Navigation – Plan du site
Varia / 40 ans de colloques du GMPCA

La paléogénétique en tant qu’approche archéométrique au cours des 30 dernières années

Paleogenetics as archeometrical approach over the last 30 years
Eva-Maria Geigl
p. 135-144

Résumés

La paléogénétique, l’étude génétique des organismes et populations du passé, est devenue possible quand les méthodes de la biologie moléculaire ont permis l’analyse de l’ADN préservé en état très dégradé et en très faible quantité dans certains restes biologiques anciens comme des ossements, des dents, des poils, ou encore des tissus mous de momies. Ces études ont contribué de manière très significative à l’archéologie, la paléontologie, la paléopathologie ou encore la paléoécologie. Plus récemment, le progrès des méthodes de séquençage de l’ADN a conduit à un nouveau saut quantique de ce domaine puisque le séquençage de nouvelle génération rend possible non seulement l’analyse de quelques gènes mais aussi de génomes entiers des organismes du passé augmentant de plusieurs ordres de grandeur la quantité d’informations que l’on peut obtenir. Ceci a permis une révision de notre vision des dernières étapes de l’évolution humaine et du peuplement de l’Eurasie et de l’Amérique, mais aussi des processus de domestication des animaux et de certaines plantes, de l’évolution des populations sauvages animales et végétales en réponse aux changements climatiques, de l’évolution des pathogènes responsables d’épidémies, etc. La paléogénomique a ainsi déjà réussi à révolutionner l’idée que nous nous sommes faite de l’évolution récente de notre espèce, et on peut légitimement attendre d’elle d’autres très belles contributions à l’archéologie.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

1. La génétique
2. La paléogénétique
3. Les études paléogénétiques
4. La paléogénomique
5. La paléogénomique pour étudier l’évolution humaine
6. La paléogénomique des animaux et plantes
7. Conclusion et perspectives

Aperçu du texte

1. La génétique

Le généticien étudie et analyse les caractères héréditaires des êtres vivants (micro-organismes, animaux, végétaux, êtres humains) à travers leur génome, l’ensemble du matériel génétique d'un être vivant, dont l’ADN (acide désoxyribonucléique) est le support. Ce matériel génétique est transmis à chaque génération pour assurer la production d’organismes dont l’organisation physique et la physiologie refléteront en grande partie celle des parents. Lorsqu’on analyse la séquence de l’ADN d’un individu, on peut donc ainsi avoir accès à deux grands types d’information : sa généalogie et ses caractères morphologiques et physiologiques. Bien que l’on ait beaucoup d’arguments qui valident le concept que l’ADN code pour les caractères de l’individu, il est encore extrêmement complexe d’interpréter correctement comment se fait le passage de la séquence du génome aux propriétés...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eva-Maria Geigl, « La paléogénétique en tant qu’approche archéométrique au cours des 30 dernières années », ArcheoSciences, 42-1 | 2018, 135-144.

Référence électronique

Eva-Maria Geigl, « La paléogénétique en tant qu’approche archéométrique au cours des 30 dernières années », ArcheoSciences [En ligne], 42-1 | 2018, mis en ligne le 27 juin 2020, consulté le 21 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/archeosciences/5575 ; DOI : 10.4000/archeosciences.5575

Haut de page

Auteur

Eva-Maria Geigl

Institut Jacques Monod, Equipe « Epigénome et Paléogénome », UMR 7592, 15, rue Hélène Brion, 75013 Paris. (mailto:eva-maria.geigl@ijm.fr)

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page