Navigation – Plan du site

Chronologie et mutations fonctionnelles dans la poterie-tuilerie médiévale de la Goulande (La Haute-Chapelle, Orne)

Avec une nouvelle datation du site de Saint-Georges-de-Rouelley (Manche)
Chronology and functional mutations in the medieval pottery-tilery workshop of la Goulande (La Haute-Chapelle, Orne). With a new dating of pottery workshop of Saint-Georges-de-Rouelley (Manche)
Bruno Fajal, Yves Gallet, Philippe Lanos et Maxime Le Goff
Traduction de Philippe Bernouis
p. 53-61

Résumés

L’atelier de la Goulande (La Haute-Chapelle, Orne) se trouve au sein d’un vaste ensemble de fosses d’extraction d’argiles utilisées pour fabriquer de la poterie commune, des grès et des tuiles. Les prospections géophysiques menées à cet endroit ont permis de distinguer deux anomalies magnétiques, correspondant à trois fours référencés A, B et C. Le premier (A) est un four à pots longitudinal, daté par une analyse archéomagnétique de la seconde moitié du xiiie siècle ou du début du xive siècle. Sa morphologie et les productions qu’on peut lui associer sont proches de celles de l’atelier voisin de Saint-Georges-de-Rouelley, dont le réexamen des données archéomagnétiques recueillies au milieu des années 1980 conduit à une datation plus haute d’un demi-siècle (1260-1280 au lieu de 1325-1350). Les deux ateliers de potiers (Saint-Georges-de-Rouelley et four A de la Goulande) seraient donc sensiblement contemporains. À environ 1,50 m plus à l’est, se trouvent les restes des deux autres fours. Le premier (B) est un four à tuiles, auquel s’est substitué un four à pots longitudinal (C). En accord avec les données archéologiques, les résultats archéomagnétiques obtenus donnent des datations différentes pour chacun des fours étudiés. La production de tuiles qui s’y est développée a probablement pris fin au début du xve siècle. Finalement, une production de grès s’est substituée à la production de tuiles, vraisemblablement jusqu’au dernier tiers du xve siècle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Enquête réalisée dans le cadre d’un programme de prospections et d’opérations archéologiques (...)

1À la fin des années 1980, un programme de recherche sur l’apparition et le développement de l’artisanat de la terre cuite et du grès céramique en Normandie méridionale a été engagé1. L’enquête menée dans les archives, à partir de la microtoponymie et sur le terrain, autour des gisements incluant les argiles grésantes à l’origine des productions de grès domfrontais (Bucur et al., 1989) a révélé une vingtaine d’ateliers céramiques, médiévaux et/ou modernes. L’un d’eux, présumé médiéval, a été localisé près du hameau de la Goulande, dans un herbage, sous les racines d’un vieux poirier couché lors de la violente tempête qui traversa la Normandie le 15 octobre 1987.

1. Le contexte de l’étude

2Dans un article récent (Fajal, Marguerie et al., 2015), nous rappelions les raisons pour lesquelles le CRAHAM avait engagé dans les années 1980 une vaste enquête sur l’artisanat de la terre cuite et du grès en Normandie méridionale, dans les régions de Domfront et de Mortain. Il fallait, en premier lieu, répondre à une demande croissante, régionale et étrangère, d’informations sur l’origine de fabrication de grès réputés normands. Il s’agissait d’en définir l’ampleur, sur le terrain, d’en préciser la chronologie et les conditions de développement. Il s’agissait enfin d’étudier les vestiges d’ateliers, fours et produits céramiques associés, à une période où nos connaissances sur ce type de vestiges étaient encore très lacunaires.

3Lors de l’enquête de terrain, nous avions localisé des vestiges d’ateliers de potiers mais aussi de tuiliers, ainsi que des ateliers qui présentaient les traces des deux activités potière et tuilière (Dufournier et Fajal, 1995). L’un d’eux a été localisé aux confins des communes de Saint-Gilles-des-Marais (où se trouve le hameau de la Goulande, éponyme pour les carrières d’argile), et de La Haute-Chapelle, où se trouve l’installation artisanale médiévale.

  • 2 Coord. X : 48.59474 ; Y : -0.688577 ; Z : 124,50 m.
  • 3 Carte IGN Domfront 1-2, feuille XV-16, Institut géographique national, 1975 ; carte (...)

4La poterie-tuilerie de la Goulande est située à environ trois kilomètres à l’ouest de la ville de Domfront (fig. 1a)2. L’atelier borde un vaste ensemble de fosses d’extraction d’argiles kaolinitiques, occupant un petit fossé tectonique de quelques km2, au nord du confluent des rivières Égrenne et Varenne (Lautridou, 2002 ; fig. 1b). Ces fosses prennent aujourd’hui la forme de mares, encore bien visibles sur les cartes IGN des années 19803. Les argiles extraites de ces carrières ont servi aux artisans de la région pour fabriquer des poteries et des terres cuites architecturales (Mauger, 1905). De couleur gris-clair, très plastique, l’une de ces argiles, aux propriétés grésantes, a été utilisée pour mettre au point puis pour commencer à produire, avant le tournant du xive siècle, les premiers grès normands (Bucur et al., 1989, complété par une note sur l’atelier de Saint-Georges-de-Rouelley, ci-après). Les prospections géophysiques réalisées à cet endroit ont distingué deux anomalies magnétiques, très proches l’une de l’autre, correspondant aux vestiges de trois fours dont deux – un four à tuile et un four à pots – occupent le même emplacement.

Figure 1a : La Haute-Chapelle, le Domfrontais et les zones de production de grès en Normandie / La Haute-Chapelle, the Domfrontais and stoneware production sites in Normandy

Figure 1a : La Haute-Chapelle, le Domfrontais         et les zones de production de grès en Normandie / La         Haute-Chapelle, the Domfrontais and stoneware production sites in         Normandy

Figure 1b : Une vingtaine de fosses d’extraction de l’argile à grès domfrontaise, aujourd’hui en eau, dans l’ovale rouge / Localisation of twenty clay pits used for Domfrontais stoneware, today flooded, indicated by a red ellipse

Figure 1b : Une vingtaine de fosses         d’extraction de l’argile à grès domfrontaise, aujourd’hui en eau, dans         l’ovale rouge / Localisation of twenty clay pits         used for Domfrontais stoneware, today flooded, indicated by a red         ellipse

© IGN 2016, autorisation 43-16030, reproduction interdite / © IGN 2016, autorisation 43-16030, forbidden reproduction

2. Étude archéologique

  • 4 On s’en convaincra en parcourant la bibliographie sur le sujet, notamment Bucur et (...)

5Le premier (four A, fig. 2), est un four à pots longitudinal mesurant près de 5 m de longueur et 1,30 m de largeur, dont la chambre de cuisson devait avoir tout au plus 2 à 3 m3 de capacité. C’est un des rares fours médiévaux longitudinaux dont l’intégralité du plan au sol est, semble-t-il, préservée4. Ses caractères morphologiques et dimensionnels sont proches de ceux du four à pots d’un atelier médiéval voisin dont l'abandon pourrait dater de la seconde moitié du xiiie siècle (cf. infra), celui de Saint-Georges-de-Rouelley (Bucur et al., 1989, 228), comme le suggèrent le profil du foyer ou le pendage de la sole de la chambre de cuisson (fig. 3). Les rebuts de fabrication associés au four A de la Goulande sont également analogues à ceux qui proviennent de l’atelier de Saint-Georges (Bucur et al., 1989). En effet, on trouve dans les deux ateliers les mêmes oules, jattes, cruches, vases à œil-de-perdrix (fig. 4), etc., (Bucur et al., 1989) fabriqués à partir du même type de matière première argileuse.

Figure 2 : Le four à pots (A) / Pottery kiln (A)

Figure 2 : Le four à pots (A) / Pottery kiln (A)

1) emprise du foyer bordé par un liseré de rubéfaction, avec traces des prélèvements archéomagnétiques. 2) marche qui sépare le foyer de la chambre de cuisson. 3) sole de la chambre. 4) argile en place dans laquelle le four a été excavé. A-A’, coupe longitudinale (cf. figure 3)1) position of the hearth outlined by rubefaction, with traces left by the archaeomagnetic sampling. 2) step separating the hearth and the firing chamber. 3) floor of the firing chamber. 4) natural clay into which the kiln had been constructed. A-A', longitudinal section (cf. fig. 3)

Figure 3 : Coupes longitudinale et transversale du four A (cf. Fig. 2) / Longitudinal and transversal sections of kiln A (cf. fig. 2)

Figure 3 : Coupes longitudinale et transversale         du four A (cf. Fig. 2) / Longitudinal and         transversal sections of kiln A (cf. fig. 2)

Figure 4 : Bassin à œil-de-perdrix (GLD 93-23), production du four A. H = 17,4 cm ; L = 36,5 cm / « Œil-de-perdrix » basin (GLD 93-23), production of kiln A. H= 17,4 cm; D = 36,5 cm

Figure 4 : Bassin à œil-de-perdrix (GLD 93-23),         production du four A. H = 17,4 cm ; L = 36,5 cm / « Œil-de-perdrix » basin (GLD 93-23), production of kiln         A. H= 17,4 cm; D = 36,5 cm

6À environ 1,50 m à l’est du four à pots, se trouvent les restes d’un four à tuiles (B), transformé en four à pots (C) (fig. 5a et 5b). Le four à tuiles, conservé sur une cinquantaine de cm de hauteur, mesure environ 5 m de longueur et environ 2,5 m de largeur. Il est caractérisé par des murs de tuileaux (B2) formant un plan rectangulaire ouvert sur le foyer, au sud. À égale distance des parois (B2), on trouve la trace au sol d’une languette centrale (B3), séparant deux couloirs de chauffe, dans la continuité spatiale d’un premier foyer (B1, sous le niveau C1, fig. 5b). Sur cette languette reposait la partie centrale de la sole perforée du four à tuile. Après l’abandon de l’activité tuilière et la destruction de la languette centrale, au niveau de l’entrée des couloirs de chauffe, un muret de pierres haut d’une vingtaine de cm de hauteur (C2), recouvert d’une couche de tuileaux, a été aménagé entre les parois, en guise de marche séparant le foyer de la chambre de cuisson. Un second sol de foyer (sol de chauffe, C1), d’une dizaine de cm d’épaisseur et très induré, est venu recouvrir le sol de foyer (sol de chauffe, B1, très induré également) du four à tuile en venant buter contre la marche qui porte elle-même les traces de fortes chauffes. Dans cet espace (C1) et au-delà de la marche (C2), ont été retrouvés des rebuts de grès à pâte fine (fig. 5c), du type de ceux que l’on ne rencontre pas avant la fin du Moyen Âge, mêlés à de la terre rubéfiée. Ces éléments semblent indiquer qu’il s’agit de céramiques utilisées, au moins en partie, dans le bâti (voûtement ?) du four à pots.

Figure 5a : Le four à tuile (B) et les restes du four à pots (C) / Tile kiln (B) and the remains of a pottery kiln (C)

Figure 5a : Le four à tuile (B) et les restes         du four à pots (C) / Tile kiln (B) and the remains         of a pottery kiln (C)

Figure 5b : Le foyer très induré du four à tuile (B1) en continuité avec les couloirs de chauffe (B4), sous C1 et C2 / Hardened hearth floor of tile kiln (B1), firing tunnels (B4), under C1 and C2

Figure 5b : Le foyer très induré du four à         tuile (B1) en continuité avec les couloirs de chauffe (B4), sous C1 et         C2 / Hardened hearth floor of tile kiln (B1), firing         tunnels (B4), under C1 and C2

Figure 5c : Grès à pâte fine (GLD 93-32), lié au four C. H = 25,3 cm ; diamètre = 18,6 cm / Fine fabric stoneware (GLD 93-32), associated with pottery kiln (C), H = 25,3 cm; diameter = 18,6 cm

Figure 5c : Grès à pâte fine (GLD 93-32), lié         au four C. H = 25,3 cm ; diamètre = 18,6 cm / Fine         fabric stoneware (GLD 93-32), associated with pottery kiln (C), H         = 25,3 cm; diameter = 18,6 cm

3. Les fours de la Goulande : résultats archéomagnétiques

7Les directions archéomagnétiques sont différentes les unes des autres, ce qui montre des âges différents pour la dernière utilisation de ces trois fours (figure 6). Nous avons effectué des datations archéomagnétiques en utilisant une nouvelle version de la courbe de référence des variations directionnelles du champ magnétique terrestre en France au travers des deux derniers millénaires (Le Goff et al., en préparation ; trait bleu épais sur la figure 6, à comparer au double trait rose retraçant la courbe établie précédemment par I. Bucur en 1994). Rappelons que cette courbe de référence est construite à l’aide de fenêtres glissantes de durée variable suivant la distribution temporelle des données archéomagnétiques datées disponibles (Le Goff et al., 2002). La méthode de datation consiste à comparer la distance angulaire γ entre chacune des directions à dater et l’ensemble des directions moyennes datées définissant la courbe de référence à une distance angulaire critique γc en dessous de laquelle les deux directions comparées sont considérées identiques à 95 % (Le Goff et al., 2002). Une datation archéomagnétique présentant 95 % de certitude est donc obtenue quand γ-γc est inférieur à 0 (trait bleu et losanges blancs, fig. 7). Le paramètre p (trait vert sur la fig. 7) permet de définir un âge plus probable à l’intérieur de l’intervalle d’âge à 95 % de certitude.

Figure 6 : Les fours A, B et C dans la courbe de référence des variations directionnelles du champ magnétique terrestre en France / Kilns A, B and C within the reference curve indicating the directional variations of the earth's magnetic field in France

Figure 6 : Les fours A, B et C dans la courbe         de référence des variations directionnelles du champ magnétique         terrestre en France / Kilns A, B and C within the         reference curve indicating the directional variations of the earth's         magnetic field in France

Figure 7 : Résultats archéomagnétiques obtenus sur les fours A, B, C de l’atelier de la Goulande / Archeomagnetic results obtained on the kilns A, B, C of the Goulande workshop

Figure 7 : Résultats archéomagnétiques obtenus         sur les fours A, B, C de l’atelier de la Goulande / Archeomagnetic results obtained on the kilns A, B, C of         the Goulande workshop

8Nous avons obtenu trois datations archéomagnétiques avec 95 % de certitude : pour le four A entre [1245 et 1315] (sans possibilité de proposer un âge plus probable à l'intérieur de cette fourchette, p étant trop faible) ; pour le four B, entre [1360 et 1465], avec un âge plus probable vers 1410-1420 et, pour le four C, une datation entre [1415 et 1530], avec un âge plus probable vers 1470-1480.

4. Conclusions

9En accord avec les données archéologiques disponibles, les résultats archéomagnétiques donnent donc des datations différentes pour les trois fours A, B et C. L’atelier de la Goulande est un établissement pérenne, dont l’activité s’étale sur au moins trois siècles, même si elle a pu connaître des interruptions qu’il est difficile d’appréhender (pendant la guerre de Cent Ans ?). Au xiiie siècle, et peut-être avant, le four A produisait les mêmes types céramiques que l’atelier voisin de Saint-Georges-de-Rouelley, dont il aurait pu même être le concurrent, comme le montre la nouvelle datation archéomagnétique (1260-1280) du four de Saint-Georges (cf. infra), qui correspond mieux à ce que les données archéologiques et la typologie céramique laissaient entrevoir avant cela. La production de tuiles du four B, qui s’est développée ensuite, pourrait avoir pris fin au début du xve siècle. Finalement, la production de grès du four C s’est substituée, sans doute pendant peu de temps, à la production de tuiles, dans le courant du xve siècle, pour une cessation définitive au plus tard au début du xvie siècle.

Une nouvelle datation archéomagnétique de l’atelier de potier médiéval de Saint-Georges-de-Rouelley (Manche)

10En 1984, à l’occasion de travaux de terrassement liés à la création d’un lotissement, des tessonnières et les vestiges d’un four à pots ont été découverts dans le bourg de Saint-Georges-de-Rouelley, environ 6 km à l’ouest de la Goulande, au lieudit « La Potterie » (Bucur et al., 1989). Le four, de type longitudinal, amputé d’une partie de la chambre de cuisson, était conservé sur environ 3,30 m de longueur, dont environ 1,30 m de foyer. Au niveau de la marche qui le séparait de la chambre de cuisson, le four mesurait environ 1,20 m de largeur. Ses caractères morphologiques et dimensionnels sont donc proches de ceux du four A de la Goulande (cf. supra). Les productions céramiques de l’atelier de Saint-Georges-de-Rouelley sont elles aussi très voisines, du point de vue typologique, des premières productions de la Goulande. En effet, on retrouve dans les deux sites, fabriquées avec le même type de pâte argileuse, les mêmes formes céramiques : oules, cruches, pichets, vases à œil-de-perdrix, etc.

  • 5 Cf. discussion dans Le Goff et al., 2002.

11Compte tenu de l’état d’élaboration de la courbe de référence des variations du champ magnétique terrestre au milieu des années 1980, Iléana Bucur avait retenu la période 1325-1350 pour l’abandon du four à pots. Une nouvelle datation archéomagnétique a été obtenue en utilisant la méthode de Le Goff et al. (2002) et la nouvelle courbe de référence des variations directionnelles en France depuis 2 000 ans. Nous trouvons une datation archéomagnétique à 95 % de certitude entre [1260 et 1280] (fig. 8). À noter que cette datation reste néanmoins difficile à établir, ce qui se traduit paradoxalement par un intervalle d’âge réduit5 (voir discussion dans Le Goff et al., 2002).

Figure 8 : Nouvelle datation archéomagnétique de l’atelier de potier de Saint-Georges-de-Rouelley (Manche) / New archeomagnetic dating of the pottery workshop in Saint-Georges-de-Rouelley (Manche)

Figure 8 : Nouvelle datation archéomagnétique           de l’atelier de potier de Saint-Georges-de-Rouelley (Manche) / New archeomagnetic dating of the pottery workshop in           Saint-Georges-de-Rouelley (Manche)
Haut de page

Bibliographie

Bucur I., Dufournier D., Goulpeau L., Langouet L., Naveau J., 1984. La céramique à « œil-de-perdrix » et la production de la Hardelière à Laval (Mayenne). Archéologie médiévale, XIV, p. 169-219.

Bucur I., Dufournier D., Fajal B., Levalet D. et Louis-Philippe M., 1989. Un four de potier médiéval à Saint-Georges-de-Rouelley (Manche), les premiers grès bas-normands. Archéologie Médiévale, XIX, p. 215-241.

Cartier J. et Durand M., 1990. Un four de potier médiéval à La Croix-Saint-Ouen (Oise), à la limite de la forêt de Compiègne. Revue archéologique de Picardie, no 3-4, p. 127-137.

Chapelot J., Galinié H., Pilet-Lemière J. (dir.), 2007. La céramique (ve-xixe siècle), Fabrication, Commercialisation, Utilisation, Actes du Ier Congrès international d’archéologie médiévale, Caen, 259 p.

Dufournier D. et Fajal B., 1995. L’apparition du grès dans la région domfrontaise, premières observations. In La céramique du xie au xvie siècle en Normandie, Beauvaisis, Île-de-France, actes de la Table ronde du GRHIS, Rouen, p. 73-80.

Fajal B., 1990. L’atelier de potier médiéval de La Goulande à La Haute-Chapelle (Orne). Sondage archéologique. Archéologie Médiévale (chronique des fouilles), XX, p. 448.

Fajal B., 1990. L’atelier de potier médiéval de La Potterie à Saint-Georges-de-Rouelley (Manche). Fouille de sauvetage urgent », Archéologie Médiévale (chronique des fouilles), XX, p. 450.

Fajal B., 1995. L’atelier producteur de grès médiéval de La Goulande à La Haute-Chapelle (Orne). Fouille programmée. Archéologie Médiévale (chronique des fouilles), XXV, p. 344-345.

Fajal B, Marguerie D., avec la collaboration de Bucur I., et Bernouis P., 2015. L’atelier de potier médiéval de la Picaudière (La Haute-Chapelle, Orne) : four, soles et combustible. Archéosciences, no 39, p. 177-184 + pl. XVIII-XIX.

Flambard Héricher A.-M., 2002. Potiers et poteries du Bessin. Histoire et archéologie d’un artisanat rural du xie au xxe siècle en Normandie, Publications du Crahm, Caen, 407 p.

Guadagnin R., 2000. Fosses – Vallée de l’Ysieux. Mille ans de production céramique en Île-de-France. Volume 1. Les données archéologiques et historiques, Caen, Publications du CRAM, 367 p.

Heege A., 2007. Topferöfen. Die Erforschung frühmittelalterlicher bis neuzeitlicher Töpferöfen in Belgien, den Niederlanden, Deutschland, Österreich und der Schweiz. Basler Hefte zur Archäologie. Band 4. Archäologie-Verlag, Bâle, 432 p.

Lautridou J.-P., 2002. Les argiles fini-tertiaires de Saint-Gilles-des-Marais (Domfrontais, Orne). Bulletin de la société linéenne de Normandie, 118, p. 39-41.

Le Goff M., Gallet Y., Genevey A., et Warmé N., 2002. On archeomagnetic secular variation curves and archeomagnetic dating. Phys. earth. planet. inter., vol. 134, p. 203-211.

Mauger, 1905. Ger et ses poteries. In Annuaire de l’enseignement primaire de la Manche, t. 9, p. 209-220.

Thuilier F. et Louis É. (dir.), 2015. Tourner autour du pot… : les ateliers de potiers médiévaux du vie au xiiie siècle dans l’espace européen, Actes du colloque international de Douai (5-8 octobre 2010), Caen, Presses universitaires de Caen, coll. « Publications du CRAHAM », 792 p.

Haut de page

Notes

1 Enquête réalisée dans le cadre d’un programme de prospections et d’opérations archéologiques sur des ateliers producteurs de grès médiévaux et post-médiévaux de la région de Domfront, en Basse-Normandie (coord. B. Fajal). N° de site : 61.201.001 AH. Financements DRAC de Basse-Normandie et CRA[HA]M.L’article reprend les données présentées dans une communication-poster au colloque du GMPCA (Caen, 2013).

2 Coord. X : 48.59474 ; Y : -0.688577 ; Z : 124,50 m.

3 Carte IGN Domfront 1-2, feuille XV-16, Institut géographique national, 1975 ; carte IGN 1516 O, série bleue, 1988 (2e éd.), autour des hameaux du Bois de Landelle, de Launay, du Fresne et de la Goulande [© IGN 2016, autorisation 43-16030, reproduction interdite]. Une fiche réalisée par l’Inventaire du patrimoine géologique de Basse-Normandie sous le titre « Argiles plio-pléistocènes de Saint-Gilles-des-Marais » livre une description géologique sommaire et quelques photos récentes de certaines de ces fosses remplies d’eau. http://www.apgn.fr/apgn/carte_site/fic_s61_19.pdf.

4 On s’en convaincra en parcourant la bibliographie sur le sujet, notamment Bucur et al., 1984, Chapelot et al., 1987, Bucur et al., 1989, Cartier et Durand 1990, Guadagnin 2000, Flambard-Héricher 2002, Heege 2007, Thuilier et al., 2015.

5 Cf. discussion dans Le Goff et al., 2002.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1a : La Haute-Chapelle, le Domfrontais et les zones de production de grès en Normandie / La Haute-Chapelle, the Domfrontais and stoneware production sites in Normandy
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/4988/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Titre Figure 1b : Une vingtaine de fosses d’extraction de l’argile à grès domfrontaise, aujourd’hui en eau, dans l’ovale rouge / Localisation of twenty clay pits used for Domfrontais stoneware, today flooded, indicated by a red ellipse
Crédits © IGN 2016, autorisation 43-16030, reproduction interdite / © IGN 2016, autorisation 43-16030, forbidden reproduction
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/4988/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Figure 2 : Le four à pots (A) / Pottery kiln (A)
Légende 1) emprise du foyer bordé par un liseré de rubéfaction, avec traces des prélèvements archéomagnétiques. 2) marche qui sépare le foyer de la chambre de cuisson. 3) sole de la chambre. 4) argile en place dans laquelle le four a été excavé. A-A’, coupe longitudinale (cf. figure 3)1) position of the hearth outlined by rubefaction, with traces left by the archaeomagnetic sampling. 2) step separating the hearth and the firing chamber. 3) floor of the firing chamber. 4) natural clay into which the kiln had been constructed. A-A', longitudinal section (cf. fig. 3)
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/4988/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 274k
Titre Figure 3 : Coupes longitudinale et transversale du four A (cf. Fig. 2) / Longitudinal and transversal sections of kiln A (cf. fig. 2)
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/4988/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 4 : Bassin à œil-de-perdrix (GLD 93-23), production du four A. H = 17,4 cm ; L = 36,5 cm / « Œil-de-perdrix » basin (GLD 93-23), production of kiln A. H= 17,4 cm; D = 36,5 cm
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/4988/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Titre Figure 5a : Le four à tuile (B) et les restes du four à pots (C) / Tile kiln (B) and the remains of a pottery kiln (C)
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/4988/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Figure 5b : Le foyer très induré du four à tuile (B1) en continuité avec les couloirs de chauffe (B4), sous C1 et C2 / Hardened hearth floor of tile kiln (B1), firing tunnels (B4), under C1 and C2
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/4988/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 335k
Titre Figure 5c : Grès à pâte fine (GLD 93-32), lié au four C. H = 25,3 cm ; diamètre = 18,6 cm / Fine fabric stoneware (GLD 93-32), associated with pottery kiln (C), H = 25,3 cm; diameter = 18,6 cm
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/4988/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Titre Figure 6 : Les fours A, B et C dans la courbe de référence des variations directionnelles du champ magnétique terrestre en France / Kilns A, B and C within the reference curve indicating the directional variations of the earth's magnetic field in France
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/4988/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Titre Figure 7 : Résultats archéomagnétiques obtenus sur les fours A, B, C de l’atelier de la Goulande / Archeomagnetic results obtained on the kilns A, B, C of the Goulande workshop
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/4988/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Figure 8 : Nouvelle datation archéomagnétique de l’atelier de potier de Saint-Georges-de-Rouelley (Manche) / New archeomagnetic dating of the pottery workshop in Saint-Georges-de-Rouelley (Manche)
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/4988/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Fajal, Yves Gallet, Philippe Lanos et Maxime Le Goff, « Chronologie et mutations fonctionnelles dans la poterie-tuilerie médiévale de la Goulande (La Haute-Chapelle, Orne) », ArcheoSciences, 41-2 | 2017, 53-61.

Référence électronique

Bruno Fajal, Yves Gallet, Philippe Lanos et Maxime Le Goff, « Chronologie et mutations fonctionnelles dans la poterie-tuilerie médiévale de la Goulande (La Haute-Chapelle, Orne) », ArcheoSciences [En ligne], 41-2 | 2017, mis en ligne le 08 décembre 2019, consulté le 25 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeosciences/4988 ; DOI : 10.4000/archeosciences.4988

Haut de page

Auteurs

Bruno Fajal

CNRS, CRAHAM-UMR 6273, Univ Normandie, Unicaen. mailto:bruno.fajal@unicaen.fr

Articles du même auteur

Yves Gallet

CNRS, IPGP, 1, rue Jussieu, 75238 Paris cedex 05. gallet@ipgp.fr

Articles du même auteur

Philippe Lanos

CNRS, IRAMAT-CRP2A, UMR 5060, Université de Bordeaux-Montaigne, et Géosciences-Rennes, UMR 6118, Université de Rennes 1. (philippe.lanos@univ-rennes1.fr)

Articles du même auteur

Maxime Le Goff

CNRS, IPGP, 1, rue Jussieu, 75238 Paris cedex 05. mailto:legoff@ipgp.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page