Navigation – Plan du site
1. Recherches en perspective

Histoire et archéologie des châteaux médiévaux japonais

Pierre-François Souyri
p. 35-39

Texte intégral

L’émergence d’une archéologie médiévale

1Depuis une trentaine d’années, la connaissance de la société médiévale japonaise a considérablement évolué, avec de nouveaux questionnements liés à la pratique grandissante de l’interdisciplinarité. Les rapprochements intellectuels, notamment entre historiens des textes et archéologues, se sont révélés particulièrement féconds. Jusque dans les années 1960-1970, l’archéologie (discipline qui a, dans l’archipel, plus d’un siècle d’histoire) ne s’intéressait qu’aux sociétés préhistoriques et protohistoriques. Depuis, elle a élargi son champ de recherches aux périodes historiques anciennes et médiévales, notamment sous l’impact des lois qui, depuis les années 1970, structurent l’étude que l’on désigne au Japon par les termes de « patrimoine enfoui ». Cette législation a permis la multiplication des fouilles d’urgence et une sensibilisation plus grande des collectivités locales aux retombées économiques éventuelles de « découvertes » archéologiques majeures.

2La grande tradition pluriséculaire japonaise d’interrogation des sources anciennes écrites a été bouleversée par l’exhumation, à partir des années 1960, de mokkan – tablettes en bois sur lesquelles ont été rédigées à l’encre des indications relatives au fonctionnement de la société. Les plus anciennes de ces tablettes remontent aux viie et viiie siècles et ont surtout été découvertes dans les anciens palais et capitales du début de la période historique ancienne. Certaines ont également été retrouvées dans des sites plus récents et plus modestes, notamment des agglomérations et bourgades situées le long des routes (comme Mitsuke, daté des xive et xve siècles) ou à l’embouchure de rivières (comme Kusado Sengen, daté des xve et xvie siècles). Sur ces tablettes, on peut déchiffrer des ex-voto, des listes de marchandises en vente, des prix, etc. En mettant au jour ces documents d’un type inédit, les archéologues ont acquis un nouveau statut aux yeux des historiens, celui de « découvreurs» de sources écrites d’un nouveau genre. Ces tablettes permettent en effet de faire renaître des pans entiers de l’activité humaine d’autrefois que les sources écrites traditionnelles ignoraient jusqu’alors, en particulier dans le domaine de l’histoire économique : celle des échanges et du commerce.

3Associée à la multiplication des chantiers liée aux fouilles de sauvetage et à la mise en place de grands chantiers programmés, l’archéologie médiévale est en conséquence devenue productrice de sources nouvelles et plus seulement de sources écrites. Dans deux secteurs au moins, les recherches archéologiques ont permis de modifier l’idée que l’on se faisait de la société médiévale, tant pour ce qui concerne l’histoire urbaine (tracés des voies de communication, habitat, centres religieux, activités économiques, étude anthropologique de l’espace urbain, etc.) que l’histoire des châteaux.

Des mottes castrales aux châteaux de pierre

4Tout le monde connaît de ces châteaux japonais aux formes imposantes et, à nos yeux, exotiques. En fait, ces constructions sont récentes et remontent à la fin du xvie siècle, voire, le plus souvent, au début du xviie siècle. Toujours en place et bien documentées, ces constructions castrales ont évidemment suscité l’intérêt des historiens et des architectes. Mais ce qui est moins connu, c’est l’existence bien avant le xviie siècle de châteaux ou de résidences castrales liés à la naissance et au développement d’une classe guerrière : les fameux samouraïs. Ces constructions, dont les superstructures étaient en bois, n’ont pas résisté au temps ; il n’en existe guère de traces visibles, au contraire des châteaux forts européens dont les ruines surplombent parfois les vallées. Au Japon, les choses sont bien moins spectaculaires : il ne subsiste, le plus souvent, que des traces de remblais, de fossés ou d’enceintes, fréquemment recouvertes d’une végétation inextricable [Fig.1].

[Fig.1] Traces de fortifications médiévales sur le site du château de Sugiyama (xive siècle).

[Fig.1] Traces de fortifications médiévales sur le site du château de Sugiyama (xive siècle).

© Senda Yoshihiro

5Du nord du Hokkaidô jusqu’aux îles tropicales d’Okinawa, on a repéré près de quarante mille sites castraux anciens, avec, dans certaines vallées, un site attesté presque tous les kilomètres. Parfois, ces sites ressemblent à s’y méprendre aux mottes castrales européennes, si ce n’est le couvert végétal serré de bambous et de sylve à feuilles persistantes venant nous rappeler que nous sommes dans l’archipel… Cette densité est à la mesure de l’intensité du phénomène de la guerre dans le Japon médiéval. Elle souligne aussi l’importance historique d’une classe de guerriers dont on pense qu’elle a pu représenter jusqu’à 5 pour cent de la population. Mais pas seulement : des sites fortifiés ont pu aussi être le fait – notamment, entre le xive et le xvie siècle – de notables villageois et de moines, voire de communautés paysannes. Dans ce dernier cas, le fort correspondait plutôt à un refuge caché au fond des bois et dans les montagnes. Une expression désignait expressément ce type de refuge : on parlait de « château de village ».

6Jusque dans les années 1970, aucune recherche archéologique n’avait pu être entreprise sur ces sites castraux à propos desquels les sources écrites nous renseignaient finalement assez peu. Depuis, enquêtes, inventaires, prospections se sont multipliés et des fouilles ont eu lieu. De nombreux châteaux (ou plutôt leurs traces) ont été classés, donnant parfois naissance à des « parcs historiques », avec musées de site agrémentés de maquettes et d’objets retrouvés sur place, voire de reconstitutions de bâtiments.

7En fait, les types de châteaux sont extrêmement divers. Il en existe de toutes les tailles et dans des lieux variés. Les premiers sont apparus au xie siècle, concomitants de la naissance de la classe des guerriers. Il s’agissait de sites fortifiés en montagne, de résidences de plaine ou de vallée. Dans le premier cas, les constructions s’appuyaient sur un relief tourmenté et étaient ceintes de talus, de fossés et de palissades. Ces fortins n’étaient utilisés qu’en cas d’agression, et servaient le plus souvent de refuge aux familles des guerriers locaux qui livraient bataille en plaine. Ils n’étaient pas habités en temps de paix. Les installations étaient donc provisoires et considérées comme telles. Dans ce cas, le seigneur, sa famille et ses hommes habitaient dans une résidence de plaine, une sorte de villa [Fig.2]. Celle-ci ne fut guère fortifiée avant les xiiie siècle et xive siècles. Le « château de montagne » était un point d’appui défensif en cas d’invasion du territoire. À partir du xive siècle, avec le net recul de l’autorité de l’État dans les provinces et la guerre devenue endémique, on commença à fortifier les résidences de plaine avec des douves, des tours de guet et des palissades. Même entourées de défenses, ces résidences étaient cependant faciles à prendre et à incendier. C’est pourquoi le « château de montagne » en vint à jouer un rôle de plus en plus important. Au xve siècle, ces fortins difficiles d’accès sont devenus des résidences temporaires et des centres politiques, tout en étant des points d’appui militaires. Occasionnellement, les seigneurs locaux ont opté pour un compromis entre le château de montagne (difficile d’accès et éloigné des routes de vallée) et la résidence de plaine, trop vulnérable. Ils se sont installés à flancs de coteau et ont fait bâtir de larges espaces défensifs de plusieurs centaines de mètres de côté.

[Fig.2] Reconstitution d’un manoir de plaine vers le xiiie siècle.

[Fig.2] Reconstitution d’un manoir de plaine vers le xiiie siècle.

© Musée National d’histoire et d’archéologie de Sakura (Chiba)

L’apport des sources écrites

8Des descriptions écrites et des rouleaux peints viennent souvent compléter les résultats de la fouille, nous permettant ainsi de mieux comprendre l’organisation des structures castrales. On compte généralement deux enceintes plus ou moins imposantes, précédées ou non d’un fossé inondé. Une partie du château était souvent adossée à la montagne. La porte principale donnait accès à un espace ouvert, réservé aux rassemblements et aux cérémonies : une basse cour, en quelque sorte, où le seigneur rendait parfois la justice. L’espace bordé par les bâtiments abritant les écuries et la fauconnerie permettait de s’entraîner au tir à l’arc. À l’intérieur, les bâtiments principaux étaient divisés en trois parties : le shuden, espace de réception où le seigneur recevait les hôtes officiels et les représentants des communautés paysannes ; le kaisho, espace souvent entouré de jardins, plutôt réservé aux banquets et où le seigneur pouvait s’entretenir avec ses proches vassaux ; enfin le goten, qui correspondait aux appartements privés. À cela il faut ajouter la chapelle bouddhiste et le sanctuaire, consacré le plus souvent aux divinités locales.

9Au xvie siècle, avec le développement de la domination territoriale des daimyôs (les seigneurs à la tête de puissantes vassalités), ces résidences fortifiées sont devenues de plus en plus imposantes. Châteaux entourés de fossés et murs de pierre commencèrent à se développer. À vrai dire, les premiers châteaux de pierre sont apparus à Okinawa au xive siècle (les gusuku), sous l’influence de techniques architecturales chinoises, mais ne se sont répandus dans l’archipel central que plus tard. Les architectes japonais se sont toujours méfiés de la pierre à cause des tremblements de terre, nous rapporte-t-on.

10Les forteresses seigneuriales prirent un aspect gigantesque au cours du xvie siècle, avec le développement des techniques défensives. Les entrées des châteaux, construites en pierre, étaient en forme de L, comme en Occident ; un certain nombre de bastions latéraux ont également été bâtis. Au milieu de l’enceinte intérieure se trouvait un donjon (d’abord à deux, puis à plusieurs niveaux), d’où il était possible de cribler l’ennemi de projectiles. À l’origine, le donjon semble avoir été une extension du goten, la partie privée du château. C’est bien sûr une zone ultra-défensive, mais également une expression symbolique de la domination du seigneur sur les alentours [Fig.3]. Enfin, le développement rapide des armes à feu dans la seconde moitié du xvie siècle a entraîné une multiplication de coursives, de vigies et de meurtrières pour laisser passer le canon des fusils. Ces forteresses furent ensuite de plus en plus érigées dans les plaines, et s’imposèrent au xvie siècle comme les centres névralgiques de la puissance seigneuriale sur un territoire. Les Européens, présents au Japon, comparaient ces châteaux à ceux qu’ils avaient quittés dans leur pays.

[Fig.3] Château de Kumamoto (fin xvie – début xviie siècle) avec son célèbre donjon noir.

[Fig.3] Château de Kumamoto (fin xvie – début xviie siècle) avec son célèbre donjon noir.

© Senda Yoshihiro

Du château à la ville

11Mais, à la fin du xvie siècle, les châteaux ont changé de fonction avec les réformes structurelles imposées par les daimyôs, plus particulièrement Nobunaga, Hideyoshi et Ieyasu, les unificateurs du Japon. Ces derniers rassemblèrent leurs guerriers en les contraignant à résider au pied de leur château. L’émergence d’une agglomération autour du château attira alors de nombreux artisans et marchands. C’est ainsi que se développa peu à peu une jôkamachi, une « ville-au-pied-du-château » ; en d’autres termes, une ville castrale seigneuriale. L’archipel s’est alors rapidement urbanisé avec des cités construites autour d’un château seigneurial surmonté d’un donjon. Ce fut le cas d’Edo (Tôkyô), Ôsaka, Nagoya ou encore Kanazawa, villes seigneuriales construites autour de la résidence fortifiée d’un suzerain.

12Il y a là une forte ressemblance avec le processus de construction des châteaux d’Europe occidentale durant le Moyen Âge. En Europe comme au Japon, le développement d’une classe de guerriers, s’appuyant sur une solide féodalité, a donné naissance, selon des modalités assez proches, à des formes architecturales et matérielles relativement similaires.

Haut de page

Table des illustrations

Titre [Fig.1] Traces de fortifications médiévales sur le site du château de Sugiyama (xive siècle).
Crédits © Senda Yoshihiro
URL http://journals.openedition.org/archeopages/docannexe/image/840/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre [Fig.2] Reconstitution d’un manoir de plaine vers le xiiie siècle.
Crédits © Musée National d’histoire et d’archéologie de Sakura (Chiba)
URL http://journals.openedition.org/archeopages/docannexe/image/840/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Titre [Fig.3] Château de Kumamoto (fin xvie – début xviie siècle) avec son célèbre donjon noir.
Crédits © Senda Yoshihiro
URL http://journals.openedition.org/archeopages/docannexe/image/840/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-François Souyri, « Histoire et archéologie des châteaux médiévaux japonais », Archéopages, Hors-série 1 | 2008, 35-39.

Référence électronique

Pierre-François Souyri, « Histoire et archéologie des châteaux médiévaux japonais », Archéopages [En ligne], Hors-série 1 | février 2008, mis en ligne le 01 février 2008, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/archeopages/840 ; DOI : 10.4000/archeopages.840

Haut de page

Auteur

Pierre-François Souyri

Université de Genève

Haut de page

Droits d’auteur

© Inrap

Haut de page
  • Logo Inrap – Institut national de recherches archéologiques préventives
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche
  • OpenEdition Journals