Navegación – Mapa del sitio
4. Réflexions sur l’organisation de l’archéologie

Les Nouvelles de l’Archéologie : le manifeste d’une discipline

Anick Coudart
p. 106-111

Texto completo

  • 1 Les actes des Journées nationales de la recherche archéologiques, qui se sont tenues à Paris en 198 (...)

1De la gageure à la construction. Il y aura bientôt trente ans, un petit groupe de chercheurs s’était donné pour mission de construire l’archéologie métropolitaine française.1 L’ambition ne manquait pas d’immodestie, mais elle était enthousiaste, militante et totalement dénuée de carriérisme.

2L’aventure commença au printemps 1978. À Paris, l’administrateur de la Fondation de la Maison des sciences de l’homme accueillait une table ronde sur les politiques de l’archéologie en Europe ; il proposa à ses deux organisateurs (Chapelot, Schnapp 1984) de prendre en charge la fabrication d’un périodique consacré à l’archéologie, à l’image des petits bulletins scientifiques édités par la « Maison ». Jean Chapelot souhaitait reprendre, en France, les thèmes de l’organisation britannique Rescue, fondée en 1971 par un petit groupe de pression œuvrant pour la protection, la conservation, l’enregistrement et l’interprétation des données archéologiques. Quelques jours plus tard, à Marseille, deux jeunes protohistoriens – Jean-Paul Demoule et l’auteur de ces lignes – rendaient visite au directeur du Laboratoire d’informatique pour les sciences de l’homme ; ce dernier suggéra de créer une lettre d’information gratuite du type newsletter. Les quatre, rejoints par quelques autres, s’accordèrent : le bulletin serait scientifique, informatif et « militerait » pour le développement et la cohésion de l’archéologie. La Maison des sciences de l’homme releva le pari… Nouvelles de l’Archéologie était né [Fig.1].

[Fig.1] Manifestation d’archéologues à Paris en janvier 1997, consécutive à la destruction de vestiges à Rodez

[Fig.1] Manifestation d’archéologues à Paris en janvier 1997, consécutive à la destruction de vestiges à Rodez

(les inscriptions du bas de la banderole ont été floutées).

© Dr

3C’est ainsi qu’en juillet 1979, un premier numéro (no 0) était distribué à 1 100 archéologues et historiens. Jusqu’au numéro 10, la revue a été envoyée gratuitement aux 3 000 personnes qui en avaient fait la demande. Qu’une revue aussi austère ait pu ensuite conquérir 1 200 abonnés payants était assez exceptionnel. Qu’un éditeur privé (Errance) soit venu, neuf ans plus tard, solliciter la rédaction était une preuve du succès et du rôle que les Nouvelles avaient fini par jouer au sein de la communauté.

4Pendant près de vingt-cinq ans, les éditoriaux et le contenu de la revue ont rendu compte de l’actualité et de la politique de la recherche scientifique en matière d’archéologie. En France, la formule était originale ; à l’étranger, elle ne laissait pas d’étonner. À côté de dossiers présentant, dans une perspective internationale, les différents aspects d’une problématique scientifique de pointe, chaque numéro centralisait une somme d’informations éclatées quasi inaccessibles en ces temps pré-Internet. Mais surtout la revue se voulait être une tribune de discussions entre archéologues mais également entre archéologues et chercheurs d’autres disciplines, et un lieu de débats sur la discipline, son organisation, ses évolutions et ses objectifs. Comme l’écrit Joëlle Burnouf dans ce même numéro d’Archéopages : l’« endroit [était] improbable ». Le comité de rédaction était large et ses membres nombreux qui, plusieurs fois par an, se réunissaient « pour y faire, sans doute, le travail d’un comité de rédaction, mais surtout pour y débattre librement sur la discipline, […] son avenir. […] Les ‹ samedis des Nouvelles › furent un formidable espace de liberté et de débat ».

  • 2 Depuis le rapport Soustelle de 1975, vingt rapports ont été produits en vingt ans. À partir de 1980 (...)
  • 3 Voir note 6 ; il faut aussi signaler que Christian Goudineau, membre de la rédaction, a été chargé (...)

5Grâce à la revue, la circulation de l’information a probablement conduit certains ministres ou responsables institutionnels à être plus attentifs que précédemment ; ce qui ne les a jamais empêchés d’enterrer systématiquement les rapports commandés par leurs prédécesseurs.2 En revanche (et à une exception près), il est certain que les membres de l’équipe de la rédaction n’étaient pas invités, en tant que tels, à participer à une décision ou à la définition d’une quelconque politique en matière d’archéologie.3 Nonobstant,la rédaction avait l’orgueil de croire que la participation du plus grand nombre aux débats, lettres ouvertes et pétitions publiés dans ses colonnes a infléchi à plusieurs reprises la politique émergente de l’archéologie métropolitaine française.

  • 4 Cette initiative de la rédaction des Nouvelles de l’Archéologie a été immédiatement reprise et mise (...)

6Une fois, cependant, la revue a eu une répercussion directe dans une décision politique : en 1982, le nouveau directeur scientifique du département des sciences de l’homme et la société (SHS) du CNRS, Maurice Godelier, souhaita avoir à ses côtés un chargé de mission pour l’archéologie. Ce vœu avait de quoi surprendre lorsqu’on sait que l’archéologie avait été, au CNRS, jusqu’alors quasi invisible (le mot même d’« archéologie » n’était pas inscrit dans ses organigrammes). Mais fin 1982, Jean-Paul Demoule, membre fondateur et actif de la revue, fut nommé chargé de mission pour l’archéologie. Cette nomination était certes due à l’ouverture d’esprit de Maurice Godelier, mais elle fut surtout déterminée par les assises régionales et nationales de la recherche archéologique que Nouvelles de l’Archéologie avait organisées fin 1981 (Cleuziou et al. 1982), dans le cadre de la vaste consultation des chercheurs lancée par le ministre de la Recherche, Jean-Pierre Chevènement.4 De fait, ces rencontres avaient révélé une communauté inévitable, dynamique et cohérente qui savait afficher ses priorités, chiffrer ses besoins et agir indépendamment des institutions. Cependant, la mission de Jean-Paul Demoule consista surtout à gérer les affaires courantes. Il réussit néanmoins à mettre en place un Comité technique interinstitutionnel de l’archéologie qui existe toujours, à élaborer le projet des Documents d’archéologie française et à créer plusieurs équipes de recherche. On lui doit également l’élaboration et la mise en route du dossier des locaux parisiens de l’archéologie qui aboutira, dix-huit ans plus tard, à la Maison de l’archéologie et de l’ethnologie érigée sur le campus de l’université Paris X, à Nanterre.

La promotion de la science archéologique

7Dès l’origine, l’un des objectifs de la revue Nouvelles de l’Archéologie a été de promouvoir les problématiques internationales les plus novatrices. Ainsi, le numéro 4 (1980) proposait un dossier « Ethnoarchéologie », avec des contributions de Lewis Binford (inventeur de la new archaeology), de Ian Hodder (inventeur de la contre new archaeology), d’archéologues australiens, français et suisses. « La préhistoire aux États-Unis » fut également abordée (no 22, 1986) avec, entre autres, une excellente synthèse de Robert Whallon sur la situation de l’archéologie théorique en Amérique du Nord. Les autres dossiers remarqués ont été ceux consacrés à des sujets d’actualité ou de société, comme « Histoire du Climat » (no 50, 1992), « Biochimie et archéologie » (no 80, 2000), « Archéologie et nationalisme » (no 67, 1997), « Environnement et archéologie » (no 78, 1999), « L’archéologie du présent ou de l’histoire proche » (no 70, 1997), et aussi un double numéro (48/49, 1992) dédié à « Un homme, une œuvre : André Leroi-Gourhan ». Certains articles ont également été distingués à l’étranger ou hors de la discipline, comme « Des archéologues au pays de Mickey Mouse » (no 57, 1994), « Pourquoi n’y a-t-il pas d’archéologie post-processuelle en France » (no 72, 1998), « Les archéologues au cœur de la crise de la modernité » (no 62, 1995) ou encore « Vichy, Le Pen et les Gaulois : de la révolution française au Front national » (no 72, 1998) ; les deux derniers furent soulignés par la revue Sciences humaines.

De tous les débats et de tous les combats…

8Les Nouvelles de l’Archéologie ont été de tous les débats et de tous les combats scientifiques et politiques. La rédaction n’a cessé de revenir sur les trois priorités qu’elle considérait, dès la fin des années 1970, comme fondamentales au développement de l’archéologie : l’emploi ; la mise en place de centres et de programmes de recherche ; l’enseignement et la sensibilisation du public. En 1990 et 1991, la revue servira également de support (nos 40, 41, 42 et 43) à un large et long débat pour un bilan de l’archéologie française.

Les Nouvelles de l’Archéologie et le Cnrs

  • 5 Sous la direction de l’historien André Kaspi et de l’anthropologue préhistorienne Marie-Antoinette (...)

9En 1985, la rédaction lança dans ses colonnes une discussion animée et contradictoire sur la constitution au CNRS d’une commission de recrutement unique pour l’archéologie – commission qu’elle appelait de ses vœux (nos 19, 20 et 21). Cette structure ne sera jamais créée, mais, en 1991, sur l’impulsion d’un directeur adjoint attentif à ce débat, Michel Gras, ce seront deux commissions au lieu de quatre qui traiteront l’archéologie. En 1995, la revue réunira les signatures de 80 pour cent (plus de 400 personnes) des laboratoires archéologiques au bas d’un long argumentaire pour dénoncer le laisser aller du Département des sciences de l’homme et de la société en matière d’archéologie5 (no 63, p. 39-44). En 1998, les Nouvelles s’associèrent au débat sur la réforme du CNRS, en aidant largement à la diffusion et à la signature d’une lettre ouverte : « Les acteurs de la recherche archéologique s’adressent à Monsieur Lionel Jospin » ; réforme dont l’enjeu était la transformation du CNRS en agence de moyens péri-universitaires, avec l’abandon des laboratoires propres. Devant l’ampleur des réactions de la communauté scientifique, le ministre de la Recherche, Claude Allègre, finira par convenir qu’il était préférable de consulter cette communauté préalablement à toute décision.

Les Nouvelles de l’Archéologie et le ministère de la Culture

  • 6 Les crédits étaient passés de 2 120 KF (en 1973) à 9 333 KF (en 1981).

10Le ministère de la Culture et les services et directions qui le composent ont toujours été au cœur des préoccupations des Nouvelles de l’Archéologie. Rares sont les livraisons d’où la Culture a été absente. Le numéro 6 (1981) consacrait un long dossier à « L’archéologie au ministère de la Culture » qui accompagnait la transformation en cours de l’archéologie de terrain en France.6 Le numéro 8 (1982) s’attardait sur la commission Querrien travaillant à une réforme du Patrimoine… Le rapport de Jacques Lasfargues sur le financement de l’archéologie de terrain en France sera publié en 1987 (n° 29) ; si, à cette occasion, la rédaction des Nouvelles évoquait encore l’archéologie « de sauvetage », Jacques Lasfargues parlait, quant à lui, d’archéologie « préventive » – une notion qui allait faire son chemin !

11Dix ans plus tard (n° 46, hiver 1991-1992), les Nouvelles se feront l’écho de la démission du Conseil supérieur de la recherche archéologique… Une première au sein du ministère de la Culture. Les membres du CSRA réclamaient les moyens d’accomplir leurs missions et un renforcement de l’appareil réglementaire de l’archéologie préventive. Le cabinet confia à Marc Gauthier une étude que la revue allait publier (n° 51, 1993). Un an après, celui-ci rédigera également une série de propositions en vue de réformer le cadre législatif et réglementaire de la recherche archéologique en France (n° 57, 1994).

Les Nouvelles de l’Archéologie et l’archéologie préventive

12Dans son éditorial du numéro 24 (1986), la rédaction soulignait que « l’un des plus graves problèmes en suspens [était] l’absence de législation sur l’archéologie de sauvetage qui fait du financement de toute opération importante une partie de poker entre aménageurs et archéologues ». Elle faisait également une remarque étonnante : « qui sait, parmi vous, que dans notre métier l’instance consultative la plus importante en chercheurs représentés n’est ni le Conseil supérieur des universités ni le Comité national du CNRS, mais l’obscur comité d’entreprise de l’Association pour les fouilles archéologiques nationales (Afan). Une instance qui représente 700 jeunes chercheurs, soit trois fois plus qu’au CNRS, tandis que l’Afan gère elle-même 40 millions de francs provenant du ministère de la Culture, des collectivités et des aménageurs, soit cinq fois le budget archéologique du CNRS ou des Affaires étrangères ».

13La rédaction reviendra en 1989 (n° 34) sur la nécessaire transformation annoncée de l’Afan qui était alors en suspens, remise aux conclusions d’un rapport confié par Jack Lang à un maître des requêtes au conseil d’État . Le rapport Martin Laprade – qui proposait la création d’une taxe parafiscale pour financer l’archéologie préventive – sera publié à l’automne (n° 37). En 1994, le numéro 58 fut entièrement consacré à l’archéologie préventive en milieu rural et ses phases d’évaluation.

14En 1997, l’« affaire Rodez » va occuper la rédaction (n° 66). La destruction sans fouille préalable d’un site archéologique par un promoteur immobilier – qui en avait reçu l’autorisation dans une lettre du Premier ministre, Alain Juppé – va déclencher un mouvement sans précédent, avec une grève générale des personnels de la sous-direction de l’Archéologie et de l’Afan. Le 29 janvier, plus de mille deux cents manifestants descendent dans la rue [Fig.2]. Le ministre de la Culture décida alors d’ouvrir un grand débat national, notamment sur l’archéologie préventive. Cependant, la liste des personnalités invitées à y participer est restée opaque ; les Nouvelles, seule instance à avoir longuement relayé et analysé en détail cette crise, n’ont jamais été contactées.

  • 7 L’idée d’intégrer Jean-Paul Demoule dans cette mission a été suggérée à Catherine Trautmann par Pie (...)

15Fin septembre 1998, le ministère de l’Économie et des Finances diffusait à tous ses services, pour application immédiate, copie d’un avis du Conseil de la concurrence sur l’archéologie préventive. Les services régionaux de l’Archéologie et les principaux chantiers de sauvetage se mirent à nouveau en grève. Des directions régionales des Affaires culturelles, des directions ministérielles et des musées furent occupés, les ministres presque quotidiennement interpellés et des « coups » médiatiques montés tant à Paris qu’en province. Une manifestation de neuf cents personnes eut finalement lieu à Paris. Tandis que les médias répercutaient les événements, les Nouvelles dénonçaient « l’irresponsabilité dogmatique de quelques technocrates, nouveaux venus dans ce dossier, au ministère de la Culture comme à celui de l’Économie ». Un long historique des événements sera publié dans le numéro 73. Le 9 octobre, la ministre de la Culture chargea un groupe de travail, composé de Jean-Paul Demoule, Bernard Pêcheur et Bernard Poignant, de réfléchir à une option de remplacement à la concurrence.7 Le rapport fut remis à la mi-novembre, qui proposait de partir du seul texte législatif qui définissait l’archéologie préventive : celui de la Convention de Malte, ratifiée par la France, qui considérait l’archéologie préventive comme étant indissociablement une activité de recherche, et ajoutait qu’il revenait à l’État de la concilier avec la protection du patrimoine et le nécessaire développement économique et social (cf. no 75, 1999). Les Nouvelles firent longuement état des nombreuses réactions, irritations et discussions (nos 76, 77, 78, 79, 80, 82/83). Dans un commentaire écrit pour la revue (no 75), Jean-Paul Demoule déclarait « on considère soit que l’archéologie préventive relève du code des marchés publics et de la concurrence commerciale privée, soit qu’elle relève au contraire d’une mission d’intérêt général, et qu’elle dépend alors d’un monopole ou de droits exclusifs publics, contrôlés et organisés par l’État – la solution de monopole étant au demeurant la seule que la loi permette d’opposer à la mise en concurrence commerciale ». En mai 1999, le Conseil des ministres approuvait le projet de loi sur l’archéologie préventive. Le pas était enfin franchi. La loi fut promulguée le 17 janvier 2001. Mais en novembre 2002, députés et sénateurs amendaient la loi, en décidant, contre l’avis du gouvernement, la réduction de 25 pour cent des redevances finançant les opérations d’archéologie préventive. De nouveau et pendant près d’un an, la communauté se mobilisa. Une mobilisation qu’allaient renforcer les grands mouvements sociaux du printemps 2003. Il ne fut pas une revendication ni un événement qui ne mit les archéologues au premier rang des manifestations qui secouèrent la France. Les archéologues et leur Gaulois firent même la une du journal Libération.

16Jusqu’à la fin 2002, les Nouvelles publièrent l’intégralité des débats qui agitèrent les deux assemblées du Parlement, ainsi que les prises de position qu’ils suscitèrent dans la communauté scientifique (no 90). Cependant, l’équipe qui avait été mise à la tête de la rédaction un an auparavant souhaita assez rapidement ne plus aborder le sujet. Plus rien ne fut publié à cet égard à partir de janvier 2003, sept mois avant la fin des débats en cours et des manifestations des archéologues qui firent pourtant, le 6 juin 2003, la une du journal Le Monde. Elle en publiera cependant un historique et une analyse fin 2004 (n° 98). Les Nouvelles étaient en train de changer de style et de politique éditoriale au bénéfice d’un contenu plus scientifique.

Les Nouvelles de l’Archéologie aujourd’hui

  • 8 Avec, en particulier : une ouverture à la concurrence ; le fait que l’aménageur soit le maître d’ou (...)
  • 9 En particulier, ceux qui, au sein des services archéologiques des collectivités territoriales, voul (...)

17Les Nouvelles se sont amplement fait l’écho du fait que la loi de 2003 remettait en cause une grande partie des acquis de celle de 20018 et s’opposait également aux intérêts de tous ceux qui pensaient ne pas trouver leur compte dans la loi de 2001 et qui, à un moment ou à un autre de l’année 2003, avaient cautionné (volontairement ou involontairement) la refonte de la loi sur l’archéologie préventive.9 Un certain nombre d’archéologues (tant au sein des collectivités territoriales que dans les universités et au CNRS) opposaient désormais ouvertement leur particularité institutionnelle à celle des autres. Les corporatismes et l’amertume avaient surgi, renforcés par la pénurie des moyens attribués aux services publics, les pesanteurs et les contradictions des règles administratives. La cohésion qui avait prévalu pour la construction de l’archéologie préventive au cours des années 1980 et 1990 n’était plus d’actualité. Les Nouvelles – qui avaient toujours été au plus près des aspirations de la communauté archéologique – pouvaient difficilement échapper à cette logique. Le dynamisme militant de la revue, qui venait de renouveler sa rédaction, n’allait donc pas tarder à s’émousser.

18Les Nouvelles furent le manifeste d’une génération qui tentait de construire l’archéologie de la France métropolitaine. Celle-ci existe aujourd’hui de plein droit. Internet rend, par ailleurs, toutes les informations accessibles. Tous les blogs et tous les débats se font hors des supports papiers traditionnels – reste peut-être à construire un Google de l’archéologie. En 2007, la revue garde son nom, mais affiche une nouvelle maquette. Elle vient d’être déclarée en association régie par la loi de 1901. Un récent éditorial (no 104/105) souligne que « la revue est ces dernières années en perte de vitesse pour des raisons en grande partie structurelles. Aussi, le comité de rédaction [rénové et réduit] a-t-il décidé de lancer un débat sur la place que [la revue] peut occuper et le contenu qu’elle doit adopter, dans un environnement instable et mouvant ». De nouvelles Nouvelles sont en train de naître. Vive les nouvelles Les Nouvelles de l’Archéologie !

Inicio de página

Bibliografía

Chapelot J., Schnapp A. (dir.) 1984 : La Politique de l’archéologie en Europe : actes de la table ronde tenue à Paris les 4 et 5 avril 1978, Paris, Éditions du CNRS.

Cleuziou S., Coudart A., Demoule J.-P., Schnapp A. 1982 : « La crise de l’archéologie en France, diagnostic et remèdes », in Godelier M. (dir.), Les Sciences de l’homme et de la société en France, rapports complémentaires, vol. 2, Paris, La Documentation française, p. 40-52.

Inicio de página

Notas

1 Les actes des Journées nationales de la recherche archéologiques, qui se sont tenues à Paris en 1981, donnent une image réaliste de ce qu’était l’archéologie française à la fin des années 1970 (Nouvelles de l’Archéologie, 1982, numéro 7) ; au demeurant, l’archéologie contractuelle et l’archéologie préventive n’existaient pas encore.

2 Depuis le rapport Soustelle de 1975, vingt rapports ont été produits en vingt ans. À partir de 1980, ils ont été régulièrement publiés par Les Nouvelles. Le rapport Soustelle mis à part, le seul qui aura des conséquences sera le rapport « Demoule, Pêcheur, Poignant », à l’origine de la loi du 17 janvier 2001 sur l’archéologie préventive.

3 Voir note 6 ; il faut aussi signaler que Christian Goudineau, membre de la rédaction, a été chargé en 1990 d’un rapport sur la situation de l’archéologie par Michel Rocart, alors Premier ministre ; cette mission lui fut confiée en raison de ses compétences scientifiques et de son statut de professeur au Collège de France (son appartenance à la rédaction des Nouvelles, ignorée du Premier ministre, n’a joué aucun rôle dans cette décision).

4 Cette initiative de la rédaction des Nouvelles de l’Archéologie a été immédiatement reprise et mise en œuvre par l’ensemble des acteurs de la discipline, quels qu’aient été leur statut et leur institution.

5 Sous la direction de l’historien André Kaspi et de l’anthropologue préhistorienne Marie-Antoinette de Lumley.

6 Les crédits étaient passés de 2 120 KF (en 1973) à 9 333 KF (en 1981).

7 L’idée d’intégrer Jean-Paul Demoule dans cette mission a été suggérée à Catherine Trautmann par Pierre Encrevé, en faisant référence à l’intérêt de ses travaux sur les Indo-Européens et à son rôle dans le développement du projet « Vallée de l’Aisne » fondé sur l’archéologie préventive et une équipe de recherche du CNRS.

8 Avec, en particulier : une ouverture à la concurrence ; le fait que l’aménageur soit le maître d’ouvrage des fouilles préventives (et non plus l’Inrap), fouilles négociées au coup par coup (à charge pour l’aménageur de trouver son opérateur, public ou privé) ; une redevance d’archéologie préventive (ou taxe) n’ayant pas vraiment de rapport avec les travaux d’aménagement ; des diagnostics financés au sein d’une enveloppe fermée ; et une possibilité de subvention de certains aménageurs par la taxe.

9 En particulier, ceux qui, au sein des services archéologiques des collectivités territoriales, voulaient croire que « concurrence » ne signifierait pas « concurrence commerciale » mais émulation intellectuelle.

Inicio de página

Índice de ilustraciones

Título [Fig.1] Manifestation d’archéologues à Paris en janvier 1997, consécutive à la destruction de vestiges à Rodez
Leyenda (les inscriptions du bas de la banderole ont été floutées).
Créditos © Dr
URL http://journals.openedition.org/archeopages/docannexe/image/875/img-1.jpg
Ficheros image/jpeg, 202k
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia en papel

Anick Coudart, « Les Nouvelles de l’Archéologie : le manifeste d’une discipline », Archéopages, Hors-série 1 | 2008, 106-111.

Referencia electrónica

Anick Coudart, « Les Nouvelles de l’Archéologie : le manifeste d’une discipline », Archéopages [En línea], Hors-série 1 | février 2008, Publicado el 01 febrero 2008, consultado el 08 abril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeopages/875 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeopages.875

Inicio de página

Autor

Anick Coudart

CNRS, Arizona State University

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

© Inrap

Inicio de página
  • Logo Inrap – Institut national de recherches archéologiques préventives
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche
  • OpenEdition Journals