Navigation – Plan du site

« Qu’importe le flacon pourvu qu’il y ait l’ivraie » : les constituants d’origine organique de la céramique de Koumbi Saleh (Mauritanie, VIe-XVIIe siècles AD), témoins de l’exploitation de sous-produits agricoles

« Never mind the bottle » : Organic-derived structures in ceramic pastes from Koumbi Saleh (Mauritania, 6e-17e century AD) signaling agricultural by-product exploitation
Barbara van Doosselaere, Claire Delhon et Emily Hayes
p. 49-72

Résumés

Les matières organiques manipulées au cours de la fabrication des mélanges argileux destinés à la fabrication de la poterie sont fréquemment prélevées dans des milieux associés aux activités quotidiennes des artisans, relatives aux pratiques agricoles ou alimentaires. À ce titre, les structures d’origine organique, végétales ou animales, observables dans les produits céramiques cuits constituent une source d’informations paléoéconomiques de premier ordre, en particulier lorsque les données archéobotaniques ou archéozoologiques font défaut, comme c’est le cas pour le site de Koumbi Saleh. Koumbi Saleh (Mauritanie ve-xviie siècles AD) est l’un des plus anciens et plus importants complexes urbains historiques mis au jour en Afrique de l’Ouest.

Les fouilles réalisées sur ce site ont livré un matériel céramique caractérisé par une abondante porosité d’origine organique. Afin de préciser l’origine de ces structures, une approche micro-analytique couplant microscopie stéréoscopique et microscopie optique à transmission a été développée. Une analyse des bioclastes associés à ces porosités a également été engagée à titre exploratoire. Enfin, dans le but de renforcer le diagnostic, un référentiel expérimental a été constitué. Les résultats de ce travail de caractérisation suggèrent que les potiers implantés sur le site ont sélectionné des produits secondaires provenant probablement d’herbivores domestiques mais aussi de sous-produits céréaliers.

Haut de page

Texte intégral

L’étude présentée ici a été réalisée, en collaboration avec C. Delhon, dans le cadre d’un doctorat préparé par B. van Doosselaere et d’un Master 2 préparé par E. Hayes à l’université de Paris 1. Les auteurs tiennent à remercier tout particulièrement M. Tengberg, C. Sestier et R. Martineau, ainsi que A. Livingstone Smith, pour leurs conseils et suggestions tout au long de ce travail. Les auteurs remercient également les relecteurs anonymes pour leurs corrections et leurs suggestions qui ont grandement amélioré la qualité de ce manuscrit.

1. Introduction

1Crottin, céréales, herbes, mousses, champignons, plumes, poils, cendres : une large gamme de composants organiques est ajoutée aux mélanges argileux utilisés pour la fabrication de la poterie (London, 1981 ; Rice, 1987 ; Stark et al., 2000 ; Gosselain, 2002). Les données ethnographiques dont on dispose sur la sélection et le traitement de ces matières nous montrent que, dans de nombreux cas, les artisans opèrent dans un territoire d’exploitation bien déterminé, inscrit dans le paysage de leurs pratiques quotidiennes, de sorte que les matériaux collectés et manipulés qui nous intéressent ici sont souvent l’indice d’activités connexes, comme les pratiques alimentaires ou agricoles (Arnold, 1985 ; Gelbert 2003 ; Sillar, 2009 ; Gosselain, 2010). Plusieurs travaux archéologiques portant sur la détermination précise des constituants d’origine organique des pâtes céramiques indiquent que cette relation étroite entre production de la poterie et activités de subsistance est ancienne, remontant jusqu’aux périodes Néolithiques (Livingstone Smith 2001b ; Tsetlin, 2003 ; Manning et al., 2011). À ce titre, les structures d’origine organique observables dans les produits céramiques cuits constituent une source d’informations paléoéconomiques de premier ordre, en particulier lorsque les données archéobotaniques ou archéozoologiques font défaut, comme c’est le cas pour le site de Koumbi Saleh.

2Koumbi Saleh est l’un des plus anciens et plus importants complexes urbains mis au jour en Afrique de l’Ouest (fig. 1). Depuis sa découverte au début du xxe siècle, ce site est assimilé à la capitale de Ghana, autorité mentionnée dans les manuscrits de langue arabe, entre les viiie et xviie siècles, comme une importante formation étatique engagée dans le commerce transsaharien (Levtzion et Hopkins, 2000 ; Masonen, 2000). Bien qu’il s’agisse d’un témoin emblématique, ce site n’a fait l’objet que de quelques fouilles. L’étude globale du mobilier et des vestiges d’habitat, réalisée par S. Berthier suite aux campagnes de fouille entreprises entre 1975 et 1981 (fig. 2), a permis d’établir une séquence chrono-stratigraphique comprenant six niveaux, datés entre les ve/vie et xviie siècles (Berthier, 1997 ; van Doosselaere, 2011). Au-delà de ce cadre chrono-culturel très général, on ignore presque tout des modes de vie des populations ayant occupé ce site historique. Faute d’études archéobotaniques ou archéozoologiques, les activités de subsistance n’ont ainsi jamais été interrogées.

Figure 1 : Localisation du site de Koumbi Saleh.
Figure 1: Map showing the location of Koumbi Saleh.

Figure 1 : Localisation du site de Koumbi         Saleh. Figure 1: Map showing the location of         Koumbi Saleh.

Illustration: B. van Doosselaere.

3Par ses caractéristiques techniques, la poterie mise au jour sur ce site est susceptible d’apporter quelques éléments de réflexion. Une étude technologique visant à caractériser les principales étapes de fabrication de ce matériel, entreprise récemment par l’une d’entre nous, a révélé que les récipients de cet assemblage se caractérisaient par une pâte céramique présentant une abondante porosité d’origine organique (van Doosselaere, 2011). La variabilité morphologique de cette porosité permettait de penser que différentes sources de matières organiques avaient été exploitées par les artisans. À quoi renvoient précisément ces variations ? Peuvent-elles être considérées comme le résultat d’une sélection intentionnelle par les potiers ? Distinguent-elles ainsi des modes de sélection et de traitement des matières organiques spécifiques ? Celles-ci sont-elles en relation avec des sphères d’activité autres que celles de la production de la poterie à Koumbi Saleh ? Le cas échéant, quelles en sont les évolutions ? Afin d’éclairer ces questions, une approche micro-analytique centrée sur l’examen des porosités des pâtes céramiques, couplant microscopie stéréoscopique (MS) et microscopie optique à transmission (MOT), a été développée. Une analyse des bioclastes (phytolithes, amyloplastes) associés à ces porosités a également été engagée à titre exploratoire. Enfin, un référentiel expérimental a été constitué et analysé en MOT, selon les mêmes modalités que le matériel archéologique sélectionné. Sans pouvoir apporter de réponses définitives, les résultats obtenus dans cette étude trahissent une relation forte entre l’exploitation des matières organiques pour la fabrication de la poterie à Koumbi Saleh et les productions agricoles.

2. Matériel

4Ce travail repose sur l’analyse des collections céramiques de Koumbi Saleh qui proviennent des sondages effectués dans le principal secteur de fouille du site de Koumbi Saleh et qui sont actuellement conservées à l’Institut Mauritanien de Recherche Scientifique (Nouakchott, Mauritanie). Le corpus archéologique sélectionné comporte un total de 413 individus, issus de la fouille de la mosquée principale du site et de deux habitations voisines (Robert 1981 ; Berthier 1997). Tous les individus ont subi un examen macroscopique. En revanche, les observations microscopiques et l’analyse des bioclastes ont été réalisées sur un échantillon et un sous-échantillon, rassemblant respectivement 52 et 15 individus (tableau 1).

Tableau 1 : Liste des individus échantillonnés pour les analyses en microscopie optique et pour les extractions de bioclastes.
Table 1: List of the sherds sampled for optical microscopy and bioclast extratcion.

ID

sondage

individu

profondeur

niveau

Microscopie optique

analyse phytolithique

1

Mosquée

SRIII80

650

O

+

2

Habitation SB

SBIII221

655

O

+

3

Mosquée

SRIII82

600

I

+

+

4

Mosquée

SRIII84

600

I

+

+

5

Habitation SB

SBIII297

670

I

+

6

Habitation SB

SBII108

588

I

+

7

Habitation SB

SBIII303

560

I

+

+

8

Habitation SB

SBIII285

555

I

+

9

Habitation SB

SBII62

545

I (Remblai)

+

10

Mosquée

SRIV13

550

IIa

+

11

Mosquée

SRIV29

550

IIa

+

12

Mosquée

SRIV106

530

IIa

+

+

13

Habitation AO

AOII55

500

IIa

+

+

14

Mosquée

SRIV120

460

IIb

+

15

Mosquée

SRV129

450

IIb

+

+

16

Habitation SB

SB’IV16

490

IIb

+

17

Habitation SB

SB’IV8

480

IIb

+

18

Habitation SB

SBIV13

480

IIb

+

+

19

Habitation SB

SBIV212B

475

IIb

+

20

Habitation SB

SBIV212C

475

IIb

+

21

Habitation SB

SB’IV21

470

IIb

+

+

22

Habitation SB

SB’IV108

465

IIb

+

23

Habitation SB

SBIII279

455

IIb

+

+

24

Habitation SB

SBIII277E

435

IIb

+

25

Habitation SB

SBIII167

435

IIb

+

26

Habitation SB

SBIII277P

455

II (Remblai)

+

27

Habitation Mauny

M4537

430

III

+

+

28

Habitation SB

SBII43

630

III (Fosse)

+

29

Habitation SB

SBII48A

570

III (Fosse)

+

30

Habitation SB

SBII48B

570

III (Fosse)

+

31

Habitation SB

SBII47

510

III (Fosse)

+

32

Habitation SB

SBI80

435

III

+

33

Habitation SB

SBIII225

435

III

+

+

34

Habitation SB

SBI79

430

III

+

+

35

Mosquée

SRV198

370

III

+

+

36

Mosquée

SRV112

370

III

+

37

Habitation SB

SBIII239

375

IVa

+

38

Habitation SB

SBIII174

375

IVa

+

+

39

Habitation SB

SBIII204A

370

IVa

+

40

Habitation SB

SB’IV55A

370

IVa

+

41

Habitation SB

SB’IV55B

370

IVa

+

42

Habitation SB

SBIII203

360

IVa

+

43

Mosquée

SRIV93

300

Ivb (Remblai)

+

+

44

Habitation SB

SBIII160

360

IVb

+

45

Habitation SB

SBIV21

335

IVb

+

46

Mosquée

SRIV73

265

Ivb

+

47

Mosquée

SRIV65P

240

Ivb

+

48

Mosquée

SRIV65F

240

Ivb

+

49

Mosquée

SRIV137

230

Va

+

50

Habitation SB

SBI21

250

Va

+

51

Habitation KI

KI85

150

Vb

+

+

52

Habitation KI

KI88

150

V

+

5Ce matériel céramique est documenté par une séquence chronotypologique, construite par S. Berthier (1997), suite aux fouilles de l’une des habitations voisines de la mosquée principale du site, réalisées entre 1975 et 1981 (fig. 2). Plus récemment, une étude technologique associant expérimentations et analyses archéométriques (Microscopie Optique à Transmission, Diffraction des Rayons X, Microscopie Électronique à Balayage-EDS, Radiographie) a permis de caractériser plus finement ce matériel (van Dooosselaere 2005 ; van Doosselaere 2011). L’analyse a révélé l'existence de deux principales productions locales, correspondant vraisemblablement à différentes communautés d’artisans, ainsi que deux productions exogènes, alimentant des filières d’importation distinctes. Leurs évolutions respectives semblent liées aux grandes restructurations économiques et politiques des xie, xiiie et xve siècles qui vont profondément influencer les réseaux d'interaction socio-économique dans lesquels les producteurs de poterie sont impliqués. Les résultats de l’étude présentée ici découlent de ce travail de caractérisation technique qui tente, au-delà du simple archivage, de documenter les dynamiques socio-culturelles qui structurent la production et la consommation céramiques.

Figure 2 : Synthèse des données historiques et archéologiques.
Figure 2: Synthesis of historical and archaeological data.

Figure 2 : Synthèse des données historiques et         archéologiques.Figure 2: Synthesis of         historical and archaeological data.

Illustration: B. van Doosselaere, d’après Berthier 1997.

3. Méthodes

Principes généraux

6Les porosités observables dans les pâtes céramiques sont le produit de différents processus de transformation de la matière, intervenant aussi bien au cours de la fabrication que de l’usage des récipients (Skibo et al., 1989 ; Livingstone Smith, 2001a, 2001b). Les structures qui nous intéressent ici résultent de la présence, volontaire ou non, de matières organiques au sein des mélanges argileux utilisés pour la confection des récipients et dont la combustion, au cours de l’étape de cuisson, entraîne la formation de vacuoles spécifiques.

7Les matières organiques commencent à s’altérer en libérant du carbone dès 200 °C. Ce processus d’oxydation se poursuit jusqu’à 500 °C, température à partir de laquelle les tissus organiques sont en principe totalement détruits (Kingery et al., 1976). De ces matières organiques, il ne subsiste alors que des vacuoles, ou « pseudomorphes organiques » (Rye, 1981), qui conservent parfois la morphologie des structures initialement présentes. Certains tissus peuvent cependant résister à des températures supérieures à 900 °C, si les déficits en oxygène de l’atmosphère de cuisson sont suffisamment importants pour freiner leur oxydation (Johnson et al., 1988). Il n’est pas rare, si ces conditions sont respectées, d’observer des résidus piégés dans les porosités des pâtes céramiques. De la même manière, certains bioclastes, tels que les phytolithes, résistent à des températures supérieures à 1 000 °C, alors que leur point de fusion est théoriquement estimé à des intervalles de température compris entre 600 °C et 900 °C (Ghosh et al., 2006 ; Henry et al., 2009).

8L’origine exacte de ces différentes structures n’est que rarement déterminable à l’œil nu. En revanche, en multipliant les échelles et les modes d’observation, ainsi qu’en s’appuyant sur des référentiels ethnographiques et/ou expérimentaux, il est possible d’accéder à un degré de détermination précis, comme l’ont démontré plusieurs travaux archéologiques portant sur la présence, dans les pâtes céramiques, de pavot (Bosquet et al., 2005 ; Bakels et al., 1992), de mousse (Simpkins & Allard, 1986 ; Sestier, 2005 :), de mil domestique (Amblard & Pernes, 1989 ; MacDonald et al., 2003 ; Kahlheber, 2004 ; Fuller et al., 2007), de riz (Lippi et al., 2011 ; Tomber et al., 2011), d’excréments d’herbivores (Livingstone Smith, 2001b ; Tsetlin, 2003), ou encore de poils de caprinés (Oberweiler, 2005).

9L’étude présentée ici s’inspire de ces différents travaux et fait appel à des méthodes analytiques comparables. Une approche qualitative a été privilégiée, dans le but de déterminer le plus finement possible les procédés techniques associés à la sélection et au traitement des matières premières organiques.

Microscopie

10Un examen en microscopie stéréoscopique a été pratiqué à la surface des tessons et le long de coupes réalisées parallèlement à l’axe de rotation des récipients. Cet examen a été effectué sur une station Nikon SMZ1500, à des grossissements allant de x0.75 à x11.25, en vue de mesurer la variabilité morphologique des vacuoles et de distinguer des empreintes de végétaux déterminables. Parallèlement, un examen en microscopie optique à transmission a été pratiqué sur des tessons échantillonnés en lames minces. Le dispositif utilisé comprend un microscope Nikon Eclipse 50Ipol, doté d’objectifs autorisant des grossissements de x4 à x100, supporté par un système numérique d’acquisition et de traitement des images (Zeiss Axiovision). L’enregistrement des porosités s’inspire de la classification proposée par Whitbread (1995) et tient compte de la morphologie (exprimée selon des modules géométriques simples, ex. angulaire, circulaire…), la régularité des contours (continus ou discontinus) des vacuoles, ainsi que de la présence de bioclastes et de résidus organiques que la cuisson n’a pas totalement altérés. Une estimation de l’abondance relative (% de la surface occupée par les vacuoles, d’après les observations en MOT) et de la structuration (distribution et orientation) de la porosité au sein de la matrice argileuse a également été faite au moyen de chartes de référence visuelles (Rice, 1987 ; Whitebread, 1995). Cet examen a permis de préciser la typologie des vacuoles et de distinguer les différents bioclastes (phytolithes, amyloplastes, spores de mousses et d’algues, tests d’amibes) qui s’y associent.

Analyse des bioclastes

11L’analyse optique des pâtes céramiques ayant révélé la présence de nombreux bioclastes associés aux vacuoles, une extraction de ces particules en vue d’une analyse plus fine a été pratiquée sur un sous-échantillon du corpus archéologique. Cette étude, réalisée dans le cadre d’un Master 2 (Hayes, 2005), a un caractère pionnier et s’est heurtée aux difficultés techniques liées à la grande résistance du matériau « céramique » aux attaques chimiques. En effet, malgré son potentiel informatif, l’extraction et l’analyse des bioclastes contenus dans les pâtes céramiques est peu développée et reste exploratoire (Vrydaghs et al., 2004 ; Hayes, 2005 ; Delhon, 2007 ; van Doosselaere & Hayes, 2007), notamment à cause des difficultés de préparation des échantillons.

12L’utilisation de certains réactifs comme l’acide fluorhydrique ou l’acide chlorhydrique, susceptibles de dissoudre les bioclastes a été évitée. Des prélèvements d’environ 20cm3 réalisés sur les parois des récipients ont été grossièrement broyés, puis traités à l’eau oxygénée (H2O2) à 30 %, d’abord à froid dans une cuve à ultrasons puis à chaud (ébullition). Les agrégats de grande taille restants (>100 µm) ont été éliminés par tamisage. Les particules fines (<5 µm) ont été éliminées par décantation, et enfin les bioclastes ont été séparés des quartz et autres minéraux ayant résisté aux attaques chimiques par flottation sur une solution de Bromure de Zinc de densité contrôlée (d = 2,35). Après rinçage et séchage, la poudre obtenue est montée entre lame et lamelle dans de la glycérine et observée en MOT. Malgré le caractère peu agressif de ce mode opératoire aucun spicule de spongiaire, spore de mousse ou d’algue, ou encore test d’amibe, pourtant reconnus en lames minces, n’a été observé après extraction. Il est probable que ces particules soient plus sensibles à la dissolution que les phytolithes et les amyloplastes qui ont, quant à eux, pu être isolés.

13Les phytolithes sont des particules siliceuses qui se forment par précipitation d’opale (SiO2, nH2O) à l’intérieur des tissus végétaux, notamment chez les graminées. Grâce à leur composition chimique, ils sont peu sujets aux altérations chimiques, physiques et biologiques, ce qui permet leur conservation dans des contextes où la matière organique est totalement dégradée. Les phytolithes extraits ont fait l’objet d’une classification morphotypique (Twiss, 1992). Les formes observées sont principalement attribuables aux graminées. Chez les graminées, les cellules dites « courtes » permettent une identification au niveau de la sous-famille (Panicoïdées, Chloridoïdées, Festucoïdées), alors que les cellules « longues » permettent de caractériser l’organe producteur (tige, feuilles, inflorescences) (Piperno, 1988, 2006 ; Delhon, 2005, Shillito, 2011).

14De façon plus inattendue, les grains d’amidon (amyloplastes) se sont révélés abondants dans les préparations. Ces cellules spécialisées dans la synthèse et le stockage d’amidon sont produites dans les organes de réserves (graines, racines, rhizomes, tubercules, fruits…) de nombreuses plantes. Ils se composent de deux polymères organiques (l’amylose et l’amylopectine) qui leur donnent des caractéristiques quasi-cristallines permettant de les observer et de les caractériser en MOT (Henry et al., 2009). En microscopie, les particules d'amidon se présentent sous forme de granules semi-cristallins, où l'amylopectine, organisée en feuillets, forme la zone cristalline, tandis que l'amylose forme, entre les feuillets, une zone amorphe. Observées en lumière polarisée analysée (LPA), ces particules présentent une figure d’interférence, en croix, tout à fait caractéristique. Contrairement aux phytolithes, les amyloplastes n’ont fait l’objet d’aucune classification typologique, en raison de l’absence d’une collection de comparaison au laboratoire et des difficultés posées par leur identification (Henry et al., 2009 ; Madella et al., 2013). Leur fréquence sur les lames a été le seul critère enregistré.

15Enfin, il importe de noter qu’aucun sphérolite n’a été observé dans nos préparations. Les sphérolites sont des concrétions carbonatées microscopiques qui se forment dans le tube digestif de certains animaux, en particulier chez les petits ruminants, et qui permettent de tracer la présence de matières fécales. Leur absence dans les cortèges de bioclastes peut s’expliquer par le fait que ces particules sont beaucoup moins résistantes à la chaleur et à la dissolution que les phytolithes ou les amyloplastes (Canti, 1999 ; Shahack-Gross, 2011).

Référentiel expérimental

16Exception faite de quelques mentions portant sur les structures engendrées par le crottin ou certaines matières végétales (voir, par exemple : Livingstone Smith 2001b ; Oberweiler, 2005 ; Lippi et al., 2011 ; Tomber et al., 2011), il n’existe pas de description, à l’échelle microscopique, des structures produites par les matériaux organiques dans la pâte céramique. Il importait donc de disposer d’un répertoire analogique permettant de réduire les incertitudes de la détermination archéologique. L’accent a été mis sur des matériaux liés aux activités de subsistance. Quatre types de composants, provenant de produits et sous-produits céréaliers, ainsi que d’excréments d’herbivores domestiques, ont été exploités. Il s’agit : a) d’inflorescences de mil domestique (Pennisetum glaucum (L.) R. Br.) collectées au Mali et comprenant graines, rachéoles, glumes et glumelles en connexion anatomique ; b) de sous-produits de traitement post-récolte du fonio (Digitaria exilis (Kippist) Stapf), collectés au Mali, procédant d’une étape de vannage et constitués essentiellement de paille, c’est-à-dire de tiges et de feuilles de l’espèce cultivée ; c) d’excréments d’herbivores monogastriques (non ruminants) et polygastriques (ruminants), respectivement du crottin de cheval et de la bouse de vache, collectés en France, et provenant d’animaux nourris en pâturages. Le choix de déjections animales collectées en France a forcément induit des biais dans l’analyse, puisque les espèces végétales consommées par les animaux producteurs diffèrent de celles du contexte archéologique analysé. Cela a principalement des conséquences au niveau de l’analyse des bioclastes. Ceux-ci ne sont donc mentionnés qu’à titre informatif. En revanche, cela n’a pas de conséquence majeure sur l’interprétation des structures vacuolaires.

17L’objectif était ici d’étudier les structures propres à chaque type de matériau, au sein d’un produit argileux cuit. À cette fin, chacun des matériaux organiques sélectionnés a été incorporé à un matériau argileux hôte, de composition connue. Dans chaque cas, les volumes de matériaux ajoutés/matériau argileux hôte correspondent à peu près à un ratio de ¼. Des briquettes (3 x 5 x 1,5 cm) ont ensuite été confectionnées à partir des différents mélanges obtenus, puis cuites sous atmosphère oxydante, durant 2 h 30, les paliers de températures augmentant de 200 C° par demi-heure, jusqu’à une température de 800 C°. Enfin, des lames minces ont été réalisées à partir de ces briquettes, en vue de leur examen en MOT. L’examen en MOT des structures d’origine organique du matériel expérimental (Fig. 3) a ainsi permis de dégager des corrélations fortes entre matériaux organiques et morphologie des porosités :

18Les inflorescences de mil : L’incorporation des inflorescences au mélange argileux, puis le malaxage de celui-ci, ont libéré grains et épillets. Au sein du produit argileux cuit, les différentes porosités qui en résultent se distribuent de manière hétérogène, sans orientation précise. En microscopie, les structures montrent toutes des contours réguliers et se présentent principalement sous la forme de vacuoles circulaires à subcirculaires (0,3<diam<3 mm), ou en volutes (0,2<long.<1 mm), ainsi que sous la forme d’ensembles complexes comprenant des structures circulaires à subcirculaires centrales, cernées de petites vacuoles circulaires ou en volutes satellites (0,05<diam.<0,1). Quelques porosités vésiculaires sont également présentes. Les structures circulaires peuvent être mises en rapport avec les grains, tandis que les structures en volutes, les quelques structures vésiculaires et les ensembles complexes peuvent être rapprochés des épillets (glumes, glumelles et rachillets). Aucune carbonatation n’a été observée et, parmi les phytolithes, les quelques cellules reconnues consistent en morphotypes dendritiques (issus des inflorescences) et en morphotypes attribuables à des sommets de glumes. Quelques phytolithes disséminés dans la matrice argileuse ont également été observés.

Figure 3 : Matériel expérimental: vues en macroscopie et microscopie.
Figure 3: Experimental samples viewed in macroscopy and microscopy.

Figure 3 : Matériel expérimental: vues en           macroscopie et microscopie.Figure 3:           Experimental samples viewed in macroscopy and microscopy.

Illustration: B. van Doosselaere.

19La paille : Les structures anatomiques contenues dans la paille de fonio correspondent en grande majorité à des tiges et des feuilles appartenant à l’espèce cultivée. Ces structures sont, pour la plupart, bien identifiables dans le produit argileux cuit, où elles se distribuent de manière hétérogène, sans orientation préférentielle. En microscopie optique, trois principaux types de porosités, aux contours réguliers, ont été reconnues: a) le premier type rassemble des porosités de forme rectangulaire (0,3<larg.<1 mm ; 0,5<long.<3 mm), renvoyant à la présence de tiges ; b) le second comprend des porosités en volutes (0,1<larg.<0,5 mm ; 0,3<long.<2 mm), correspondant aux feuilles ; c) le troisième type de porosités se caractérise par des vacuoles de forme vésiculaire (0,2<larg.<0,3 mm; 0,3<long.<0,5 mm), résultant sans doute de différentes structures anatomiques vues en section transversale. Aucune carbonatation n’a été observée. Les phytolithes reconnus, des cellules courtes variées, notamment bulliformes, et des cellules longues lisses, renvoient à la présence de feuilles et de tiges. Certaines de ces cellules sont également piégées dans la matrice.

20Les excréments d’herbivore monogastrique : Le séchage et l’introduction du crottin de cheval au mélange argileux, puis le malaxage, ont déstructuré les agrégats de matière organique issue de la digestion animale et ont libéré de nombreux fragments de végétaux altérés, au sein desquelles des morceaux de tiges ou de feuilles sont encore reconnaissables. Dans le produit cuit, les porosités résultantes sont relativement peu différenciées, trahissant le caractère altéré des composés initiaux, et ne montrent aucune structuration particulière. Les vacuoles observables en microscopie ont des contours généralement irréguliers et sont dominées par des structures aciculaires, rectilignes ou flexueuses (larg. : ca 0,1 mm ; 0,2<long.<2 mm ; ), ainsi que des structures rectangulaires (0,2<larg.< 0,5 mm ; 1<long.<5 mm). Ce type de structure est issu des produits végétaux dégradés et des fragments de tiges ou de feuilles reconnus à l’échelle macroscopique. Ces deux types dominants sont accompagnés de larges porosités vésiculaires, souvent polyconcaves (0,5<larg.<1 mm ; 0,5<long.<2 mm). Ces dernières correspondraient soit à des structures anatomiques de végétaux qui n’ont pas été observées dans le matériau brut (inflorescences, racines, graines…), soit aux agrégats mentionnés plus haut. Les phytolithes sont fréquents : de nombreuses cellules longues et lisses ont plus particulièrement été observées. Quelques phytolithes se distribuent aussi dans la matrice. En outre, quelques particules carbonatées ont été reconnues. Leur morphologie et leur comportement optique ne permettent pas de les considérer comme étant des sphérolites stricto sensu.

21Les excréments d’herbivore polygastrique : La bouse de vache, contrairement au crottin, est majoritairement constituée de produits digestifs agglomérés, très denses, que l’introduction au mélange argileux n’a pas désagrégés. Le malaxage du mélange argileux a entrainé une distribution hétérogène de ces agrégats, orientés de façon aléatoire, dans l’ensemble de la matrice. En microscopie optique, ces matériaux produisent le même type de vacuoles que les déjections de non ruminants observées dans nos échantillons expérimentaux mais ce sont les vacuoles vésiculaires, souvent polyconcaves et de grandes dimensions (0,2<larg<1 mm; 0,4<long.3 mm) qui sont ici majoritaires. Ces structures correspondent à des produits digestifs agglomérés, qui sont restés solidaires malgré le malaxage. Les phytolithes associés aux porosités sont plus rares que dans celles issues du crottin, de même que les cellules piégées dans la matrice argileuse. Ils consistent majoritairement en cellules longues, lisses ou sinueuses. À l’inverse, les particules carbonatées sont plus abondantes. Le fait que phytolithes et particules carbonatées ne respectent pas les mêmes fréquences dans les porosités associées aux excréments de ruminants et de non ruminants peut être lié soit à la variété des contenus alimentaires (végétaux produisant plus ou moins de phytolithes et de carbonatations), soit aux spécificités des milieux digestifs qui distinguent les espèces polygastriques des espèces monogastriques, favorisant ou non la présence des particules silicifiées ou carbonatées.

4. Résultats

Variabilité et origine de la porosité

22Les porosités sont présentes dans des proportions variables selon les échantillons observés (rares : 5, fréquentes : 10 % ou très fréquentes : 15 % d’abondance relative) et montrent une grande variabilité morphologique. Sept classes de vacuoles ont été définies (Fig. 4).

Figure 4 : Types de vacuoles et bioclastes associés (phytolithes et spore d’algue) vus en microscopie optique à transmission (Lumière Polarisée Non Analysée).
Figure 4: Main porosity morphological types and associated bioclasts (phytoliths and algae spora) viewed in optical microscopy (Non Polarised Light).

Figure 4 : Types de vacuoles et bioclastes           associés (phytolithes et spore d’algue) vus en microscopie optique à           transmission (Lumière Polarisée Non Analysée).Figure 4: Main porosity morphological types and           associated bioclasts (phytoliths and algae spora) viewed in optical           microscopy (Non Polarised Light).

Illustration: B. van Doosselaere.

23a) Les vacuoles aciculaires : en forme d’aiguilles, rectilignes ou flexueuses, ces vacuoles (ca 0,2 mm<long.<2 mm) présentent des contours irréguliers. Elles ne montrent aucune structuration particulière.

24b) Les vacuoles rectangulaires : elles présentent des formes angulaires, rectilignes (ca 0,2 mm<long<5 mm) aux contours réguliers. Elles se distribuent de façon aléatoire au sein de la matrice.

25c) Les vacuoles circulaires : elles comprennent des formes courbes, circulaires (ca 0,3 mm<diam<2 mm) à subcirculaires (ca 0,3 mm<diam<6 mm) aux contours réguliers. De petites vacuoles circulaires ou en volutes satellites viennent souvent les ceinturer. Ces vacuoles ne montrent pas de structuration particulière, qu’elles apparaissent en ensembles complexes ou isolément.

26d) Les vacuoles en volutes : elles consistent en des formes sinueuses, repliées sur elles-mêmes (ca 0,5 mm<long<5 mm), aux contours réguliers, sans structuration notable.

27e) Les vacuoles vésiculaires : elles se présentent sous la forme de vides (ca 0,05 mm<long<6 mm) subcirculaires à lenticulaires, souvent polyconcaves, aux contours généralement irréguliers, ne montrant aucune structuration particulière.

28f) Les vacuoles en fentes : Elles adoptent des formes linéaires, courtes et fines (ca 0,02 mm<long<0,2 mm) aux contours irréguliers. Elles sont distribuées de manière régulière dans toute la matrice argileuse et s’orientent parallèlement aux surfaces.

29g) Les vacuoles en chenaux : elles forment de petits canaux sinueux (ca 0,05 mm<long<0,5 mm) aux contours très irréguliers. Elles sont distribuées de manière préférentielle autour des inclusions non plastiques et des porosités de grande dimension, d’où elles émanent en faisceaux rayonnants.

30Ces vacuoles ne sont pas toutes d’origine organique. Seules celles qui comportent des bioclastes et des tissus végétaux ayant résisté à la combustion peuvent être considérées comme telles. Les vacuoles angulaires, circulaires, en volutes, aciculaires et vésiculaires répondent à ces critères. Des empreintes d’épillets, de graines et de tiges, bien reconnaissables, ont par ailleurs été observées à plusieurs reprises à la surface des échantillons archéologiques (fig. 5). Leur présence confirme la nature organique d’au moins une partie de la porosité. Les vacuoles en chenaux et en fentes, généralement dépourvues d’inclusions diagnostiques, résultent plus vraisemblablement d’une série de transformations physico-chimiques (retrait/dilatation des composants, échanges gazeux, chocs thermiques et mécaniques) qui interviennent au cours de la fabrication puis de l’usage des récipients et entraînent des tensions au sein du matériau argileux, favorisant ainsi la fissuration (Hein et al., 2008).

Figure 5 : Détail de quelques porosités et empreintes diagnostiques observées sur le matériel archéologique en MS (gauche: vues en coupe, droite: vues en surface).
Figure 5: Detail of some diagnostic porosity and imprints observed on the archaeological samples in stereoscopic microscopy (left: view in section, right: view of the surface).

Figure 5 : Détail de quelques porosités et           empreintes diagnostiques observées sur le matériel archéologique en           MS (gauche: vues en coupe, droite: vues en surface).Figure 5: Detail of some diagnostic porosity and           imprints observed on the archaeological samples in stereoscopic           microscopy (left: view in section, right: view of the           surface).

Illustration: B. van Doosselaere.

Nature des composants organiques : l’apport de l’analyse des bioclastes

31Nous donnons ici les résultats de notre analyse, préliminaires mais prometteuse (fig. 6, tableau 2). Toutes les particules extraites montrent un bon état de conservation. Les morphotypes phytolithiques identifiés renvoient exclusivement aux monocotylédones, avec une dominance des graminées, accompagnées des cypéracées. Les cellules courtes caractéristiques de la sous-famille des chloridoïdées sont les plus abondantes, suivies par celles qui caractérisent les panicoïdées et enfin par de faibles quantités, dans certains assemblages, de formes attribuables aux festucoïdées. Les cellules longues produites aux niveaux des inflorescences (glumes, glumelles) ont été identifiées dans tous les assemblages à l’exception du n° 43, par ailleurs assez pauvre en bioclastes. La fréquence des cellules bulliformes, produites au niveau des feuilles, est assez variable. Celle des autres cellules longues (produites au niveau des tiges et des feuilles) est variable, mais toujours assez importante. Les amyloplastes sont toujours présents, dans des proportions variables également, à l’exception des assemblages N° 38 et 43.

Tableau 2 : Données quantitatives de l’analyse des bioclastes.
Table 2: Quantitative data from the bioclast analysis.

n°ID

Panicoïde

Chloridoïde

Festucoïde

Cyperaceae

Cellule dendritique

Amyloplaste

Bulliforme

Cellule longue

TOTAL

7

2

4

7

1

7

71

0

14

106

12

29

105

1

1

36

100

1

62

335

13

17

56

2

0

22

11

1

28

137

15

0

4

1

0

7

4

2

36

54

23

5

10

3

0

4

12

0

106

140

34

5

3

1

0

2

41

0

32

84

45

9

23

0

0

7

100

1

27

167

18

1

21

2

0

6

86

0

23

139

33

1

13

3

0

3

50

1

18

89

27

7

23

1

1

6

7

2

9

56

38

2

6

0

0

1

0

3

27

39

43

1

6

0

0

0

2

1

24

34

51

25

58

3

0

8

2

1

32

129

3

1

11

3

1

3

1

3

15

38

4

13

43

2

1

6

50

0

20

135

35

18

108

0

1

11

0

2

73

213

Figure 6 : Fréquence relative des bioclastes (phytolithes et amyloplastes) par individu après extraction.
Figure 6: Relative frequency of bioclasts (phytoliths and amyloplasts) observed in the samples after extraction.

Figure 6 : Fréquence relative des bioclastes           (phytolithes et amyloplastes) par individu après extraction.Figure 6: Relative frequency of bioclasts (phytoliths           and amyloplasts) observed in the samples after extraction.

Illustration: B. van Doosselaere, d’après Hayes 2005.

32Le bon état de conservation de ces bioclastes (cellules peu fragmentées, absence de figures de dissolution, présence de stomates et de sommets de glumes, cellules en connexion…) suggère qu’ils proviennent de matières organiques ajoutées et non des sédiments prélevés par les artisans pour la confection du mélange argileux. En effet, les phytolithes comme les amyloplastes issus de sédiments ont généralement subi une série de processus taphonomiques, en particulier ceux liés à la pédogenèse, qui favorisent leur dégradation. Ils se présentent alors sous forme de particules isolées et altérées (Madella & Lancelotti, 2011). En revanche, les particules associées à des matières organiques n’ayant pas subi d’altération liée à la pédogénèse sont mieux conservées, ce qui est le cas des cellules examinées.

33L’analyse des bioclastes a, par ailleurs, permis de reconnaître plusieurs organes végétaux. Parmi les cellules longues, des cellules produites par les tiges et les feuilles (cellules à bords lisses ou sinueux), ainsi que par les inflorescences (cellules dendritiques) ont été fréquemment relevées. Outre ces principaux morphotypes, des cellules foliaires « bulliformes » silicifiées ont été observées. De nombreux amyloplastes ont également été extraits. Bien que pouvant être présents dans d’autres parties de la plante (les racines principalement, mais aussi les tiges et les feuilles), chez les graminées ils sont surtout concentrés au niveau de la graine (Tomlinson & Denyer, 2003). Les spectres phytolithiques sont donc variés mais relativement spécialisés et se caractérisent par des proportions anormalement élevées de cellules produites au niveau des inflorescences. Un apport provenant d’un assemblage végétal naturel aurait été moins sélectif, ce qui ne plaide pas en faveur d’un « bruit de fond » occasionné par des phytolithes recueillis dans les sédiments. Les particules identifiées peuvent ainsi être interprétées en termes anthropiques.

34Enfin, ces résultats apportent des informations d’ordre taxonomique. En effet, l’étude des cellules courtes a révélé la présence de graminées appartenant principalement aux sous-familles des chloroidoïdées et des panicoïdées. L’une de ces sous-familles (panicoïdées) renferme la plupart des taxons cultivés en Afrique (e. g. fonio, mil, sorgho). Il est donc possible que les matières organiques à l’origine de la porosité des pâtes correspondent à des produits ou des sous-produits agricoles.

Porosités des céramiques archéologiques : identification de cinq sources de matières organiques

35Les données obtenues en MS et MOT (tab. 3), les résultats de l’analyse des bioclastes, ainsi que les données expérimentales, permettent de proposer des hypothèses quant à l’origine exacte des porosités observées dans le matériel archéologique. Cinq ensembles de structures d’origine organique ont été distingués (fig. 7). Les spécificités de ces différents groupes laissent penser qu’ils sont issus, pour la plupart d’entre eux, de matériaux volontairement ajoutés, selon des modes d’exploitation distincts.

Tableau 3 : Synthèse des examens en MS et MOT.
Table 3: Synthesis of SM and TLM observations.

ID

abondance relative

Porosité sans résidus ni palynomorphes

Porosité contenant des résidus et des palynomorphes

Empreintes

Groupe

1

15 %

Fentes et chenaux

vacuoles circulaires, subcirculaires, en volutes et rectangulaires (quelques vacuoles vésiculaires)

aucune

1

2

10 %

Fentes et chenaux

vacuoles rectangulaires, vésiculaires et circulaires

tiges/feuilles

2

3

10 %

Fentes et chenaux

vacuoles aciculaires, vésiculaires et rectangulaires

aucune

3

4

10 %

Fentes et chenaux

vacuoles aciculaires, vésiculaires et rectangulaires

aucune

3

5

10 %

Fentes et chenaux

vacuoles rectangulaires, vésiculaires et circulaires

tiges/feuilles

2

6

15 %

Fentes et chenaux

vacuoles circulaires, subcirculaires, en volutes et rectangulaires (quelques vacuoles vésiculaires)

tiges/feuilles et inflorescences

1

7

15 %

Fentes et chenaux

vacuoles circulaires, subcirculaires, en volutes et rectangulaires

inflorescences, graines

1

8

10 %

Fentes et chenaux

vacuoles aciculaires, vésiculaires et rectangulaires

tiges/feuilles

3

9

15 %

Fentes et chenaux

vacuoles vésiculaires, aciculaires et en volutes

aucune

4

10

15 %

Fentes et chenaux

vacuoles vésiculaires et aciculaires

aucune

4

11

10 %

Fentes et chenaux

vacuoles aciculaires, vésiculaires et rectangulaires

aucune

3

12

15 %

Fentes et chenaux

vacuoles circulaires, subcirculaires, en volutes et rectangulaires

inflorescences, graines, tiges/feuilles

1

13

15 %

Fentes et chenaux

vacuoles circulaires, subcirculaires, en volutes et rectangulaires (quelques vacuoles vésiculaires)

tiges/feuilles et inflorescences

1

14

15 %

Fentes et chenaux

vacuoles circulaires, subcirculaires, en volutes et rectangulaires

tiges/feuilles et inflorescences

1

15

15 %

Fentes et chenaux

vacuoles circulaires, subcirculaires, en volutes et rectangulaires

inflorescences, graines, tiges/feuilles

1

16

10 %

Fentes et chenaux

vacuoles rectangulaires, vésiculaires et circulaires

tiges/feuilles et inflorescences

2

17

5 %

Fentes, vésicules, chenaux

vacuoles vésiculaires et circulaires

aucune

5

18

10 %

Fentes et chenaux

vacuoles rectangulaires, vésiculaires et circulaires

tiges/feuilles/graines

2

19

10 %

Fentes et chenaux

vacuoles rectangulaires, vésiculaires et circulaires

tiges/feuilles

2

20

10 %

Fentes et chenaux

vacuoles rectangulaires, vésiculaires et circulaires

tiges/feuilles

2

21

10 %

Fentes et chenaux

vacuoles rectangulaires, vésiculaires et circulaires

inflorescences, tiges/feuilles

2

22

5 %

Fentes, vésicules, chenaux

vacuoles vésiculaires et circulaires

aucune

5

23

15 %

Fentes et chenaux

vacuoles circulaires, subcirculaires en volutes et rectangulaires (quelques vacuoles vésiculaires)

tiges/feuilles et inflorescences

1

24

5 %

Fentes, vésicules, chenaux

vacuoles vésiculaires et circulaires

aucune

5

25

15 %

Fentes et chenaux

vacuoles vésiculaires, aciculaires, en volutes et circulaires

aucune

4

26

5 %

Fentes, vésicules, chenaux

vacuoles vésiculaires et circulaires

aucune

5

27

10 %

Fentes et chenaux

vacuoles rectangulaires, vésiculaires et circulaires

tiges/feuilles

2

28

10 %

Fentes et chenaux

vacuoles rectangulaires, vésiculaires et circulaires

aucune

29

15 %

Fentes et chenaux

vacuoles vésiculaires et aciculaires

aucune

4

30

10 %

Fentes et chenaux

vacuoles rectangulaires, vésiculaires et circulaires

aucune

2

31

10 %

Fentes et chenaux

vacuoles rectangulaires, vésiculaires et circulaires

aucune

2

32

15 %

Fentes et chenaux

vacuoles circulaires, subcirculaires, en volutes et rectangulaires (quelques vacuoles vésiculaires)

aucune

1

33

10 %

Fentes et chenaux

vacuoles rectangulaires, vésiculaires et circulaires

tiges/feuilles

2

34

15 %

Fentes et chenaux

vacuoles circulaires et en volutes

aucune

1

35

15 %

Fentes et chenaux

vacuoles vésiculaires, aciculaires, en volutes et circulaires

aucune

4

36

15 %

Fentes et chenaux

vacuoles vésiculaires, aciculaires, en volutes et circulaires

aucune

4

37

5 %

Fentes, vésicules, chenaux

vacuoles vésiculaires et circulaires

aucune

5

38

10 %

Fentes et chenaux

vacuoles rectangulaires, vésiculaires et circulaires

tiges/feuilles

2

39

15 %

Fentes et chenaux

vacuoles vésiculaires, aciculaires, en volutes et circulaires

aucune

4

40

15 %

Fentes et chenaux

vacuoles vésiculaires, aciculaires, en volutes et circulaires

aucune

4

41

15 %

Fentes et chenaux

vacuoles vésiculaires, aciculaires, en volutes et circulaires

aucune

4

42

15 %

Fentes et chenaux

vacuoles vésiculaires, aciculaires, en volutes et circulaires

 aucune

4

43

10 %

Fentes et chenaux

vacuoles rectangulaires, vésiculaires, en volutes et circulaires

tiges/feuilles

2

44

15 %

Fentes et chenaux

vacuoles vésiculaires, aciculaires, en volutes et circulaires

aucune

4

45

10%

Fentes et chenaux

vacuoles rectangulaires, vésiculaires et circulaires

tiges/feuilles

2

46

5%

Fentes, vésicules, chenaux

vacuoles vésiculaires et circulaires

aucune

5

47

10%

Fentes et chenaux

vacuoles rectangulaires, vésiculaires et circulaires

aucune

2

48

15%

Fentes et chenaux

vacuoles circulaires, en volutes et rectangulaires

inflorescences

1

49

15%

Fentes et chenaux

vacuoles circulaires, en volutes et rectangulaires

inflorescences

1

50

15%

Fentes et chenaux

vacuoles vésiculaires, aciculaires, en volutes et circulaires

aucune

4

51

10%

Fentes et chenaux

vacuoles rectangulaires, vésiculaires et circulaires

tiges/feuilles

2

52

10%

Fentes et chenaux

vacuoles rectangulaires, vésiculaires et circulaires

tiges/feuilles

2

Figure 7 : Exemples illustrant chacun des groupes de porosités reconnus. Vues en macroscopie et microscopie (structures vacuolaires, fractions minérales et phytolithes).
Figure 7: Examples illustrating the porosity groups. Views in macroscopy and microsocpy (voids, mineral fraction and associated phytoliths).

Figure 7 : Exemples illustrant chacun des           groupes de porosités reconnus. Vues en macroscopie et microscopie           (structures vacuolaires, fractions minérales et           phytolithes).Figure 7: Examples illustrating           the porosity groups. Views in macroscopy and microsocpy (voids,           mineral fraction and associated phytoliths).

Illustration: B. van Doosselaere.

36Groupe 1 : Un total de 12 individus présente une porosité très fréquente (abondance relative : 15 %), constituée majoritairement de vacuoles circulaires ou en volutes, agencées en assemblages complexes. Les cortèges de bioclastes, qui comportent de nombreuses cellules dendritiques et des amyloplastes, trahissent une forte représentation des inflorescences.

37Les données expérimentales suggèrent également que les porosités du groupe 1 sont issues de ce type de structures végétales. Les porosités du groupe 1 sont effectivement comparables à celles qui furent obtenues à partir d’inflorescences de mil. La morphologie de certaines empreintes observées sur les individus archéologiques révèle d’ailleurs des similitudes avec le mil domestique. Ces empreintes sont aussi très proches de celles observées par Amblard & Pernès (1981) et Klee et al. (2004), sur du matériel expérimental.

38Les assemblages phytolithiques montrent cependant que la majorité des structures observées dans les pâtes n’est pas produite par cette espèce. Le mil domestique appartient à la famille des panicoïdées. Or, les cellules panicoïdes sont peu nombreuses dans les assemblages phytolithiques, ceux-ci étant dominés par des cellules produites par des végétaux de la sous-famille des chloridoïdeae.

39La présence de nombreux phytolithes de graminées n’appartenant pas aux Panicoïdeae, ainsi que la forte représentation de vacuoles et de bioclastes produits par les inflorescences, permettent de penser à des résidus de vannage (Harvey & Fuller, 2005). Les sous-produits de vannage du mil comprennent en général des inflorescences, de petites tiges et quelques graines de l’espèce cultivée mais aussi de ses adventices (Young, 1999 ; Reddy, 2003 ; Harvey & Fuller, 2005). Ces sous-produits céréaliers sont donc composites, au niveau taxonomique comme anatomique. Les structures d’origine organique identifiées dans les pâtes céramiques associées à cet ensemble traduisent le même caractère composite. On peut donc proposer l’hypothèse de l’exploitation de matériaux en relation avec le traitement post-récolte du mil. Enfin, la présence d’empreintes macroscopiques, bien identifiables, de tiges, de graines et d’épillets montre que les matériaux d’origine n’ont pas subi de traitement ultérieur, type hachage ou concassage.

40Groupe 2 : Ce groupe est particulièrement bien représenté, puisqu’il concerne 18 individus. Il se caractérise par une porosité fréquente (abondance relative : 10 %), adoptant des formes principalement rectangulaires. Des porosités circulaires ou en volutes sont également présentes mais elles sont moins fréquentes. Les bioclastes associés à ces vacuoles sont variés : ils signalent la présence des tiges, des feuilles et d’inflorescences. La fréquence de cellules longues et bulliformes indique une prédominance de structures issues de feuilles ou de tiges. Les empreintes observées à la surface des échantillons s’apparentent effectivement à ce type de structures. Quelques empreintes d’épillets et graines sont en outre visibles.

41L’ensemble de ces caractères indique qu’il s’agit de paille ajoutée. La variabilité morphologique des porosités observée sur les échantillons expérimentaux élaborés à partir de paille plaide en faveur de cette hypothèse (fig. 2). Outre des fragments de tiges et de feuilles dont résultent les vacuoles rectangulaires, la paille expérimentale comportait quelques fragments d’inflorescences et des graines, qui ont produit des structures circulaires et en volutes identiques à celles ayant été relevées sur le matériel archéologique.

42Contrairement au groupe précédent, aucune détermination à l’espèce ne peut être proposée pour cet ensemble. Trois sources de prélèvement peuvent néanmoins être envisagées : 1) Il s’agit de résidus de traitement de céréales cultivées, issus cette fois-ci d’une étape de battage (la présence d’épillets ne contredit en rien cette hypothèse puisqu’il est fréquent que ce type de résidus contienne encore des graines bien conservées) ; 2) Il s’agit de produits de traitement de collecte d’espèces sauvages destinées à des fourrages ou à la consommation alimentaire humaine, ce qui fut et reste très fréquent en Afrique (Harlan, 1989) ; 3) Il s’agit de produits d’une cueillette de graminées directement destinée à la préparation des matériaux céramiques. Quelle que soit la nature de cette paille, les arêtes angulaires de la porosité et la difficulté à observer, en macroscopie comme en microscopie, des épillets et des graines bien conservés, alors que des phytolithes et des amyloplastes caractéristiques de ces organes sont présents, suggèrent que le matériel végétal a été haché ou concassé avant d’être ajouté à la pâte.

43Groupe 3 : Ce groupe, qui rassemble 4 individus du corpus archéologique, est caractérisé par une porosité fréquente (abondance relative : 10 %), à dominante aciculaire. Les bioclastes associés à ces porosités signalent que ces structures ont été produites par des tiges et des feuilles (morphotypes longs et bulliformes), ainsi que des inflorescences (morphotypes dendritiques et amyloplastes). Plusieurs études, fondées sur l’étude de matériel céramique ethnographique ou expérimental, font état de porosités aciculaires résultant de l’adjonction de déjections animales (Vandiver, 1987 ; London, 1981 ; Livingstone Smith, 2001a et b ; Tstelin, 2003). Les porosités des échantillons expérimentaux obtenus à partir d’excréments d’herbivores monogastriques (crottin de cheval) livrent également une porosité dominée par des formes aciculaires. Ces similitudes suggèrent donc une origine commune.

44Groupe 4 : Le groupe 4 concerne, quant à lui, 12 individus. Il se distingue par une porosité très fréquente (abondance relative : 15 %), adoptant majoritairement des formes vésiculaires. Les bioclastes extraits correspondent à ceux produits par des tiges et des feuilles (morphotypes longs et bulliformes) ou des inflorescences (morphotypes dendritiques et amyloplastes). Outre des phytolithes, ces porosités comportent des spores de mousses et d’algues, ainsi que des tests d’amibes, signant un milieu méso à eutrophique, riche en matière organique (Gelorini et al., 2011). Les structures obtenues de façon expérimentale à partir d’excréments d’herbivores polygastriques sont tout à fait comparables aux porosités caractérisant cet ensemble. La présence de bioclastes associés à une microfaune et une microflore caractéristiques d’un milieu de type eaux boueuses stagnantes est, par ailleurs, parfaitement compatible avec l’hypothèse de l’adjonction de déjections animales. Leur présence peut-être liée : 1) au régime animal ; 2) au milieu gastrique ; 3) aux conditions de décomposition des matières fécales ; 4) aux conditions de stockage des matières premières exploitées par les artisans. Une détermination plus poussée devrait permettre d’apporter des compléments d’information sur le milieu dans lequel ont évolué les organismes producteurs et, par extension, sur l’origine des matières fécales.

45Groupe 5 : La porosité d’origine organique qui caractérise ce dernier groupe (n = 6) est à peine perceptible à l’œil nu et est extrêmement rare (abondance relative : 5 %). Elle se présente sous la forme de larges vésicules irrégulières ou de petites porosités circulaires, contenant quelques résidus. Ni la morphologie de ces vacuoles, ni les résidus qu’elles contiennent ne permettent d’identifier de structures particulières. Il est impossible, si l’on se fonde sur ces caractères, d’affirmer que cette porosité est le résultat d’une adjonction volontaire. En revanche, les données phytolithiques apportent quelques éléments de discussion. En effet, l’examen des lames minces obtenues à partir des échantillons archéologiques a révélé une forte concentration de phytolithes, piégés dans la matrice argileuse et non pas, cette fois-ci, dans les vacuoles. De telles proportions supposent des apports en matière organique importants, ainsi que des processus de dégradation de cette matière organique favorisant la décomposition des tissus et « libérant » ainsi les phytolithes. Ceci pourrait s’expliquer par la présence de matière organique réduite à l’état de cendre (Schiegl et al., 1996 ; Karkanas et al., 2002 ; Braadbaart et al., 2012). Il est donc probable que le mélange argileux confectionné par les artisans ait été, pour partie, constitué de cendre végétale. L’analyse systématique des cortèges phytolithiques permettrait de retracer l’origine de ce composant. Malheureusement, aucune extraction phytolithique en vue d’une telle caractérisation n’a pu être pratiquée sur les échantillons céramiques associés à ce groupe. Si la présence de cendre semble plausible, son origine ne peut cependant être précisée, les analyses méritant d’être plus poussées.

46L’analyse a mis en évidence une forte variabilité des structures vacuolaires, liée à la diversité des sources de matières organiques exploitées pour la production de la poterie. Ces résultats ne reposent cependant que sur l’étude d’un nombre assez restreint d’individus. Afin d’élargir notre propos, les porosités observées dans les pâtes céramiques des poteries de l’assemblage archéologique (n = 413) ont été caractérisées à l’échelle macroscopique, par analogie avec les échantillons analysés en microscopie. Au sein de l’assemblage archéologique, plus de 85 % des individus présentent une porosité déterminable à l’œil nu. Parce que l’examen macroscopique n’offre pas des conditions d’observation optimales, les attributions restent, bien sûr, soumises à un certain degré d’incertitude. Ceci n’enlève rien, toutefois, à la grande cohérence des résultats obtenus. La répartition des individus de l’assemblage archéologique selon les différents groupes de porosités reconnus est ainsi équivalente à celle des échantillons analysés en microscopie (fig. 8A).

5. Discussion

L’exploitation des ressources animales et végétales, quelles évolutions ?

47Les résultats de notre analyse indiquent que des ressources animales comme végétales ont très vraisemblablement été exploitées par les potiers lors de la confection des mélanges argileux. Les données chrono-stratigraphiques (Berthier, 1997) et technologiques (van Doosselaere, 2011) disponibles permettent de rendre compte de la fréquence, de la distribution et, partant, de l’évolution des modalités d’exploitation de ces ressources (fig. 8B, tab. 4). Parmi ces différentes ressources, deux d’entre elles, les sous-produits animaliers et les résidus de récolte et/ou de collecte, appellent des commentaires.

Figure 8 : A. Fréquence relative des individus de l’échantillon (gauche) et de l’assemblage archéologique selon le type de composants organiques ; B. Ditribution stratigraphique des individus de l’assemblage archéologique selon le type de composant organique ; C. Répertoires morpho-fonctionnels associés à chaque type de composant organique. (Illustration B. van Doosselaere), illustrant la variété des classes fonctionnelles propre à la plupart des groupes.
Figure 8: A. Relative frequency of the sampled sherds (left) and of the sherds belonging to the archaeological assemblage versus organic material types ; B. Stratigraphic distribution of the individuals belonging to the the archaeological assemblage versus organic material types; C. Shape classes associated to each organic material type. (Illustration B. van Doosselaere), showing the diversity of functional classes.

Figure 8 : A. Fréquence relative des           individus de l’échantillon (gauche) et de l’assemblage archéologique           selon le type de composants organiques ; B. Ditribution           stratigraphique des individus de l’assemblage archéologique selon le           type de composant organique ; C. Répertoires morpho-fonctionnels           associés à chaque type de composant organique. (Illustration B. van           Doosselaere), illustrant la variété des classes fonctionnelles           propre à la plupart des groupes.Figure 8: A.           Relative frequency of the sampled sherds (left) and of the sherds           belonging to the archaeological assemblage versus organic material           types ; B. Stratigraphic distribution of the individuals belonging           to the the archaeological assemblage versus organic material types;           C. Shape classes associated to each organic material type.           (Illustration B. van Doosselaere), showing the diversity of           functional classes.

Illustration B. van Doosselaere.

Tableau 4 : Distribution stratigraphique des individus de l’assemblage archéologique selon le type de composant organique (frequences absolues et relatives).
Table 4: Stratigraphic distribution of the sherds from the archaeological assemblage according to their porosity group affiliation (absolute values and relative frequency).

Productions locales

Productions Importées

Niveaux archéoloiques

Balle de mil

Paille

Excr. non ruminant

Excr. ruminants

Excr. ruminants

Cendre

Indéterminés

Total

Vb

0

5

0

0

0

4

5

14

Va

4

9

1

6

0

4

2

26

IVb

4

29

1

9

0

5

3

51

IVa

4

11

0

20

1

4

3

43

III

5

33

1

21

4

3

18

85

IIb

13

28

4

17

3

12

15

92

IIa

17

3

5

7

8

4

3

47

I

14

1

7

0

5

0

5

33

0

9

1

7

0

3

0

2

22

Total

70

121

26

80

24

36

56

413

% duTotal

17

29

6

19,5

6

9

13,5

Groupe de porosité

1

2

3

4

4

5

-

48Il importe de préciser, au préalable, que les facteurs techno-fonctionnels ne semblent pas déterminer les catégories de ressources sélectionnées : aucune corrélation entre morphologie des récipients (fig. 8C), usage déterminable, performances techniques attendues et types de matériaux organiques n’a été reconnue (pour une discussion plus étendue voir van Doosselaere, 2011). La variabilité technique observée ici est donc vraisemblablement liée à d’autres facteurs. Ceci n’a rien de surprenant ; le fait que les contraintes techno-fonctionnelles ne jouent bien souvent qu’un rôle mineur dans les choix techniques opérés par les artisans au cours de la sélection et du traitement des matières premières a déjà été souligné, au travers de cas ethnographiques, par plusieurs auteurs (Livingstone Smith, 2000 ; Gosselain, 2002, 2010).

L’exploitation des ressources animales

49Les récipients dont les pâtes céramiques livrent une porosité caractéristique de l’emploi de matières animales représentent 31 % des individus du corpus archéologique. Ils apparaissent dès le premier niveau d’occupation (niveau 0), daté d’une période comprise entre les ve et vie siècles, et se maintiennent jusqu’aux dernières phases d’occupation (niveau V), que l’on situe aux alentours du xviie siècle. Deux types de matériaux semblent avoir été exploités : des matières fécales de non ruminants d’une part, de ruminants d’autre part.

50Dans les niveaux datés entre les ve-vie siècles et la première moitié du xie siècle (niveaux 0 à II), les récipients montrant une porosité caractéristique de l’emploi de ce type de matériaux sont associés à deux productions distinctes, l’une locale, l’autre exogène. Les artisans implantés sur le site ont vraisemblablement utilisé des excréments de non ruminants. Les artisans auteurs de la production exogène, qui exportent des poteries vers Koumbi Saleh durant plusieurs siècles et sont implantés plus à l’ouest, dans la région du Delta Intérieur du Niger, quant à eux, ont plutôt privilégié les matières fécales de ruminants. Dans le courant du xie siècle, les modalités d’exploitation de ces ressources animales vont se modifier. L’exploitation d’excréments de non ruminants ne se maintiendra pas localement. En revanche, à partir de cette période, l’exploitation de matières fécales de ruminants fait son apparition dans les productions locales.

51Ces changements pourraient signaler une évolution dans les communautés animales disponibles. En effet, sur tous les grands sites historiques régionaux, notamment ceux de la Moyenne Vallée du Sénégal et du Delta Intérieur du Niger, les enregistrements fauniques indiquent, dans la transition du premier au second millénaire de notre ère, une augmentation et une diversification des populations de bovidés et d’équidés domestiques (MacDonald & MacDonald, 2000 ; Bedaux et al., 2005). Il est possible qu’à Koumbi Saleh une évolution comparable se soit produite et qu’elle ait eu un impact notable sur les sous-systèmes techniques de production céramique. Les modalités exactes d’une telle relation ne peuvent cependant être discutées ici, aucune donnée faunique issue des fouilles de Koumbi Saleh n’étant disponible.

L’exploitation des ressources végétales

52Les porosités caractéristiques de l’exploitation de matières végétales concernent un grand nombre de récipients (55 % du corpus archéologique). Leur distribution indique que ce type de matériau fut massivement exploité durant toute l’occupation du site. Deux types de matériaux furent plus particulièrement employés, la balle de mil et la paille, dans le cadre d’une même production locale.

53La distribution des récipients associés à une porosité résultant de l’emploi de balle de mil montre que ces sous-produits agricoles furent exploités dès les premières périodes d’occupation (niveau 0). Cette pratique est ancienne et dépasse largement le cadre chrono-culturel délimitant l’occupation du site de Koumbi Saleh. L’emploi de résidus post-récolte du mil dans la production céramique semble avoir été adopté dans le sud-est de l’actuelle Mauritanie de manière précoce, puisque ce type de dégraissant a été reconnu sur du matériel issu de plusieurs sites des Dhars Tichitt et Nema appartenant à une période Néolithique tardive remontant à 2000 BC (Amblard & Pernès, 1989 ; MacDonald et al., 2003). À Koumbi Saleh, les porosités caractéristiques de ce type d’exploitation sont attestées tout au long de la séquence stratigraphique, jusqu’au niveau Va, mais le nombre d’individus s’y rapportant diminue fortement à partir du niveau II, daté de la seconde moitié du xie siècle. Les artisans exploitant initialement la balle de mil vont alors privilégier la paille concassée issue de produits indéterminés, d’origine domestique ou sauvage.

54Pourquoi les artisans adoptent-ils à cette période de nouveaux modes de sélection et/ou de traitement des ressources organiques ? À quels facteurs peut-on relier la disparition progressive, à partir du xie siècle, d’une pratique technique ancienne et bien ancrée au niveau régional ? À nouveau, il est tentant de déduire de ces changements techniques des évolutions touchant les ressources agricoles. Dans les sites voisins du Delta Intérieur du Niger, les archives archéobotaniques traduisent effectivement de profonds changements, qui se manifestent, dans le tournant du second millénaire, par la prédominance des cultures du mil et du coton, que les agriculteurs vont alors privilégier, aux dépens de celle du riz (Bedaux et al., 2005). Une évolution des pratiques agricoles de ce type a également pu se produire à Koumbi Saleh. A-t-elle alors indirectement limité l’accès aux ressources végétales traditionnellement exploitées par les potiers et, ainsi, imposé l’emploi de nouveaux matériaux ? L’hypothèse est séduisante mais, en l’absence de données archéobotaniques, elle doit être considérée avec réserve.

6. Conclusions

55Les méthodes employées dans cette étude, qui reposent largement sur la microscopie, démontrent qu’il est possible de déterminer avec précision l’origine des porosités observables dans les pâtes céramiques. Identifier la provenance exacte d’un composant organique n’est cependant pas toujours aisé, comme en témoignent les problèmes de détermination concernant la cendre végétale. En revanche, la reconnaissance de matières fécales et de balle de mil, ainsi que de paille, montre sans ambiguïté que les potiers ont exploité des ressources animales comme végétales. De nouveaux éléments de connaissance sur l’évolution des modes d’exploitation des ressources organiques à Koumbi Saleh peuvent ainsi être proposés.

56Les résultats de notre étude suggèrent que, durant la seconde moitié du premier millénaire, les potiers implantés sur le site ont sélectionné des produits secondaires provenant probablement d’herbivores non-ruminants mais aussi des résidus post-récolte du mil. L’existence conjointe de ces deux pratiques pourrait témoigner d’une agriculture mixte. Ce double mode de production caractérise l’économie de nombreux sites contemporains d’Afrique de l’Ouest, où la pratique d’une agriculture céréalière de plus en plus diversifiée coexiste avec des pratiques d’élevage sédentaire et pastoral de plus en plus spécialisées (Linseele, 2010).

57Dans le courant du xie siècle, les ressources organiques exploitées par les artisans de Koumbi Saleh pour la fabrication céramique vont changer de nature. À cette période, les potiers emploient des excréments provenant très probablement de ruminants et de la paille, d’origine encore indéterminée. Dans les deux cas, ces changements ont été mis en rapport avec une évolution des modes de production agricole, attestée par ailleurs sur de nombreux sites historiques voisins. Si une telle mutation n’est pas démontrable pour le site de Koumbi Saleh, elle n’en est pas moins très probable. La séquence archéologique de Koumbi Saleh témoigne effectivement de changements économiques globaux, au tournant des xie-xiie siècles. Durant cette période, l’ensemble des contextes de production et de consommation céramiques évolue : de nouvelles communautés d’artisans viennent s’implanter sur le site et de nouvelles filières d’importation se mettent en place (van Doosselaere, 2011). D’autres systèmes de production sont également touchés : d’importants réaménagements urbains mais aussi des modifications dans les productions métallurgiques ont été enregistrés (Berthier, 1997). Il est donc probable, et même vraisemblable, que les productions agricoles aient également été renouvelées.

58L’instabilité climatique qui touche alors l’ouest sahélien (Ballouche & Neumann, 1995 ; Stokes et al., 2005) expliquerait, selon certains auteurs (McIntosh 1995 ; Bedaux et al., 2005 : Mayor et al., 2005), les modifications importantes qui marquent les économies dans cette région de l’Afrique. D’autres facteurs, d’ordre politique, semblent avoir été tout aussi déterminants. À cette période charnière, le paysage politique et régional se renouvelle radicalement. La pression exercée par les Almoravides, une confédération berbère sunnite, qui va tenter de contrôler les routes du commerce transsaharien actives au xie siècle et d’imposer, par ce truchement, son orthodoxie religieuse, en est sans doute à l’origine. Celle-ci entraîne une réorganisation des réseaux de circulation marchande et permet le déploiement d’autres formations politiques. C’est, notamment, le cas de l’empire de Mali, puissance régionale émergente qui, en administrant les nouvelles voies commerciales et, surtout, les gisements de production aurifère parviendra, dans le courant des xiiie et xive siècles, à étendre son autorité sur une vaste zone comprise entre la côte atlantique et la Moyenne Vallée du Niger (Levtzion & Hopkins, 2000 ; Masonen, 2000). Koumbi Saleh a, selon toute vraisemblance, largement bénéficié de cette nouvelle donne politique et économique : entre les xie et xive siècles, la ville connaît une croissance progressive et continue. Cette situation perdure jusqu’au xve siècle, où des signes de faiblesse, imputables à des pressions à la fois climatiques et politiques, sont alors perceptibles.

59On ne saurait donc privilégier un facteur d’évolution particulier pour expliquer les changements intervenus dans l’exploitation des ressources organiques pour la production de la poterie à Koumbi Saleh. Le fait que des changements s’opèrent simultanément à différentes échelles suggère un processus complexe, faisant intervenir une multiplicité de facteurs, tout autant environnementaux que politiques, économiques ou socio-culturels. Ce cas archéologique illustre ainsi toute la richesse des faits techniques, qui ne sauraient se résumer à de simples comportements adaptatifs.

Haut de page

Bibliographie

Amblard, S., Pernes, J., 1989. The identification of cultivated pearl millet (Pennisetum) amongst plant impressions on pottery from Oued Chebbi (Dhar Oualata, Mauritania). The African Archaeological Review, 7 : 117-26.

Arnold, D.E., 1985. Ceramic theory and cultural process. Cambridge University Press, Cambridge.

Ballouche, A., Neumann, K., 1995. A new contribution to the Holocene vegetation history of the West African Sahel : pollen from Oursi, Burkina Faso and charcoal from three sites in northeast Nigeria. Vegetation History and Archaeobotany, 4 : 31-39.

Bedaux, R., Polet, J., Sanogo, K. Schmitt, A. (dir.) 2005. Recherches archéologiques à Dia dans le Delta intérieur du Niger (Mali) : bilan des saisons de fouilles 1998-2003 : 191-256. CNWS Publications, Leiden.

Berthier, S., 1997. Recherches archéologiques sur la capitale de l’empire de Ghana. Cambridge Monographs in African Archaeology 41, Archaeopress, Londres.

Bakels, C.C., Constantin, C., Hauzeur, A., 1992. Utilisation de graines de pavot comme dégraissant dans un vase du groupe de Blicquy. Archeologisches Korrespondenzblatt, 22 : 473-479.

Bosquet D., Fock, H., Livingstone Smith, A., 2005. La chaîne opératoire de la céramique rubanée : essai de reconstitution sur le matériel de la fosse 10 du site de Remicourt “En Bia Flo”. In Livingstone Smith A., Bosquet D., Martineau R. (eds). Pottery Manufacturing Processes: Reconstruction and Interpretation. BAR International Series 1349. Archaeopress, Oxford, 103-14

Braadbaart, F., Poole, I., Huisman, H.D.J., van Os, B., 2012. Fuel, Fire and Heat: Experimental approach as means to determine different fuel types used by ancient societies. Journal of Achaeological Science, 39 : 836-847.

Canti, M.G., 1999. The production and preservation of faecal spherulites : animals, environment and taphonomy. Journal of Archaeological Science, 26 : 251-58.

Delhon, C. 2005. Anthropisation et paléoclimats du Tardiglaciaire à l’Holocène en moyenne vallée du Rhône : études pluridisciplinaires des spectres phytolithiques et pédo-anthracologiques de séquences naturelles et de sites archéologiques. Thèse de doctorat, Université Paris 1, France.

Delhon, C. 2007. Potentiel de l'analyse des phytolithes contenus dans les pâtes céramiques et les matériaux de construction (Dégraissants organiques). In van Doosselaere B., Oberweiler C. (eds.). Dégraissants organiques : identifications, nomenclatures et référentiels. Cahier des thèmes transversaux 7. ArScAn, Paris, 86-93.

Fuller, D.Q., MacDonald, K.C., Vernet, R., 2007. Early domesticated pearl millet in Dhar Nema (Mauritania): Evidence of crop-processing waste as ceramic temper. In Cappers R.T.J. (dir.). Fields of change. Progress in African archaeobotany.  Barkhuis Publishing, Groningen, 71-76.

Gelbert, A., 2003 Ceramic traditions and technical borrowings in the Senegal valley. Editions de la Maison des Sciences de l’Homme, Paris.

Gelorini, V., Verbeken, A., van Geel, B., Cocquyt, C., Verschuren, D., 2011. Modern non-pollen palynomorph (NPP) diversity in East African lake sediments. Review of Palaeobotany and Palynology, 164 : 143-173.

Ghosh, A., D’Rozario, A., Bera, S., 2006. Can palynomorphs occur in burnt ancient potsherds ? An experimental proof. Journal of Archaeological Science 33: 1445-1451.

Gosselain, O.P., 2002. Poteries du Cameroun Méridional. Styles techniques et rapport à l’identité. Paris, CNRS Editions.

Gosselain, O. P., 2010. Exploring the dynamics of African pottery cultures. In Barndon R., Ove I., Engevik A. (dir.). The archaeology of regional technologies. Case studies from the paleolithic to the age of the Vickings. Edwin Mellen Press, Lewiston, 193-224.

Gosselain, O. P., Livingstone Smith, A., 2005. The Source Clay Selection and Processing practices in Sub-Saharan Africa. In Livingstone Smith A., Bosquet D., Martineau R. (eds). Pottery Manufacturing Processes: Reconstruction and Interpretation. BAR International Series 1349. Archaeopress, Oxford, 33-47.

Harlan, J.R. 1989. Wild grass seed harvesting in the Sahara and sub Sahara of Africa. In Harris D.R., Hillman G.C. (dir.). Foraging and farming: the evolution of plant exploitation. Unwin Hyman, London, 79-98.

Harvey, E.L., Fuller, D., 2005. Investigating crop processing using phytolith analysis : the example of rice and millets. Journal of Archaeological Science, 32 : 739-752.

Hayes, E., 2005. Évolution des choix de dégraissants dans la production des pâtes céramiques de Koumbi Saleh: caractérisation des phases organiques par l’analyse des phytolithes. Mémoire de DEA : Université Paris 1, France.

Hein, A., Müller, N., Day, P., Kilikoglou, V., 2008. Thermal conductivity of archaeological ceramics: The effect of inclusions, porosity and firing temperature. Thermochimica Acta, 480 : 35-42

Henry, A.G, Hudson, H.F., Piperno, D.R., 2009. Changes in starch grain morphologies from cooking. Journal of Archaeological Science , 36 : 915-922.

Johnson, J.S., Clark, J., Miller-Antonio, S., Robins, D., Schiffer, M.B., Skibo, J.M., 1988. Effect of firing temperature on the fate of naturally occurring organic matter in clay. Journal of Archaeological Science, 15 : 403-414.

Kahlheber, S. 2004. Perlhirse und Baobab Archäobotanische Untersuchungen im Norden Burkina Fasos. Thèse de doctorat, Johann Wolfgang Goethe Universität, Allemagne.

Karkanas, P., Rigaud, J.P., Simek, J.F., Albert, R.M., Weiner, S., 2002. Ash, bones and guano: a study of the minerals and phytoliths in the sediments Grotte XVI, Dordogne, France. Journal of Archaeological Science, 29 : 721-732.

Kingery, W. D., Bowen, H.K., Uhlmann, D. R., 1976. Introduction to ceramics. Wiley Interscience, New York.

Levtzion, N., Hopkins, J.F.P., 2000. Corpus of Early Arabic sources for West African History. 2nde édition. Cambridge University Press, Cambridge.

Linseele, V., 2010. Did Specialized Pastoralism Develop Differently in Africa than in the Near East ? An Example from the West African Sahel. Journal of World Prehistory, 23 : 43-77.

Lippi, M. M., Gonelli, T., Palecchi, P., 2011. Rice chaff in ceramics from the archaeological site of Sumhuram (Dhofar, Southern Oman). Journal of Archaeological Science, 38: 1173-1179.

Livingstone Smith, A., 2000. Processing clay for pottery in Northern Cameroon: Social and technical requirements. Archaeometry, 42(1) : 21-41.

Livingstone Smith, A. 2001a. Chaîne opératoire de la poterie : références ethnographiques, analyses et reconstitution. Thèse de doctorat, Université Libre de Bruxelles, Belgique.

Livingstone Smith, A. 2001b. Pottery manufacturing processes: reconstruction and interpretation. In Garcea E. A. A. (dir.) Uan Tabu in the settlement History of the Libyan Sahara. Arid Zone Archaeology Monographs (2). Edizioni all’insegna del Giglio, Rome, 113-52.

London, G., 1981. Dung-tempered clay. Journal of Field Archaeology, 8: 89-195.

MacDonald, K. C., MacDonald, R. H. (2000). The Origins and Development of Domesticated Animals in Arid West Africa. In Blench R.M., MacDonald K.C. (dir.). The Origins and Development of African Livestock: archaeology, genetics, linguistics and ethnography. UCL Press, London, 127-162.

Macdonald K.C., Vernet R., Fuller D., Woodhouse, J., 2003. New light on the Tichitt tradition : a preliminary report on survey and excavation at Dhar Nema. In Mitchell P., Haour A., Hobart J. (dir.). Researching Africa's past : new contributions from British archaeologists. Oxford University School of Archaeology, Oxford, 73-80.

Madella, M., Lancelotti, C., 2011. Taphonomy and phytoliths: A user manual. Quaternary International, 275 : 76-83.

Madella, M., Lancelotti, C., Garcia-Granero, J., 2013. Millet microremains — an alternative approach to understand cultivation and use of critical crops in Prehistory. Archaeological and Anthropological Sciences. Online publication doi: 10.1007/s12520-013-0130-y

Manning, K., Pelling, R., Higham, T., Schwenninger, J-L., Fuller, D., 2011. 4500-year old Domesticated Pearl Millet (Pennisetumglaucum) from the Tilemsi Valley, Mali: new insights into an alternative cereal domestication pathway in Africa. Journal of Archaeological Science, 38(2): 312-322.

Masonen, P., 2000. The Negroland Revisited. Discovery and invention of Sudanese Middle Ages. Academia Scientarum Fennica, Helsinki.

Mayor, A., Huysecom, E., Gallay, A., Rasse, M., Ballouche, A., 2005. Population Dynamics and paleoclimate over the past 3000 years in the Dogon country, Mali. Journal of Anthropological Archaeology 24 : 25-61.

McIntosh, S.K., 1995. Excavations at Jenne-Jeno, Hambarketolo, and Kaniana (Inland Niger Delta, Mali): the 1981 Season. University of California Press, Berkeley.

Oberweiler, C., 2005. La métallurgie du cuivre et du bronze dans le monde égéen du Bronze Ancien au début du Bronze Récent (IIIe-début du IIe millénaire): les techniques de fonderie. Thèse de Doctorat, Université de Paris 1, France.

Piperno, D. 1988. Phytolith analysis: An archaeological and Geological Perspective. Academic Press, San Diego.

Piperno, D.R. 2006. Phytoliths: a comprehensive guide for Archaeologists and Paleoecologists. Altamira Press, Oxford.

Reddy, S.N., 2003. Discerning Palates of the Past: An Ethnoarchaeological Study of Crop Cultivation and Plant Usage in India. Prehistory Press, Ann Arbor.

Rice, P.M., 1987. Pottery analysis. A source Book. The University of Chicago Press, Chicago.

Rye O.S., 1981. Pottery Technology. Principles and Reconstruction. Manuals on Archaeology No. 4. Taraxacum Press, Washington D.C.

Sestier, C. 2005. Utilisation du dégraissant végétal en contexte néolithique : hypothèses technologiques et expérimentation. In Livingstone Smith A., Bosquet D., Martineau R. (eds). Pottery Manufacturing Processes: Reconstruction and Interpretation. BAR International Series 1349. Archaeopress, Oxford, 81-94.

Schiegl, S., Goldberg, P., Bar-Yosef, O. et Weiner S., 1996. Ash Deposits in Hayonim and Kebara Caves, Israel: Macroscopic, Microscopic and Mineralogical Observations, and their Archaeological Implications. Journal of Archaeological Science ,23 : 763-781.

Shillito, L.-M., 2013. Grains of truth or transparent blindfolds ? A review of current debates in archaeological phytolith analysis. Vegetation History and Archaeobotany, 22: 71-82.

Shahack-Gross, R., 2011. Herbivorous Livestock Dung: Formation, Taphonomy, Methods For Identification, and Archaeological Significance. Journal of Archaeological Science, 38: 2480-2490.

Simpkins, D.L., Allard, D.J., 1986. Isolation and Identification of Spanish Moss Fiber from a Sample of Stallings and Orange Series Ceramics, American Antiquity, 6(1) : 102-117.

Sillar, B., 2009. La saisonnalité des techniques. Saisonnalité et spécialisation artisanale dans les Andes. Techniques & Culture,52(3) : 90-119.

Skibo, J., Schiffer, M., Reid, K., 1989. Organic-tempered pottery: an experimental study. American Antiquity, 54: 122-46.

Stokes, S., Bailey, R.M., Fedoroff, N., O Marah, K.E., 2004. Optical dating of aeolian dynamism on the West African Sahelian margin. Geomorphology, 59: 281-291.

Tomlinson, K. Denyer, K., 2003. Starch synthesis in cereal grains. Advances in Botanical Research, 40 : 1-60.

Tsetlin, Y.B., 2003. Organic tempers in ancient ceramics. In DiPierro F.S., Serneels V., Maggetti M. (eds.). Ceramics in the Society. Proceedings of the 6th European Meeting on Ancient Ceramics, Fribourg, 289-306.

Twiss, P.C., 1992. Predicted world distribution of C3 and C4 grass phytoliths. In G. Rapp, S. Mulholland (eds.). Phytolith systematics emerging issues. Plenum Press, New-York, 113-128.

Vandiver, P.B., 1987. Sequential slab construction ; a conservative Southwest Asiatic ceramic tradition, ca. 7000-3000 BC. Paléorient, 13 : 9-35.

van Doosselaere, B., 2005. Technologie de la poterie et histoire à Koumbi Saleh : Premiers résultats, premiers enjeux. Afrique Archéologie et Arts, 3 : 63-80. Etude technologique de l’assemblage céramique de Koumbi Saleh.

van Doosselaere, B., 2011. Poterie et Histoire au temps des Grands Empires oust-africains. Thèse de Doctorat, Université de Paris 1, France.

van Doosselaere, B. et E. Hayes 2007. Exploitation des ressources organiques dans les productions céramiques à Koumbi Saleh (sud-est mauritanien, xvie-xviie siècles). In B. van Doosselaere, C. Oberweiler (eds.). Dégraissants organiques : identifications, nomenclatures et référentiels. Cahier des thèmes transversaux 7. ArScAn, Paris,

Vrydaghs, L., De Paepe, P., Rutten, K., Haerinck, E., 2004. Phytolith analysis of ceramic thin sections, a new investigating tool. The case study of ed-Dur (Umm al-Qaiwain, U.A.E.). The phytolitarian, 16 (1) : 5.

Whitbread, I.K., 1995. Greek Transport Amphorae: A Petrological and Archaeological Study. Fitch Laboratory occasional paper 4. British School at Athens, Athènes.

Young, R., 1999. Finger Millet Processing in East Africa. Vegetation History and Archaeobotany 8 : 31-4.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Localisation du site de Koumbi Saleh. Figure 1: Map showing the location of Koumbi Saleh.
Crédits Illustration: B. van Doosselaere.
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/4140/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 752k
Titre Figure 2 : Synthèse des données historiques et archéologiques.Figure 2: Synthesis of historical and archaeological data.
Crédits Illustration: B. van Doosselaere, d’après Berthier 1997.
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/4140/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 793k
Titre Figure 3 : Matériel expérimental: vues en macroscopie et microscopie.Figure 3: Experimental samples viewed in macroscopy and microscopy.
Crédits Illustration: B. van Doosselaere.
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/4140/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 11M
Titre Figure 4 : Types de vacuoles et bioclastes associés (phytolithes et spore d’algue) vus en microscopie optique à transmission (Lumière Polarisée Non Analysée).Figure 4: Main porosity morphological types and associated bioclasts (phytoliths and algae spora) viewed in optical microscopy (Non Polarised Light).
Crédits Illustration: B. van Doosselaere.
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/4140/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 9,3M
Titre Figure 5 : Détail de quelques porosités et empreintes diagnostiques observées sur le matériel archéologique en MS (gauche: vues en coupe, droite: vues en surface).Figure 5: Detail of some diagnostic porosity and imprints observed on the archaeological samples in stereoscopic microscopy (left: view in section, right: view of the surface).
Crédits Illustration: B. van Doosselaere.
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/4140/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Figure 6 : Fréquence relative des bioclastes (phytolithes et amyloplastes) par individu après extraction.Figure 6: Relative frequency of bioclasts (phytoliths and amyloplasts) observed in the samples after extraction.
Crédits Illustration: B. van Doosselaere, d’après Hayes 2005.
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/4140/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Figure 7 : Exemples illustrant chacun des groupes de porosités reconnus. Vues en macroscopie et microscopie (structures vacuolaires, fractions minérales et phytolithes).Figure 7: Examples illustrating the porosity groups. Views in macroscopy and microsocpy (voids, mineral fraction and associated phytoliths).
Crédits Illustration: B. van Doosselaere.
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/4140/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 11M
Titre Figure 8 : A. Fréquence relative des individus de l’échantillon (gauche) et de l’assemblage archéologique selon le type de composants organiques ; B. Ditribution stratigraphique des individus de l’assemblage archéologique selon le type de composant organique ; C. Répertoires morpho-fonctionnels associés à chaque type de composant organique. (Illustration B. van Doosselaere), illustrant la variété des classes fonctionnelles propre à la plupart des groupes.Figure 8: A. Relative frequency of the sampled sherds (left) and of the sherds belonging to the archaeological assemblage versus organic material types ; B. Stratigraphic distribution of the individuals belonging to the the archaeological assemblage versus organic material types; C. Shape classes associated to each organic material type. (Illustration B. van Doosselaere), showing the diversity of functional classes.
Crédits Illustration B. van Doosselaere.
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/4140/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 391k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Barbara van Doosselaere, Claire Delhon et Emily Hayes, « « Qu’importe le flacon pourvu qu’il y ait l’ivraie » : les constituants d’origine organique de la céramique de Koumbi Saleh (Mauritanie, VIe-XVIIe siècles AD), témoins de l’exploitation de sous-produits agricoles », ArcheoSciences, 38 | 2014, 49-72.

Référence électronique

Barbara van Doosselaere, Claire Delhon et Emily Hayes, « « Qu’importe le flacon pourvu qu’il y ait l’ivraie » : les constituants d’origine organique de la céramique de Koumbi Saleh (Mauritanie, VIe-XVIIe siècles AD), témoins de l’exploitation de sous-produits agricoles », ArcheoSciences [En ligne], 38 | 2014, mis en ligne le 30 novembre 2016, consulté le 15 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/archeosciences/4140 ; DOI : 10.4000/archeosciences.4140

Haut de page

Auteurs

Barbara van Doosselaere

Trajectoires - UMR 8215 – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – Maison René Ginouvès 21, allée de l’Université, F-92023, Nanterre Cedex (barbara.vandoosselaere@gmail.com)

Claire Delhon

Université Nice Sophia Antipolis, Campus Saint-Jean-d'Angély, SJA3 – CEPAM- UMR 7264 CNRS – 24, avenue des Diables Bleus 06357 Nice Cedex 4 (claire.delhon@cepam.cnrs.fr)

Articles du même auteur

Emily Hayes

University of Exeter, College of Life and Environmental Sciences, Mail Room, The Old Library, Prince of Wales Road, Exeter, Devon UK, EX4 4SB (ejeh201@exeter.ac.uk)

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page