Navigation – Plan du site

Échanges transmanche de traditions techniques dans la préparation des céramiques : le site portuaire gaulois de la Batterie-Basse à Urville-Nacqueville (Manche)

Cross-channel exchanges of technical traditions in the ceramics preparation: the Gallic port site of La Batterie-Basse at Urville-Nacqueville (Manche)
Benjamin Gehres et Anthony Lefort
p. 57-74

Résumés

L’étude pétrographique et géochimique de céramiques découvertes dans la zone atelier de fabrication d’anneaux en lignite du site portuaire de la Batterie-Basse à Urville-Nacqueville (Manche) a permis d’observer l’utilisation de plusieurs matières premières régionales pour façonner les poteries du site. De plus, l’importation de terres cuites a pu être mise en avant, depuis la zone atelier de Saint-Jean-du-Doigt (Finistère) à plus de 180 km et depuis la région de la plaine de Caen. Un groupe de pâte domine largement le corpus, caractérisé par une tradition technique particulière dans la préparation des pâtes des terres cuites, le rajout de coquilles broyées aux terres. En effet, des analyses pétrographiques, complétées par une approche par spectrométrie de masse à source plasma, couplée à un système d’ablation laser des inclusions bioclastiques, ont démontré que ce dégraissant ne correspond pas à des fossiles présents naturellement dans les argiles, mais que les potiers ont ajouté à leurs matières premières des fragments de coquilles préalablement broyées. Il s’agit d’une tradition qui n’est pour l’instant pas connue autre part au second âge du Fer dans l’Ouest de la France, et il faut se tourner vers les côtes anglaises pour identifier des procédés similaires. Il en va de même pour plusieurs autres pratiques observées sur le site de la Batterie-Basse, dont les racines pourraient se trouver de l’autre côté de la Manche.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

1. Introduction
2. Contexte géologique
3. Méthodologie
4. Approches archéométriques des matières premières des céramiques
Les pâtes à inclusions granitiques et sédimentaires – Groupe 1 (13 céramiques)
La pâte à inclusions gabbro-granitiques – Groupe 2 (1 céramique)
Les pâtes à inclusions coquillères rajoutées – Groupe 3 (26 céramiques)
La céramique de la plaine de Caen – Groupe 4 (1 céramique)
La céramique à pâte fossilifère – Groupe 5 (1 céramique)
Les pâtes à inclusions granitiques – Groupe 6 (5 céramiques)
Les pâtes à dégraissant sableux – Groupe 7 (3 céramiques)
5. Les analyses chimiques des céramiques du site de la Batterie-Basse
6. L’analyse chimique ponctuelle par LA-ICP-MS des inclusions de coquillages fossiles et contemporains
7. Discussions des résultats
Incorporation de coquilles broyées et chaîne opératoire
Des échanges entre le site de la Batterie-Basse et le sud de l’Angleterre
8. Conclusions

Aperçu du texte

1. Introduction

Le site portuaire de la Batterie-Basse se développe à partir du second âge du Fer, sur le littoral normand, dans la région d’Urville-Nacqueville (fig. 1), au nord du Cotentin (Manche). Le choix d’implantation de cette occupation n’est pas anodin puisqu’il se trouve au débouché d’une voie de communication entre le sud de l’Angleterre et le réseau fluviatile de la Seine conférant ainsi aux habitants la possibilité d’être au centre des réseaux d’échanges et d’accéder à des produits provenant de plus ou moins longues distances, comme de l’ambre de la baltique et des amphores italiques (Lefort et al., 2015).

Figure 1 : Localisation du site de la Batterie-Basse et des principales zones d’importations de céramiques. / Figure 1: Localisation of the site of La Batterie-Basse and his principal areas of ceramic importations.

Figure 1 : Localisation du site de la         Batterie-Basse et des principales zones d’importations de céramiques.         / Figure 1: Localisation of the site of La         Batterie-Basse and his principal areas of ceramic         importations.

Une répartition spatiale des act...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benjamin Gehres et Anthony Lefort, « Échanges transmanche de traditions techniques dans la préparation des céramiques : le site portuaire gaulois de la Batterie-Basse à Urville-Nacqueville (Manche) », ArcheoSciences, 42-1 | 2018, 57-74.

Référence électronique

Benjamin Gehres et Anthony Lefort, « Échanges transmanche de traditions techniques dans la préparation des céramiques : le site portuaire gaulois de la Batterie-Basse à Urville-Nacqueville (Manche) », ArcheoSciences [En ligne], 42-1 | 2018, mis en ligne le 27 juin 2020, consulté le 16 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/archeosciences/5274 ; DOI : 10.4000/archeosciences.5274

Haut de page

Auteurs

Benjamin Gehres

CReAAH-UMR 6566, Laboratoire Archéosciences, Rennes ; CEMEF-CNRS UMR 7635/MINES ParisTech, 1 rue Claude-Daunesse CS 10207, 06 904 Sophia Antipolis. (mailto:benjamin.gehres@gmail.com)

Anthony Lefort

25 ter Ertot, 50 340 Les Pieux. (lefort.anthony@sfr.fr)

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page