Navigation – Plan du site

AccueilNuméros hors-sérieHors-série 13. À la croisée des disciplinesDurabilité et archéologie environ...

3. À la croisée des disciplines

Durabilité et archéologie environnementale

Sander van der Leeuw
p. 97-102

Texte intégral

Hervé Le Tellier —
Redoux sur les pistes sans neige. Un homme skie sur l’herbe et sous le soleil, en moufles et en doudoune. Lui sait : tous ont tort, il fait froid. Claude Allègre est aux sports d’hiver.

Check-list (lemonde.fr), 2 janvier 2007 avec l’aimable autorisation de son auteur et ayant droit.

L’environnement, au risque de déplaire…

1Que cela plaise ou non, force est de constater que notre environnement est en train de changer. L’ouverture, dans le Grand Nord canadien, d’une route maritime reliant l’Europe à l’Extrême-Orient n’en est qu’une manifestation parmi d’autres, que cela soit la fonte des neiges éternelles du Kilimanjaro, du Popocatépetl ou du Fuji-Yama, ou encore le recul de plus en plus rapide des glaciers du Groenland [Fig.1]. C’est ainsi que le glacier d’Ilulissat – le plus grand producteur d’icebergs de l’hémisphère nord – a reculé de 10 kilomètres entre 2001 et 2003, soit presque autant qu’en un siècle ; il libère actuellement 30 millions de tonnes de glace par jour, soit une augmentation de cent pour cent du volume quotidiennement déversé dans la mer au cours des années 1990.

2Durant les vingt dernières années – au début desquelles ces manifestations ont été remarquées –, scientifiques et politiciens n’ont jamais su s’accorder sur la cause du phénomène : cela est-il – oui ou non – dû à l’action de l’homme ? La bataille fait toujours rage, même si la très grande majorité de la communauté scientifique – telle qu’elle est représentée par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), l’Académie des sciences des États-Unis, le Programme Géosphère-Biosphère ou encore l’Organisation météorologique mondiale – affirme aujourd’hui que les gaz à effet de serre en sont la cause principale. En France, en dépit de Claude Allègre (2007) qui a récemment rejoint les « négationnistes » conduits par le très véhément Bjørn Lomborg (2003, 2007), les scientifiques prennent ce problème très au sérieux. La cause du changement climatique n’est pourtant pas la question primordiale ; pas plus que ne l’est la querelle sur le nombre exact de degrés de la future augmentation de la température dans les différentes régions du globe. La question essentielle est autre : comment l’humanité – telle qu’elle est au xxie siècle – va-t-elle faire face à de tels bouleversements ?

  • 1 Voir à cet égard les rapports du GIEC (1990, 1995, 2001 et 2007) ; ces rapports et beaucoup d’autre (...)

3Les preuves viennent de partout1 sur les conséquences dramatiques que pourraient avoir ces changements ; elles impliquent une montée considérable du niveau de la mer, un brutal changement des courants océaniques qui régulent le climat de l’hémisphère Nord, un accroissement de la fréquence des cyclones, des ouragans et des tornades, des sécheresses dans des lieux inhabituels avec des pénuries de nourriture, sans parler des bouleversements sociaux causés par les migrations, les famines et l’interruption brutale des flux de ressources sur lesquels nos sociétés se sont construites et se reproduisent actuellement.

[Fig.1] Retrait d’un glacier, près de Narsaq, Groenland, 28 juin 2007.

[Fig.1] Retrait d’un glacier, près de Narsaq, Groenland, 28 juin 2007.

© S. Van der Leeuw

Quelle nature voulons-nous ?

4Comme le font correctement remarquer de nombreux archéologues, l’humanité a déjà traversé ce type de crise et y a survécu (Thiébault 2008). Cependant, depuis le Néolithique, l’interaction entre les êtres humains et leur environnement a fondamentalement changé. Les populations humaines ne prélèvent plus simplement ce que la nature leur offre directement. Elles ont désormais – partout et de manière substantielle – « investi » leur environnement pour élaborer un mode de vie totalement dépendant de ces investissements, et non plus du seul environnement. Ces engagements ne concernent pas seulement l’environnement matériel et construit, mais également nos institutions, notre démographie, nos gestes quotidiens, nos valeurs, nos catégorisations et les représentations mentales avec lesquelles nous concevons et construisons notre univers et nos relations avec autrui, etc.

5Les investissements matériels sont, à eux seuls, si conséquents qu’il serait impossible de mettre en œuvre – avant qu’il ne soit trop tard et avec une équité à l’échelle mondiale – les moyens nécessaires pour contrer les conséquences du changement climatique ; au demeurant, plus on attend, plus les risques et les coûts augmentent (Costanza et al. 1997 ; Stern 2006). Mais il sera encore plus difficile d’effectuer les nécessaires changements mentaux, culturels et sociaux qui, seuls, nous permettront de relever le défi qui nous est lancé. Au demeurant, nous n’avons même pas commencé à penser de manière proactive aux directions à prendre et à poser la question primordiale : Quelle nature voulons-nous ? (Levêque, van der Leeuw 2003). Nous n’avons su que -agir contre ce que nous ne voulons pas, à savoir la pollution, la pénurie d’énergie, le changement climatique, etc.

6Nos actes et nos décisions sont actuellement infléchis par des modèles et des scénarios scientifiques (proposés par des organisations comme l’OCDE, la Banque mondiale et les différents gouvernements), ainsi que par des projections des conséquences du changement climatique et environnemental. Cette procédure est pourtant problématique et dangereuse : ces modèles sont en effet basés sur des données numériques (météorologiques, sociales, économiques, etc.) qui ne sont disponibles que depuis une cinquantaine d’années (tout au plus, pour certaines d’entre elles, un ou deux siècles). En conséquence, non seulement les processus non observables à une telle échelle temporelle sont exclus (parce que leur rythme est plus lent), mais le sont également de nombreux états de système qui peuvent avoir existé dans un passé lointain. Par ailleurs, les échantillons reflètent une Terre profondément affectée par des déséquilibres que l’on juge actuellement dangereux ; c’est un peu comme si un médecin regardait un malade sans avoir jamais vu un homme en bonne santé. Les modèles et les scénarios ne prennent donc en compte ni le changement du changement ni les différentes manières dont les processus naturels et sociaux peuvent avoir évolué sur le très long terme.

7L’archéologie est l’une des rares disciplines (sinon la seule) à même de pouvoir contribuer à la compréhension des anciennes dynamiques entre le climat, les environnements naturels terrestres et les êtres humains. Elle dispose en effet d’enregistrements qui remontent à des centaines de milliers d’années ; pour le dernier millénaire, les informations sont même extrêmement détaillées, issues d’un travail scientifique rigoureux et référencées dans l’espace. Quelle que soit la position des archéologues dans le débat, ils doivent aux générations futures de faire de leur mieux pour enquêter sur les systèmes socio-naturels passés, et exposer leurs conclusions le plus impartialement possible. Cette tâche est en train de devenir urgente car, selon certains, nous n’avons que jusqu’au milieu du millénaire pour concevoir des solutions et les mettre en œuvre.

La situation et le devoir de l’archéologie environnementale française

8Au cours des vingt dernières années, la France a promu une petite mais excellente communauté d’archéologues environnementalistes. Cette communauté compte un nombre important de réalisations dans les domaines du paléoclimat, de l’archéozoologie et des végétaux anciens. Elle s’est très tôt investie dans les analyses isotopiques et la génétique des anciennes populations humaines, animales et végétales. L’un de ses grands succès est l’utilisation novatrice de la micromorphologie des sols pour reconstituer les paysages ; un autre est le développement d’une base de données opérationnelle. Reste que l’archéologie environnementale n’est toujours pas inscrite dans le protocole normal des prospections, fouilles et programmes régionaux ; l’environnement reste, en effet, l’enfant pauvre des budgets. La mobilisation a, par ailleurs, été insuffisante pour montrer que l’histoire longue de l’environnement est une donnée constitutive de la compréhension des dynamiques socio-environnementales du présent et un élément capital du débat sur la durabilité. L’ordre du jour de la recherche en archéologie environnementale continue à n’être orienté que par des questions académiques, alors qu’elle peut et doit contribuer à l’avenir des futures générations. Espérons qu’il n’est pas déjà trop tard pour se lancer dans une telle entreprise.

9Les raisons de ces limitations sont multiples. En premier lieu, l’archéologie environnementale française est jeune. Dans les pays d’Europe du Nord, elle a débuté au xixe ou au tout début du xxe siècle. En France, elle ne s’est développée qu’à partir des années 1980 ; le temps a donc été trop court pour que se crée une véritable culture environnementaliste au sein de la communauté archéologique. En deuxième lieu (et en conséquence de sa jeunesse), la communauté qui anime la discipline est relativement restreinte. Cette dernière n’est enseignée que dans très peu d’universités et n’a produit qu’un nombre limité de doctorats. Les protagonistes n’ont donc pas encore suffisamment conquis de positions d’autorité dans le monde académique pour assurer l’avenir de leur communauté. Enfin, l’archéologie environnementale a été confrontée au bouleversement de l’archéologie préventive, bien avant de s’être établie en tant que telle.

10Au cours des années 1960 et jusqu’à la fin des années 1970, l’archéologie fut, dans la plupart des pays européens, essentiellement une discipline scientifique pratiquée dans le cadre d’universités et d’organismes de recherche. Elle était donc le fait de questionnements purement scientifiques. On croyait alors à la « bonne » science et à ses bénéfices pour la société. Durant cette période, les techniques et les méthodes scientifiques ont connu de grandes avancées qui ont été reprises par les archéologues. Mais, en France, l’archéologie environnementale n’était pas au rendez-vous.

11Le climat social et intellectuel commença à changer au cours des années 1980. Les « trente glorieuses », qui avaient succédé à la Seconde Guerre mondiale, touchaient à leur fin, les fonds devenaient plus rares et l’archéologie scientifique des universités, à l’image d’autres disciplines mal perçues ou financièrement non rentables, commença à en pâtir. C’est alors que, partout dans le monde, l’archéologie se protégea en avançant l’argument de la sauvegarde patrimoniale ou celui de la préservation de vestiges exceptionnels non reproductibles pouvant attirer les touristes. Ce n’est qu’au xxie siècle, et après presque tous les pays développés, que la France (première destination touristique du monde, détentrice d’un riche patrimoine culturel et d’un ministère de la Culture) a réglementé cette dynamique. Le centre de gravité de l’archéologie s’était alors déplacé de l’archéologie académique et savante vers l’archéologie préventive. Le projet de réforme du CNRS, qui envisage de donner la responsabilité de la recherche archéologique aux universités – lesquelles n’ont pourtant jamais assuré ce type d’administration –, va probablement accélérer cette tendance.

12Les conséquences de ce qui est train de se passer ont des répercussions plus profondes. Avoir substitué la sauvegarde patrimoniale aux problématiques archéologiques a sérieusement érodé la crédibilité de la discipline dans le concert des sciences. Par ailleurs, la préservation patrimoniale – prise dans la globalisation d’un monde organisé en États-nations – conduit inévitablement à des démarches (construction identitaire, conflits politiques, etc.) qui n’ont rien de scientifique. Le choix archéologique – pourquoi fouiller un site plutôt qu’un autre ? – n’est désormais plus sous-tendu par des questionnements scientifiques mais par des sous-entendus idéologiques : la perception de ce qui nous paraît culturellement important ou la possibilité de retombées financières, voire le renforcement du statut de certains segments de la population…

13L’ancien système n’était certes pas sans défaut, mais les dérives du système actuel sont réelles. Au vu de ce qui s’est passé dans les pays qui ont privilégié l’archéologie préventive (la gestion des ressources culturelles, comme on dit dans les pays anglo-américains), il semble – une fois la machine lancée – que ce soient le maintien de l’institution et la préservation des emplois qui prévaillent ; la majorité des décisions sont alors déterminées par des raisons extérieures aux questionnements scientifiques.

L’Inrap et l’archéologie environnementale

14Ce n’est pas le moindre des mérites de l’Inrap, appuyé par un petit cercle de personnes, que d’avoir su faire en sorte que la France ait désormais une structure organisationnelle nettement plus cohérente que celle de nombreux pays développés où ce sont des compagnies privées qui effectuent la majorité des travaux archéologiques. Cependant, l’Inrap pourrait bientôt ne plus être l’institution dominante de l’archéologie française, mais en devenir le seul refuge. Si la réforme annoncée de la recherche sort des limbes où elle semble s’élaborer, c’est probablement à l’Inrap que l’archéologie française trouvera les moyens de son maintien dans la communauté internationale – celle qui tente de trouver les informations qui décideront du futur de nos sociétés. Depuis sa création, l’Inrap a agi en faveur du renforcement de l’archéologie environnementale. Espérons que sa politique continuera d’être aussi avisée et efficace à l’égard d’une cause devenue fondamentale.

Vers quelle évolution ?

15En premier lieu, il est nécessaire que l’Inrap et les archéologues déplacent leurs centres d’intérêt. Ils doivent s’engager ouvertement et vigoureusement dans le débat actuel en s’appuyant sur toutes les possibilités (financières ou autres). Il ne faut certes pas éliminer les tours d’ivoire de la recherche fondamentale, tout en sachant qu’elles ne sont pas l’urgence. Même si la recherche « indépendante » et « objective » répond aux questions posées, on sait que ces dernières sont subjectives et inscrites dans des contextes politiques et culturels particuliers. Les archéologues doivent également surmonter leur manque de confiance dans leurs résultats, qui ne sont pas moins fondés que ceux des autres disciplines. Nous sommes des experts à part entière, et nous sommes bons ! Ne pas être pris en compte dans le nouveau débat constituerait une erreur coûteuse… Pourtant, les archéologues environnementalistes ne furent guère conviés au « Grenelle de l’environnement » récemment orchestré par le gouvernement français.

16En deuxième lieu, la communauté de l’archéologie environnementale doit aller plus loin dans ses collaborations interdisciplinaires, avec les sciences sociales en particulier. Le débat sur le réchauffement s’est récemment déplacé : là où l’on ne voyait que des solutions et des problèmes environnementaux, on comprend aujourd’hui que ce sont les sociétés humaines qui définissent leur environnement, leurs problèmes environnementaux et les solutions à y apporter. De fait, les difficultés sont essentiellement d’ordre social et non environnemental ; en effet, quoi qu’il advienne, l’environnement continuera, quant à lui, d’exister. Dans l’« anthropocène » (Crutzen, Stoermer 2000) où nous vivons depuis plusieurs siècles, l’espèce humaine a eu un tel impact sur l’environnement non humain qu’on ne peut plus les distinguer l’une de l’autre. Le système « socio-naturel » est déterminé par des dynamiques sociales qui entrent en action bien avant les premiers signes critiques. Par ailleurs, internationalement (Direction de la recherche de l’Union européenne, Conseil européen de la recherche, Fondation européenne pour la science, etc.) et nationalement (ANR, CNRS, régions, etc.), ce sont les projets interdisciplinaires qui seront prochainement la principale source de financement de l’archéologie environnementale.

17En troisième lieu, la communauté et ses institutions doivent réorganiser la formation. Les dernières années ont montré (en France, tout particulièrement) à quel point une institution ou une politique de recherche dépendait de quelques individus seulement. L’archéologie environnementale a besoin de plusieurs écoles doctorales ; cette multiplication serait d’ailleurs compatible avec le projet – s’il voit jamais le jour – d’une autonomie des universités.

18En quatrième lieu, les profils de carrière de « terrain » doivent être développés. On devrait pouvoir profiter de la création d’un Département des sciences environnementales et du développement durable, au CNRS. Ce dernier a longtemps aidé à créer, à promouvoir et à stimuler l’archéologie environnementale. Dans la conjoncture actuelle, il serait ironiquement amer de voir disparaître ce type d’initiative. Cependant, une grande part des responsabilités incombent aujourd’hui à l’Inrap, en tant que principal employeur d’archéologues et principal fournisseur de données environnementales. Des postes doivent être créés à différents niveaux pour satisfaire les besoins de la recherche archéologique, mais aussi et surtout pour répondre aux questions du public. Le problème actuel est que trop peu d’individus doivent simultanément répondre à des types trop différents de question.

19En cinquième lieu, l’archéologie environnementale doit créer les bases de sa propre institutionnalisation, et poursuivre activement la mise en place de ses membres les plus actifs et reconnus à des postes-clés (Institut universitaire de France, Collège de France, Académie des sciences, etc.), afin de créer le parapluie ou le parasol sous lequel elle pourra prospérer.

20Enfin, la communauté doit comprendre que la recherche n’est plus le fait d’individus ou d’équipes singulières, mais d’un ensemble de scientifiques issus de différentes disciplines. Les archéologues environnementalistes français sont internationalement beaucoup moins présents dans la recherche environnementale que ceux des autres communautés linguistiques. Peut-être du fait que le français n’est plus aujourd’hui que la douzième langue parlée dans le monde ? Pourtant, toutes les nations ont en main un atout majeur : l’intérêt du public pour les questions environnementales et la durabilité. Académies des sciences, gouvernements et – aujourd’hui, beaucoup plus important – médias et citoyens du monde se sentent concernés, même si quelques « prophètes de la fin du monde » prédisent une rapide défection. De fait, et aussi longtemps que les désastres « naturels » dus au réchauffement de la planète continueront d’augmenter en nombre et en puissance, les sociétés ne cesseront de placer ces questions au cœur de leurs priorités.

En conclusion…

21L’archéologie environnementale est, en France, à un tournant critique. Si la communauté se rassemble, change ses comportements et travaille à son renforcement, elle sera capable de profiter du changement climatique. Pour ce faire, il existe un certain nombre d’atouts à la fois médiatiques, grand public et politiques, aussi bien au CNRS qu’à l’Inrap. Avec quelques « leaders », quelques efforts et une bonne stratégie, on peut aboutir à beaucoup. Si cela ne se produit pas, la discipline est menacée d’atrophie.

Haut de page

Bibliographie

Allègre C. 2007 : Ma vérité sur la planète, Paris, Plon.

Costanza R., d’Arge R., De Groot R., Farberk S., Grasso M., Hannon B., Limburgi K., Naeem S., O’Neill R.V., Paruelo J., Raskin R.G., Suttonkk P., Van den Belt M. 1997 : « The Value of the World’s Ecosystem Services and natural Capital », Nature, 387, p. 253-260.

Crutzen P. J., Stoermer E. F. 2000 : « The Antropocène », IGBP Newsletter, 41, p. 17-18.

Development, Concepts and Doctrine Centre 2007 : Global Strategic Trends Program 2007-2036, Londres, UK Department of Defense ; www.mod.uk/DefenceInternet/AboutDefence/WhatWeDo/DoctrineOperationsandDiplomacy/DCDC/DcdcStrategicTrendsPublications.htm

Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat

1990 : Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC) First Assessment Report. Cambridge, Cambridge University Press.

1995 : Deuxième Rapport d’évaluation du GIEC : Changements climatiques 1995 ; http://www.ipcc.ch/languages/french.htm#21

2001 : Troisième Rapport d’évaluation du GIEC. Bilan 2001 des changements climatiques ; http://www.ipcc.ch/languages/french.htm#21

2007 : Climate Change 2007, the Fourth IPCC Assessment Report ; http://www.ipcc.ch/ipccreports/index.htm

Lévêque Chr., Van der Leeuw S. E. (dir.) 2003 : Quelles natures voulons nous ? Pour une approche socio-écologique du champ de l’environnement, Paris, Elsevier.

Lomborg B. 2004 : L’Écologiste sceptique. Le véritable état de la planète, Paris, Éd. du Cherche-Midi.

Lomborg B. 2007 : Cool It – The Skeptical Environmentalist’s Guide to Global Warming, New York, Knopf.

Stern Sir N. 2006 : Review Report on the Economics of Climate Change, Londres, HM Department of the Treasury ; www.hm-treasury.gov.uk/independent_reviews/

À paraître,

Thiébault S. « L’homme et le climat : l’apport de l’archéologie environnementale à la connaissance des relations homme-climat », in J.-P. Demoule (dir), L’Avenir du passé, modernité de l’archéologie, actes du colloque international de l’Institut national de recherches archéologiques préventives et du Centre Pompidou, 23-24 novembre 2006, Paris ; http://www.centrepompidou.fr/Pompidou/WebTV.nsf/0/D4B6914D4CA520E7C1256F3A005DD9D5?OpenDocument&sessionM=5.2&L=1

Haut de page

Notes

1 Voir à cet égard les rapports du GIEC (1990, 1995, 2001 et 2007) ; ces rapports et beaucoup d’autres sont disponibles sur le site Internet du Intergovernmental Panel on Climate Change ou IPCC : http://www.ipcc.ch/ipccreports/index.htm ; voir également le Rapport Stern (2006), le Rapport 2007-2036 du Development, Concepts and Doctrine Centre du ministère britannique de la Défense (2007), et les publications de nombreux cercles de réflexion ou think-tanks en sciences sociales.

Haut de page

Table des illustrations

Titre [Fig.1] Retrait d’un glacier, près de Narsaq, Groenland, 28 juin 2007.
Crédits © S. Van der Leeuw
URL http://journals.openedition.org/archeopages/docannexe/image/870/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 659k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sander van der Leeuw, « Durabilité et archéologie environnementale »Archéopages, Hors-série 1 | 2008, 97-102.

Référence électronique

Sander van der Leeuw, « Durabilité et archéologie environnementale »Archéopages [En ligne], Hors-série 1 | février 2008, mis en ligne le 01 février 2008, consulté le 20 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeopages/870 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeopages.870

Haut de page

Auteur

Sander van der Leeuw

Arizona State University

Haut de page

Droits d’auteur

© Inrap

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search