Navigation – Plan du site

Nouvelles données anthracologiques de la Champagne (Marne, Grand-Est) entre le Mésolithique et le second âge du Fer et leur implication pour l'histoire du pin sylvestre (Pinus sylvestris L.) dans la région entre le début et le milieu de l’Holocène

New results of charcoal analysis from Mesolithic to Late Iron Age sites of the Champagne region (eastern France) and their implications for the regional history of Scots pine (Pinus sylvestris L.) during the early and middle Holocene
Valentina Bellavia, Elise Doyen et Julian Wiethold
p. 45-56

Résumés

Les résultats des analyses anthracologiques effectuées sur cinq sites archéologiques dans la Marne (région Grand-Est, France), fouillés entre 2011 et 2014 par l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap), sont présentés dans cet article. Il s’agit en grande partie de charbons de bois issus de structures archéologiques en creux telles que des silos, des fosses ou des puits, datés du Mésolithique à La Tène. L’analyse microscopique des charbons de bois a permis de déterminer que les essences exploitées par l’homme surtout comme combustible, étaient essentiellement du pin et du chêne à feuillage caduc. Les résultats anthracologiques obtenus ont révélé une présence importante de charbons de Pinus sp./Pinus type sylvestris. Le pin est le taxon dominant au Mésolithique. Au Néolithique ancien, les pourcentages de pin diminuent au profit de la chênaie mixte. Entre le Néolithique moyen et le Bronze final, le pin est à nouveau l’espèce dominante avant une nouvelle diminution durant le premier âge du Fer ; cette baisse correspond à une nouvelle augmentation des chênes à feuillage caduc et des autres composantes de la forêt mixte caducifoliée et d’espèces de lisière. Enfin, le pin est encore le taxon dominant jusqu’à La Tène finale (LT D). La persistance du pin dans la composition des massifs forestiers semble être une particularité régionale, car dans la plupart des autres régions, il a tendance à fortement régresser dès le Préboréal (vers 8 600 av. J.-C.) au profit des feuillus. Une comparaison des données anthracologiques avec des données palynologiques acquises dans la région, nous aide à mieux éclairer cette question concernant la persistance du pin sylvestre en Champagne durant la Pré- et la Protohistoire et enrichit le débat concernant son possible indigénat.

Haut de page

Notes de la rédaction

rec. may 2017 ; acc. apr. 2018

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

1. Introduction
2. Méthodologie
3. Résultats
Chouilly « La Haute Borne » (Marne, Grand Est)
Compertrix « Saint-Pierre » (Marne, Grand Est)
Saint-Gibrien « Derrière les Grands Clos » (Marne, Grand Est)
Athis « Chemin des Postes » (Marne, Grand Est)
Beaumont-sur-Vesle, Marne, « Contournement routier – RN 44 » (Marne, Grand Est)
4. Résultats anthracologiques
5. Discussion
Comparaison avec les données palynologiques
Indices d’indigénat du pin sylvestre
6. Conclusion

Aperçu du texte

1. Introduction

Depuis la fin de la dernière période glaciaire jusqu'à aujourd'hui, les grandes phases d'évolution du couvert végétal qui se sont succédé à basse altitude dans le Nord-Est de la France sont relativement bien documentées par de nombreuses études palynologiques (David, 2014 ; David et al., 2012 ; Leroyer, 1997 ; Leroyer et al., 2011 ; Ruffaldi, 1997). Avant l'intervention de l'homme, l'apparition puis l'évolution du couvert arboréen dans cette zone géographique sont principalement contrôlées par le facteur climatique et notamment l'augmentation des températures (Richard, 1988). Cependant, d'autres facteurs peuvent également entrer en compte et modifier la composition et l'évolution du couvert végétal durant l’Holocène tels que la nature du substrat géologique, les propriétés des sols et leur développement. La Champagne sèche (ou « crayeuse ») est une zone naturelle lo...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valentina Bellavia, Elise Doyen et Julian Wiethold, « Nouvelles données anthracologiques de la Champagne (Marne, Grand-Est) entre le Mésolithique et le second âge du Fer et leur implication pour l'histoire du pin sylvestre (Pinus sylvestris L.) dans la région entre le début et le milieu de l’Holocène », ArcheoSciences, 42-1 | 2018, 45-56.

Référence électronique

Valentina Bellavia, Elise Doyen et Julian Wiethold, « Nouvelles données anthracologiques de la Champagne (Marne, Grand-Est) entre le Mésolithique et le second âge du Fer et leur implication pour l'histoire du pin sylvestre (Pinus sylvestris L.) dans la région entre le début et le milieu de l’Holocène », ArcheoSciences [En ligne], 42-1 | 2018, mis en ligne le 27 juin 2020, consulté le 11 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/archeosciences/5224 ; DOI : 10.4000/archeosciences.5224

Haut de page

Auteurs

Valentina Bellavia

Geolab UMR 6042, Université Blaise-Pascal, 4 rue Ledru, 63 057 Clermont-Ferrand. valentinabellavia@gmail.com

Elise Doyen

Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap), Direction interrégionale Grand Est, Centre archéologique de Saint-Martin-sur-le-Pré, 38, Rue des Dats, 51 520 Saint-Martin-sur-le-Pré. (mailto:el.doyen@laposte.net)

Julian Wiethold

Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap), Laboratoire archéobotanique, Direction interrégionale Grand Est, 12, rue de Méric, 57 063 Metz cedex 2, UMR 6298 ArTeHiS. (julian.wiethold@inrap.fr)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page