Navigation – Plan du site
Varia / 40 ans de colloques du GMPCA

Dater, une histoire qui date !

Dating, an old story!
Pierre Guibert
p. 85-101

Résumés

Nous tentons dans cet article de présenter l’évolution des méthodes physiques de datation au cours des dernières décennies en mettant en lumière les facteurs qui ont été à l’origine de cette évolution. Nous en présentons les conséquences sur la pratique de la datation et sur l’évolution des problématiques de la datation en archéologie. Ainsi, nous avons passé en revue trois types de méthodes selon le mode d’enregistrement du temps : 1) variations de paramètres environnementaux : dendrochronologie et archéomagnétisme ; 2) filiation radioactive : datation par les isotopes cosmogéniques, dont le radiocarbone, et datation par accumulation d’isotopes fils : potassium-40 et déséquilibre des séries de l’uranium (238U-234U-230Th) ; 3) accumulation de charges déplacées par l’irradiation : méthodes paléodosimétriques dont la datation par luminescence et par résonance paramagnétique électronique. Selon les cas, nous évoquons des défis pour les années futures.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

1. Introduction
2. Les méthodes basées sur l’enregistrement de variations environnementales
La Dendrochronologie
L’archéomagnétisme
3. Méthodes basées sur la filiation radioactive
Radiocarbone
Les isotopes du béryllium, de l’aluminium et du chlore et l’archéologie
Datation par la filiation 40K-40Ar
Datation par le déséquilibre des séries de l’uranium
4. Méthodes paléodosimétriques
5. Conclusion

Aperçu du texte

1. Introduction

Quarante ans de datation, telle était la consigne pour le 40e anniversaire du GMPCA. Aussi, j’ai choisi d’orienter mon propos, non pas sur quarante ans de résultats de datation, toutes périodes et aires culturelles confondues, mais plutôt sur l’évolution des méthodes de datation au cours des quatre dernières décennies, ce qui me paraissait à la fois plus intéressant et plus pédagogique pour les praticiens et les utilisateurs, et bien évidemment plus adapté au format proposé. Ce faisant, cet article ne cherche pas l’exhaustivité. Nous ne traiterons pas de toutes les méthodes de datation, mais uniquement de méthodes physiques de datation les plus courantes ou les plus prometteuses pour l’archéologie. J’ai opéré un centrage géographique et bibliographique sur les groupes français de chronologie en archéologie, sans oublier le contexte international dans lequel nous viv...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Guibert, « Dater, une histoire qui date ! », ArcheoSciences, 42-1 | 2018, 85-101.

Référence électronique

Pierre Guibert, « Dater, une histoire qui date ! », ArcheoSciences [En ligne], 42-1 | 2018, mis en ligne le 27 juin 2020, consulté le 21 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/archeosciences/5390 ; DOI : 10.4000/archeosciences.5390

Haut de page

Auteur

Pierre Guibert

CNRS, Institut de Recherche sur les Archéomatériaux – Centre de Recherche en Physique Appliquée à l’Archéologie, UMR 5060 CNRS Université Bordeaux Montaigne. Maison de l’Archéologie, Esplanade des Antilles, 33607 Pessac cedex, France. pierre.guibert@u-bordeaux-montaigne.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page