Navigation – Plan du site

AccueilNuméros45-2Découverte d’une mare altomédiéva...

Découverte d’une mare altomédiévale à Rivière-les-Fosses en Haute-Marne : l’Homme dans son environnement du ve au viie siècle

Discovery of an early medieval pond at Rivière-les-Fosses in Haute-Marne: man in his environment from the 5th to the 7th century
Gaëlle Pertuisot, Geneviève Daoulas, Élise Doyen, Valérie Lamy, Willy Tegel et Pierre Testard
p. 69-80

Résumés

Une fouille préventive menée en 2017 sur une zone humide au « Vau du Guet » à Rivière-les-Fosses en Haute-Marne a été l’occasion de récolter, grâce à l’étude des écofacts conservés (pollen, macrorestes et bois), des données inédites sur le paysage d’un vallon entre le ve et le viie siècle de notre ère. L’impact de l’Homme sur son environnement a pu être observé avec le passage, au cours du haut Moyen Âge, d’un environnement boisé à un espace plus ouvert. Les données archéologiques acquises aux alentours de la mare permettent d’attribuer ces changements à des défrichements liés à l’implantation d’un habitat à proximité.

Haut de page

Texte intégral

Contexte de découverte

1Le sud de la Haute-Marne était mal documenté sur le plan archéologique avant la réalisation des recherches menées en amont de la construction du gazoduc « Val-de-Saône » ; l’implantation de cet ouvrage a permis notamment de mener une fouille à Rivière-les-Fosses, en Haute-Marne, en mai/juin 2017 (figure 1).

Figure 1 : Localisation de l’opération et des sépultures fouillées en 2002 par S. Février (Février 2006) ; fond de carte Geoportail / Figure 1: Location of the operation and the graves excavated in 2002 by S. Février (Geoportail base map)

Figure 1 : Localisation de l’opération et des sépultures fouillées en 2002 par S. Février (Février 2006) ; fond de carte Geoportail / Figure 1: Location of the operation and the graves excavated in 2002 by S. Février (Geoportail base map)

2Les données provenaient principalement de découvertes anciennes, réalisées à la fin du xixe siècle. Les prospections aériennes de R. Goguey, dans les années 1980, ont permis de rapporter quelques indices de sites, en particulier des enclos probablement protohistoriques et des plans de villae gallo-romaines (Thévenard 1996 ; aérophotothèque R. Goguey, AD 21).

3Une découverte fortuite d’ossements humains en 2002 à Rivière-les-Fosses sur un chantier d’extraction de granulat a permis le déclenchement d’une fouille de sauvetage mettant au jour plusieurs sépultures, à moins de 100 m de la fouille archéologique du « Vau du Guet ». Les sépultures ont pu être datées du viie siècle grâce à la présence d’une garniture de ceinturon (Février, 2005 et Février, 2006).

4Le lieu-dit du « Vau de Guet » se situe dans le sud du territoire de Rivière-les-Fosses. La commune appartient géologiquement à la partie méridionale du Bassin parisien, plus précisément au plateau de Langres, culminant à des altitudes moyennes de 450 à 460 m.

5Le paysage du plateau de Langres est surtout marqué par une succession de plateaux avec des cuestas peu accusées dominant des vallées et vallons, peu urbanisés. C’est sur les pentes de l’un d’eux que le site a pris place (figure 2), exposé au nord. Le fond du talweg est occupé par un ruisseau.

6La fouille archéologique menée en 2017 s’étend sur 1 150 m2 environ : une surface de 738 m2 dans la partie septentrionale (123 m de long sur 6 m de large centrés sur l’axe de la future canalisation du gazoduc) et 410 m2 au sud, sur une emprise plus large (un peu plus de 20 m). Malgré une vision tronquée liée à l’étroitesse de l’emprise, l’opération de fouille (Pertuisot, 2019) et préalablement le diagnostic (Guicheteau, 2017) ont permis de mettre au jour des indices d’occupation matérialisés par des silos protohistoriques et un habitat sur poteaux daté du Moyen Âge (du vie au début du xie siècle) sur le plateau (figure 8).

Figure 2 : Vue aérienne du tracé du gazoduc traversant la campagne haut-marnaise et vue zénithale du chantier effectuée par drone (© Com’air), avec le plan général de la fouille (© P. Noguès et G. Pertuisot) / Figure 2: Aerial view of the route of the gas pipeline crossing the Haut-Marne countryside and zenithal view of the site by drone (© Com’air), with the general plan of the excavation (© P. Noguès and G. Pertuisot)

Figure 2 : Vue aérienne du tracé du gazoduc traversant la campagne haut-marnaise et vue zénithale du chantier effectuée par drone (© Com’air), avec le plan général de la fouille (© P. Noguès et G. Pertuisot) / Figure 2: Aerial view of the route of the gas pipeline crossing the Haut-Marne countryside and zenithal view of the site by drone (© Com’air), with the general plan of the excavation (© P. Noguès and G. Pertuisot)

Une mare altomédiévale (figure 3)

7La principale découverte est celle, en bas de pente et à une quinzaine de mètres du ru du Vau du Guet, de vestiges d’une zone humide apparue à moins de 1 m sous le niveau de sol actuel (figure 2). Elle a constitué une opportunité rare pour les archéologues de récolter des données paléoenvironnementales. En effet, les couches successives qui composent son colmatage sont riches d’informations du fait du taux d’humidité toujours présent dans leur constitution, ce qui a permis de préserver pollen, macrorestes et branchages. Perçue sur une longueur de 7,7 m, sa largeur avait été appréhendée sur 8 m au diagnostic. Lors de la fouille, la vision est restreinte, compte-tenu des contraintes d’emprise, à 6 m de large.

Figure 3 : Vue zénithale de la mare, avec ses drains et son niveau de branchages (© J. Maestracci et C. Tristan) / Figure 3: Zenithal view of the pond, with its drains and its level of branches (© J. Maestracci and C. Tristan)

Figure 3 : Vue zénithale de la mare, avec ses drains et son niveau de branchages (© J. Maestracci et C. Tristan) / Figure 3: Zenithal view of the pond, with its drains and its level of branches (© J. Maestracci and C. Tristan)

Observations archéologiques

8Plusieurs unités stratigraphiques ont été identifiées dans le comblement de la mare (figure 4). Il s’agit, par ordre chronologique croissant, de l’US 4.04, 4.03, 4.02 et 4.01.

Figure 4 : Vue de la mare en coupe (© G. Pertuisot et DAO V. Lamy) / Figure 4: Sectional view of the pond (© G. Pertuisot et DAO V. Lamy)

Figure 4 : Vue de la mare en coupe (© G. Pertuisot et DAO V. Lamy) / Figure 4: Sectional view of the pond (© G. Pertuisot et DAO V. Lamy)

9La première US constitutive de la mare (4.04) est argileuse, de couleur gris bleuté, avec inclusion de quelques charbons et fragments de bois épars et épaisse de 0,50 m par endroit. De la céramique du vie ou viie siècle en petite quantité (2 NR) en est issue. Un morceau de bois retrouvé dans cette unité stratigraphique a livré une datation 14C de 416-557 cal AD (Poz-95094).

10Outre les tessons de céramique, seul un bois de cerf est extrait de ce niveau. Il s’agit d’un semi-produit ou d’un déchet, lustré par l’action de l’eau, témoin fugace d’un artisanat dans un secteur proche (Rodet-Belarbi et Gazenbeek, 2014).

11La deuxième US (4.03) présente une forte concentration de branchages, sur une épaisseur de 0,10 m environ. Un morceau de charbon de bois y a été daté par 14C à l’occasion du diagnostic, donnant la fourchette de datation de 405 à 550 cal. AD (Beta-456026).

12La troisième US identifiée (4.02) est plus sombre et constituée de tourbe. Elle est épaisse de 0,50 m environ. Seul un fragment de panse de céramique en est issu, daté du vie ou viie siècle.

13Enfin, la dernière US observée lors de la fouille de la mare (4.01) est composée d’une argile gris foncé, épaisse en moyenne de 0,20 m. De la céramique en petite quantité y a été observée, appartenant au vie ou viie siècle. Un ossement animal a pu être daté par radiocarbone, donnant une fourchette comprise entre 606 et 680 cal AD (Poz-95097).

14La mare est bordée au nord par un drain empierré, relié à deux autres drains perpendiculaires, également empierrés (figure 3) ; ceux-ci ont été sans doute installés pour assécher définitivement la zone.

15Les niveaux supérieurs, venant sceller la mare, ont livré un fragment de céramique daté de la fin du xive siècle ou du début du xve siècle.

Observations géomorphologiques

16La mare est installée dans un niveau marneux imperméable du Bajocien supérieur.

17La couche géologique sur laquelle elle repose suit le pendage naturel (une pente à 11,43 %, soit 6,52°). Cet horizon est formé par une succession d’argiles jaunes, plus ou moins limoneuses, emballant des éléments calcaires non émoussés. Il s’agit de niveaux issus de la surface des marnes à Ostrea acuminata du Bajocien supérieur (J1C) (Rat et Pascal, 1978).

18La première unité stratigraphique (US 4.04) est composée d’un litage horizontal, témoignant de dépôts progressifs et naturels. Dans le fond se sont déposées des argiles denses plus ou moins limoneuses, gris à gris-bleu. La limite inférieure montre un tracé sinueux. On remarque de rares divagations s’introduisant dans le niveau marneux inférieur, indice probable d’une activité humaine d’extraction de matériaux. La granulométrie fine ainsi que la couleur bleue indiquent un caractère hydromorphe prononcé, la présence d’eau ayant empêché l’oxydation des limons.

19Dans la partie sud de la coupe, on observe plusieurs niveaux remaniés, désorganisés. Ce sont des colluvions dont l’épaisseur se réduit le long de la pente. Ces épaisses couches de colluvions indiquent que la partie amont de la pente est déstabilisée. En effet, le déboisement et la mise en culture des sommets de pente causent la mise à nu des sols ; l’absence de végétation favorise alors l’action érosive de la pluie qui lessive facilement des particules de sols vers le bas de pente par effet gravitaire ou ruissellement. La particularité de ces colluvions est de contenir de nombreux gros fragments de calcaire dont beaucoup sont disposés à la surface de l’US 16 (figure 4), à la lisière nord de la zone humide. Ces concentrations de pierres, localisées en surface, sont probablement des aménagements du bord de la mare. Ce même type d’agencements de pierres a été observé le long de la Noxe, à l’occasion de la fouille « Les Forges », « Le Mont », « Les Prés l’Abbé » à Barbuise dans l’Aube (Doyen et al., 2016).

20À cet aménagement succède un horizon très organique, l’US 4.03, représenté par un limon contenant une accumulation de feuilles et de branchages à l’état d’anoxie ; le milieu, saturé en eau, est privé d’oxygène, ce qui empêche la prolifération des bactéries destructrices de la matière organique.

21La troisième US identifiée (US 4.02) est un limon d’aspect tourbeux, relativement compact, brun très foncé (10 YR 2/2) contenant quelques coquilles d’escargots. L’observation de ce niveau indique que l’accumulation de végétaux continue et provoque l’enfouissement de la matière organique, favorisant ainsi des conditions de pressions et de température propices à la production et à la minéralisation de la matière organique. La topographie de pente a provoqué l’accumulation des eaux de pluie et le maintien d’un sol humide à cet endroit.

22Enfin, l’unité stratigraphique la plus récente (US 4.01) est composée d’une d’argile limoneuse plastique et compacte gris très foncé (5 Y 3/1) accompagnée de quelques charbons de bois ; elle est épaisse en moyenne de 0,20 m. La granulométrie est marquée par un apport de particules plus fines résultant d’un type de dépôt sédimentaire en milieu très calme avec tri du matériel le long d’un versant stabilisé.

23La mare disparait sous des colluvions, venant progressivement aplanir le profil de la pente et de la dépression humide.

3. Les études des écofacts

Le pollen

Prélèvements et traitement des échantillons

24Quatre échantillons ont fait l’objet d’une analyse pollinique. Durant la fouille, le prélèvement des sédiments a été réalisé à l’aide d’un rail métallique. Des échantillons de 1 cm d’épaisseur ont ensuite été prélevés le long du rail, dans les quatre faciès sédimentaires repérés : 4.01, 4.02, 4.03 et 4.04. La préparation chimique des échantillons est effectuée selon la méthode classique de Faegri et Iversen (Faegri et Iversen, 1989). Elle consiste en un traitement chimique comprenant une succession d’attaques acides (HCl, HF) / base (NaOH) et d’un traitement à la liqueur dense (ZnCl2) permettant d’éliminer la gangue minérale et la matière organique emprisonnant les grains de pollen et les spores puis d’une acétolyse permettant de les colorer. Le bon état de conservation des grains de pollen a permis l’identification et le dénombrement de plus de 300 grains de pollen de plantes terrestres (TLP - Total Land Pollen) dans chaque échantillon, à l’aide d’un microscope optique. L’identification des pollen et spores est basée sur les clefs de détermination (Beug, 2004) et des atlas de photographies (Reille, 1992). Les résultats des comptages sont représentés sous la forme d’un diagramme pollinique en histogramme (figure 5) et sont exprimés en pourcentages par rapport au nombre total des grains de pollen (TLP) en excluant les grains indéterminables et les spores de la somme pollinique totale.

Figure 5 : Résultats de l’analyse pollinique, en nombre de grains de pollen et diagramme pollinique en histogramme correspondant à l’analyse des échantillons de la mare ; les valeurs de chaque taxon sont exprimées en pourcentages par rapport au total du pollen de plantes terrestres (TLP). Les points correspondent aux taxons ayant des pourcentages inférieurs à 1 %. AP : somme des pollens de type arboréen (E. Doyen) / Figure 5: Pollen analysis results, in number of pollen grains and pollen histogram chart corresponding to the analysis of the pond samples; the values of each taxon are expressed as percentages relative to the total pollen of terrestrial plants (TLP). The points correspond to taxa with percentages less than 1%. AP: sum of arboreal pollen (E. Doyen)

Figure 5 : Résultats de l’analyse pollinique, en nombre de grains de pollen et diagramme pollinique en histogramme correspondant à l’analyse des échantillons de la mare ; les valeurs de chaque taxon sont exprimées en pourcentages par rapport au total du pollen de plantes terrestres (TLP). Les points correspondent aux taxons ayant des pourcentages inférieurs à 1 %. AP : somme des pollens de type arboréen (E. Doyen) / Figure 5: Pollen analysis results, in number of pollen grains and pollen histogram chart corresponding to the analysis of the pond samples; the values of each taxon are expressed as percentages relative to the total pollen of terrestrial plants (TLP). The points correspond to taxa with percentages less than 1%. AP: sum of arboreal pollen (E. Doyen)

Résultats

25Les trois échantillons prélevés à la base du comblement (US 4.04, 4.03 et 4.02) présentent des spectres polliniques similaires. Les taxons arboréens sont diversifiés et prédominants (AP/TLP supérieur à 60 %). Les plus fréquemment enregistrés sont le noisetier (Corylus autour de 25 %), le chêne (Quercus autour de 10 %), puis l’aulne (Alnus), le pin (Pinus) et le frêne (Fraxinus) qui présentent des pourcentages oscillant entre 5 et 10 %. Concernant les plantes herbacées, les Poaceae, les Cyperaceae et les Cichorioideae présentent les pourcentages les plus importants (entre 5 et 15 %) alors que ceux des plantes rudérales et cultivées sont peu élevés.

26L’échantillon prélevé dans l’US 4.01 est quant à lui largement dominé par les plantes de type herbacées (AP/TLP à 7 %). Le cortège de plantes prairiales est très peu diversifié avec principalement des Poaceae (35 %), des Cyperaceae (25 %) et des Cichorioideae (autour de 15 %). Quelques plantes rudérales sont recensées comme Plantago lanceolata, Artemisia, Chenopodiaceae, Urtica et Papaver. La présence de céréales (Cerealia-type 2,4 %) est enregistrée de même que celle du chanvre (Cannabis/Humulus). Très peu de taxons arboréens sont recensés et seuls le pin (Pinus), le noisetier (Corylus), et le chêne (Quercus) présentent des pourcentages supérieurs à 1 %.

Interprétation des résultats

27Les spectres polliniques des trois échantillons situés à la base du comblement (4.04, 4.03 et 4.02) indiquent que la mare devait se trouver dans un environnement essentiellement boisé, composé de chêne associé à l’orme, au frêne, au charme, au hêtre et au pin. Des ligneux hygrophiles comme l’aulne, le saule et le bouleau étaient également présents localement sur les sols les plus humides. La forte représentation du noisetier, essence héliophile, indique l’existence de zones de clairières ou de lisières. L’enregistrement de plantes prairiales, rudérales et de céréales évoque la présence de prairies probablement pâturées et de cultures céréalières dans les zones non boisées. Cependant, vu la faible représentation des céréales et des plantes favorisées par l’anthropisation, les activités agropastorales autour de la mare devaient être peu développées. Le recensement d’une seule ascospore de champignon coprophile (1 Sporormiella sp. à 106 cm) se développant dans les fèces des herbivores va également dans ce sens.

28Le contenu pollinique de l’échantillon situé dans l’US 4.01 témoigne d’un paysage fortement déboisé et constitué en majeure partie de milieux ouverts de type prairiaux, colonisés principalement par des graminées sauvages et des cypéracées. Les pourcentages peu élevés de céréales, de chanvre et la présence d’un cortège de plantes rudérales peu diversifié témoignent du développement limité des activités agro-pastorales dans l’environnement proche de la mare. La très faible représentation de la végétation arborée indique que les boisements étaient très clairsemés autour de la mare et/ou qu’ils se trouvaient dans des zones plus éloignées.

Les carporestes

29Les échantillons prélevés au sein de la mare ont livré 415 macrorestes végétaux (413 imbibés, 2 carbonisés) pour un total de 12 litres de sédiment tamisés, soit une densité de 34,6 (figure 6).

30Trois unités stratigraphiques ont été échantillonnées : les us 4.02, 4.03 et 4.04. Elles sont toutes dominées par les plantes sauvages et contiennent des macrorestes de fruits.

Figure 6 : Résultats de l’étude carpologique concernant la mare 4. Les décomptes sont indiqués en NMI (© G. Daoulas) / Figure 6: Results of the carpological study concerning pond 4. The counts are indicated in NMI (© G. Daoulas)

Figure 6 : Résultats de l’étude carpologique concernant la mare 4. Les décomptes sont indiqués en NMI (© G. Daoulas) / Figure 6: Results of the carpological study concerning pond 4. The counts are indicated in NMI (© G. Daoulas)

Méthodologie

31La préparation des échantillons a été réalisée selon la technique de la flottation manuelle (Marinval, 1999). Elle a été réalisée à l’aide d’une colonne à deux tamis de maillage 1 mm et 0,315 mm. L’usage du tamis de 0,315 mm permet de récupérer les macrorestes plus petits correspondant fréquemment aux plantes sauvages. Les résidus de la flottation ont ensuite été conditionnés dans l’eau, puis observés sous loupe binoculaire avec un grossissement de 7 à 10 fois et, pour les observations plus précises, un grossissement de 40 fois. L’ensemble des refus a été également observé sous loupe binoculaire afin de récupérer les macrorestes végétaux qui ne l’auraient pas été lors de la phase de flottation.

Détail des observations par unités stratigraphiques

32Dans le détail, l’US 4.02 a révélé 79 % de plantes sauvages, 13 % de fruits et 8 % de macrorestes non précisément déterminés.

33Les carporestes découverts pour l’US 4.03 correspondent pour 83 % à des plantes sauvages, 16 % à des fruits et pour 1% à des carporestes non précisément identifiés.

34Enfin, l’US 4.04 montre un corpus carpologique composé de 79 % de plantes sauvages, 17 % de carporestes non précisément déterminés et à 4 % de fruits.

35Les fruits découverts, dans l’ensemble des us, sont majoritairement des akènes de mûre (Rubus fruticosus agg.) accompagnés de quelques akènes de framboisier commun (Rubus idaeus). L’US 4.02 a également révélé un pépin de vigne dont les dimensions se rapprochent de celles de l’espèce cultivée (Vitis vinifera ssp. vinifera) tandis que l’US 4.03 a livré un fragment de noisette (Corylus avellana). Il faut noter que l’US 4.04 n’a révélé qu’un seul akène de fruit, ce qui est faible par rapport aux autres unités stratigraphiques. Concernant les autres plantes alimentaires, seule l’US 4.02 a révélé la présence d’épeautre avec une base de glume carbonisée.

Interprétation des résultats

36Le corpus de l’US 4.04 montre une quantité plus faible de carporestes que celui des deux autres. Selon le classement phytosociologique d’Ellenberg (Ellenberg et al., 1991), les carporestes les plus abondants de l’US 4.04 appartiennent à la végétation pluriannuelle des zones anthropisées, accompagnée d’une plante messicole (l’épiaire des marais « Stachys palustris »).

37Les US 4.02 et 4.03 présentent des corpus de plantes sauvages similaires. Elles ont révélé majoritairement une végétation pluriannuelle des zones anthropisées (Ellenberg et al., 1991) avec notamment l’ortie (Urtica dioica) et le sureau yèble (Sambucus ebulus). Ce sont des espèces qu’on retrouve dans les endroits fréquentés par l’Homme et/ou les friches. La végétation des prés humides et inondés est attestée dans ces deux US par la présence de plusieurs diaspores de laiche hérissée (Carex hirta), ainsi que par le grand nombre de semences de renoncule rampante (Ranunculus repens), de laîche glauque (Carex flacca) et de bugle rampante (Ajuga reptans). Quelques diaspores témoignent de la présence de plantes annuelles accompagnant les cultures et les zones anthropisées ainsi que quelques plantes messicoles dans une moindre mesure. Seule l’US 4.02 a révélé la présence d’une plante aquatique, le plantain d’eau commun (Alisma plantago-aquatica).

38La mare est une structure ouverte qui rassemble très probablement des diaspores d’origines variées : des diaspores de plantes présentes au sein de la mare ou dans ses environs proches, des diaspores de lieux plus lointains qui ont pu être transportées par le vent, les Hommes ou encore les animaux (Pelt, 2020).

39La faible proportion de plantes messicoles et de céréales indique une faible activité agro-pastorale à proximité de la mare.

Les essences de bois

40Quinze échantillons de bois, issus de l’US 4.03, ont fait l’objet d’une analyse dendrologique (figure 7). Trois essences sont représentées : il s’agit du frêne (Fraxinus excelsior), du chêne (Quercus sp.) et du bouleau (Betula sp.). Aucun des échantillons de bois ne convenait pour une datation dendrochronologique, ceux-ci n’ayant pas le minimum de soixante cernes nécessaires pour une analyse.

Figure 7 : L’US 3 et ses branchages (© G. Pertuisot) / Figure 7: US 3 and its jumbled branches (© G. Pertuisot)

Figure 7 : L’US 3 et ses branchages (© G. Pertuisot) / Figure 7: US 3 and its jumbled branches (© G. Pertuisot)

Méthodologie

41La détermination des essences a été effectuée à l’aide du référentiel descriptif de Fritz H. Schweingruber (Schweingruber, 1982) et d’une série de comparaisons récentes.

42Les caractères anatomiques du bois ont été analysés sous microscope à l’aide de coupes minces prélevées sur les plans transversal, tangentiel et radial du bois.

43Une détermination selon l’espèce ou le genre est rendue possible par l’examen à l’échelle microscopique des différents types de cellules, de leur agencement, de leurs dimensions, de leur nombre et de leur répartition. On distingue par exemple les canaux résinifères, le parenchyme, les cellules de rayons médullaires, les ponctuations aréolées, les fibres et les trachéides, pour ne citer que quelques éléments. Les formes s’orientent selon leur fonction, les cellules ou les tissus pouvant assurer une charge de stockage, de conduction et de soutien.

Résultats

44Avec onze échantillons, c’est le frêne que l’on retrouve le plus souvent dans les échantillons étudiés. Le frêne préfère les sols frais et humides et pousse de préférence dans les combes et les forêts alluviales. Dans nos forêts, on le trouve généralement en groupe, à certains endroits uniquement (Ellenberg, 1992).

45Le chêne est représenté avec deux échantillons. De nos jours, on rencontre dans les forêts dans le nord de la France principalement Quercus petraeaQ. robur et Q. pubescens. Sur le plan anatomique, on ne peut pas différencier les trois espèces de chêne (Kremer et Petit, 1993).

46Avec deux échantillons, l’essence de bouleau a été mise en évidence. Les bouleaux poussent en général sur les terres pauvres humides et apprécient les sols plutôt acides (Ellenberg, 1992).

4. Synthèse et conclusion

47Les différentes études paléoenvironnementales effectuées sur les sédiments de la mare permettent de suivre l’évolution de son environnement au cours du haut Moyen Âge.

48La nature hydromorphe de la première unité stratigraphique, l’US 4.04 (figure 4), atteste qu’une lame d’eau était présente de manière pérenne dans la mare. Autour de celle-ci, le contexte paysager était majoritairement boisé (figure 5). Le faible nombre de carporestes retrouvés dans cette strate atteste de la quasi absence de végétation herbacée ou aquatique dans la mare et sur ses abords (figure 6). Les études palynologiques et carpologiques démontrent la faible anthropisation des lieux, observation corroborée par les données archéologiques, aucune structure archéologique contemporaine de cette unité stratigraphique n’ayant été mise au jour.

49La mise en place de l’unité stratigraphique suivante, l’US 4.03, traduit une modification de l’environnement de la mare. La nature des apports sédimentaires change avec l’accumulation de matières organiques non décomposées contenant des feuilles ainsi que des branchages (figure 7). Ce changement de nature des dépôts sédimentaires se poursuit dans l’US 4.02 qui est composée de sédiments limono-argileux de couleur brun très foncé, riches en matière organique décomposée (figure 4). Cette accumulation de matière organique dans les sédiments est probablement liée à l’abaissement du niveau de la lame d’eau du fait du remplissage de la mare par les sédiments. La composition globale du couvert végétal situé dans les environs de la mare n’a pas changé par rapport à l’US 4.04 comme en témoignent les données palynologiques. Les pourcentages de taxons forestiers restent dominants par rapport aux pourcentages d’herbacées. Cependant, l’étude des carporestes et des bois complète les données palynologiques en mettant en évidence une densification de la végétation à une échelle très locale c’est-à-dire à proximité immédiate de la mare et dans la mare. L’analyse des carporestes, très nombreux dans les US 4.03 et 4.02 (figure 6), témoigne d’une colonisation de la mare et de ses abords par une végétation composée principalement de ronces, d’orties, de sureaux et de plantes de type hygrophile telles que les carex ou les renoncules. La détermination des bois issus de l’US 4.03 nous donne un aperçu des essences arborées qui composaient la canopée au-dessus de la mare (chêne, frêne et bouleau). Comme dans l’unité stratigraphique précédente (US 4.04), les indices d’anthropisation détectés par la palynologie et l’étude des carporestes dans les US 4.03 et 4.02 restent ténus.

50Les écofacts observés dans l’US 4.01, caractérisée par des sédiments limono-argileux gris peu riches en matière organique, témoignent de nouvelles variations de l’environnement de dépôt. Les données palynologiques enregistrent un changement majeur dans la composition de la végétation, la proportion de plantes herbacées devenant prédominante par rapport à celle des arbres (figure 5). Ce changement concorde avec l’implantation d’une occupation humaine, mise en évidence par la présence de quelques trous de poteaux disséminés aux abords de la mare, vers le sud (figure 2). Le sédiment d’un des poteaux, daté par 14C sur un charbon de bois de 531-635 cal AD (Poz-95066), est donc contemporain de la dernière unité stratigraphique de comblement de la mare (606-680). Il pourrait s’agir d’une installation temporaire en matériaux légers liée à des opérations de défrichement, avec une installation plus pérenne à quelques dizaines de mètres de là, sur une zone plus propice à l’habitat, le plateau dominant la vallée (figure 8).

Figure 8 : Plan des structures de la zone du plateau avec leur datation (DAO : B. Guégan-Gaillard et G. Pertuisot) / Figure 8: Plan of the structures of the plateau area with their dating (DAO: B. Guégan-Gaillard and G. Pertuisot)

Figure 8 : Plan des structures de la zone du plateau avec leur datation (DAO : B. Guégan-Gaillard et G. Pertuisot) / Figure 8: Plan of the structures of the plateau area with their dating (DAO: B. Guégan-Gaillard and G. Pertuisot)

Figure 9 : Synthèse des données par US, par ordre chronologique décroissant / Figure 9: Summary of data by US, in descending chronological order

Figure 9 : Synthèse des données par US, par ordre chronologique décroissant / Figure 9: Summary of data by US, in descending chronological order

51Cette occupation associée à la nécropole n’entraine pas d’augmentation notable des indices d’anthropisation, ce qui indique que les activités agro-pastorales étaient alors peu développées dans l’environnement proche de la mare. En revanche, l’habitat implanté sur le plateau jusqu’au xie siècle va entrainer une érosion des terrains et le colmatage définitif de la mare sous les colluvions, piégeant ainsi durablement les traces de son passé altomédiéval.

52Les études paléoenvironnementales sont peu nombreuses pour la période mérovingienne. Rares également sont les études portant sur une nature peu impactée par l’Homme. Les données sont souvent issues de contextes humides fortement anthropisés, tels que des comblements de puits, comme à Fontvannes et Rosières-près-Troyes dans l’Aube (Wiethold et al., 2016) ou des latrines.

53On peut citer, pour la Champagne également, le cas de la vallée de la Seine dans le Nogentais qui a livré des résultats similaires à ceux de Rivière-les-Fosses avec l’observation d’un déboisement du paysage au viie siècle (Doyen et al., 2016). L’empreinte humaine y est toutefois plus marquée qu’à Rivière-les-Fosses, où la séquence observée sur deux siècles se démarque par le peu d’interactions de l’Homme avec le milieu naturel.

Haut de page

Bibliographie

Beug, H.-J., 2004. Leitfaden der Pollenbestimmung für Mitteleuropa und angrenzende Gebiete. Verlag Friedrich Pfeil, München.

Doyen, E., Guicheteau, A., Marchaisseau, V., 2016. Characteristics of land use during the Medieval period (6th-13th centuries) in the Middle Seine valley: the example of the Nogentais area (Aube, France). In R. Annaert (ed.), Early medieval waterscapes. Risks and opportunities for (im)material cultural exchange, Neue Studien zur Sachsenforschung, 8, Braunschweigischen Landesmuseum, Braunschweig, 91-100.

Ellenberg, H., Weber, H. E., Düll, R., Wirth, V., Werner, W., Paulissen, D., 1991. Zeigerwerte von Pflanzen in Mitteleuropa, Scripta Geobotanica, 18, Erich Goltze KG., Göttingen.

Ellenberg, H., 1992. Vegetation Mitteleuropas mit den Alpen in ökologischer Sicht, 4. Aufl. Stuttgart.

Faegri, K., Iversen, J., 1989. Textbook of Pollen Analysis, 4th Edition. John Wiley and Sons, New York.

Février, S., 2005. Rivière-les-Fosses (Haute-Marne), « Champ Ferrot », rapport de sondage, SRA Champagne-Ardenne, Châlons-en-Champagne.

Février, S., 2006. Sondage sur une nécropole mérovingienne à Rivière-les-Fosses (Haute-Marne). Bulletin de la Société Historique et Archéologique de Langres, t. XXV, no 365 : 319-326.

Goguey, R., aérophotothèque, Archives Départementales de la Côte-d’Or, microfilms.

Guicheteau, A., 2017. Gazoduc, Val de Saône, Grand Est, Haute-Marne, Voisines, Courcelles-en-Montagne, Perrogney-les-Fontaines, Aprey, Villiers-lès-Aprey, Leuchey, Le Val-d’Esnoms, Rivière-les-Fosses, Diagnostic archéologique sur le tronçon CA3 zones boisées, rapport de diagnostic, Inrap Grand-Est sud, Dijon.

Kremer, A., Petit, R.-J., 1993. Gene diversity in natural populations of oak species, Annales des sciences forestières, INRA/EDP Sciences, 50 (suppl. 1) : 186-203.

Marinval, P., 1999. Les graines et les fruits : la carpologie. In A. Ferdière (dir.), La Botanique. Paris, éditions Errance, Collection « Archéologiques », Paris, 105-137.

Pelt, J.-M., 2020. La vie sociale des plantes. Les extraordinaires capacités communautaires de la nature, Marabout, Vanves.

Pertuisot, G., 2019. Apercu de l’évolution de l’activité humaine de la fin de l’Antiquité jusqu’à l’Epoque moderne dans le sud de la Haute-Marne, Gazoduc, Val de Saône, Grand Est, Haute-Marne, Rivière-les-Fosses, Vau du Guet, rapport de fouilles, Inrap Grand-Est sud, Dijon.

Rat, P., Pascal, A., 1978. Is-sur- Tille. Orléans : BRGM, 1 vol. 21 p., 1 carte. (Carte géologique au 1/50 000 ; 439).

Reille, M., 1992. Pollen et spores d’Europe et d’Afrique du Nord. Laboratoire de Botanique Historique et Palynologie, Aix-Marseille.

Rodet-Belarbi, I., Gazenbeek, M., 2014. L’exploitation des bois de cervidés à l’époque mérovingienne sur le site de Mondelange (Moselle), Revue archéologique de l’Est, tome 63 : 259-300.

Schweingruber, F.-H., 1982. Anatomie microscopique du bois : identification de matériel récent et subfossile d’essences de l’Europe centrale en tenant compte de la variabilité de structure du bois de tronc et de branche, Komissionsverlag F. Flück-Wirth, Teufen.

Thévenard, J.-J., 1996. Carte Archéologique de la Gaule 52-1 : la Haute-Marne, Paris : Académie des Inscriptions et Belles Lettres, Paris.

Wiethold, J., Marchaisseau, V., Kasprzyk, M., 2016. Les spectres carpologiques provenant des puits du haut Moyen Âge : réflexions sur la mise au point d’un protocole d’étude à partir de deux exemples, Fontvannes « Les Tomelles » et Rosières-près-Troyes « ZAC des Feuillates » (Aube, Champagne-Ardenne). In M.-F. Dietsch-Sellami, C. Hallavant, L. Bouby, B. Pradat (dir.), Plantes, produits végétaux et ravageurs. Actes des Xe Rencontres d’Archéobotanique, Les Eyzies-de-Tayac, 24-27 septembre 2014, 36, Fédération Aquitania, Bordeaux, 211-231.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Localisation de l’opération et des sépultures fouillées en 2002 par S. Février (Février 2006) ; fond de carte Geoportail / Figure 1: Location of the operation and the graves excavated in 2002 by S. Février (Geoportail base map)
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/10562/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 754k
Titre Figure 2 : Vue aérienne du tracé du gazoduc traversant la campagne haut-marnaise et vue zénithale du chantier effectuée par drone (© Com’air), avec le plan général de la fouille (© P. Noguès et G. Pertuisot) / Figure 2: Aerial view of the route of the gas pipeline crossing the Haut-Marne countryside and zenithal view of the site by drone (© Com’air), with the general plan of the excavation (© P. Noguès and G. Pertuisot)
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/10562/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Figure 3 : Vue zénithale de la mare, avec ses drains et son niveau de branchages (© J. Maestracci et C. Tristan) / Figure 3: Zenithal view of the pond, with its drains and its level of branches (© J. Maestracci and C. Tristan)
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/10562/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Figure 4 : Vue de la mare en coupe (© G. Pertuisot et DAO V. Lamy) / Figure 4: Sectional view of the pond (© G. Pertuisot et DAO V. Lamy)
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/10562/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 882k
Titre Figure 5 : Résultats de l’analyse pollinique, en nombre de grains de pollen et diagramme pollinique en histogramme correspondant à l’analyse des échantillons de la mare ; les valeurs de chaque taxon sont exprimées en pourcentages par rapport au total du pollen de plantes terrestres (TLP). Les points correspondent aux taxons ayant des pourcentages inférieurs à 1 %. AP : somme des pollens de type arboréen (E. Doyen) / Figure 5: Pollen analysis results, in number of pollen grains and pollen histogram chart corresponding to the analysis of the pond samples; the values of each taxon are expressed as percentages relative to the total pollen of terrestrial plants (TLP). The points correspond to taxa with percentages less than 1%. AP: sum of arboreal pollen (E. Doyen)
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/10562/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 853k
Titre Figure 6 : Résultats de l’étude carpologique concernant la mare 4. Les décomptes sont indiqués en NMI (© G. Daoulas) / Figure 6: Results of the carpological study concerning pond 4. The counts are indicated in NMI (© G. Daoulas)
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/10562/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 7 : L’US 3 et ses branchages (© G. Pertuisot) / Figure 7: US 3 and its jumbled branches (© G. Pertuisot)
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/10562/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Figure 8 : Plan des structures de la zone du plateau avec leur datation (DAO : B. Guégan-Gaillard et G. Pertuisot) / Figure 8: Plan of the structures of the plateau area with their dating (DAO: B. Guégan-Gaillard and G. Pertuisot)
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/10562/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 559k
Titre Figure 9 : Synthèse des données par US, par ordre chronologique décroissant / Figure 9: Summary of data by US, in descending chronological order
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/10562/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gaëlle Pertuisot, Geneviève Daoulas, Élise Doyen, Valérie Lamy, Willy Tegel et Pierre Testard, « Découverte d’une mare altomédiévale à Rivière-les-Fosses en Haute-Marne : l’Homme dans son environnement du ve au viie siècle »ArcheoSciences, 45-2 | 2021, 69-80.

Référence électronique

Gaëlle Pertuisot, Geneviève Daoulas, Élise Doyen, Valérie Lamy, Willy Tegel et Pierre Testard, « Découverte d’une mare altomédiévale à Rivière-les-Fosses en Haute-Marne : l’Homme dans son environnement du ve au viie siècle »ArcheoSciences [En ligne], 45-2 | 2021, mis en ligne le 04 janvier 2023, consulté le 01 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/archeosciences/10562 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeosciences.10562

Haut de page

Auteurs

Gaëlle Pertuisot

Auteur correspondant, responsable de recherches archéologiques, Inrap Bourgogne-Franche-Comté, Umr 6298 Artehis, 5 rue Fernand-Holweck, CS 16521, 21065 Dijon Cedex (gaelle.pertuisot@inrap.fr)

Geneviève Daoulas

Carpologue, Inrap Grand Est, Umr 7209 AASPE, 38 rue des Dats, 51520 Saint-Martin-sur-le-Pré (genevieve.daoulas@inrap.fr)

Élise Doyen

Paleobotalab, Bureau d’étude spécialisé en reconstitution des paléoenvironnements à partir de vestiges botaniques, 01300 Nattages (paleobotalab@gmail.com)

Articles du même auteur

Valérie Lamy

Géomorphologue, Inrap Bourgogne-Franche-Comté, 9 rue Lavoisier, 25000 Besançon (valerie.lamy@inrap.fr)

Willy Tegel

Dendronet, Bhf. Mühlingen-Zoznegg 1, D 78357 Mühlingen (tegel@dendro.de)

Pierre Testard

Chargé d’étude en céramologie médiévale, moderne et contemporaine, Inrap Grand Est, 38 rue des Dats, 51520 Saint-Martin-sur-le-Pré (pierre.testard@inrap.fr)

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search