, au détriment d’autres vestiges, car il est rare que l’on trouve une tombe isolée. Parfois, c’est aussi la beauté d’un paysage naturel qui est touchée par le site management systématique que les chefs des gouvernorats mettent en place. Une autoroute à quatre voies relie ainsi aujourd’hui sur 4 km le parvis du temple de Karnak à la ville de Louxor, mettant à mal le charme légendaire des rives du Nil en ces lieux.

4Pays en développement, l’Égypte pratique encore peu l’archéologie préventive. C’est sans doute dans cette direction que l’archéologie française en Égypte doit se positionner, afin d’accompagner les Égyptiens dans la protection, l’étude et la mise en valeur de leur patrimoine. La réflexion qui s’impose d’ailleurs aux missions œuvrant sur le sol égyptien, quelle que soit leur nationalité, porte sur le débat – le choix pourrait-on dire –, entre valorisation du patrimoine et recherche de nouveaux vestiges, toujours prêts à émerger sous les truelles des fouilleurs.

5Aujourd’hui, le comité permanent du Conseil suprême des antiquités égyptiennes dirigé par Zahi Hawass – récemment nommé vice-ministre – n’accorde qu’au compte-gouttes les permis de fouilles dans les sites prestigieux, tels que la nécropole thébaine ou la zone des pyramides. Une équipe voulant y ouvrir un chantier doit pouvoir invoquer un enjeu scientifique majeur. En revanche, partout où les vestiges sont en danger, le même comité accorde aisément son autorisation et encourage les archéologues à s’investir au mieux dans la récolte des données en perdition. De la part des autorités égyptiennes, la prise de conscience du péril qui menace ces sites est chaque année plus perceptible. De ce fait, les zones archéologiques prioritaires sont le nord du Sinaï et le delta du Nil, où de nombreux sites fragilisés par des mises en cultures massives et une irrigation intensive méritent d’être explorés avant les autres.

6Face à cette évolution, l’égyptologie et l’archéologie françaises doivent s’assigner ces objectifs nouveaux et inscrire dans leurs programmes la participation au sauvetage des sites et vestiges menacés. De nombreux égyptologues et archéologues d’autres pays sont déjà engagés dans cette direction, puisqu’ils mènent des chantiers en dehors des sites prestigieux, où ils recueillent nombre d’informations essentielles qui ne concernent pas l’élite pharaonique. Si elle veut augmenter à terme son efficacité, l’égyptologie mondiale doit se doter d’un solide fer de lance scientifique égyptien. La patrie de Champollion peut y contribuer puisque plus de 200 chercheurs français travaillent à restituer le passé égyptien. Il serait donc logique que des bourses doctorales facilitent la transmission du savoir vers la jeune génération égyptienne. Cette transmission peut aussi se faire en allant enseigner en Égypte, où le métier d’égyptologue et d’archéologue, incarné par Zahi Hawass, a gagné des lettres de noblesse dans la société. Récemment, un accord entre l’Université française d’Égypte et l’Institut national du patrimoine a été conclu pour former les Égyptiens dans le domaine de la gestion du patrimoine. La France, avec notamment le musée du Louvre, est par ailleurs bien placée pour les techniques de conservation et de restauration. Puisque l’évolution de l’archéologie égyptienne nous renvoie vers nos collections, qu’elle nous pousse à valoriser en les replaçant mieux dans leur contexte, nous pourrions faire bénéficier les Égyptiens de l’expérience française en ce domaine. Nous pourrions aussi leur faire partager notre savoir-faire en matière de protection et de valorisation des monuments historiques. Dans cette optique, Christophe Thiers, le nouveau codirecteur français du Centre franco-égyptien d’étude des temples de Karnak (Cnrs-Maee-Csa) vient de signer avec Mansour Boraïk, codirecteur égyptien du même centre, un accord concernant la formation d’inspecteurs du Conseil suprême des antiquités égyptiennes et celle de jeunes universitaires égyptiens. Les thèmes abordés dans ce chantier-école dérivent de l’étude scientifique des temples de Karnak menée lors des fouilles et autres chantiers conduits par le centre franco-égyptien. Jean-Yves Empereur, directeur du Centre d’études alexandrines, fait de même, et son équipe est constituée d’un nombre important d’archéologues égyptien(ne)s.

7Dans ces perspectives, la coopération archéologique franco-égyptienne est prometteuse. Par l’intermédiaire de l’ambassade de France au Caire et de missions françaises installées de façon permanente en Égypte, des archéologues de l’Inrap sont de plus en plus souvent sollicités. Ainsi, la mission du Louvre sur le site de Saqqarah va s’enrichir à l’automne 2010 de la collaboration d’un archéologue de l’Inrap, comme le fait déjà sur certains sites l’Institut français d’archéologie orientale du Caire. C’est reconnaître et valoriser la compétence des chercheurs de l’Inrap, leur performance dans l’enregistrement des données archéologiques et l’excellence des résultats qu’ils produisent. Souhaitons à l’archéologie égyptienne, dont la mission la plus urgente est d’être préventive, de voir s’activer des équipes mixtes, dédiées à cette tâche noble et prioritaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillemette Andreu-Lanoë, « Perspectives pour la coopération archéologique franco-égyptienne », Archéopages, Hors-série 2 | 2010, 107-109.

Référence électronique

Guillemette Andreu-Lanoë, « Perspectives pour la coopération archéologique franco-égyptienne », Archéopages [En ligne], Hors-série 2 | octobre 2010, mis en ligne le 01 octobre 2010, consulté le 24 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeopages/802 ; DOI : 10.4000/archeopages.802

Haut de page

Auteur

Guillemette Andreu-Lanoë

Musée du Louvre

Haut de page

Droits d’auteur

© Inrap

Haut de page
  • Logo Inrap – Institut national de recherches archéologiques préventives
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche
  • OpenEdition Journals