Navigation – Plan du site

Caractérisation de la céramique médiévale d’Autelbas (Arlon, Belgique) et identification de la source de la matière première

Characterisation of the medieval ceramics from Autelbas (Arlon, Belgium) and identification of their raw material source
Éric Goemaere, Denis Henrotay, Olivier Collette, Mark Golitko, Thomas Delbey et Thierry Leduc
p. 31-47

Résumés

La carte d’identité de la céramique tournée médiévale d’Autelbas a été établie par des analyses pétrographiques, granulométiques, géochimiques et diffractométriques. La céramique est constituée par une argile fine, non calcaire, kaolinique et des grains de quartz (dans la gamme granulométrique des silts ou des sables très fins), et sans ajout de dégraissant. La pétrographie conjuguée à la géochimie démontre que les tessons analysés forment un lot homogène indicatif d’une source d’argile unique sans mélange. La matière première est une argile plastique grise extraite d’une couche spécifique peu épaisse déposée dans la plaine alluviale du ruisseau d’Autelbas et disponible à proximité immédiate des fours de potiers et à faible profondeur. La fiche d’identité établie pour la céramique d’Autelbas prélevée sur le site de production éponyme permettra, sur base de critères complémentaires à la typologie, d’attribuer à cet atelier des pots déposés dans les collections des musées, des tessons récoltés sur des sites de consommation et d’en établir la carte de distribution. Les analyses géochimiques par LA-ICP-MS et l’analyse pétrologique – dont l’analyse d’images – sont les méthodes les plus pertinentes dans la recherche des sources des matières premières.

Haut de page

Texte intégral

Les auteurs remercient vivement les relecteurs anonymes pour leur contribution dans l’amélioration du manuscrit et de la présentation des résultats.
Le Laboratoire ICP-MS du Field Museum de Chicago a été soutenu par des fonds du NSF (BCS-0320903), de la Museum’s Anthropology Alliance et par une donation anonyme ; l’aide de Rebecca Deeb et du Dr Laure Dussubieux, membres du laboratoire, nous a été très précieuse. Merci également au Dr Yves Vanbrabant (SGB-IRSNB) pour les analyses effectuées en Spectrométrie Raman et à Anne Laurys, infographiste (SGB-IRSNB).

1. Introduction

1Une production potière très prolifique s’est développée dans le village d’Autelbas (commune d’Arlon, province de Luxembourg, Belgique) durant le xe siècle. Depuis les années 1980, ce sont plus de sept fours de potiers (fig. 1A) remplis de résidus de cuisson (fig. 1B) qui ont été découverts. Trois de ces fours ont été mis au jour en 2001 par le service d’Archéologie du Service Public de Wallonie. Ce type de céramique à pâte fine a également été retrouvé dans une série de bâtiments seigneuriaux précoces de la Lorraine belge (p. ex. Mellier [commune de Léglise] [Matthys et Gratia, 1983], du site de Montauban [Buzenol, commune d’Etalle] [De Meulemeester, 2000B] ou encore de l’enceinte d’Heinstert [De Meulemeester et Fairon, 2000A] et dans d’autres sites ruraux comme à Neufchâteau/Hamipré [Cahen et al., 1978] ou urbains situés soit en Belgique comme à Arlon soit au Grand-Duché de Luxembourg dans les phases primitives des châteaux de Larochette, Vianden, Beaufort, Bourscheid [Zimmer, 1996]) (fig. 2).

Figure 1 : A) Vestiges d’un des fours de potiers construit en moellons de grès micacés d’âge sinémurien ; B) Comblement d’un four au moyen de rebuts de poterie ; C) Fragments de céramiques, décorés et non décorés ; D) Cruche à bec verseur issue de l’atelier d’Autelbas ; E) Surface d’un tesson avec éclats ; F) Moulages de graminées sur paroi de four.
Figure 1 : A) Remnants of a pottery-kiln made with Sinemurian micaceous sandstone; B) Old kiln cavity filled with potsherds; C) Painted and undecorated fragments of pottery; D) jag with spout from the workshop of Autelbas; E) Surface of a sherd with chips; F) Grass prints (kiln wall).

Figure 1 : A) Vestiges d’un des fours de         potiers construit en moellons de grès micacés d’âge sinémurien ; B)         Comblement d’un four au moyen de rebuts de poterie ; C) Fragments de         céramiques, décorés et non décorés ; D) Cruche à bec verseur issue de         l’atelier d’Autelbas ; E) Surface d’un tesson avec éclats ; F)         Moulages de graminées sur paroi de four.Figure 1 : A) Remnants of a pottery-kiln made with         Sinemurian micaceous sandstone; B) Old kiln cavity filled with         potsherds; C) Painted and undecorated fragments of pottery; D) jag         with spout from the workshop of Autelbas; E) Surface of a sherd with         chips; F) Grass prints (kiln wall).

Figure 2 : Carte localisant les sites archéologiques contenant de la céramique d’Autelbas.
Figure 2 : Geographical location of archaeological sites having pottery from Autelbas.

Figure 2 : Carte localisant les sites         archéologiques contenant de la céramique d’Autelbas.Figure 2 : Geographical location of archaeological sites         having pottery from Autelbas.

1 : Arlon ; 2 : Autelbas ; 3 : Hamipré ; 4 : Heinstert ; 5 : Montauban ; 6 : Meillier ; 7 : Pingsdorf (DE) ; 8 : Vianden (GDL) ; 9 : Larochette (GDL) ; 10 : Beaufort (GDL) ; 11 : Bourscheid (GDL).
1 : Arlon; 2: Autelbas; 3: Hamipré; 4: Heinstert; 5: Montauban; 6: Meillier; 7: Pingsdorf (DE); 8: Vianden (GDL); 9: Larochette (GDL); 10: Beaufort (GDL); 11: Bourscheid (GDL).

2Cette céramique médiévale d’importance régionale a paradoxalement été très peu étudiée jusqu’ici. La présente contribution vise à établir la première fiche d’identité de la céramique d’Autelbas au moyen d’un panel de techniques archéométriques. Les résultats serviront de référence pour analyser la carte de diffusion de cette céramique. Le second apport de cette étude réside dans l’identification de la source de la matière première pour laquelle la géochimie par LA-ICP-MS et les observations macroscopiques s’avèrent pertinentes.

2. La céramique d’Autelbas

3La publication de l’analyse typologique des céramiques tournées d’Autelbas, de leur distribution ainsi que de la structure des fours est en préparation. De manière synthétique, les formes produites (fig. 1C, D) sont des écuelles utilisées pour la présentation des mets, des bols pour l’usage individuel, des pots à cuire à fond légèrement lenticulaire et des cruches à eau avec bec verseur tubulaire. La pâte utilisée pour ces différentes formes est homogène, elle est bien cuite et sonnante. Certaines parois trop épaisses étaient amincies au moyen d’un ébauchoir dans le but d’éviter des retraits lors du séchage. Parfois ces objets sont ornés d’une peinture rouge (fig. 1C) formant des résilles ou de petites lignes verticales. L’examen visuel de ces céramiques a mis en évidence la présence d’inclusions minérales noires dans la pâte responsables des éclats sur les surfaces internes ou externes des poteries (fig. 1E). De plus, les empreintes de tiges végétales sont présentes dans les pâtes de certains tessons (fig. 1F). Jusqu’à la découverte de cet atelier de potiers à Autelbas en 1985 (Jungen et al., 1985), cette production céramique commune était attribuée à l’époque gallo-romaine (Loës, 1908). Les observations réalisées en 1873 et publiées bien plus tard sont le reflet de l’état des connaissances de la céramique gallo-romaine à l’époque. Ce type de céramique commune n’avait pas encore fait l’objet d’aucune recherche poussée. L’archéologie médiévale du xixe siècle ne s’étendait pas au-delà de l’époque mérovingienne. Malgré l’ancienneté des premiers travaux, la localisation spatiale des premières découvertes est précise. Il s’agit d’une fosse profonde de près d’1 mètre dont les contours étaient entièrement rougis par le feu. La structure contenait une multitude de fragments de céramiques blanches, cendrées et rouge clair que l’on peut reconnaître comme faisant partie de la production mise au jour à la fin des années 1980. L’hypothèse de la présence d’un atelier de potier est d’ailleurs évoquée par l’auteur. Toutefois les fouilles menées dans un atelier de potier en 1991 a livré dans le comblement d’une fosse une monnaie d’Henri Ier dit l’Oiseleur et qui peut être datée des années 919-936 (Fairon, 1994, p. 51). La fouille a également livré de la céramique peinte qui rappelle celle de Pingsdorf dont la datation est à situer durant les xe et xiie siècles. Des échantillons ont été prélevés dans les parois d’un four de potier découvert en 1983 afin de réaliser une étude archéomagnétique. Cette étude réalisée par le Centre de Physique du Globe a eu pour résultat de placer la cuisson de la terre vers le milieu du xiie siècle (Hus et Geeraerts, 1998).

3. Cadre géographique et géologique

4Le site archéologique se trouve au pied d’un versant exposé au sud, en bordure de la plaine alluviale du Ruisseau d’Autelbas (fig. 3), affluent de l’Eisch puis de l’Alzette (rivières du Grand-Duché de Luxembourg), appartenant au grand bassin de la Moselle. Le Ruisseau d’Autelbas prend naissance sur le versant oriental des collines marneuses d’Arlon. La partie amont du ruisseau est relativement encaissée. À hauteur d’Autelbas, la plaine alluviale est large d’une centaine de mètres, son fond est plat et couvert de prairies humides. Ce fond est comblé d’alluvions et de colluvions argileuses mal drainées. Par comparaison, les sommets qui l’entourent contiennent des sols limono-sableux légers. Plus à l’ouest, à partir de la localité d’Autelbas, le paysage s’ouvre au contact avec un substrat calcaire. Le vallon est moins marqué et la plaine s’élargit en rejoignant l’Eisch. Les argiles qui la colmatent sont en général mieux drainées.

Figure 3 : Situation géographique du site d’Autelbas.
Figure 3 : Geographical location of Autelbas.

Figure 3 : Situation géographique du site         d’Autelbas.Figure 3 : Geographical location of         Autelbas.

Extraits de deux cartes géologiques (modifiées d’après Belanger et al., sous presse © SPW) localisant les fours de potiers (triangle rouge) et les sites de prélèvement d’argiles à la tarière (carré jaune) ou en tranchée (cercle jaune), point photo (cercle bleu). Abréviations : AMO : alluvions modernes des vallées ; ETH : Formation d’Ethe ; ARL : Formation d’Arlon ; HON : Membre de Hondelange ; LUX : Formation de Luxembourg ; ++ : Frontière belgo-luxembourgeoise.
Excerpts from two in press geological maps (modified after Belanger et al., under press © SPW) showing the location of pottery kilns (red triangle), clay sampling locations (yellow square and yellow circle - trench) and photo station (bleu circle). Abbreviations : AMO : Modern alluvium; ET : Ethe formation; ARL : Arlon formation; HON : Hondelange member; LUX : Luxembourg formation; ++: Belgian-Grand-Duchy of Luxembourg border.

5Les forages géologiques dans la plaine alluviale du Ruisseau d’Autelbas renseignent une épaisseur de dépôts limoneux, puis argileux et enfin graveleux ou sableux de l’ordre de trois mètres environ, reposant sur des marnes jurassiques imperméables (cf. descriptif du forage 6950126 des archives du Service Géologique de Belgique). Le bassin-versant du ruisseau d’Autelbas, jusqu’au village éponyme, ne recoupe que des terrains tabulaires du Jurassique inférieur (Secondaire du bord est du Bassin de Paris) constitués de grès coquillers à ciment calcitique, de marnes et d’argiles calcaires.

6Les versants proches du site de production des céramiques sont constitués de dépôts horizontaux du Sinémurien et de la base du Pliensbachien composés de sables et de grès carbonatés de la Formation de Luxembourg, interdigités dans les marnes grises de la Formation d’Arlon (fig. 3). Ces grès micacés sinémuriens locaux ont été utilisés dans la construction des fours de potiers d’Autelbas (analyse détaillée en cours). Les sommets sont coiffés par les argiles et marnes du Membre de Hondelange. Le détail des unités stratigraphiques peut être trouvé dans Boulvain et al. (2001).

4. Matériel

7Issus de la campagne de fouilles de 2001, vingt-cinq échantillons appartenant à des objets différents (céramiques culinaire et de table) ont été sélectionnés pour les analyses. Ils se distinguent par l’épaisseur de leurs parois et les formes de bords. Les couleurs variables varient sur les surfaces externes et internes ou sur les fractures. Ils constituent un tessonnier qui servira ensuite de référence.

8Dans le cadre de la recherche de la source de la matière première, une campagne de forages à la tarière a conduit au prélèvement de dix échantillons d’argiles plastiques, à proximité immédiate des fours de potiers fouillés par le service archéologique du SPW (fig. 3) : dans la plaine alluviale humide (argiles calcaires plastiques grises), dans un vallon adjacent et sur le sommet du plateau (sables et silts argileux ocres du Membre de Hondelange). Les profils des carottages et les échantillons sélectionnés sont décrits au tableau 1. Les forages n’ont pas atteint le substrat rocheux.

9Les échantillons argileux récoltés se déclinent en deux groupes :

10Les argiles grises de la plaine alluviale sont très plastiques et renferment des microfragments végétaux et des paillettes de micas blancs (muscovite) de quelques dizaines de microns de diamètre. Sous la loupe binoculaire, les paillettes sont très minces (inframicrométriques), transparentes avec des bords légèrement arrondis. Les grains de quartz observés sont dans la gamme des silts. Au séchage naturel, le retrait est très faible et le toucher reste onctueux. Des taches ocres sont parfois présentes, indices de gleyfication. Plusieurs de ces argiles sont calcitiques.

11Les argiles sableuses plus grossières prélevées sur les versants de la vallée ou à son sommet sont jaune ocre (présence d’oxy-hydroxydes de fer), ont une plasticité faible et contiennent de rares micas. La taille et l’abondance des grains de quartz y sont plus élevées ce qui les différencie des céramiques d’Autelbas et des argiles alluviales grises.

5. Les méthodes d’analyses

12Les techniques de laboratoire visant à caractériser les céramiques et les technologies de fabrication et de cuisson, à déterminer la provenance des matières premières et à établir des circuits commerciaux, se sont considérablement développées au cours de ces deux dernières décennies (p. ex. Froh, 2004 ; Bianchini et al., 2006 ; Basso et al., 2008 ; Stravakeva, 2008 ; Tite, 2008 ; Brulet et al., 2010 ; Palanivel et Meyvel, 2010 ; Rasmussen et al., 2012). Le panel de techniques appliquées à la céramique d’Autelbas concerne la pétrographie, l’étude granulométrique par analyse d’images, la géochimie et la diffraction des Rayons X. L’intérêt de chacune de ces méthodes sera décrit plus loin dans le texte.

13L’analyse pétrographique – La confection des lames-minces, destructive par nature, n’est pas problématique compte tenu de la quantité de tessons récoltés sur le site des fours. Cinq tessons issus de poteries différentes ont fait l’objet d’une analyse pétrographique au microscope polarisant. Elle permet d’identifier la nature de certains constituants, la présence éventuelle de dégraissants, la porosité, la texture…

14L’analyse granulométrique – Trois lames-minces pétrographiques ont fait l’objet d’une analyse granulométrique grâce à une caméra Nikon DS-Fi2 reliée à un microscope optique polarisant Nikon Éclipse LV100N POL. Si l’analyse d’images est « classique », par exemple dans l’étude des minerais, son application aux céramiques est originale et développée par T. Delbey sur des céramiques gallo-romaines. Ce type d’étude permet de comparer « objectivement » les tessons entre eux pour déterminer, par exemple l’homogénéité d’une production céramique d’un site, comparer des sites de productions proches, les recettes de pâtes entre céramiques d’usages différents… Pour chaque lame, plusieurs champs d’image sont capturés en « lumière polarisée analysée », et chaque champ est capturé trois fois à la suite d’une rotation de la platine de 45°. Les captures acquises sont ensuite traitées grâce au logiciel d’analyse d’images JMicroVision®dont la méthodologie de traitement est adaptée des travaux de thèse de N. Roduit (2007), concepteur du logiciel, et de S. Outal (2006). Le traitement des images passe par l’application de filtres qui permettent d’homogénéiser les images et de réduire les bruits qui peuvent parasiter le processus de reconnaissance de grains. Les derniers filtres appliqués améliorent le contraste entre la matrice argileuse et les éléments figurés. Le processus de traitement aboutit à la transformation de l’image source en couleurs en une image à niveaux de gris avec un contraste très fort. La binarisation facilite l’étape de segmentation qui consiste à isoler les objets à analyser du reste de l’image. L’algorithme de segmentation choisi est celui du seuillage par niveaux de gris qui permet d’isoler chaque classe d’objet définie par les modalités de l’histogramme d’intensité lumineuse de l’image. Pour les céramiques médiévales d’Autelbas, les différentes classes d’objets sélectionnés représentent uniquement le quartz, largement dominant dans le cortège minéralogique. Si les grains à isoler sont très nombreux et ont tendance à se chevaucher, l’algorithme de séparation des objets par concavités (SRC) permet de les individualiser efficacement. Une fois les objets segmentés, ils sont caractérisés grâce à des paramètres « descripteurs » choisis par l’opérateur et mesurés automatiquement par le logiciel. Pour cette analyse granulométrique, les paramètres sont le diamètre maximum de Feret (distance maximale entre deux tangentes parallèles situées sur deux côtés opposés du grain mesuré) et la surface des objets (en µm²). Les mesures permettent l’analyse de la distribution de la taille des grains avec le logiciel Gradistat®. L’utilisation du logiciel Gradistat, développé par Blott et Pye (2001), permet d’automatiser les calculs des indices granulométriques. Les tailles des grains sont divisées en classes selon une échelle utilisée pour les analyses de granulométrie laser. Ensuite, la surface cumulée des grains de chaque classe de taille est calculée et traduite en pourcentages par rapport à la surface cumulée de l’ensemble des grains analysés. Ces résultats permettent ensuite de construire les courbes granulométriques, les histogrammes de fréquences et le calcul d’indices granulométriques :

  • le diamètre moyen des grains (moyenne des valeurs de la variable indépendante ; une grande partie de la courbe entre en ligne de compte dans ce calcul, à l’exception des queues de distribution) ;

  • le classement indique la dispersion des tailles des grains par rapport à la taille moyenne des grains de l'échantillon ;

  • l’asymétrie rend compte de la prédominance des éléments fins (coefficient +) ou grossiers (coefficient -) par rapport à la taille moyenne des grains de l'échantillon.

15La fraction sableuse (>63 µm) a été extraite d’une argile crue (WP470-2) qui sera identifiée dans la suite de l’article comme matière première de la céramique d’Autelbas afin de déterminer son pourcentage en poids mais aussi d’examiner la morphologie des grains et leur nature minéralogique. L’argile a été séchée à l’air et pilée modérément au mortier en porcelaine. Environ 10 grammes de matière ont été mis en suspension et tamisée sous eau pour en récupérer la fraction sableuse. Le résidu sableux a été séché, pesé puis examiné à la loupe binoculaire.

16La diffraction des Rayons X – Le contenu minéral en diffractométrie de poudres désorientées (PDRX) a été étudié sur 16 fragments de tessons et sur neuf argiles crues (tab. 1). Les argiles ont été simplement séchées à l’air (T° : +/-20 °C, HR : 50-60 %). Tous les échantillons ont été modérément broyés à la main dans un mortier en agate et préparés de manière identique. Les données ont été recueillies par un diffractomètre PANanalytical Empyrean (tube au cuivre λ : 1,5418 Å, filtre au nickel, 45 kV et 40 mA, détecteur x’celerator). Les échantillons étaient placés dans un support en acier sans étain effectuant 2 tours par seconde pour minimiser les orientations préférentielles. La plage étudiée est comprise entre 5 et 75 degrés 2-theta et les données obtenues en réflexion dans une géométrie Bragg-Brantano.

17La géochimie – Les analyses géochimiques par LA-ICP-MS ont été réalisées au Laboratoire d’analyse élémentaire (EAF) du Field Museum of Natural History à Chicago (Illinois, USA) utilisant un Varian Quadrupole ICP-MS (Elliott et al., 2004). Le micro-échantillonnage direct est effectué par ablation laser (λ : 213 nm - New Wave UP213 à 0,2 MJ et une fréquence de 15 Hz) sur la matrice obtenue sur une fracture fraîche des échantillons sélectionnés. La matière prélevée est alors balayée par un gaz porteur (He) et ionisée dans un plasma d’argon avant l'introduction dans le spectromètre de masse. Les fragments de céramiques (cassure fraîche) ont été introduits dans la chambre laser, et sur chacun d’eux dix spots de 100 µm ont été ciblés. Pour chaque spot, neuf répétitions composées de trois balayages de la plage de masse mesurée ont été faites, avec les trois premiers de ces répétitions retirés des calculs finaux pour tenir compte de toute contamination de surface potentielle et pour permettre au signal résultant de se stabiliser. Les valeurs mesurées de ces dix points ont ensuite été moyennées pour produire une valeur de composition finale. Les isotopes de 58 éléments allant de Li à U ont été mesurés (cf. tableau 3). Sept éléments (Cl, As, Se, Ag, Cd, Au et Bi), mesurés à des concentrations inférieures aux limites instrumentales de détection, ont été retirés avant le traitement des résultats. Le 29Si est utilisé comme standard interne (Gratuze et al., 2001, Speakman et Neff, 2005). Trois standards certifiés (NIST 610 and 612 glasses [Pearce et al., 1997] et l’argile standard NIST679) sont analysés après chaque lot de cinq échantillons. Une briquette, faite à partir de l’argile New Ohio Red Clay (NORC) et souvent utilisée dans les études archéométriques sur céramiques (Glascock, 1992 ; Kuleff et Djingova, 1998), a aussi été analysée après chaque lot d’échantillons. Ce matériau a servi de standard interne de qualité pour contrôler la performance instrumentale et estimer la précision et l’exactitude analytique. La calibration a été opérée selon la méthode proposée par Gratuze et al. (2001). Les valeurs mesurées sur la NORC à l’EAF, ainsi que la précision pour des mesures répétitives ont été publiées en détail (Golitko, 2011 ; Golitko et Terrell, 2012 ; Sharratt et al., 2009). En général, la variation pour des mesures répétées sur la NORC est de l’ordre de 1-5 % pour les éléments majeurs et mineurs, de 2-10 % pour des concentrations en éléments en traces >10 ppm et de 10-20 % pour les éléments présents à des teneurs inférieures.

6. Résultats analytiques

Observations macroscopiques

18Les tessons sont de couleur gris orange pâle (Rock-color chart - 10YR 7/4, 5YR 7/4) en surface, généralement gris à cœur (N7, N8). De nombreux tessons montrent en surface des éclats ou des soulèvements de forme conique à la base de laquelle se trouve de l’hématite pulvérulente brun foncé ou noire présentant des formes allongées à bords rectilignes (débris de graminées pyritisés probables). Certains tessons montrent des paillettes inframillimétriques de micas blanc (muscovite). Très rarement, des tiges de végétaux sont prises dans la pâte. Il ne s’agit pas nécessairement d’un dégraissant ajouté car de tels végétaux partiellement décomposés sont présents dans l’argile alluviale (tab. 1), sondage WP470. Aucune différence macro- et mésoscopique sur les pâtes n’a pu être faite quelle que soit la fonction de la céramique.

Tableau 1 : Descriptif des sondages effectués à la tarière.

Table 1 : Description of boreholes.

WP467 (X : 25747 ; Y : 38674)


En bordure du plateau, à la limite de deux parcelles de champ



0-30 cm Terre limono-sableuse, un peu argileuse gris brun (10YR-5/4) à débris végétaux


30-40 cm Sable limoneux jaune orange (10YR-5/6) assez léger, sans structure, peu cohérent, friable


40-50 cm Idem, devient plus argileux vers le bas


50-60 cm Contact net avec une argile sableuse plus claire (10YR-6/6), compacte, assez lourde, peu plastique (éch. : WP467-1)


60-67 cm Idem, quelques passées plus grisâtres (10YR-6/3)


67-80 cm Succession de niveaux argileux jaune vert un peu grisâtre (2.5Y-6/3), plastiques avec des


couches de sable roux (10YR-6/8), légèrement argileux


80-87 cm Devient plus sableux


87-100 cm Séquence sableuse légèrement argileuse avec intercalations argileuses plus pâles


100-125 cm Idem (éch. : WP467-2)

WP468 (X : 257273 ; X : 38886)


Sur le plateau, près d’un vallon sec ou dépression



0-35 cm Sable gris brun (10YR-5/2) peu argileux, faible charge organique


35-43 cm Sable jaune brun assez clair (10YR-5/4), légèrement argileux


43-56 cm Sable plus argileux, assez humide


56-76 cm Sable argileux jaune brun (10YR-6/4) non plastique, humide. Présence de fins cailloux gréseux imprégnés de manganèse


76-90 cm Changement. Sable argileux jaune vif (10YR-6/6 à 6/8)


90-103 cm Idem, sable argileux à passées plus argileuse évoluant vers une argile sableuse


103-125 cm Argile sableuse assez compacte, à fines ponctuations gris vert (éch. : WP468-1)

WP469 (X : 257557 ; Y : 38502)


En bas de versant, au niveau de la rupture de pente (partie concave)



0-25 cm Sable limono-argileux gris brun (10YR-5/2). Sable moyen à grossier, un peu argileux jaune vif (10YR-6/6)


25-54 cm Sable argileux jaune brun, peu compact, assez homogène


54-74 cm Sable jaune brun argileux, peu compact. Présence d’un caillou gréseux oxydé.


Vers 65 cm apparition de petits amas sableux jaune pâle au sein du sédiment


74-88 cm Idem, les amas se disposent plutôt horizontalement


88-99 cm Sable plus argileux et plus plastique. Présence d’un fin charbon de bois (éch. :WP469-1)


99-125 cm Idem

WP470 (X Lambert belge 72 : 257559 ; Y Lambert belge 72 : 38300)


En fond de vallée, au sein de la plaine alluviale



0-10 cm Sable argileux brun noir (7.5YR-3/2) peu compact, très organique


10-20 cm Sable argileux brun clair (7.5YR-4/3)


20-27 cm Sable peu argileux gris clair (7.5YR-5/1) à nombreuses traces de radicelles, peu compact


27-43 cm Sable beige gris (10YR-6/3) à plages grises (10YR-6/1) et traces de rouille


Vers 45 cm Horizon sablo-argileux brun gris (10YR-4/1) contenant des cailloux roulés


Vers 62 cm Argile plastique gris bleuté (GLEY2-5/10B), peu compacte (éch. : WP470-1)


62-86 cm Idem, argile très plastique, peu compacte contenant des amas plus clairs


86-97 cm Argile compacte, plastique


97-109 cm Idem, présence de débris végétaux pourris


Vers 105 cm : argile bleu clair à traces de végétaux


109-120 cm Argile de plus en plus claire, collante et peu compacte (éch. : WP470-2) - clay-C12.


Vers 115 cm : (GLEY2-7/5PB)


120-135 cm Idem


135-144 cm Contact net avec un sable bleu noirâtre (GLEY2-4/10B) plastique, à traces


végétales (éch. : WP470-3)


144-170 cm Le sable devient caillouteux (galets < 1 cm). Niveau difficile à creuser


170-180 cm Sable hétérogène, caillouteux, non plastique, cohérent. Devient moins caillouteux vers le bas


180-200 cm Argile limono-caillouteuse compacte, à amas verdâtres (éch. : WP470-4)

WP472 (X : 256869 ; Y : 38769)


En bordure de plateau, dans une zone constituée de « terrassettes »



0-42 cm Limon jaune sale


Vers 35 cm Sable argileux jaune brun vif (10YR-6/6 à 7/6)


42-59 cm Sable argileux non plastique, fragmenté, toucher poisseux (éch. : WP472-1)


59-80 cm Idem, le sédiment devient de plus en plus compact


80-82 cm Sable très compact, difficile à creuser, sans cailloux (grès tendre ?) (éch. : WP472-2)


Arrêt sur obstacle

La localisation des points est reportée à la figure 3. En gras, les échantillons étudiés.
Fig. 3 shows the location of the boreholes. Studied samples in bold.

19L’examen macroscopique d’un échantillon de paroi montre une pâte argilo-silteuse rosâtre moins homogène que pour les pâtes des céramiques, avec des empreintes de longs débris de tiges tubulaires cylindrique et de limbes infracentimétriques de graminées (identification à vue du Dr Sidonie Preis) à nervures parallèles, ainsi que des plages sableuses (sables fins) et des inclusions de calcaire sableux (décarbonatés puis recarbonatés). Ces débris sont interprétés comme des végétaux issus des argiles alluviales et non de paille ajoutée comme dégraissant ou comme paillage pour la préparation des pâtes. Une nouvelle campagne d’échantillonnage et de récolte de fragments de parois de four sera entreprise afin de préciser cette hypothèse.

Pétrographie et analyses granulométriques

20L’analyse pétrographique (5 tessons, fig. 4) montre une pâte alumino-siliceuse avec un dégraissant naturel de quartz monocristallin dont les grains arrondis à subarrondis sont dans la gamme granulométrique des silts grossiers. On observe la présence de paillettes de micas inframillimétriques peu abondantes et d’inclusions noires, plurimillimétriques d’hématite déterminée par spectrométrie Raman (Senterra Raman microspectrometer of Brucker, laser rouge : λ = 789 nm) et par analyses EDS (MEB Quanta 200 ; Apollo 10 Silicon Drift EDS detector, EDAX, 23 kV). La figure 5A illustre les paillettes de micas observées sur tesson. Les spectres EDS obtenus sur ces micas sont identiques à ceux des micas prélevés dans l’argile grise WP470-2 (fig. 5B) indiquant une possible parenté chimique. Aucun fossile n’a été observé en lames-minces. La distribution des grains de quartz et des paillettes de micas dans la pâte céramique est homogène, impliquant soit une matière première naturellement homogène ou parfaitement homogénéisée par le potier. La pâte montre une forte soudure des grains et des pores généralement allongés et de taille variable. Des structures végétales sont identifiées par des cavités de forme circulaire et la préservation d’une ornementation spécifique. On n’observe pas dans les tessons d’indices indiquant un mélange de pâte, ni d’ajouts de dégraissants. Des spots inframillimétriques de calcite ont été identifiés en pétrographie et confirmée par spectrométrie Raman. Des grains micrométriques d’un phosphate de terres rares, d’un oxyde (ou d’un carbonate) de baryum, d’oxydes de fer et d’un oxyde de titane ont été déterminés par les analyses EDS. Les parois de four montrent occasionnellement des fragments plurimillimétriques calcitiques blancs ou de calcite parsemée de grains de quartz interprétés comme des ajouts (volontaires ou non) de veines de calcite et de fragments de calcaire sableux sinémuriens.

Figure 4 : Pétrographie (LPA) d’un tesson montrant les fins grains de quartz détritiques et les paillettes de micas dans une matrice fine (nuances de gris).
Figure 4 : Petrographic micrograph (XPL) showing the small detrital quartz grains and heated mica flakes in a fine clay matrix (greyscale).

Figure 4 : Pétrographie (LPA) d’un tesson           montrant les fins grains de quartz détritiques et les paillettes de           micas dans une matrice fine (nuances de gris).Figure 4 : Petrographic micrograph (XPL) showing the           small detrital quartz grains and heated mica flakes in a fine clay           matrix (greyscale).

Figure 5 : A) Image au microscope électronique à balayage d’une paillette de micas muscovite sur la surface externe d’un tesson ; B) Spectres EDS parfaitement superposées obtenus sur une paillette de mica du tesson et une paillette issue de l’argile WP-470-2.
Figure 5 : A) Muscovite flake on the surface of a sherd imaged with a scanning electronic microscope ; B) Perfectly superposed EDX profiles acquired respectively on a mica flake from a sherd and a mica from the grey clay WP470-2.

Figure 5 : A) Image au microscope           électronique à balayage d’une paillette de micas muscovite sur la           surface externe d’un tesson ; B) Spectres EDS parfaitement           superposées obtenus sur une paillette de mica du tesson et une           paillette issue de l’argile WP-470-2.Figure 5 : A) Muscovite flake on the surface of a           sherd imaged with a scanning electronic microscope ; B) Perfectly           superposed EDX profiles acquired respectively on a mica flake from a           sherd and a mica from the grey clay WP470-2.

21L’analyse granulométrique des grains de quartz par analyses d’images permet d’affiner et de quantifier les observations faites au microscope optique polarisant. L’histogramme de fréquence (fig. 6A) permet de déduire que les fractions argileuse et silteuse fine constituant la matrice sont largement dominantes et comprises entre 93 et 97 %. La fraction silto-sableuse est inférieure dans le tesson Aut-3 mais les proportions des différentes sous-classes granulométriques restent sensiblement les mêmes. Les mêmes classes de tailles sont présentes dans les trois tessons, avec une dominance des silts grossiers (16-31 µm) et des silts très grossiers (31-63 µm) ainsi qu’une absence notable de grains supérieurs à la catégorie des sables très fins (63-125 µm). La finesse des grains de quartz permet d’accréditer leur origine naturelle. Le tesson Aut-3 impliquerait l’utilisation d’une matière première légèrement différente des deux autres sur le plan granulométrique ou le résultat d’une décantation.

22La forme des courbes granulométriques cumulatives (fig. 6B) montre que les distributions granulométriques des tessons Aut-1 et Aut-5 sont régulières et très similaires, avec néanmoins la quasi-absence de grains de quartz entre 50 et 100 µm pour Aut-5. Le tesson Aut-3 se distingue légèrement par l’allure de sa courbe, avec plus de grains de quartz légèrement plus grossiers. Conjuguée à la proportion plus faible de quartz, l’analyse indique une argile légèrement différente et déposée dans un contexte énergétique un peu plus élevé que celui de l’argile utilisée pour la fabrication des tessons Aut-1 et Aut-5. L’analyse des indices granulométriques, calculés selon les formules de R.L. Folk (1974) montre un classement « moyen » et une asymétrie nulle ou quasi-nulle (tab. 2). Le diamètre du grain moyen est très proche pour ces deux distributions, avec une valeur de 60,06 µm pour Aut-1 et 56,73 µm pour Aut-5. Cette analyse sur les tessons accrédite l’usage d’argiles naturelles sans mélange. Les légères différences granulométriques observées sont à relier à une variabilité au sein de la couche d’argile exploitée.

Figure 6 : Analyses granulométriques par analyse d’images.
Figure 6 : Granulometric analysis obtained by image analysis.

Figure 6 : Analyses granulométriques par           analyse d’images. Figure 6 : Granulometric           analysis obtained by image analysis.

A) Histogramme de fréquence (valeurs non-cumulatives) ; B) Courbes cumulatives.
A) Frequency histograms (non-cumulative values) ; B) Cumulative curves.

Tableau 2 : Indices granulométriques déterminés par analyse d’images sur lames minces de céramiques.
Table 2 : Granulometric indices determined on thin-section of ceramics by image analysis.

Indices granulométriques

Moyenne

Classement

Asymétrie

Aut-1

60,06 µm

1,85

0

Aut-3

58,06 µm

1,89

0

Aut-5

56,73 µm

1,81

0,02

23La fraction sableuse extraite de l’argile crue WP470-2 représente 1,1 % en poids de l’argile, compatible avec l’analyse granulométrique effectuée sur les tessons. La nature des grains terrigènes est identique à celles observées sur les céramiques.

Les analyses géochimiques

24Les analyses géochimiques par LA-ICP-MS ont été effectuées sur treize tessons et cinq argiles crues (tab. 3) et croisées avec les résultats de la diffraction des rayons X. La teneur en alumine des pâtes céramiques est comprise entre 18 et 24 % (terres demi-maigres). Les teneurs en CaO sont faibles et plus variables (0,5 et 1,40 % poids) indiquant de légères variations dans le contenu en calcite. Les teneurs en K et Mg sont attribuées à la présence d’illites et de micas dans la fraction argilo-silteuse de la pâte. Ces résultats sont compatibles avec le contenu minéral de l’argile grise WP470-2 identifié par DRX et constitué majoritairement de kaolinite, d’illite et de quartz et pauvre en calcite. Les résultats montrent une très faible dispersion des valeurs obtenues sur les tessons quel que soit l’élément chimique considéré (tab. 3). Ces résultats accréditent une source unique pour l’argile.

Tableau 3 : Résultats des analyses chimiques obtenus par LA-ICP-MS (3 parties).
Table 3 : Chemical analytical results acquired by LA-ICP-MS (3 sections).

Tableau 3 : Résultats des analyses chimiques           obtenus par LA-ICP-MS (3 parties).Table 3 :           Chemical analytical results acquired by LA-ICP-MS (3           sections).

25Les argiles crues échantillonnées montrent une plus grande dispersion pour différents éléments majeurs et mineurs, en particulier en ce qui concerne la teneur en CaO. Seul l’échantillon d’argile plastique grise (WP470-2) se superpose bien à la composition des tessons.

26L’analyse de grappes des pâtes céramiques et des argiles crues montre que les céramiques forment un groupe unique de composition (fig. 7A) comme le montre la très faible distance d’agrégation. Cette proximité chimique est également très forte avec l’argile WP470-2 démontrant le lien de parenté entre cette dernière et les céramiques d’Autelbas. Les autres argiles s’écartent plus ou moins fortement des pâtes. Les profils de Terres Rares (normalisation par rapport aux chondrites) des tessons (profils noirs, fig. 7B) sont quasi identiques. Ils diffèrent toutefois de ceux des argiles analysées (profils bleus), surtout pour les Terres Rares Légères, à l’exception de celui de l’argile WP470-2 (profil rouge). Cette dernière présente dans la plaine alluviale correspond aux caractéristiques de la matière première utilisée par les potiers médiévaux.

Figure 7 : A) Dendrogramme établi sur base de 13 tessons et de 5 argiles d’Autelbas ; B) Profil des Terres Rares normalisées par rapport aux chondrites.
Figure 7 : A) Cluster tree for 13 potsherds and 5 clays from Autelbas; B) Chondrite-normalized REE’s profiles.

Figure 7 : A) Dendrogramme établi sur base de           13 tessons et de 5 argiles d’Autelbas ; B) Profil des Terres Rares           normalisées par rapport aux chondrites.Figure 7 : A) Cluster           tree for 13 potsherds and 5 clays from Autelbas; B)           Chondrite-normalized REE’s profiles.

En noir : les tessons ; en rouge : l’argile grise plastique dont la composition est proche de celle des tessons ; en bleu : les argiles plastiques grises ou ocres locales testées.
Black : ceramic sherds; red : Gray plastic clay with a similar composition to that of the sherds; Blue : Other tested gray plastic clays or local ocher.

27La production céramique d’Autelbas présente des similitudes avec d’autres sites médiévaux. La matière première des pâtes céramiques médiévales de Nogara (Nord de l’Italie) est aussi d’origine alluviale, non-calcaire, sans dégraissant ajouté ni purification préalable (Maltoni et al., 2012). Elles diffèrent des argiles d’Autelbas par un contenu minéralogique centré sur l’illite et une courbe granulométrique différente. Les céramiques carolingiennes de Bayeux (Normandie) présentent des pâtes homogènes et l’adjonction de dégraissants sableux est supposée (Delacampagne et al., 2001). Leurs analyses montrent une grande homogénéité chimique induisant ici aussi le recours à une matière première unique dont la source pourrait également être les nappes alluviales quaternaires locales héritant du substrat géologique triasique et crétacé. Après cuisson, les céramiques de Nogara et de Bayeux montrent également des variations de couleurs d’un tesson à l’autre et au sein d’un même tesson. Delacampagne et al. (2001) propose une post-cuisson réductrice pour les tessons à cœur gris clair ou noir.

La diffractométrie de poudres

28La diffractométrie de poudre a été appliquée sur des tessons, des argiles crues mais aussi sur des argiles crues chauffées successivement à 490, 700, 800, 900, 1 000 et 1 100 °C (8 heures de chauffe à la température choisie en atmosphère du four, température maximale atteinte en 30 minutes, puis refroidissement porte fermée). La minéralogie des tessons a été déterminée et comparée à celle des argiles crues et chauffées en laboratoire (tab. 4).

Tableau 4 : Résultats de l’analyse diffractométrique et de la Susceptibilité magnétique mesurés sur tous les échantillons.
Table 4 : Results of diffractometry and magnetic susceptibility analyses performed on all samples.

Tableau 4 : Résultats de l’analyse           diffractométrique et de la Susceptibilité magnétique mesurés sur           tous les échantillons.Table 4 : Results of           diffractometry and magnetic susceptibility analyses performed on all           samples.

M/I = muscovite/illite ; Mull = mullite ; Qz = quartz ; Calc = calcite ; Gehl = gehlenite ; Hém = hématite ; Rut = rutile ; Pyrox = pyroxène calcique ; Plagio = plagioclases ; Sm/Ch/V = smectite/chlorites/vermiculite ; Kaol = kaolinite ; S.Mag. = susceptibilité magnétique ; HCl : réaction à l'acide chlorhydrique 2N.

29Les phases identifiées dans les argiles crues sont le quartz (phase principale), la kaolinite, les illites/micas (complexe à 10 Å), un complexe de minéraux argileux à 14 Å (smectite + vermiculite + chlorite) et des traces de rutile. Les feldspaths ne font pas partie du cortège minéral. La calcite est identifiée dans les argiles grises et une des argiles sableuses ocre. Bien que la pyrite n’ait pas été formellement identifiée par DRX dans les argiles grises, l’observation de cristaux octaédriques d’oxydes de fer dans les tessons indiquerait sa présence dans la matière première.

30Les spectres obtenus sur les tessons sont caractérisés par la disparition des réflexions des minéraux argileux à l’exception des raies de la muscovite persistant encore dans certains tessons, impliquant des cuissons dans une plage de températures assez large. Dans certains tessons, la disparition de la muscovite, s’accompagne de la néoformation de minéraux de plus haute température tels que la mullite et les plagioclases. La calcite, identifiée par DRX, EDS et spectrométrie Raman, provient d’une recarbonatation de la chaux et donc de la présence de calcite dans la matière première (dans la matrice et/ou sous forme d’inclusions carbonatées). La gehlénite (Ca2Al[AlSiO7]) apparaît dans les tessons cuits à partir de 900 °C. L’hématite est identifiée et classiquement responsable de la pigmentation orangée sur les parois externes des tessons.

31La détermination de la température de cuisson des céramiques archéologiques a fait l’objet de nombreux travaux ces vingt dernières années (p. ex. Livingstone Smith, 2002 ; Rasmussen et al., 2012). Différentes méthodes ont été proposées dont celle liée à l’identification de l’assemblage minéralogique par DRX et analyse pétrographique. Cette méthode tient compte des températures de déshydroxylation de certains minéraux argileux, de décarbonatation des carbonates, de néoformation de phases minérales... Seule une gamme de température peut être approchée par cette méthode. Les analyses faites sur le matériel céramique d’Autelbas concernent des tessons sur lesquels aucune trace de déformation ou de fendillement caractéristiques de surcuisson n’a pu être observée, sans toutefois pouvoir l’exclure totalement. L’ensemble des données recueillies permet de proposer une large gamme de température pour les céramiques d’Autelbas comprise entre 700 et 1 100 °C (valeurs extrêmes) et variable d’un tesson à l’autre et témoignerait de cuissons différentes. Les écarts de température semblent trop grands pour être expliqués par une position différente du pot dans le four de potier. Pour les tessons dont on enregistre les températures les plus élevées, des cuissons successives ne sont pas à exclure. Les minéraux identifiés lors des essais de chauffe au laboratoire sur les argiles de référence d’Autelbas sont présentés à la figure 8. Les minéraux formés expérimentalement sont en bon accord avec les conclusions tirées sur la minéralogie des céramiques archéologiques. À haute température, les argiles grises fortement carbonatées (WP470-1 et WP470-4) induisent la formation d’un pyroxène calcique et de gehlénite. Il faut toutefois signaler la formation d’hématite en abondance dans les argiles chauffées et l’acquisition concomitante d’une couleur rouge brique, indicatives de conditions plutôt oxydantes dans l’atmosphère du four. L’hématite est également présente dans les tessons mais en plus faible proportion. L’ensemble des données permet de scinder les tessons en deux groupes, le premier cuit à températures « moyennes », entre 700 et 800 °C et un second entre 800 et 1 000 °C, voire 1 100 °C. La figure 9 présente la texture d’une pâte céramique cuite entre 1 000 °C et 1 100 °C dont les micropores sont en partie dus à la transformation de la kaolinite en métakaolinite (transformation s’opérant déjà à partir de 490 °C).

Figure 8 : Minéraux identifiés par DRX à partir du traitement thermique des argiles locales de référence.
Figure 8 : Minerals identified by XRD analysis of local clays used as references and after successive thermal treatments.

Figure 8 : Minéraux identifiés par DRX à           partir du traitement thermique des argiles locales de           référence.Figure 8 : Minerals identified by           XRD analysis of local clays used as references and after successive           thermal treatments.

Figure 9 : Image au MEB en électrons rétrodiffusés d’une fracture fraîche dans un tesson d’Autelbas (C4) montrant la matrice argileuse et plusieurs inclusions cristallines.
Figure 9 : Basckscattered electron micrograph of a fresh fracture surface through an Autelbas sherd (C4) showing the clay matrix and several sizeable crystalline inclusions.

Figure 9 : Image au MEB en électrons           rétrodiffusés d’une fracture fraîche dans un tesson d’Autelbas (C4)           montrant la matrice argileuse et plusieurs inclusions           cristallines.Figure 9 : Basckscattered           electron micrograph of a fresh fracture surface through an Autelbas           sherd (C4) showing the clay matrix and several sizeable crystalline           inclusions.

Les grains arrondis de quartz dans la gamme granulométrique des silts grossiers et la matrice argileuse vitrifiée ont été identifiés par EDS. La température de cuisson du tesson C4 est estimée entre 1 000 et 1 100 °C. Le tesson présente des vides de taille micrométrique alignés.
Rounded coarse silt-sized grains of quartz and the vitrified clay matrix composition were identified by EDX. The firing temperature of sherd C4 is estimated between 1 000 and 1 100 °C. The potsherd shows numerous oriented micron-sized vughs.

32D’autres analyses sont en cours comme la détermination expérimentale plus précise des températures de cuisson en suivant la méthode préconisée par Rasmussen et al. (2012). Des analyses complémentaires porteront également sur des tessons issus de plusieurs sites de consommation. Les mesures de la susceptibilité magnétique des tessons et des argiles cuites à différentes températures (pas de 100 °C), s’ils apportent des résultats intéressants, nécessitent toutefois la détermination de la paragenèse magnétique, en particulier pour ce qui concerne les tessons zonés, afin de comprendre les mécanismes thermiques complexes mis en jeu et d’aborder la technologie des potiers médiévaux.

7. Conclusions

33Les résultats présentés ici proviennent à la fois d’observations, d’analyses comparatives qualitatives mais aussi d’analyses (semi)quantitatives, destructives et non destructives, appliquées tant sur les tessons de la céramique d’Autelbas que sur les argiles estimées être les matières premières des potiers. L’ensemble des méthodes employées a permis de dresser la fiche d’identité de la céramique d’Autelbas et de caractériser le contenu minéralogique de la production céramique.

34Les critères pour reconnaître la céramique d’Autelbas (hors typologie) :

  • céramique tournée ;

  • couleur saumon, orange-gris à l’extérieur, parfois grise ;

  • nombreux tessons zonés, à cœur gris et surfaces de teinte orange ou saumon ;

  • pâte très fine « bien cuite » avec ou sans pores non interconnectés ;

  • des grains de quartz dans la gamme granulométrique des silts. La fraction sableuse est en proportion très faible ;

  • très fines paillettes de muscovite bien visibles à la surface des tessons ;

  • un classement granulométrique assez bon ;

  • éclats fréquents coniques en surface des tessons ayant pour origine des inclusions ferriques ;

  • occasionnellement présence d’empreintes de graminées ;

  • rares spots calcitiques ;

  • composition chimique précise de la pâte, riche en alumine.

35La géochimie permet de montrer que les tessons étudiés de la céramique d’Autelbas sont fabriqués avec une seule et même argile alumineuse (riche en kaolinite), très peu carbonatée. Ce faible à très faible contenu en carbonates des pâtes permet la cuisson des céramiques à des températures élevées sans déformation. Les argiles alluviales d’Autelbas à contenu élevé en carbonates et cuites en laboratoire montrent une fusion partielle du matériau au-delà de 1 000 °C. Ces argiles calcaires n’ont pas été utilisées par les potiers médiévaux d’Autelbas qui ont clairement effectué une sélection de leur matière première. La recherche des sources amène à une correspondance avec une argile grise à débris végétaux trouvée à environ 1 m de profondeur, dans la vallée et à proximité immédiate des fours de potiers. On notera toutefois que d’autres argiles à débris végétaux d’aspect similaires trop carbonatées ne sont pas utilisées. Un seul horizon d’épaisseur pluridécimétrique a été exploité en fosse. Les argiles sédimentaires du Membre de Hondelange, affleurant au-dessus des fours de potiers ne sont pas une source de matière première.

36Sur base des tessons étudiés, nous n’observons pas de différence dans la composition des pâtes entre la vaisselle culinaire et la vaisselle de table.

37La signature géochimique, pétrologique et minéralogique établie, l’étude comparative des céramiques interprétées comme fabriquées à Autelbas peut être entreprise pour en évaluer sa distribution.

Haut de page

Bibliographie

Basso E., Capelli C., Pia Riccardi M., CABELLA R., 2008. A particular temper : mineralogical and petrographic characterization of ceramic fabrics with glauconitic inclusions. ArchéoSciences, 32, p. 93-97.

Belanger I., Laloux M., Boulvain F., Monteyne R., sous presse, 2013. Carte géologique Habay-la-Neuve – Arlon (68/7-8) et Sterpenich (69/5) et notice explicative. Service Public de Wallonie Ed, 40 p.

Bianchini G., Marrocchino E., Moretti A., Vaccaro C., 2006. Chemical-mineralogical characterization of historical bricks from Ferrara : an integrated bulk and micro-analytical approach, dans M. Maggetti et B. Messiga (éds). Geomaterials in Cultural Heritage. Geological Society, London, Special Publications, 257, p. 127-140.

Blott S.J., Pye K., 2001. Gradistat, a grain size distribution and statistics package fort the analysis of unconsolidated sediments. Earth Surface Processes and Landforms. John Wiley & Sons Ltd, 26, p. 1237-1248.

Boulvain F., Belanger I., Delsate D., Ghysel P., Godefroit P., Laloux M., Monteyne R., Roche M., 2001. Triassic and jurassic lithostratigraphic units (Belgian Lorraine), dans P. Bultynck et L. Dejonghe (éds). Guide to a revised lithostratigraphic scale of Belgium, Geologica Belgica, 4/1-2, p. 113-119.

Brulet R., Vilvorder F., Delage R., 2010. La céramique romaine en Gaule du Nord. Dictionnaire des céramiques. La vaisselle à large diffusion. Brepols Publishers Ed., 464 p.

Cahen A., Gratia H., Cahen D., 1978. Vestiges de La Tène et dépotoir carolingien à Hamipré. Archaeologia Belgica, 202, Bruxelles, p. 23-30.

De Meulemeester J., 2000. Etalle/Buzenol : la fortification médiévale de Montauban. Chroniques de l’archéologie wallonne, 8, Namur, p. 166-167.

Delacampagbe F., Jardel K., Savary X., Dufournier D., 2001. Deux fours de potiers carolingiens à Bayeux (Calvados). Archéologie médiévale, 30-31, p. 67-84.

De Meulemeester J., Fairon G., 2000. Attert/Nobressart : le Burgknapp de Heinstert, une fortification de terre de type « petite enceinte circulaire ». Chroniques de l’archéologie wallonne, 8, p. 165.

Elliott S., Knowles M., Kalinitchenko I., 2004. A new direction in ICP-MS. Spectroscopy, 19 (1), p. 30-38.

Fairon G., 1994. Les fouilles de l’officine des potiers, dans Catalogue du musée Archéologique d’Autelbas, p. 30-63.

Folk R.L., 1974. Petrology of sedimentary rocks. Hemphill Publishing Company, Austin, Texas, 182 p.

Froh J., 2004. Archaeological ceramics studied by scanning electron microscopy. Hyperfine Interactions, 154, p. 159-176.

Glascock m.d., 1992. Neutron activation analysis, dans H. Neff (éd.). Chemical Characterizaiton of Ceramic Pastes in Archaeology. Prehistory Press, Madison, p. 11-26.

Golitko M., 2011. Provenience investigations of ceramic and obsidian samples using laser ablation inductively coupled plasma mass spectrometry and portable X-ray fluorescence, dans J.E. Terrell et E.M. Schechter (eds). Exploring Prehistory on the Sepik Coast of Papua New Guinea. Fieldiana Anthropology New Series No. 42. Field Museum of Natural History, Chicago, p. 251-287.

Golitko M., Terrell J.E., 2012. Mapping prehistoric social fields on the Sepik coast of Papua New Guinea : ceramic compositional analysis using laser ablation-inductively coupled plasma-mass spectrometry. Journal of Archaeological Science, 39, p. 3568-3580.

Gratuze B., Blet-Lemarquand M., Barrandon J.-N., 2001. Mass spectrometry with laser sampling : A new tool to characterize archaeological materials. Journal of Radioanalytical and Nuclear Chemistry, 247 (30), p. 645-656.

Hus J., Geeraerts R., 1998. The Direction of Geomagnetic Field in Belgium since Roman times and the Reliability of Archaeomagnetic Dating. Physics and Chemistry of the Earth, 23 (9-10), p. 997-1007.

Jungen F., Fairon G., Hossey G., 1985. Un four de potier carolingien à Autelbas-Barnich. Archaeologia Belgica, 1, p. 77-80.

Kuleff I., Djingova R., 1998. Mean concentration of elements determined in Ohio Red Clay. Journal of Radioanalytical and Nuclear Chemistry, 237 (1-2), p. 3-6.

Livingstone Smith A., 2002. Bonfire II : the return of pottery firing temperatures. Journal of Archaeological Sciences, 28, p. 991-1003.

Loës M.F., 1908. Le Luxembourg romain. Annales de l’Institut archéologique du Luxembourg, 43, p. 128.

Maltoni S., Silvestri A., Maritan L., Molin G., 2012. The Medieval lead-glazed pottery from Nogara (north-east Italy) : a multi-methodological study. Journal ofArchaeological Science, 39, p. 2071-2078.

Matthys A., Gratia H., 1983. La fortification du « Haut de la Cour » à Mellier. Archaeologia Belgica, 253, p. 83-86.

Outal S., 2006. Quantification par analyse d’images de la granulométrie des roches fragmentées : amélioration de l’extraction morphologique des surfaces, amélioration de la reconstruction stéréologique. Thèse de doctorat inédite de l’École des Mines Paris, 2006, 217 p.

Palanivel R., Meyvel S., 2010. Microstructural and microanalytical study (SEM) of archaeological pottery artefact. Romanian Journal of Physics, 55 (3-4), p. 333–341.

Pearce N.J.G., Perkins W.T., Westgate J.A., gorton M.T., Jackson S.E., Neal C.R., Chenery S.P., 1997. A compilation of new and published major and trace element data for NIST SRM610 and SRM612 glass reference materials. Geostandards Newsletter, 21, p. 114-115.

Rasmussen K.L., De La Fuente G.A., Bond A.D., Mathiesen K.K., Vera S.D., 2012. Pottery firing temperatures : a new method for determining the firing temperature of ceramics and burnt clay. Journal of Archaeological Sciences, 39, p. 1705-1716.

Roduit N., 2007. JMicrovision : un logiciel d’analyse d’images pétrographiques polyvalent. Thèse de doctorat de la Faculté des sciences de l’Université de Genève, 116 p.

Sharrat N., Golitko M., Williams P.R., Dussubieux L., 2009. Ceramic production during the middle Horizon : Wari and Tiwanaku clay procurement in the Moquegua Valley, Peru. Geoarchaeology, 24 (6), p. 792-820.

Speakman R.J., Neff H., 2005. The Application of Laser Ablation-ICP-MS to the Study of Archaeological Materials : An Introduction, dans R.J. Speakman et H. Neff (eds). Laser Ablation-ICP-MS in Archaeological Research. Albuquerque, University of New Mexico Press, p. 1-16.

Stravakeva D., 2008. Chemical and petrographical characteristics of pottery fragments from the Neolithic and Chalcolithic site Bulgarchevo, Blagoevgrad region, dans R. I. Kostov, B. Gaydarska et M. Gurova (eds). Geoarchaeology and Archaeomineralogy. Proceedings of the International Conference, 29-30 October 2008 Sofia, Publishing House “St. Ivan Rilski”, Sofia, p. 55-59.

Tite M.S., 2008. Ceramic production, provenance and use – A Review. Archaeometry, 50, p. 216-231.

Vanbrabant Y., 2012. Rapport d’analyse minéralogique d’un échantillon archéologique. Tesson de poterie : Aut-2. Rapport inédit du Service géologique de Belgique, 16 p.

Zimmer J., 1996. Die Burgen des Luxemburger Landes, Band I, Die archäologisch und bauhistorisch untersuchten Burge von Befort, Bourscheid, Fels, Luxemburg, Vianden. Éditions Saint-Paul, Luxembourg, 442 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : A) Vestiges d’un des fours de potiers construit en moellons de grès micacés d’âge sinémurien ; B) Comblement d’un four au moyen de rebuts de poterie ; C) Fragments de céramiques, décorés et non décorés ; D) Cruche à bec verseur issue de l’atelier d’Autelbas ; E) Surface d’un tesson avec éclats ; F) Moulages de graminées sur paroi de four.Figure 1 : A) Remnants of a pottery-kiln made with Sinemurian micaceous sandstone; B) Old kiln cavity filled with potsherds; C) Painted and undecorated fragments of pottery; D) jag with spout from the workshop of Autelbas; E) Surface of a sherd with chips; F) Grass prints (kiln wall).
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/4127/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 5,4M
Titre Figure 2 : Carte localisant les sites archéologiques contenant de la céramique d’Autelbas.Figure 2 : Geographical location of archaeological sites having pottery from Autelbas.
Légende 1 : Arlon ; 2 : Autelbas ; 3 : Hamipré ; 4 : Heinstert ; 5 : Montauban ; 6 : Meillier ; 7 : Pingsdorf (DE) ; 8 : Vianden (GDL) ; 9 : Larochette (GDL) ; 10 : Beaufort (GDL) ; 11 : Bourscheid (GDL).1 : Arlon; 2: Autelbas; 3: Hamipré; 4: Heinstert; 5: Montauban; 6: Meillier; 7: Pingsdorf (DE); 8: Vianden (GDL); 9: Larochette (GDL); 10: Beaufort (GDL); 11: Bourscheid (GDL).
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/4127/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 411k
Titre Figure 3 : Situation géographique du site d’Autelbas.Figure 3 : Geographical location of Autelbas.
Légende Extraits de deux cartes géologiques (modifiées d’après Belanger et al., sous presse © SPW) localisant les fours de potiers (triangle rouge) et les sites de prélèvement d’argiles à la tarière (carré jaune) ou en tranchée (cercle jaune), point photo (cercle bleu). Abréviations : AMO : alluvions modernes des vallées ; ETH : Formation d’Ethe ; ARL : Formation d’Arlon ; HON : Membre de Hondelange ; LUX : Formation de Luxembourg ; ++ : Frontière belgo-luxembourgeoise.Excerpts from two in press geological maps (modified after Belanger et al., under press © SPW) showing the location of pottery kilns (red triangle), clay sampling locations (yellow square and yellow circle - trench) and photo station (bleu circle). Abbreviations : AMO : Modern alluvium; ET : Ethe formation; ARL : Arlon formation; HON : Hondelange member; LUX : Luxembourg formation; ++: Belgian-Grand-Duchy of Luxembourg border.
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/4127/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 4,9M
Titre Figure 4 : Pétrographie (LPA) d’un tesson montrant les fins grains de quartz détritiques et les paillettes de micas dans une matrice fine (nuances de gris).Figure 4 : Petrographic micrograph (XPL) showing the small detrital quartz grains and heated mica flakes in a fine clay matrix (greyscale).
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/4127/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 912k
Titre Figure 5 : A) Image au microscope électronique à balayage d’une paillette de micas muscovite sur la surface externe d’un tesson ; B) Spectres EDS parfaitement superposées obtenus sur une paillette de mica du tesson et une paillette issue de l’argile WP-470-2.Figure 5 : A) Muscovite flake on the surface of a sherd imaged with a scanning electronic microscope ; B) Perfectly superposed EDX profiles acquired respectively on a mica flake from a sherd and a mica from the grey clay WP470-2.
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/4127/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 960k
Titre Figure 6 : Analyses granulométriques par analyse d’images. Figure 6 : Granulometric analysis obtained by image analysis.
Légende A) Histogramme de fréquence (valeurs non-cumulatives) ; B) Courbes cumulatives.A) Frequency histograms (non-cumulative values) ; B) Cumulative curves.
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/4127/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Tableau 3 : Résultats des analyses chimiques obtenus par LA-ICP-MS (3 parties).Table 3 : Chemical analytical results acquired by LA-ICP-MS (3 sections).
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/4127/img-7.png
Fichier image/png, 2,9M
Titre Figure 7 : A) Dendrogramme établi sur base de 13 tessons et de 5 argiles d’Autelbas ; B) Profil des Terres Rares normalisées par rapport aux chondrites.Figure 7 : A) Cluster tree for 13 potsherds and 5 clays from Autelbas; B) Chondrite-normalized REE’s profiles.
Légende En noir : les tessons ; en rouge : l’argile grise plastique dont la composition est proche de celle des tessons ; en bleu : les argiles plastiques grises ou ocres locales testées.Black : ceramic sherds; red : Gray plastic clay with a similar composition to that of the sherds; Blue : Other tested gray plastic clays or local ocher.
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/4127/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Tableau 4 : Résultats de l’analyse diffractométrique et de la Susceptibilité magnétique mesurés sur tous les échantillons.Table 4 : Results of diffractometry and magnetic susceptibility analyses performed on all samples.
Légende M/I = muscovite/illite ; Mull = mullite ; Qz = quartz ; Calc = calcite ; Gehl = gehlenite ; Hém = hématite ; Rut = rutile ; Pyrox = pyroxène calcique ; Plagio = plagioclases ; Sm/Ch/V = smectite/chlorites/vermiculite ; Kaol = kaolinite ; S.Mag. = susceptibilité magnétique ; HCl : réaction à l'acide chlorhydrique 2N.
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/4127/img-9.png
Fichier image/png, 1,7M
Titre Figure 8 : Minéraux identifiés par DRX à partir du traitement thermique des argiles locales de référence.Figure 8 : Minerals identified by XRD analysis of local clays used as references and after successive thermal treatments.
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/4127/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 245k
Titre Figure 9 : Image au MEB en électrons rétrodiffusés d’une fracture fraîche dans un tesson d’Autelbas (C4) montrant la matrice argileuse et plusieurs inclusions cristallines.Figure 9 : Basckscattered electron micrograph of a fresh fracture surface through an Autelbas sherd (C4) showing the clay matrix and several sizeable crystalline inclusions.
Légende Les grains arrondis de quartz dans la gamme granulométrique des silts grossiers et la matrice argileuse vitrifiée ont été identifiés par EDS. La température de cuisson du tesson C4 est estimée entre 1 000 et 1 100 °C. Le tesson présente des vides de taille micrométrique alignés.Rounded coarse silt-sized grains of quartz and the vitrified clay matrix composition were identified by EDX. The firing temperature of sherd C4 is estimated between 1 000 and 1 100 °C. The potsherd shows numerous oriented micron-sized vughs.
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/4127/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 953k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Goemaere, Denis Henrotay, Olivier Collette, Mark Golitko, Thomas Delbey et Thierry Leduc, « Caractérisation de la céramique médiévale d’Autelbas (Arlon, Belgique) et identification de la source de la matière première », ArcheoSciences, 38 | 2014, 31-47.

Référence électronique

Éric Goemaere, Denis Henrotay, Olivier Collette, Mark Golitko, Thomas Delbey et Thierry Leduc, « Caractérisation de la céramique médiévale d’Autelbas (Arlon, Belgique) et identification de la source de la matière première », ArcheoSciences [En ligne], 38 | 2014, mis en ligne le 30 novembre 2016, consulté le 14 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/archeosciences/4127 ; DOI : 10.4000/archeosciences.4127

Haut de page

Auteurs

Éric Goemaere

Service Géologique de Belgique, Institut Royal des Sciences Naturelles de Belgique, 13, Rue Jenner, 1000, Bruxelles (BE). E-mail : eric.goemaere@naturalsciences.be

Articles du même auteur

Denis Henrotay

Service de l’archéologie en province du Luxembourg, SPW-DGO4, 22, Rue des Martyrs, 6700, Arlon (BE). E-mail : denis.henrotay@spw.wallonie.be

Olivier Collette

Direction de l’archéologie, SPW-DGO4, Rue des Brigades d’Irlande, 5100, Namur (BE). E-mail : olivier.collette@spw.wallonie.be

Mark Golitko

Regenstein Postdoctoral Fellow, Field Museum of Natural History, 1400 S. Lake Shore Drive, Chicago, Illinois 60605, (USA). E-mail : mgolitko@fieldmuseum.org

Thomas Delbey

UMR 7041 ArScAn - Équipe GAMA, Université Paris-Ouest Nanterre – La défense. Maison Archéologie et Ethnologie René Ginouvès, 21, Allée de l’Université, F-92023 Nanterre Cedex, Paris (FR). E-mail : thomas.delbey@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Thierry Leduc

Service Géologique de Belgique, Institut Royal des Sciences Naturelles de Belgique, 13, rue Jenner, 1000, Bruxelles (BE). E-mail : thierry.leduc@naturalsciences.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page