Navigation – Plan du site

Mise en évidence de cinq ateliers inédits d’amphores gauloises dans la région d’Arles

Five new workshops of Gaulish amphorae in Arles’ region
Fabrice Bigot, Séverine Corbeel et Anne Schmitt
p. 83-99

Résumés

Les recherches archéologiques et les analyses physico-chimiques conduites sur les amphores gauloises ces trente dernières années ont démontré le rôle important d’Arles et de la basse vallée du Rhône dans le commerce des amphores vinaires de Narbonnaise durant le Haut-Empire. De plus, plusieurs indices archéologiques (concentration d’amphores, terres cuites architecturales surcuites…) permettent de supposer l’existence d’un atelier péri-urbain dans cette agglomération portuaire, bien qu’aucun four n’ait encore été fouillé. Pour tester cette hypothèse, 76 amphores, issues des dépotoirs du Rhône et urbains, ont été analysées par fluorescence X. Puis, leur composition chimique a été comparée à celle des ateliers de Narbonnaise, étudiés au laboratoire de céramologie de Lyon (UMR5138, ARAR). Les résultats ont mis en évidence la possibilité de l’existence de cinq nouveaux ateliers localisés à Arles et/ou dans sa région. Ces derniers ont produits des amphores Gauloise 4 et Gauloise 5 entre la fin du ier siècle apr. J.-C. et le iiie siècle apr. J.-C.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article est écrit avec la collaboration de Luc Long (Conservateur en chef du patrimoine, ASM-Archéologie des Sociétés Méditerranéennes, UMR5140, Univ Paul-Valéry Montpellier, CNRS, MCC, 34000, Montpellier, France. (Luc.long[@]wanadoo.fr)) et David Djaoui (Archéologue territorial au musée départemental de l’Arles antique, Conseil départemental des Bouches-du-Rhône)

Ce travail est inscrit dans l’axe thématique « Économie et environnement » du programme scientifique du
Labex ARCHIMEDE, programme IA-ANR-11-LABX-0032-01.

Texte intégral

1. Introduction

1La viticulture spéculative occupe une place très importante dans le développement économique de la Narbonnaise entre la fin du ier siècle av. J.-C. et le ive siècle apr. J.-C. (Brun, Laubenheimer, 2001 : 206-208). Au Haut-Empire, cette région représente la première province exportatrice de vin en amphore, consommé sur le limes germanique et en Bretagne (Baudoux, 1996 : 62 ; Fitzpatrick, 1992 : 181). Elle constitue également l’une des principales pourvoyeuses en vin de Rome et d’Ostie (Panella, 1992 ; Panella, Rizzo, 2014 : 81). Ces observations ont été permises grâce aux recherches conduites sur les amphores gauloises, initiées par F. Laubenheimer en 1985 (Laubenheimer, 1985). La multiplication des études, depuis une trentaine d’années, a permis d’étoffer nos connaissances sur la géographie des ateliers et les courants commerciaux de ces conteneurs. Néanmoins, les dernières synthèses mettent en exergue un déficit d’ateliers et les difficultés de déterminer la région de provenance de ces amphores de Narbonnaise, à partir d’une simple analyse visuelle de leur pâte (Mauné, 2013 ; Laubenheimer, Schmitt, 2009). Elles montrent cependant l’apport considérable que constituent les analyses physico-chimiques pour la mise en évidence de l’origine des amphores et des ateliers (Mauné, 2013 : 357 ; Laubenheimer, Schmitt, 2009). L’existence d’une zone de production majeure dans la basse vallée du Rhône a ainsi été démontrée, bien que les ateliers restent profondément méconnus dans ce secteur (Ibid : 154).

  • 1 Le mobilier de ces dépotoirs a été étudié par Guillaume Duperron dans le cadre d’une thèse (...)
  • 2 On dénombre 18 exemplaires T.CR.V‘IT’, dont neuf appartenant au gisement Arles-Rhône 1/CNR, (...)
  • 3 On comptabilise six exemplaires MATVR/MATVRI, quatre exemplaires ALBIN, deux exempl (...)
  • 4 Les ateliers de Dr. 20 de Bétique fournissent ce type de cas de figure. À titre d’exemple, (...)

2Les contextes portuaires et de consommation d’Arles sont en revanche bien documentés, en particulier grâce aux fouilles subaquatiques menées dans le Rhône par Luc Long (DRASSM) depuis une trentaine d’années et par les équipes du musée de l’Arles Antique (Conseil général des Bouches-du-Rhône) depuis 2008. Ces opérations ont permis la mise au jour d’un imposant dépotoir portuaire dans lequel les amphores gauloises vinaires sont prépondérantes entre la période flavienne et le début du ive s. apr. J.-C. (Duperron, 2014 : 99-100)1 (figure 1). À titre d’exemple, les fouilles du dépotoir recouvrant le chaland Arles-Rhône 3 ont livré 1679 amphores gauloises soit 60 % des amphores et la fouille de sauvetage dite « de la CNR » 202 conteneurs gaulois soit 77,5 % des amphores et 90 % des conteneurs vinaires (Bigot, Djaoui, 2013 : 377 ; Duperron, 2014, vol 1 : 97 ; vol. 2 : 195-196). À proximité immédiate, le site Arles-Rhône 1 est presque exclusivement composé d’amphores Gauloise 4 : « au total plus d’une centaine de cols et une dizaine d’amphores entières ont été répertoriées », dont six portent la marque T.CR.V‘IT’. L. Long suppose qu’elle pourrait correspondre à un atelier d’Arles ou de sa région (Long, 1992 : 11). De plus, « il est à noter la présence de briques et d’importants rebuts de cuisson provenant d’un four de tuilier » (ibid. : 11). Les concentrations d’amphores sur ces trois sites nous conduisent plutôt à proposer la présence d’un ou plusieurs ateliers amphoriques périurbains. Cette hypothèse est étayée par le grand nombre d’estampilles d’une même marque découvertes dans ces dépotoirs2, des estampilles pour lesquelles l’atelier de fabrication reste inconnu, bien que l’origine rhodanienne de certaines soit avérée3 (Laubenheimer, Schmitt, 2009 : 129-130) et des estampilles inédites M.A.I et MFM (Duperron, 2014 : 147 ; Bigot, Djaoui, 2013 : 389 ; Corbeel, Duperron, 2013 : 422). Toutes ces estampilles permettent d’émettre l’hypothèse de l’existence d’un important centre de production composé de plusieurs officines4 (ibid.).

Figure 1 : Carte de localisation des sites étudiés à Arles / Map of the sites in Arles

Figure 1 : Carte de localisation des sites         étudiés à Arles / Map of the sites in Arles

N1 : Arles-Rhône 1/CNR ; n2 : Gisement A/Arles-Rhône 3 ; no 3 Brossolette ; no 4 : La Verrerie ; no 5 : Cimetière de Trinquetaille ; no 6 La Pointe ; no 7 : Place Jean-Baptise Massillon ; no 8 : Cirque.

IGN 2016 – www.geoportail.gouv.fr

  • 5 Ce travail fait l’objet d’une thèse préparée par F. Bigot, dirigée par S. Mauné (DR CNRS, U (...)
  • 6 Ce travail fait l’objet d’une thèse préparée par S. Corbeel, dirigée par S. Mauné (DR CNRS, (...)

3Ces ateliers auraient produit majoritairement des Gauloise 4, destinées au grand commerce (Laubenheimer, 2001 : 55). L’étude de ces amphores et la détermination de leur origine sont donc capitales pour mieux appréhender l’impact de la basse vallée du Rhône dans les échanges vers les centres de consommation de Méditerranée5. De plus, les timbres mis au jour à Arles, dont l’origine locale est envisagée, constituent un corpus exceptionnel pour comprendre l’organisation de la production d’amphores et du conditionnement du vin dans cette cité6. Les analyses physico-chimiques sont essentielles pour vérifier l’hypothèse de l’existence d’un centre de production à Arles.

2. Les analyses physico-chimiques

4Les analyses chimiques ont été réalisées par fluorescence X en dispersion de longueur d’onde au laboratoire de céramologie de l’UMR 5138 ARAR de Lyon. La comparaison des compositions chimiques a été effectuée par classification ascendante hiérarchique à partir des distances euclidiennes non pondérées sur variables centrées réduites relatives aux 16 constituants chimiques suivants : CaO, Fe2O3, TiO2 , K2O, SiO2, Al2O3, MgO, MnO, Zr, Sr, Zn, Rb, Cr, Ni, V, Ce. Le baryum (Ba), le sodium (Na2O) et le phosphore (P2O5) ne sont pas utilisés dans les calculs pour s’affranchir de l’influence d’une éventuelle pollution-contamination lors de l’enfouissement (Picon, 1976). Le graphique obtenu représente le degré de ressemblance entre les différents exemplaires et permet de visualiser les groupes de composition. Il faut ensuite vérifier la validité des classifications obtenues en s’attachant à repérer à tous les stades les individus qui pourraient être étrangers. Il faut tenir compte des dispersions de composition au sein des ateliers, de l’interprétation géochimique des variations et bien sûr des altérations de compositions chimiques qui ont pu intervenir lors de l’enfouissement (Buxeda i Garrigós et al., 2002 ; Schwedt et al., 2006).

  • 7 Nous remercions A. Charon (conservateur en chef du musée de l’Arles Antique), M.-P. Rothé ( (...)

5La conservation en milieu humide pouvant altérer la composition des pâtes des amphores, nous avons d’abord vérifié si les amphores découvertes dans le Rhône avaient subi ou non des altérations de leur composition chimique. L’échantillonnage a porté sur dix Gauloise 4 du dépotoir Arles-Rhône 3 (dont six timbrées A.P.M, une T.CR.V‘IT’, une C.M.S et une [M.I.]P) et dix Gauloise 4 issues de contextes terrestres (huit amphores appartenant à un dépotoir de berge place Jean Baptiste Massillon dont une timbrée MARTIAL ; une amphore du site urbain de la Verrerie à Trinquetaille ; une amphore timbrée C.D.V du site urbain Pierre-Brossolette7). Aucune différence notable dans la composition n’a été observée, c’est pourquoi on peut considérer que le séjour des amphores dans l’eau du Rhône ne génère pas d’altération des compositions des pâtes.

Définition du groupe arlésien

Les amphores analysées

6Les amphores Gauloise 4 de Narbonnaise, produites à partir de la période flavienne, ont en commun une pâte beige claire à orangée, poreuse et fréquemment friable. Les inclusions visibles sont rares et le plus souvent quartzeuses. En général, il est très difficile de faire à l’œil nu une distinction entre les ateliers d’après la pâte, il en est de même à la loupe car les inclusions sont de petite taille et peu caractéristiques (Laubenheimer, Schmittn 2009 : 39). Il est donc nécessaire d’avoir recourt à des analyses physico-chimiques pour confirmer ou infirmer les hypothèses posées par l’étude céramologique.

  • 8 Ces analyses ont été réalisées grâce au financement du Labex Archimède, pro (...)

7Le corpus comprend les 20 Gauloise 4 utilisées pour le test de pollution, décrites ci-dessus, ainsi que 33 amphores du gisement A/Arles-Rhône 3, dont sept timbrées (quatre exemplaires A.P.M ; MFM ; T.V.P ; S.P.S) (figure 2), 11 Gauloise 4 originaires des gisements Arles-Rhône 1 et CNR estampillées (neuf exemplaires T.CR.V‘IT’ ; MATVRI ; A.P.M) (figure 3) et deux Gauloise 4 timbrées A.P.M découvertes en prospection dans la zone 420 du Rhône et lors des fouilles du Cirque en 1987. Nous avons également inclus à notre étude deux amphores timbrées C.M.S et MATVRI, découvertes lors des fouilles du Cirque d’Arles en 1974 (Laubenheimer, Schmitt, 2009 : 151). Le corpus des amphores analysées pour vérifier l’existence d’un atelier à Arles se compose donc de 68 Gauloise 48. Ces conteneurs sont datés entre la période flavienne et le milieu du iisiècle apr. J.-C., hormis sept amphores provenant de la place Jean-Baptiste Massillon dont la chronologie est comprise entre le milieu du iie siècle et le iiie siècle apr. J.-C., ainsi que quelques amphores marquées du Cirque et des gisements Arles-Rhône 1 et CNR, datées de la seconde moitié du iisiècle.

Figure 2 : Amphores Gauloise 4 estampillées analysées / Analysed Gauloise 4 Amphorae with marks

Figure 2 : Amphores Gauloise 4 estampillées             analysées / Analysed Gauloise 4 Amphorae with             marks

Figure 3 : Amphores Gauloise 4 estampillées analysées / Analysed Gauloise 4 Amphorae with marks

Figure 3 : Amphores Gauloise 4 estampillées             analysées / Analysed             Gauloise 4 Amphorae with marks
  • 9 Les estampilles A.P.M (10 individus), C.M.S, S.P.S, MFM, T.V.P, M.I.P, T.CR.V‘IT’ (cinq (...)
  • 10 Cinq exemplaires timbrés T.CR.V‘IT’, un exemplaire A.P.M et le timbre [MI]P possèdent u (...)

8Les exemplaires ont été sélectionnés suite à une observation minutieuse de leur pâte à l’œil nu. Cette dernière est fine, calcaire, dure ou savonneuse, de couleur beige à orangée et contient des particules blanches, noires et du mica dont les quantités et les dimensions varient de façon non uniforme de très faibles à moyennes. Deux groupes se distinguent par la présence ou l’absence de petites inclusions rouges correspondant probablement à des oxydes de fer. Le groupe le plus important (groupe A) contient des inclusions d’oxydes. Il est formé de 51 individus9 contre 13 exemplaires seulement dans le second groupe10 (groupe B). Qui plus est, on recense un exemplaire atypique (AMG830) dont la pâte est de couleur rouge/rosée. Elle contient des inclusions blanches, noires, plus rarement rouges et un très grand nombre de particules de mica. Cet individu a été incorporé car il porte une marque A.P.M, que nous supposions locale (Bigot, Djaoui, 2013 : 389 ; Corbeel, Duperron, 2013 : 422). Du fait de la nature très fine de la pâte, nous n’avons pas effectué d’analyse plus poussée au microscope pétrographique.

Tableau 1: Liste des amphores Gauloise 4 analysées par fluorescence X / Table 1 : List of amphorae Gauloise 4 analyzed by XRF

Tableau 1: Liste des amphores Gauloise 4             analysées par fluorescence X / Table 1 : List of             amphorae Gauloise 4 analyzed by XRF

Résultats des analyses

9Les amphores de type Gauloise 4 découvertes à Arles présentent une pâte argileuse dont les taux de calcaire varient en moyenne de 10 à 16 %. La classification d’après les données chimiques montre une répartition en cinq groupes et la présence de nombreux marginaux (figure 4). Il est possible qu’un seul vaste centre de production ait utilisé différentes argiles. Cette situation est attestée dans l’officine de Saint-Bézard à Aspiran, où deux types de pâte sont recensés (Laubenheimer, Schmitt, 2009 : 51-52, 58). Néanmoins, il nous semble plus probable de restituer autant d’ateliers que de groupes, bien que les différences de compositions chimiques soient minimes (tableau 2). On peut émettre l’hypothèse que la matière première argileuse utilisée par les potiers provient de la même formation géologique, les différences entre les ateliers pouvant s’expliquer par des niveaux ou des lieux de prélèvements différents ainsi que des modes de préparation de la pâte céramique propre à chaque atelier.

Figure 4 : Classification ascendante hiérarchique des amphores Gauloise 4 analysées / Hierarchical cluster analysis of Gauloise 4 Amphorae

Figure 4 : Classification ascendante             hiérarchique des amphores Gauloise 4 analysées / Hierarchical cluster analysis of Gauloise 4             Amphorae

Calcul à partir des distances euclidiennes non pondérées sur variables centrées réduites relatives aux 16 constituants chimiques suivants : CaO, Fe2O3, TiO2 , K2O, SiO2, Al2O3, MgO, MnO, Zr, Sr, Zn, Rb, Cr, Ni, V, Ce. Le baryum, le sodium et le phosphore ne sont pas utilisés pour s’affranchir de l’influence d’une éventuelle pollution. / Calculated with Euclidian distances non weighted on centered reduced variables of 16 chemical components : CaO, Fe2O3, TiO2, K2O, SiO2, Al2O3, MgO, MnO, Zr, Sr, Zn, Rb, Cr, Ni, V, Ce. Barium, sodium and phosphorus are not used in order to avoid the influence of possible contaminations.

Tableau 2 : Moyenne (m), écart-type (σ) et écart-type réduit (σ%) des compositions chimiques des cinq groupes d’amphores gauloises d’Arles tels qu’ils apparaissent sur le graphique de la figure 4 / Table 2: Average chemical compositions (m), standard deviation (σ) and relative standard deviation (σ%) of the five Arles groups of amphorae as they appear on figure 4.

Tableau 2 : Moyenne (m), écart-type (σ) et             écart-type réduit (σ%) des compositions chimiques des cinq groupes             d’amphores gauloises d’Arles tels qu’ils apparaissent sur le             graphique de la figure 4 / Table 2: Average             chemical compositions (m), standard deviation (σ) and relative standard             deviation (σ%) of             the five Arles groups of amphorae as they appear on             figure 4.

10En dehors de ces groupes, deux exemplaires se placent en position de marginal interne (AMG818 et AMG847) avec une composition intermédiaire entre les groupes 4 et 5 (figure 4). Enfin, neuf individus se placent en position totalement marginale. Deux d’entre-eux (AMG 825 et AMG 840) ont des taux de CaO bien supérieurs à tous les autres exemplaires, il s’agit vraisemblablement d’importations. Pour les autres exemplaires, il est parfois difficile d’identifier les raisons de leur classement marginal (AMG849, AMG815, AMG820, AMG886, AMG874, AMG839, AMG821), les principales variations portent sur les taux de CaO, Fe2O3 et MnO. En l’absence d’analyse de prélèvement d’argile, il est difficile de dire si ces différences peuvent s’expliquer par des variations au sein des gisements d’argiles locales. Ces individus ne formant pas un groupe cohérent, il est plus probable qu’il s’agisse d’importations isolées.

11Il convient à présent de mettre en relation ces résultats avec les données archéologiques. En premier lieu, signalons que les exemplaires initialement répartis en deux ensembles A et B, d’après les aspects macroscopiques des pâtes, se dispersent ici parmi cinq groupes de compositions chimiques et les 10 individus marginaux. L’amphore Gauloise 4 à pâte macroscopiquement atypique (AMG830) se place au sein du groupe 2.

12Le groupe 2 est largement majoritaire avec 32 exemplaires, parmi lesquels sept marques T.CR.V‘IT’, quatre estampilles A.P.M ainsi que les timbres T.V.P, C.M.S, C.D.V, MFM et MATVRI. L’effectif important de ce groupe suggère une origine arlésienne des amphores qui y sont classées. Les quatre autres groupes, plus modestes, comprennent certaines amphores estampillées ; le timbre A.P.M est recensé dans les groupes 1, 2, 3 et 4 et sa matrice A est présente dans chacun d’entre eux. Les marques MATVRI et MART[IAL] sont attestées dans le groupe 5, l’estampille T.CR.V‘IT’ dans les groupes 2, 3 et 4, les timbres S.P.S et CMS dans le groupe 3 et enfin la marque [MI]P dans le groupe 4. Il ne semble donc pas exister de lien entre un groupe et une estampille ou ses différentes matrices.

13Le lieu de découverte des amphores n’est pas non plus spécifique à un groupe. Dans le premier, les conteneurs proviennent du gisement A, où était enfouit l’épave Arles-Rhône 3, hormis deux exemplaires découverts dans les dépotoirs de la place Jean-Baptiste Massillon (AMG817) et Arles-Rhône 1 (AMG841). Les amphores du groupe 2 sont issues du gisement A, hormis six amphores originaires du dépotoir Arles-Rhône 1/CNR et une de Brossolette. Le groupe 4 réuni quatre individus du gisement A et un du dépotoir Arles-Rhône 1/CNR. Le groupe 3 rassemble quatre exemplaires mis au jour dans le gisement A, un dans le dépotoir Arles-Rhône 1/CNR et un au Cirque. Une amphore du groupe 5 a également été découverte sur ce site tandis que les quatre autres proviennent de la place Jean-Baptiste-Massillon.

14Les cinq amphores constituant ce cinquième groupe sont datées entre le milieu du iie siècle apr. J.-C. et le iiie siècle apr. J.-C. Elles pourraient provenir d’un atelier qui n’était pas en activité lors de la formation des dépotoirs du gisement A et Arles-Rhône 1. La présence dans le groupe 1 d’une Gauloise 4, provenant également de la place Jean-Baptiste-Massillon et datée de la seconde moitié du iie siècle apr. J.-C., témoigne de l’activité de cette officine jusqu’à cette période.

Une origine locale d’amphores Gauloise 5, Fréjus-Lenzbourg et du timbre Q.C.H ?

Amphores analysées par fluorescence X

15L’origine locale des types Gauloise 5 (cinq exemplaires) (figure 5, no 1-2) et Fréjus-Lenzbourg (trois exemplaires) (figure 5, no 3-4), ainsi que d’une anse timbrée Q.C.H (figure 5, no 5), découverts dans le dépotoir du gisement Arles-Rhône 3, a été étudiée (tableau 3). L’analyse de ces deux modèles répondait à deux interrogations. La première était de déterminer si la zone de fabrication des Gauloise 5 pouvait s’étendre jusqu’à Arles. L’atelier de Sivier à Istres était jusqu’à présent le centre de production le plus occidental de cette amphore typiquement provençale (Marty, 2003 ; Mauné, 2013 : 354). La deuxième question était induite par la présence à Arles d’amphores à sauces de poissons Fréjus-Lenzbourg qui ne semblaient pas provenir de Fréjus. Les exemplaires forojuliens possèdent, en effet, un diamètre moyen à l’embouchure de 17,8 cm contre 13 cm pour ceux découverts à Arles (Brentchaloff, 1988 : 181-182 ; Bigot, Djaoui, 2013 : 338). Par ailleurs, un réexamen macroscopique de la pâte de ces conteneurs a montré qu’elle semblait différente de celle des amphores de Fréjus, contrairement à ce que nous avions suggéré précédemment (ibid.). Nous voulions donc vérifier l’hypothèse d’une fabrication locale de ces amphores qui impliquerait un reconditionnement ou une production de sauces et de salaisons de poissons près d’Arles. Pour cela leur composition chimique a été comparée à celle des groupes de référence d’Arles.

16Enfin, l’analyse de l’amphore Gauloise 4 timbrée Q.C.H a été réalisée pour vérifier si cette estampille provient d’une officine rhodanienne. Sa pâte est effectivement comparable à celle d’amphores marquées bien représentées à Arles telles que A.P.M, MATVRI ou encore C.M.S (Laubenheimer, Schmitt, 2009, p. 129).

Figure 5 : Amphores Gauloise 5, Fréjus-Lenzbourg et estampille Q.C.H analysées / Analysed Gauloise 5 and Fréjus-Lenzbourg Amphorae and Amphorae with stamp Q.C.H.

Figure 5 : Amphores Gauloise 5,             Fréjus-Lenzbourg et estampille Q.C.H analysées / Analysed Gauloise 5 and Fréjus-Lenzbourg Amphorae             and Amphorae with stamp Q.C.H.

Ech. 1/4, timbres à l’éch. 1. / Ech. 1/4, stamp ech. 1.

Tableau 3 : Liste des amphores analysées par fluorescence X et mises au jour sur le site Gisement A/Arles-Rhône 3 pour établir ou non leur origine arlésienne / Table 3: List of amphorae analyzed by XRF to establish or exclude their arlesian origin.

Numéro d’analyse

Site

Numéro d’Inventaire

Type

Timbre

AMG831

Arles-Rhône 3

AR3-3007-152

Gauloise 4

Q.C.H

AMG832

Arles-Rhône 3

AR3-2004-99

Fréjus-Lenzbourg

-

AMG833

Arles-Rhône 3

AR3-3018-264

Fréjus-Lenzbourg

-

AMG834

Arles-Rhône 3

AR3-3005-110

Gauloise 5

-

AMG835

Arles-Rhône 3

AR3- C2-48

Gauloise 5

-

AMG836

Arles-Rhône 3

AR3-3016-7

Gauloise 5

-

AMG837

Arles-Rhône 3

AR3-2007-92

Gauloise 5

-

AMG838

Arles-Rhône 3

AR3-2004-1

Fréjus-Lenzbourg

-

AMG863

Arles-Rhône 3

AR3-2031-165

Gauloise 5

-

Résultats des analyses

17La comparaison des compositions chimiques de ces amphores Gauloise 5, Fréjus-Lenzbourg et de l’anse timbrée Q.C.H a été effectuée par classification ascendante hiérarchique dans les mêmes conditions que précédemment (figure 6). On retrouve la répartition en 5 groupes dans un ordre légèrement différent, la présence de nombreux marginaux, et, à la fin du graphique, un groupe bien différencié. Ce groupe comprend des exemplaires à pâte sensiblement plus calcaire que le reste de l’échantillonnage. Il contient quatre des Gauloise 5 analysées, les Fréjus-Lenzbourg et deux amphores d’Arles déjà isolées pour leur taux de CaO très élevé. La majorité des amphores Gauloise 5 et Fréjus-Lenzbourg analysées n’appartient donc pas aux groupes d’Arles.

Figure 6 : Classification ascendante hiérarchique des amphores Gauloise 5, Fréjus-Lenzbourg et de l’estampille Q.C.H analysées par rapports aux groupes d’Arles / Hierarchical cluster analysis of Gauloise 5 and Fréjus-Lenzbourg Amphorae and stamp Q.C.H.

Figure 6 : Classification ascendante             hiérarchique des amphores Gauloise 5, Fréjus-Lenzbourg et de             l’estampille Q.C.H analysées par rapports aux groupes             d’Arles / Hierarchical cluster analysis of             Gauloise 5 and Fréjus-Lenzbourg Amphorae and stamp Q.C.H.

Calcul à partir des distances euclidiennes non pondérées sur variables centrées réduites relatives aux 16 constituants chimiques suivants : CaO, Fe2O3, TiO2, K2O, SiO2, Al2O3, MgO, MnO, Zr, Sr, Zn, Rb, Cr, Ni, V, Ce. Le baryum, le sodium et le phosphore ne sont pas utilisés pour s’affranchir de l’influence d’une éventuelle pollution. / Calculated with Euclidian distances non weighted on centered reduced variables of 16 chemical components: CaO, Fe2O3, TiO2, K2O, SiO2, Al2O3, MgO, MnO, Zr, Sr, Zn, Rb, Cr, Ni, V, Ce. Barium, sodium and phosphorus are not used in order to avoid the influence of possible contaminations.

  • 11 En Narbonnaise, des Dr. 16 sont fabriquées à Cannes (Laubenheimer, 1989), des Gauloise  (...)
  • 12 Des amphores Dr.7/11 ont été fabriquées dans les ateliers de la Plaine de Levreau (Laub (...)

18Pour ce qui concerne les amphores Fréjus-Lenzbourg, les groupes de référence dont nous disposons pour Fréjus ne comportent pas d’individus à pâte si calcaire (Laubenheimer, Schmitt, 2009 : 104). S’il est donc assuré que ces conteneurs présentent des compositions différentes des productions arlésiennes, l’état actuel de nos connaissances des ateliers ne nous permet pas de proposer d’hypothèse d’origine. L’utilisation de l’amphore Fréjus-Lenzbourg, pour le conditionnement de sauces et salaisons de poissons, suggère plutôt une fabrication sur le littoral. En effet, les ateliers de Narbonnaise où sont façonnées des amphores à saumures se situent sur la côte11 ou au bord de zones lagunaires12.

  • 13 L’échantillonnage a privilégié cinq amphores qui se caractérisent par leur couleur gris (...)

19Une seule des Gauloise 5 (AMG835) se classe dans le groupe 4 et pourrait correspondre à une production du groupe d’ateliers arlésiens. Jusqu’à présent, le centre potier le plus occidental fabriquant ce modèle était localisé à Istres, sur les rives de l’étang de Berre. Or, le groupe 4 se distingue bien de ce dernier (cf. infra). L’hypothèse d’une production de Gauloise 5 dans au moins un des ateliers de la région d’Arles est donc plausible. Il convient par ailleurs de rester circonspect à propos de l’absence de Gauloise 5 parmi les autres groupes 1, 2, 3 et 5. En effet, peu d’individus de ce type ont été analysés et il s’agissait d’exemplaires dont la pâte possédait à l’œil nu des différences avec celles des Gauloise 4. Or, la majeure partie des Gauloise 5 découvertes dans les dépotoirs rhodaniens à Arles présente visuellement une pâte de type A ou B. Elles pourraient donc correspondre à des amphores locales13.

20Le timbre QCH (AMG831) se place seul en position marginale et ne peut donc être rattaché aux fabrications arlésiennes. Cette estampille proviendrait plutôt d’une zone de production, située près de la confluence entre la Durance et le Rhône. En effet, une concentration de cette marque est signalée dans ce secteur, à Caumont-sur-Durance (Vaucluse), où quinze exemplaires ont été découverts au lieu-dit Saint-Symphorien (Mouraret, 2002-2003 : 106 ; Laubenheimer, Schmitt, 2009 : 124, fig. 83 et 125 ; Corbeel, Duperron, 2013 : 401). Cette hypothèse n’a néanmoins pas pu être vérifiée par manque de références.

Arles et les ateliers de la basse vallée du Rhône : étude comparative

  • 14 Nous ne disposons pas d’analyse permettant de connaître la composition chimique de la pât (...)

21Afin d’attester l’existence de nouveaux ateliers nous avons confronté les résultats des analyses des amphores arlésiennes au réseau de références géochimiques des amphores gauloises de Narbonnaise (Laubenheimer, Schmitt, 2009). Une première comparaison (non ill.) à l’ensemble des ateliers de Gaule Narbonnaise a confirmé l’origine bas-rhodanienne des amphores découvertes à Arles. Nous avons donc confronté la composition chimique des pâtes des amphores des ateliers de la basse vallée du Rhône et localisés à proximité de cette région (Sivier à Istres, La Baume à Saint-Gilles-du-Gard, Les Tourelles et Privat à Beaucaire, Les Orgnes à Monfrin, Clausonne à Meynes, Village de Four à Sauveterre et la Treille à Saint-Laurent-des-Arbres) à celle de nos analyses14.

22Cette comparaison a été effectuée par classification ascendante hiérarchique dans les mêmes conditions que précédemment (figure 7). On retrouve la répartition en cinq groupes des exemplaires d’Arles dans un ordre légèrement différent. Les ateliers de la basse vallée du Rhône sont bien individualisés et ne se mélangent pas aux groupes d’Arles. Seuls les exemplaires collectés à Saint-Gilles se dispersent mais nous avions déjà signalé la non pertinence de l’échantillonnage de ce site (Laubenheimer, Schmitt, 2009 : 81). Les marginaux d’Arles restent classés en position marginale et ne se rapprochent d’aucun des autres ateliers de la région.

Figure 7 : Classification ascendante hiérarchique des groupes mis en évidence à Arles par rapport aux ateliers de la Basse vallée du Rhône / Hierarchical cluster analysis of Arles groups relatives to known workshops in the lower Rhône valley

Figure 7 : Classification ascendante           hiérarchique des groupes mis en évidence à Arles par rapport aux           ateliers de la Basse vallée du Rhône / Hierarchical cluster analysis of Arles groups           relatives to known workshops in the lower Rhône valley

Calcul à partir des distances euclidiennes non pondérées sur variables centrées réduites relatives aux 16 constituants chimiques suivants : CaO, Fe2O3, TiO2, K2O, SiO2, Al2O3, MgO, MnO, Zr, Sr, Zn, Rb, Cr, Ni, V, Ce. Le baryum, le sodium et le phosphore ne sont pas utilisés pour s’affranchir de l’influence d’une éventuelle pollution. / Calculated with Euclidian distances non weighted on centered reduced variables of 16 chemical components : CaO, Fe2O3, TiO2, K2O, SiO2, Al2O3, MgO, MnO, Zr, Sr, Zn, Rb, Cr, Ni, V, Ce. Barium, sodium and phosphorus are not used in order to avoid the influence of possible contaminations.

23Les groupes mis en évidence à Arles restent homogènes et ne se confondent pas avec les autres ateliers de la vallée du Rhône. Cela semble confirmer l’existence de cinq nouveaux ateliers amphoriques dans la région d’Arles.

3. Conclusion

24Les analyses réalisées sur les amphores issues des dépotoirs d’Arles, révèlent l’existence de cinq nouvelles officines bas-rhodaniennes produisant des Gauloise 4 et, au moins pour l’une d’entre elles, des Gauloise 5. Ces résultats portent désormais à 14 le nombre de centres de production amphoriques dans la région d’Arles : « Proche Arles 1, 2, 3, 4 et 5 », Clausonne à Meynes (Laubenheimer 1985 : 141-145), les Orgnes à Montfrin (Buffat, 2011 : 196), Font de Dringues à Vers-Pont-du-Gard (Ibid., no 133), Village de Four à Sauveterre (Laubenheimer, 1985 : 159-161), La Treille à Saint-Laurent-des-Arbres (Laubenheimern 1985 : 156-158), Privat, Le Mas des Tourelles et Valescure à Beaucaire (Provost et al., 1999 : 225 ; Laubenheimer, 1985 : 131-135 ; 1989 : 111 ; Ignace, 2001, 2002, 2003, 2004) et le Mas de la Baume à Saint-Gilles (Laubenheimer, 1985 : 152-155). Ce nombre reste probablement sous-estimé, au regard de l’importance de la diffusion des amphores de cette région vers les centres de consommation du limes germanique, de Bretagne et de Méditerranée. Cependant, il reste à localiser précisément les cinq ateliers mis en évidence par nos analyses. Ils pourraient correspondre à des centres de productions situés dans les quartiers péri-urbains d’Arles, comme à Fréjus (Excoffon 2009 : 15-18), ou dans la basse vallée du Rhône. Le Rhône facilite en effet l’acheminement jusqu’à la zone portuaire de Trinquetaille des amphores façonnées dans un rayon d’une trentaine de kilomètres autour de l’agglomération.

Les indices d’ateliers amphoriques

  • 15 La caractérisation physico-chimiques des productions de ces ateliers demeure inconnue car (...)
  • 16 La fouille exhaustive de l’un d’entre eux n’a pas livré d’amphores mais fournit plusieurs (...)
  • 17 Par ailleurs, des amphores gauloises ont également été découvertes lors de pros (...)

25Les fouilles et les prospections menées dans la région d’Arles ont révélé l’existence d’une quinzaine d’ateliers qui pourraient avoir fabriqué des amphores, bien qu’ils n’aient pas tous livré des rebuts de cuisson (figure 8)15. Plusieurs indices probants attestent l’existence d’un ou plusieurs ateliers dans le quartier de Trinquetaille. En premier lieu, l’abondance des marques dans les groupes « Proche-Arles » suggère l’existence de nombreuses officines. De plus, des zones de rebuts de production ont été repérées en plusieurs points de la ville (figure 1). Ainsi, les gisements A et Arles-Rhône 1 sont distants de 500 m, tandis qu’une concentration de mobilier est également signalée dans le secteur de la Pointe sur la presqu’île des Sables (Rothé, Heijmans, 2008 : 611). Enfin, une officine amphorique a été identifiée à l’angle nord-ouest du cimetière de Trinquetaille. Elle se manifeste par la présence « d’une couche très épaisse d’argile avec briques crues renfermant une grande masse de débris provenant d’un four de portiers, avec anses et fragments d’amphores soudés ensemble par le feu et vitrification » (Benoit 1938 ; Rothé, Heijmans, 2008 : 637). Sur la rive droite du Rhône, plusieurs ateliers antiques sont mentionnés comme « four(s) de tuiliers » dans la bibliographie : les centres potiers de la route de Nîmes et de la route de Beaucaire à Saint-Gilles du Gard (Laubenheimer, 1985 : 152), de la Vaque (Provost et al. 1999 : 236) et du Mas de Broussan à Bellegarde (Buffat, 2011 : 189). Signalons également le site d’Espeyran (Saint-Gilles-du-Gard), où les opérations archéologiques ont permis de mettre en évidence un vaste atelier constitué d’au moins une douzaine de fours (Christol et al., 2011 : 148-149)16. Sur la rive gauche du Rhône, l’officine de la Taulière (Paradou) a été identifiée à partir de la découverte de tegulae crues (Gateau, Gazenbeek, 1999 : 244). Au sud-est, trois ateliers ont été repérés sur la commune de Saint-Martin-du Crau. Le premier est localisé à environ 500 m du Rhône, au Petit Abondoux, et les deux autres, Vergieres 3 et Baussenq 8 à environ huit et neuf kilomètres à l’est de ce dernier (Excoffon, 2009 : 18). Enfin, entre la confluence du Rhône et de la Durance, trois ateliers ont été installés autour du massif de la Montagnette. L’officine de l’ancienne décharge municipale à Barbentane a été identifiée grâce à la découverte de « fours à potiers de différentes dimensions » (Gateau, Gazenbeek, 1999, p. 113 ; Excoffon, 2009 : 15), celle des Bouisses (Boulbon) par la mise au jour d’argile cuite et de tuiles surcuites (Ibid. : 132)17 et celle du Mas de la Sœur Peyronne (Tarascon) par la découverte de tuiles surcuites (Ibid. : 410) (figure 8).

Figure 8 : Localisation des ateliers de la basse vallée du Rhône et des principaux gisements d’argiles les jouxtant / Location of the workshops in the lower Rhône valley and main clay deposits

Figure 8 : Localisation des ateliers de la           basse vallée du Rhône et des principaux gisements d’argiles les           jouxtant / Location of the workshops in the lower           Rhône valley and main clay deposits

DAO F. Bigot ; fonds cartographiques / cartographic frame H. Bohbot, [http://infoterre.brgm.fr] et [http://www.georisques.gouv.fr/​].

  • 18 Sur le Rhône, cette activité est attestée pour l’Antiquité par un negotiator artis ratiar (...)
  • 19 En effet, comme le souligne A. Tchernia, « si le coût d’un transport par mer es (...)

26Ces ateliers présentent une situation avantageuse pour développer une production d’amphores. En effet, ils sont localisés à proximité d’affleurements d’argiles et à côté du Rhône qui est susceptible de permettre à la fois un approvisionnement en matières premières, nécessaires à la fabrication des amphores (eau, argile et bois18) et une diffusion aisée de ces produits pondéreux, via le Rhône19. Les ateliers mis en évidence par les analyses physico-chimiques à Arles peuvent donc correspondre à ces sites.

Chronologie des ateliers

27Les amphores analysées pour cette étude sont datées entre la fin du ier siècle apr. J.-C. et le milieu du iisiècle apr. J.-C., hormis une douzaine de Gauloise 4, de la seconde moitié du iie siècle apr. J.-C. et du iiisiècle apr. J.-C. On ignore si les cinq ateliers de la basse vallée du Rhône produisant ces contenants fonctionnaient dès la période julio-claudienne et combien étaient encore en activité entre le milieu du iis. et le ivsiècle. Plusieurs indices semblent témoigner du dynamisme de cette région durant toute la période de production des amphores gauloises. Ainsi, une fouille récente à Espeyran suggère une production de celles-ci dès le dernier tiers du ier siècle av. J.-C. (Bigot, 2015). La période julio-claudienne demeure néanmoins profondément méconnue, puisque les niveaux les plus anciens atteints dans les dépotoirs du Rhône à Arles datent des années 60 apr. J.-C. (Bigot, Djaoui, 2013 : 390). En revanche, les fouilles de L. Long ont livré des quantités importantes d’amphores gauloises qui semblent attester leur production dans la région d’Arles jusqu’au milieu du ive siècle (Long, Duperron, 2011 ; Long, Duperron, 2013 ; Long, Duperron, 2014). Cette hypothèse est étayée par la découverte d’estampilles, dont on ignore le lieu de production, dans des niveaux du iiie siècle (L.SE, MERCATOR) et du ive siècle (ALBIN) (Corbeel, Duperron, 2013 : 426). De plus, l’analyse du timbre MARTIAL (AMG823) atteste l’existence d’une officine de la région d’Arles apposant cette marque durant le iiie siècle. On peut donc supposer la création durant la seconde moitié du iisiècle de nouvelles officines dont l’activité perdure au iiisiècle et vraisemblablement jusqu’au ivsiècle. Cependant, aucun atelier de ces périodes n’a encore été fouillé.

Haut de page

Bibliographie

Baudoux J., 1996. Les amphores du nord-est de la Gaule (territoire français). Contribution à l'histoire de l'économie provinciale sous l'empire romain. DAF, 52, Paris, Maison des sciences de l’homme.

Benoît F., 1938. Compte rendu des recherches faites à Trinquetaille en 1938. CRAI, 82, p. 541-548.

Bertucchi G., 1992. Les amphores et le vin de Marseille, vis. av. J.-C.-iis. apr. J.-C. RAN, suppl. 25.

Bigot F., 2015. Le four FR12005 de l’atelier de potiers d’Espeyran à Saint-Gilles-du-Gard (Gard). Rapport de sondage, Lattes.

Bigot F., à paraître. Nouvelles données, nouvelles réflexions sur la production et la diffusion des amphores gauloises à partir des contextes portuaires et littoraux de Gaule Narbonnaise (ier s. av.-ivs. apr. J.-C.). Thèse de doctorat, université Montpellier Paul-Valéry.

Bigot F., Djaoui D., 2013. Étude préliminaire des amphores gauloises des fouilles de l’épave Arles-Rhône 3 (Arles, Bouches-du-Rhône) (2moitié du ier s.-1re moitié du iis. apr. J.-C.). RAN, 46, p. 375-394.

Brentchaloff D., 1988. L’amphore à saumure de type Fréjus-Lenzbourg. SFECAG, Actes du congrès d’Orange, Marseille, p. 179-186.

Brun J.-P., Laubenheimer F., 2001. Conclusions. Gallia, 58, p. 5-260.

Buffat L., 2011. L’économie domaniale en Gaule Narbonnaise. Monographie d’archéologie méditerranéenne, 29, Lattes.

Buxeda i Garrigós J., Mommsen H., Tsolakidou A., 2002. Alternation of Na, K, and Rb concentrations in Mycenaean pottery and a proposed explanation using X-ray diffraction. Archeometry, 44 (2), p. 187-198.

Christol M., Compan E., Roure R., Scrinzi M., Vaschalde C., 2011. Nouvelles données sur l’occupation romaine du comptoir protohistorique d’Espeyran (Saint-Gilles-du-Gard) : découverte d’une inscription de la gens Calvia. RAN, 44, p. 155-162.

Christol M., Fiches J.-L., 1999. Le Rhône : batellerie et commerce dans l’Antiquité. Gallia, 56, p. 141-155.

Corbeel S., en cours : Les producteurs de tuiles et d’amphores de Gaule Narbonnaise. L’apport des estampilles à la connaissance des structures économiques d’une province romaine (ier s. av. J.-C.-début ivs. apr. J.-C). Thèse de doctorat, université Montpellier Paul-Valéry.

Corbeel S., Duperron G., avec la coll. de Bigot F., Long L., 2013. Nouvelles données sur les timbres sur amphores et couvercles gaulois d’Arles. RAN, 46, p. 395-430.

Duperron G. 2014. Arles et Lyon, ports fluviaux de l’Empire romain Le commerce sur l’axe rhodanien du ier s. av. J.-C. au viis. apr. J.-C. Thèse de Doctorat, Université Montpellier Paul-Valéry, inédit.

Excoffon P., 2009. Les ateliers de potiers de Provence. Inventaire raisonné. In M. Pasqualini (dir.), Les céramiques communes d’Italie et de Narbonnaise : structures de production, typologies et contextes inédits : iis. av. J.-C.-iiis. apr. J.-C., Naples, p. 77-93.

Fitzpatrick A., 1992. La place des amphores dans l’approvisionnement militaire de l’Ecosse romaine. In F. Laubenheimer (dir.), Les amphores en Gaule. Production et circulation, Table ronde internationale, Metz 4-6 octobre 1990, Paris, p. 179-183.

Gateau F., Gazenbeek M., 1999. Carte Archéologique de la Gaule, 13/2, Les Alpilles et la Montagnette. Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.

Grenier A., 1934. Manuel d'archéologie gallo-romaine. 2. L'archéologie du sol. Paris.

Ignace J.-M., 2001. Les Tourelles, Beaucaire, Évaluation archéologique 2001. Document Final de Synthèse dactyl., inédit, Beaucaire.

Ignace J.-M., 2002. Les Tourelles, Beaucaire, Fouille programmée 2002, Document Final de Synthèse dactyl., inédit, Beaucaire.

Ignace J.-M., 2003. Les Tourelles, Beaucaire, Fouille programmée 2003, Document Final de Synthèse dactyl., inédit, Beaucaire.

Ignace J.-M., 2004. Les Tourelles, Beaucaire, Fouille programmée 2004, Document Final de Synthèse dactyl., inédit, Beaucaire.

Laubenheimer F., 1985. La production des amphores en Gaule Narbonnaise sous le Haut Empire. Les Belles Lettres, Paris.

Laubenheimer F., 1989. Les amphores gauloises sous l’Empire : recherches nouvelles sur leur production et leur chronologie. In Amphores romaines et Histoire économique : dix ans de recherches, Actes du colloque de Sienne (22-24 mai 1986). Rome, Collection de l'École française de Rome, p. 105-138.

Laubenheimer F., 2001. Le vin gaulois de Narbonnaise exporté dans le monde romain sous le Haut-Empire. In F. Laubenheimer (dir.), 20 ans de recherches à Sallèles d’Aude, PUFC, Besançon, p. 51-65.

Laubenheimer F., Gebara C., Beraud I., 1992. Production d'amphores à Fréjus. In F. Laubenheimer (dir.), Les amphores en Gaule, production et circulation, Table ronde internationale, Metz 4-6 octobre 1990, Paris, 1992, p. 15-24.

Laubenheimer F., Schmitt A., 2009. Amphores vinaires de Narbonnaise, Production et grand commerce. Création d'une base de données géochimiques des ateliers. Lyon, TMO.

Lautier L., Rothé M.-P., 2010. Carte Archéologique de la Gaule, 06, Les Alpes-Maritimes. Paris, Académie des Inscriptions et Belles Lettres.

Long L., 1992. Arles. Lit du Rhône. Gallia Informations. Préhistoire et Histoire, p. 9-14.

Long L., Duperron G., 2011. Le mobilier de la fouille de l’épave romaine Arles-Rhône 7. Un navire fluvio-maritime du iiisiècle de notre ère. SFECAG, Actes du Congrès d’Arles, Marseille, p. 37-56.

Long L., Duperron G. avec la coll. de Bonifay M., Capelli C., Desbat A., et Leger C., 2013. Navigation et commerce dans le delta du Rhône : l’épave Arles-Rhône 14 (iiis. apr. J.-C.). In S. Mauné, G. Duperron (éd.), Du Rhône aux Pyrénées. Aspects de la Vie Matérielle en Gaule Narbonnaise II, éd. M. Mergoil (coll. Archéologie et Histoire Romaine, 25), Montagnac, p. 125-167.

Long L., Duperron G., 2014. Note préliminaire sur l’épave Arles-Rhône 13. Un navire de mer en contexte fluvial, à Arles, au ivsiècle apr. J.-C. Cahiers d'Archéologie Subaquatique, 22, p. 115-144.

Marty F. 2003. L'atelier de potiers gallo-romain de Sivier (Istres, Bouches-du-Rhône). RAN, 36, p. 256-282.

Mauné S., 2013. La géographie des productions des ateliers d’amphores de Gaule Narbonnaise pendant le Haut-Empire. Nouvelles données et perspectives. RAN, 46, p. 335-374.

Mauné S., Garcia Vargas E., Bourgeon O., Corbeel S., Carrato C., Garcia Dils S., Bigot F., Vazquez Paz J., 2014. L’atelier d’amphores à huile Dr. 20 de Las Delicias à Ecija (prov. de Séville, Espagne). SFECAG, Actes du congrès de Chartres, Marseille, p. 419-444.

Mauné S., Silvéréano S., avec la coll. de Newman Ch., 2011. Les productions augusto-tibériennes de l’atelier de potiers de Bastide-Neuve à Velaux (B.-du-Rh.). SFECAG, Actes du congrès d’Arles, Marseille, p. 362-389.

Mouraret J., 2002-2003. Une série de timbres sur amphore à Caumont-sur-Durance (Vaucluse). BAP., 31-32, p. 101-107.

Panella Cl., 1992. Mercato di Roma e anfora galliche nella prima età imperiale. In F. Laubenheimer (dir.), Table ronde internationale, Metz 4-6 octobre 1990, Les amphores en Gaule. Production et circulation, Paris, p. 185-205.

Panella Cl., Rizzo G., 2014. Ostia VI. Les terme del Nuotare. Roma, L’Erma di Bretschneider.

Picon M., 1976. Remarques préliminaires sur deux types d'altération de la composition chimique des céramiques au cours du temps. Figlina, 1, 1976, p. 159-166.

Provost M., et al., 1999. Le Gard, 30/2-3, Carte Archéologique de la Gaule. Paris, Académie des Inscriptions et Belles Lettres.

Rivet L., 1986. Un atelier de potiers du ier siècle de notre ère à Mandelieu (A.-M.). DAF, 9, p. 119-134.

Rothé M.-P., Heijmans M., 2008. Carte Archéologique de la Gaule, 13/5, Arles, Crau, Camargue. Paris, Académie des Inscriptions et Belles Lettres.

Schwedt A., Mommsen H., Zacharias N., Buxeda i GarrigóJ., 2006. Anacilme crystallization and compositional profiles-comparing approaches to detect post-depositional alternations in archeological pottery. Archeometry, 48 (2), p. 237-251.

Tchernia A., 2011. Les Romains et le commerce. Études du Centre Jean-Bérard 8, Naples.

Haut de page

Annexe

Composition chimique des amphores analysées

Composition chimique des amphores analysées / Chemical composition of analysed amphorae

Composition chimique des amphores           analysées / Chemical composition of analysed           amphorae

Composition chimique des amphores analysées (suite) / Chemical composition of analysed amphorae (following)

Composition chimique des amphores analysées           (suite) / Chemical composition of analysed           amphorae (following)
Haut de page

Document annexe

  • Tableaux en ods (application/vnd.oasis.opendocument.spreadsheet – 42k)
Haut de page

Notes

1 Le mobilier de ces dépotoirs a été étudié par Guillaume Duperron dans le cadre d’une thèse sous la direction de S. Mauné (UMR5140) et M. Poux (UMR5138), soutenue à l’université Paul Valéry/Montpellier III. (Duperron 2014).

2 On dénombre 18 exemplaires T.CR.V‘IT’, dont neuf appartenant au gisement Arles-Rhône 1/CNR, et 12 exemplaires A.P.M, dont neuf appartenant au gisement A/Arles-Rhône 3,

3 On comptabilise six exemplaires MATVR/MATVRI, quatre exemplaires ALBIN, deux exemplaires C.D.V ; deux exemplaires C.M.S, et une occurrence des marques S.A.D, Q.C.H, IVLI./ZOSIMI, M.I.P, S.P.S, L.SE, T.V.P et MERCATOR.

4 Les ateliers de Dr. 20 de Bétique fournissent ce type de cas de figure. À titre d’exemple, dans l’atelier de Las Delicias à Ecija (Province de Séville), par la première phase datée du ier s. apr. J.-C., environ cinq figlinae semblent être en activité (Mauné et al., 2014, 423).

5 Ce travail fait l’objet d’une thèse préparée par F. Bigot, dirigée par S. Mauné (DR CNRS, UMR 5140) et F. Laubenheimer (DR émérite CNRS, UMR 7041) et intitulée « Nouvelles données, nouvelles réflexions sur la production et la diffusion des amphores gauloises à partir des contextes portuaires et littoraux de Gaule Narbonnaise (ier s. av.J.-C.-ive s. apr. J.-C.) ».

6 Ce travail fait l’objet d’une thèse préparée par S. Corbeel, dirigée par S. Mauné (DR CNRS, UMR 5140) et M.-B. Carre (CR CNRS, UMR 7299) et intitulée « Les producteurs de tuiles et d’amphores de Gaule Narbonnaise. L’apport des estampilles à la connaissance des structures économiques d’une province romaine (ier s. av. J.-C.-début ivs. apr. J.-C. ».

7 Nous remercions A. Charon (conservateur en chef du musée de l’Arles Antique), M.-P. Rothé (Archéologue territorial au musée départemental de l’Arles antique, CG Bouches-du Rhône) responsable de la fouille de la Verrerie et D. Isoardi (CNRS, UMR7299), responsable de la fouille de la place Jean-Baptiste Massillon pour nous avoir permis l’étude de ces céramiques.

8 Ces analyses ont été réalisées grâce au financement du Labex Archimède, programme IA-ANR-11-LABX-0032-01

9 Les estampilles A.P.M (10 individus), C.M.S, S.P.S, MFM, T.V.P, M.I.P, T.CR.V‘IT’ (cinq individus) et MATVRI présentent une pâte de ce type

10 Cinq exemplaires timbrés T.CR.V‘IT’, un exemplaire A.P.M et le timbre [MI]P possèdent une pâte de ce type

11 En Narbonnaise, des Dr. 16 sont fabriquées à Cannes (Laubenheimer, 1989), des Gauloise 11 et Gauloise 16 ont été tournées à Mandelieu (Rivet, 1986 : 125-126, Laubenheimer, 1989 : 131-132 ; Lautier, Rothé, 2010 : 395), des Fréjus-Lenzbourg (atelier de Sainte-Croix), des Dr.  4, et des Dr. 16 ont été fabriquées à Fréjus (Laubenheimer et al. 1992, 19), et des Dr.7/11 ont été produites à Marseille (Bertucchi, 1992)

12 Des amphores Dr.7/11 ont été fabriquées dans les ateliers de la Plaine de Levreau (Laubenheimer, 1985 : 124) et de Bastide-neuve à Velaux (Mauné, Silvéréano, 2011 : 680-684), dans l’officine de La Grange-Neuve à Sigean (Laubenheimer ,1985 : 117-120).

13 L’échantillonnage a privilégié cinq amphores qui se caractérisent par leur couleur grise. Les Gauloise 5 présentant cet aspect constituent une part importante du lot. Il était de ce fait intéressant de vérifier si elles provenaient d’une officine locale.

14 Nous ne disposons pas d’analyse permettant de connaître la composition chimique de la pâte des amphores de Valescure à Beaucaire. Les cinq groupes identifiés à Arles présentent des compositions différentes de celles des deux ensembles de Font de Dringues à Vers-Pont-du-Gard (Laubenheimer, Schmitt, 2009 : 64).

15 La caractérisation physico-chimiques des productions de ces ateliers demeure inconnue car nous n’avons pas eu accès au mobilier issu de ces sites dans le cadre de notre recherche.

16 La fouille exhaustive de l’un d’entre eux n’a pas livré d’amphores mais fournit plusieurs indices militant en faveur de leur production dès l’époque augustéenne (Bigot 2015).

17 Par ailleurs, des amphores gauloises ont également été découvertes lors de prospections sur ce site (Gateau, Gazenbeek, 1999 : 244).

18 Sur le Rhône, cette activité est attestée pour l’Antiquité par un negotiator artis ratiariae (CIL XIII, 2035), qui serait, selon A. Grenier, un commerçant en bois transporté jusqu’à Lyon par flottage (Grenier, 1934 : 543).

19 En effet, comme le souligne A. Tchernia, « si le coût d’un transport par mer est de 1, celui du trajet fluvial est de 4,7 et la voie de terre de 22,6 » (2011 : 127). C’est pourquoi le transport fluvial était généralement préféré au transport terrestre et largement prépondérant, notamment pour les marchandises pondéreuses ou encombrantes (Christol, Fiches, 1999 : 150). Or, l’importance de la voie rhodanienne était telle qu’on a pu affirmer qu’elle était empruntée par « le plus important réseau d’échanges du monde romain » (Ibid. : 141).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Carte de localisation des sites étudiés à Arles / Map of the sites in Arles
Légende N1 : Arles-Rhône 1/CNR ; n2 : Gisement A/Arles-Rhône 3 ; no 3 Brossolette ; no 4 : La Verrerie ; no 5 : Cimetière de Trinquetaille ; no 6 La Pointe ; no 7 : Place Jean-Baptise Massillon ; no 8 : Cirque.
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/4902/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Figure 2 : Amphores Gauloise 4 estampillées analysées / Analysed Gauloise 4 Amphorae with marks
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/4902/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Titre Figure 3 : Amphores Gauloise 4 estampillées analysées / Analysed Gauloise 4 Amphorae with marks
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/4902/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Titre Tableau 1: Liste des amphores Gauloise 4 analysées par fluorescence X / Table 1 : List of amphorae Gauloise 4 analyzed by XRF
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/4902/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 669k
Titre Figure 4 : Classification ascendante hiérarchique des amphores Gauloise 4 analysées / Hierarchical cluster analysis of Gauloise 4 Amphorae
Légende Calcul à partir des distances euclidiennes non pondérées sur variables centrées réduites relatives aux 16 constituants chimiques suivants : CaO, Fe2O3, TiO2 , K2O, SiO2, Al2O3, MgO, MnO, Zr, Sr, Zn, Rb, Cr, Ni, V, Ce. Le baryum, le sodium et le phosphore ne sont pas utilisés pour s’affranchir de l’influence d’une éventuelle pollution. / Calculated with Euclidian distances non weighted on centered reduced variables of 16 chemical components : CaO, Fe2O3, TiO2, K2O, SiO2, Al2O3, MgO, MnO, Zr, Sr, Zn, Rb, Cr, Ni, V, Ce. Barium, sodium and phosphorus are not used in order to avoid the influence of possible contaminations.
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/4902/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre Tableau 2 : Moyenne (m), écart-type (σ) et écart-type réduit (σ%) des compositions chimiques des cinq groupes d’amphores gauloises d’Arles tels qu’ils apparaissent sur le graphique de la figure 4 / Table 2: Average chemical compositions (m), standard deviation (σ) and relative standard deviation (σ%) of the five Arles groups of amphorae as they appear on figure 4.
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/4902/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 401k
Titre Figure 5 : Amphores Gauloise 5, Fréjus-Lenzbourg et estampille Q.C.H analysées / Analysed Gauloise 5 and Fréjus-Lenzbourg Amphorae and Amphorae with stamp Q.C.H.
Légende Ech. 1/4, timbres à l’éch. 1. / Ech. 1/4, stamp ech. 1.
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/4902/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre Figure 6 : Classification ascendante hiérarchique des amphores Gauloise 5, Fréjus-Lenzbourg et de l’estampille Q.C.H analysées par rapports aux groupes d’Arles / Hierarchical cluster analysis of Gauloise 5 and Fréjus-Lenzbourg Amphorae and stamp Q.C.H.
Légende Calcul à partir des distances euclidiennes non pondérées sur variables centrées réduites relatives aux 16 constituants chimiques suivants : CaO, Fe2O3, TiO2, K2O, SiO2, Al2O3, MgO, MnO, Zr, Sr, Zn, Rb, Cr, Ni, V, Ce. Le baryum, le sodium et le phosphore ne sont pas utilisés pour s’affranchir de l’influence d’une éventuelle pollution. / Calculated with Euclidian distances non weighted on centered reduced variables of 16 chemical components: CaO, Fe2O3, TiO2, K2O, SiO2, Al2O3, MgO, MnO, Zr, Sr, Zn, Rb, Cr, Ni, V, Ce. Barium, sodium and phosphorus are not used in order to avoid the influence of possible contaminations.
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/4902/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figure 7 : Classification ascendante hiérarchique des groupes mis en évidence à Arles par rapport aux ateliers de la Basse vallée du Rhône / Hierarchical cluster analysis of Arles groups relatives to known workshops in the lower Rhône valley
Légende Calcul à partir des distances euclidiennes non pondérées sur variables centrées réduites relatives aux 16 constituants chimiques suivants : CaO, Fe2O3, TiO2, K2O, SiO2, Al2O3, MgO, MnO, Zr, Sr, Zn, Rb, Cr, Ni, V, Ce. Le baryum, le sodium et le phosphore ne sont pas utilisés pour s’affranchir de l’influence d’une éventuelle pollution. / Calculated with Euclidian distances non weighted on centered reduced variables of 16 chemical components : CaO, Fe2O3, TiO2, K2O, SiO2, Al2O3, MgO, MnO, Zr, Sr, Zn, Rb, Cr, Ni, V, Ce. Barium, sodium and phosphorus are not used in order to avoid the influence of possible contaminations.
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/4902/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 607k
Titre Figure 8 : Localisation des ateliers de la basse vallée du Rhône et des principaux gisements d’argiles les jouxtant / Location of the workshops in the lower Rhône valley and main clay deposits
Crédits DAO F. Bigot ; fonds cartographiques / cartographic frame H. Bohbot, [http://infoterre.brgm.fr] et [http://www.georisques.gouv.fr/​].
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/4902/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Composition chimique des amphores analysées / Chemical composition of analysed amphorae
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/4902/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Composition chimique des amphores analysées (suite) / Chemical composition of analysed amphorae (following)
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/4902/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 489k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabrice Bigot, Séverine Corbeel et Anne Schmitt, « Mise en évidence de cinq ateliers inédits d’amphores gauloises dans la région d’Arles », ArcheoSciences, 41-1 | 2017, 83-99.

Référence électronique

Fabrice Bigot, Séverine Corbeel et Anne Schmitt, « Mise en évidence de cinq ateliers inédits d’amphores gauloises dans la région d’Arles », ArcheoSciences [En ligne], 41-1 | 2017, mis en ligne le 21 juin 2019, consulté le 03 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeosciences/4902 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeosciences.4902

Haut de page

Auteurs

Fabrice Bigot

Doctorant, ASM-Archéologie des Sociétés Méditerranéennes, UMR5140, université Paul-Valéry – Montpellier, CNRS, MCC, 34000 Montpellier, France. (fabrice-bigot[@]hotmail.fr)

Séverine Corbeel

Doctorante, ASM-Archéologie des Sociétés Méditerranéennes, UMR5140, université Paul-Valéry – Montpellier, CNRS, MCC, 34000 Montpellier, France. (severine_1989[@]hotmail.com)

Anne Schmitt

Directrice de recherche, ARAR-Archéologie et Archéométrie, UMR5138, MSH MOM, université Lumière – Lyon 2, CNRS, 69000, Lyon, France. (Anne.schmitt[@]mom.fr)

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page