Navigation – Plan du site

AccueilNuméros42-2Première approche micromorphologi...

Première approche micromorphologique de la fin de l’occupation néolithique d’un amas coquillier de la côte omanaise : données préliminaires sur les modes d’occupation du site de RH-5 dans la seconde moitié du 4e millénaire BCE

Initial micromorphological approach of the Neolithic occupation of a shell-midden on the Omani coastline : preliminary data on the occupation patterns of the RH-5 site in the second half of the 4th millennium
Irène Béguier et Lapo Gianni Marcucci
p. 7-30

Résumés

Les amas coquilliers préhistoriques situés sur la côte omanaise interrogent sur les modes de vie des communautés de pêcheurs-cueilleurs au cours du Néolithique. Dans la recherche actuelle, l’hypothèse d’une tendance à la sédentarisation est énoncée au regard de certaines données archéologiques et paléoenvironnementales, de datations radiocarbones ou encore d’analyses géochimiques isotopiques. La question du mode de vie de ces groupes côtiers, en termes d’aménagement et de fonctionnement de l’espace, a motivé la réalisation d’une analyse micromorphologique sur une portion du site néolithique de RH-5, localisé sur la rive occidentale du golfe d’Oman. Cette approche inédite pour les amas coquilliers du golfe Persique révèle, à hauteur de la séquence stratigraphique étudiée qui se rapporte chronologiquement à la seconde moitié du 4e millénaire BCE, une occupation continue caractérisée par des espaces intérieurs soignés, des espaces extérieurs fréquentés et une zone de parcage d’ovicapridés.

Haut de page

Notes de la rédaction

rec. Apr. 2016 ; cc. Sep. 2018.

Texte intégral

Je remercie le laboratoire de micromorphologie de l’unité Sol de l’UFR DMOS (AgroParisTech, Centre de Thiverval-Grignon) pour la fabrication des lames minces et le Service d’archéologie du Conseil départemental du Calvados pour la mise à disposition du microscope polarisant. Je remercie particulièrement le ministère du Patrimoine et de la Culture du Sultanat d’Oman, à titre posthume M. Tosi, directeur de la Mission archéologique italienne en Oman lors des fouilles à RH-5 et L. G. Marccuci, responsable d’opération du site de RH-5 de 2008 à 2010, de m’avoir permis de participer à la mission de fouille de RH-5 en 2009 et 2010. Je remercie également les rapporteurs de cet article pour leurs remarques très constructives.

1Les nombreux sites préhistoriques qui bordent la rive occidentale du golfe d’Oman et de la mer d’Arabie témoignent de l’ancienneté du peuplement du littoral omanais (Biagi 1994). Ces sites, qualifiés d’amas coquilliers en raison de la présence d’importantes accumulations de coquillages, font leur apparition sur ces côtes à partir du 6e millénaire BCE (Biagi 2008). Les sondages menés le long de la côte de la péninsule omanaise, entre Muscat et l’île de Masirah (fig. 1-A), révèlent qu’au 5e millénaire BCE – période qui correspond à l’optimum du développement des mangroves dans cette région (Berger et al. 2013) – le nombre d’amas coquilliers augmente. Ils sont pour la plupart situés à proximité de paléo-mangroves (Berger et al. 2013 ; Biagi & Nisbet 2006). La richesse en ressources marines et en matières premières qu’offre cette zone géographique constitue en effet un environnement favorable à l’installation de populations néolithiques (Biagi & Nisbet 1999, 2006 ; Cleuziou 2005). Le site numéro 5 de Ra’s al Hamra (RH-5), qui fait l’objet de cette étude, appartient à un ensemble d’amas coquilliers préhistoriques découverts dans les années 1970 à l’ouest de Muscat (Durante & Tosi 1977). Ils se situent sur le cap de Ra’s al Hamra, une terrasse calcaire du Tertiaire qui s’étend dans la mer, et dans la mangrove actuelle de Qurum, localisée à l’embouchure du Wadi Aday (fig. 1-B). Cet oued, qui prend sa source dans les piémonts de la plus importante chaîne de montagne d’Oman (Hajar), constitue l’une des principales artères d’eau douce de la région. À proximité de ces sites affleurent une grande variété de roches (quartz, quartzite, silex, jaspe, agate, grès, etc.) appropriées à la fabrication d’objets en pierre : outils, parures, perles… (Usai 2005 ; Biagi & Nisbet 2006). L’amas coquilliers de RH-5 est implanté sur la bordure occidentale du cap de Ra’s al Hamra (fig. 1-B). Il se caractérise par des dépôts anthropiques microstratifiés particulièrement bien conservés, qui se développent, au-dessus du substrat calcaire, sur plus d’un mètre d’épaisseur. Localement, ces dépôts anthropiques sont interstratifiés avec des dépôts éoliens sableux. Les campagnes de fouille menées sur ce site depuis 1981 principalement sous la direction de P. Biagi (1982-1985) puis de L. G. Marcucci (2004-2005, 2008-2010) dans le cadre des fouilles de la Mission archéologique italienne, révèlent une occupation domestique quasi continue depuis la fin du 5e jusqu’à la seconde moitié du 4e millénaire BCE (Biagi 1994 ; Biagi & Nisbet 2006 ; Marcucci 2015 ; Zazzo et al. 2012, 2014). Neuf périodes principales d’occupation sont observées (Marcucci 2015). Elles sont matérialisées par des structures d’habitation et d’activités (cabanes circulaires ou ovales, trous de poteau et/ou tranchée de fondation, fosses, foyers, zones de combustion, un four enterré) ; des sols archéologiques ; une abondante production matérielle en os, en coquillage et en pierre correspondant aux habitats préhistoriques côtiers de cette période du Sud-Est arabique (outils de pêche et de chasse, ornements) et une importante quantité de restes fauniques et botaniques (Biagi 1987 ; Biagi & Nisbet 1984, 1989, 1992, 1999, 2006 ; Biagi & Salvatori 1986 ; Marcucci et al. 2011 ; Marcucci 2015). À l’est de la zone d’habitat et au nord du promontoire une importante nécropole, datée de la seconde moitié du 4e millénaire BCE et contenant au moins 149 tombes, a été mise au jour (Coppa et al. 1985 ; Salvatori 2007 ; Munoz 2014 & 2017 ; Zazzo et al. 2012, 2014) (fig. 1-C). L’ensemble de ces données pose la question d’une tendance à la sédentarisation des pêcheurs-cueilleurs de RH-5 (Biagi & Nisbet 2006 ; Macchiarelli 1989 ; Zazzo et al. 2014). Dans la perspective d’apporter de nouveaux éléments sur les modalités d’occupation de ce site (aménagemen fonctionnement de l’espace, rythmes de fréquentation), une première analyse micromorphologique a été réalisée. Cette approche, qui jusqu’alors a été appliquée sur quelques amas coquilliers préhistoriques localisés sur la côte Ouest des États-Unis (Golberg & Byrd 1999), la côte méridionale du Brésil (Villagran 2014) ainsi que sur un amas coquillier historique situé en Argentine (Balbo et al. 2010), est inédite pour les amas coquilliers du golfe Persique et d’Oman.

Figure 1. Situation géographique / Geographical location

Figure 1. Situation géographique / Geographical location

A. La rive occidentale du golfe d’Oman et de la mer d’Arabie et localisation du cap de Ra’s al Hamra.
B. Localisation du site de RH-5 et des autres sites préhistoriques situés sur le promontoire de Ra’s al Hamra et de la mangrove actuelle de Qurum.
C. Le site de RH-5 avec les secteurs fouillés entre 2008 et 2010. Localisation de la tranchée TT 84 et de la séquence stratigraphique de référence utilisée pour l’étude micromorphologique.
(d’après L. G. Marcucci et al. 2008, photo)
A. Western coast of the Gulf of Oman and the Arabian Sea and location of Cape of Ra’s al Hamra.
B. Location of RH-5 and the other prehistoric sites located on the Ra’s al Hamra promontory and Qurum mangrove swamp.
C. The RH-5 site with the sectors excavated between 2008 and 2010. Location of the TT 84 trench and the reference stratigraphic sequence used for the micromorphological study.
(from L. G. Marcucci
et al. 2008, photo)

Présentation de la séquence stratigraphique étudiée et de la méthodologie

La séquence stratigraphique de référence

2Ce travail repose sur l’analyse de la coupe sud de la tranchée de sondage TT 84 située dans le secteur A de l’emprise, à hauteur de la zone d’habitat (fig. 1-C). Cette tranchée de sondage de 12 mètres de long sur 80 centimètres de large a été ouverte en 1984 par P. Biagi, puis à nouveau en 2004, 2008 et 2009. En 2008 elle a été entièrement relevée et succinctement décrite par R. Chemin (fig. 2). En 2009, une portion de la coupe sud est choisie pour effectuer une étude micromorphologique dont les résultats sont présentés dans cet article (fig. 1-C, fig. 2). Cette dernière s’inscrit dans le cadre d’une étude préliminaire permettant d’évaluer la qualité de l’enregistrement des faciès sédimentaires anthropogéniques.

Figure 2. Relevé stratigraphique de la tranchée TT 84 réalisée par René Chemin, 208/Stratigraphic survey of Trench TT 84 carried out by René Chemin, 2008

Figure 2. Relevé stratigraphique de la tranchée TT 84 réalisée par René Chemin, 208/Stratigraphic survey of Trench TT 84 carried out by René Chemin, 2008
  • 1 Des datations par la méthode du carbone 14 ont été réalisées sur du matériel marin (coquillages, os (...)
  • 2 Des altérations liées à des processus pédologiques sont notamment observées au cours du 5e millénai (...)

3À hauteur de cette tranchée, la stratigraphie a été particulièrement bien préservée sur un mètre d’épaisseur (fig. 2). Les niveaux supérieurs, les plus récents, se rapportent chronologiquement à la seconde moitié du 4e millénaire BCE1. Cette stratigraphie se caractérise par une accumulation de couches sédimentaires subhorizontales, de quelques millimètres à plusieurs centimètres d’épaisseur, localement recoupées par des trous de poteaux et par des fosses mesurant jusqu’à 2 mètres de diamètre. Ces couches sont principalement composées de sables, de limons, de résidus d’animaux marins (poissons, tortues, dauphins) et de coquillages d’origine marine ou mangrovienne (Strombus sp., Conus sp., Pinctada sp., Anadara sp., Terebralia palustris, Ostrea sp. etc.) dont la proportion, l’aspect (entiers, fragmentés, brûlés, cendreux, altérés par des processus pédologiques2) et l’organisation (litée, aléatoire, tassée, lâche), varient d’une couche à l’autre. Elle se caractérise également par la présence de dépôts noirs riches en charbons, épais de quelques millimètres à 5 centimètres et pouvant atteindre 3 mètres de large. Ces derniers sont souvent associés à des dépôts cendreux. Enfin, certaines couches peuvent comporter une proportion variable de nodules subcentimétriques arrondis à ovalaires, parfois coalescents et d’encroûtements blanchâtres plus ou moins indurés.

  • 3 Les différences stratigraphiques observées entre les deux relevés à hauteur de la séquence de référ (...)

4Bien que la stratigraphie montre une variabilité latérale importante des couches ainsi que des remaniements d’origine anthropique (creusements, troncatures) et naturelle (érosion éolienne), l’analyse terrain de la coupe met en évidence que certains dépôts sédimentaires apparaissent de manière récurrente sur l’ensemble de la tranchée TT 84. Pour préciser la nature, le mode de mise en place et l’évolution des dépôts les plus fréquemment rencontrés, une portion de la coupe sud a été étudiée aux échelles microscopiques. Cette portion qui sert de séquence stratigraphique de référence a été réalisée là où l'accumulation sédimentaire était la plus développée et la moins perturbée par des structures anthropiques ou des processus taphonomiques (fig. 1-C, fig. 2).3

Méthodologie

5La séquence stratigraphique de référence a été relevée au 1/10e, puis chacune des couches sédimentaires identifiées a été décrite de manière détaillée en tenant compte de la couleur, la texture et de la structure du dépôt ; de la nature, la morphologie et la distribution des constituants ainsi que du type de contact avec les couches adjacentes (abrupt, diffus, graduel). Ces descriptions macroscopiques ont été reportées dans le tableau de la figure 3. Pour compléter les observations de terrain, des échantillons micromorphologiques ont été prélevés en colonne continue sur toute l’épaisseur de la séquence. Dans le cadre de cette étude préliminaire les deux échantillons les plus représentatifs de la séquence ont été retenus (RH-2, RH-11) (fig. 3). Situés dans la partie supérieure de la coupe datée de la seconde moitié du 4e millénaire BCE, ces derniers avaient l’avantage de regrouper, dans un continuum stratigraphique, cinq des huit types de dépôts sédimentaires les plus régulièrement rencontrés dans la tranchée TT 84 et de permettre une première interprétation de la séquence de référence.

Figure 3. Description de la séquence stratigraphique de référence et localisation des échantillons micromorphologiqus/Description of the reference stratigraphic sequence and location of the micromophological samples.

Figure 3. Description de la séquence stratigraphique de référence et localisation des échantillons micromorphologiqus/Description of the reference stratigraphic sequence and location of the micromophological samples.

6Une fois imprégnés sous vide dans de la résine polyester, les échantillons sélectionnés ont été montés en lames minces de grand format selon la technique établie par Guilloré (1980), puis examinés à différents grossissements sous microscope polarisant. La terminologie utilisée pour leur description s’appuie sur les ouvrages de référence en micromorphologie des sols et en géoarchéologie (Bullock et al. 1985 ; Fedoroff & Courty 1994 et 2002 ; Courty & Fedoroff 2002 ; Stoops et al. 2010). La quantification des constituants est basée sur les chartes d’abondance définies par Bullock et al. (1985) et la classification granulométrique reprend celle définie par Wenworth-Udden (Adams et al. 1994).

7La lecture des lames minces en microscopie optique révèle le potentiel micromorphologique de la stratigraphie puisque les dépôts sédimentaires individualisés sur le terrain, épais de 0,5 à 9 centimètres, sont en réalité constitués de plusieurs unités microstratigraphiques (UMS) de 3 millimètres à 2-5 centimètres d’épaisseur (fig. 4-A et 4-B). Ces UMS correspondent à des microfaciès sédimentaires significatifs des conditions du milieu et de la manière dont l’espace a été occupé, que ce soit en terme d’aménagement (sol construit en terre, tapis), de fonctionnement (surface d’occupation, zone de rejets, aire de parcage) ou de période de désaffectation (Courty et al. 1989 et 1994 ; Gé et al. 1993 ; Matthews 1992). À l’échelle de la lame mince, ces microfaciès se superposent et parfois se juxtaposent. Leur superposition rend compte de l’évolution de l’espace dans le temps ; leur juxtaposition ou variation latérale reflète l’organisation spatiale créée par différentes activités ou la limite entre un espace extérieur et intérieur lors d’une même phase d’occupation.

Figure 4. Découpage des couches sédimentaires observées sur le terrain en unités microstratigraphiques (UM)/ Division of sedimentary layers observed on site in microstratigraphic units (UMS)

Figure 4. Découpage des couches sédimentaires observées sur le terrain en unités microstratigraphiques (UM)/ Division of sedimentary layers observed on site in microstratigraphic units (UMS)

A- Pour l’échantillon RH-2, les 6 couches archéologiques individualisées sur le terrain correspondent sous le microscope polarisant à 12 UMS.
B- Pour l’échantillon RH-11, les 2 couches archéologiques identifiées sur le terrain se divisent sous le microscope polarisant en 26 UMS.
(photo I. Béguier et scan de lames minces)
A- For the sample RH-2, the 6 archaeological layers individualized in the field are divided into 12 UMS under polarizing microscope.
B- For the sample RH-11, the 2 archaeological layers identified in the field are divide into 26 UMS under polarizing microscope.
(photo I. Béguier and thin section scan)

Les dépôts sédimentaires étudiés aux échelles microscopiques.

Les dépôts sédimentaires

8Les dépôts sédimentaires étudiés correspondent à (1) des dépôts à organisation litée subhorizontale, (2) des dépôts sablo-limoneux gris-orange, (3) des dépôts sableux brun-orange, (4) des dépôts riches en os et en arêtes de poisson fragmentés et tassés et (5) des dépôts de combustion.

  1. Les dépôts à organisation litée subhorizontale font entre 2 et 9 centimètres d’épaisseur. Ils se caractérisent par des sables limoneux à limono-sableux plus ou moins compacts, régulièrement ponctués de fins lits subhorizontaux orangés riches en microfragments d’os et d’arêtes de poisson et de lits limoneux blanchâtres. Localement, une structuration polyédrique fine est observée.

  2. Les dépôts sablo-limoneux gris-orange, épais de 2 à 7 centimètres, sont assez compacts et montrent localement une organisation finement litée subhorizontale.

  3. (3) Les dépôts sableux brun-orange sont épais de 1 à 5 centimètres. Peu compacts, ils sont mouchetés de plages rose-orange constituées de débris d’os de poisson distribués de manière aléatoire et contiennent quelques fragments grossiers de coquillages.

  4. Les dépôts riches en os et en arêtes de poisson fragmentés font entre 5 millimètres et 5 centimètres d’épaisseur. Ils se caractérisent par une structure massive et une distribution subhorizontale des éléments, évoquant des marqueurs de tassements importants.

  5. Enfin, les dépôts de combustion sont matérialisés par la superposition de deux couches, dont l’épaisseur varie entre 3 millimètres et 4 centimètres. La couche inférieure, brun foncé à brun-noir, comporte de nombreuses esquilles osseuses subcentimétriques carbonisées. La couche supérieure, cendreuse et de couleur gris clair, est assez compacte et présente localement une organisation litée subhorizontale. La limite entre ces deux couches est très nette. La stratification inversée des dépôts brun-noir et cendreux par rapport à une combustion classique présentant de bas en haut, des cendres, des charbons et des débris partiellement carbonisés (Courty 1984), suggère une combustion à l’étouffée. Sur l’ensemble de la tranchée TT 84, ces dépôts de combustion reposent quasi-systématiquement sur un dépôt riche en os et en arêtes de poisson fragmentés. La succession récurrente de ces deux types de dépôts a amené à les traiter comme un seul ensemble et à s’interroger sur leurs relations.

Les microfaciès sédimentaires

9L’examen sous le microscope de ces dépôts sédimentaires révèle cinq types de microfaciès. Les microfaciès 1, 2 et 4 présentent quelques variations qui ont permis d’individualiser pour chacun d’entre eux deux sous-types (a et b). La description micromorphologique détaillée de ces microfaciès a été reportée dans le tableau 1.

Tableau 1. Description microscopique des microfaciès observés dans les échantillons RH-11 et RH2/Table 1. Microscopic description of the microfacies observed in RH-11 and RH-2 samples

Tableau 1. Description microscopique des microfaciès observés dans les échantillons RH-11 et RH2/Table 1. Microscopic description of the microfacies observed in RH-11 and RH-2 samples

Le microfaciès type 1 : des sols en terre crue

10Il correspond à un niveau de sol en terre crue construit à partir d’un mélange de matériel gypseux microcristallin jaune-beige et d’une proportion variable d’os et d’arêtes de poisson grossièrement fragmentés, auxquels peuvent se mêler quelques microcharbons et morceaux de coquillages (fig. 5). La dominance des résidus de poisson peut refléter l’utilisation de la terre présente sur la zone d’habitat, caractérisée par son importante exploitation des ressources marines et lagunaires, ou résulter d’un ajout volontaire de dégraissant. La question de l’apport intentionnel de dégraissant dans la terre à bâtir se pose également en raison de la présence, dans deux niveaux de sols en terre crue, d’agrégats façonnés et chauffés subcentimétriques pouvant provenir du démantèlement de sols ou de structures en terre ayant subi l’action du feu (sole de cuisson ?) (microfaciès type 1-a) (fig. 6). La combustion d’aménagement en terre est par ailleurs observée à deux reprises. Elle se manifeste par un mélange de matériel gypseux brunâtre cryptocristallin et d’os de poissons semi-carbonisés ou de couleur orange foncée à rouge (microfaciès type 1-b) (fig. 7). Le fait que ces aménagements en terre chauffés présentent des traits micromorphologiques identiques à ceux des sols en terre crue, et qu’ils soient, comme ces derniers, recouverts par une surface d’occupation (cf. infra microfaciès type 2), invite à les interpréter comme des sols construits ayant subi une altération thermique accidentelle ou bien intentionnelle, dans le cadre par exemple d’une réorganisation de l’habitat.

Figure 5. Microfaciès type1/Type 1 microfacies

Figure 5. Microfaciès type1/Type 1 microfacies

A- Photographie sous le microscope du microfaciès type 1 correspondant à un sol construit en terre. Ce dernier se caractérise par un assemblage compact de plages gypseuses (a) et d’os et d’arêtes de poisson (b) (RH-2, couche 7, UMS 7B, LPNA, photo I. Béguier).
B- Détail de la photographie A (LPNA).
C- L’observation à un fort grossissement montre que les plages gypseuses sont composées de microcristaux de gypse lenticulaires (a), apparaissant en blanc en lumière polarisée analysée. En (b) : fragments d’os (RH-2, couche 7, UMS 7b, LPA).
A- Photograph under the microscope of type 1 microfacies corresponding to an earthern floor. This one is characterized by a compact assemblage of gypsum aggregates (a) and fish bones (b), (RH-2, layer 7, UMS 7b, unanalyzed polarized light, photo I. Béguier).
B- Detail from view photograph A (unanalyzed polarized light).
C- Observation of gypsum aggregates at high magnification shows that they are
mainly composed of lenticular gypsum microcrystals (a), appearing white in analyzed polarized light. (b) : bone fragments (RH-2, layer 7, UMS 7b, analyzed polarized light).

Figure 6. Microfaciès type 1a/Type 1-a microfacies

Figure 6. Microfaciès type 1a/Type 1-a microfacies

Photographie sous le microscope du microfaciès de type 1-a identifié comme un sol en terre de facture grossière contenant des fragments de terre à bâtir chauffés. Il se définit par la juxtaposition d’agrégats gypseux microcristallins chauffés (a) et non chauffés (b) comportant une proportion variable d’os et d’arêtes de poisson parfois carbonisés (c) (RH-11, couche 18, UMS 18k, LPNA, photo I. Béguier).
Photograph under the microscope of type 1-a microfacies identified as a coarse earth floor, containing heated building earth fragments. It is defined by the juxtaposition of heated (a) and unheated (b) microcrystalline gypsum aggregates with a variable proportion of sometimes charred fish bones, sometimes charred (c) (RH-11, layer 18, UMS 18k, unanalyzed polarized light, photo I. Béguier).

Figure 7. Microfaciès type 1b/Type 1-b microfacies

Figure 7. Microfaciès type 1b/Type 1-b microfacies

Photographie sous le microscope du microfaciès de type 1-b représentant un sol en terre ayant subi une altération thermique (a). La structuration lamellaire, qui témoigne de piétinements, a probablement été accentuée par les contraintes mécaniques liées à la chauffe. Sur ce sol repose un une surface d’occupation riches en apports détritiques (b) (fragments de sol en terre, de coquille réduite en cendres (c), d’os, sables) (RH-11, couche 20, UMS 20e, LPNA, photo I. Béguier).
Photograph under the microscope of type 1-b microfacies representing a thermally altered earth floor (a). The lamellar structure, which shows trampling, was probably accentuated by the mechanical stresses associated with heating. On this floor lies an occupation surface rich in detritic contributions (b) (fragment of earth floor, shell reduced to ashes (c), bones, sand) (RH-11, layer 20, UMS 20e, unanalyzed polarized light, photo I. Béguier).

11D’une manière générale, ces sols construits se caractérisent par un assemblage de plages gypseuses présentant un malaxage différentiel et une répartition peu homogène des résidus fauniques. Ces traits micromorphologiques témoignent d’un travail modéré de la terre à bâtir à l’état humide (Cammas 2003 ; Wattez 2003). La massivité de la microstructure et la faible porosité cavitaire allongée suggèrent une compression assez forte du sédiment à l’état encore humide, au moment de sa mise en place et/ou juste après (Cammas 1999, 2003). Seul le sol en terre crue observé dans la couche 7 (UMS 7b) présente un matériel sédimentaire assez homogène significatif d’un pétrissage assez poussé (Cammas 2003). Enfin, la quasi-absence d’indices de ruissellements ou de traits biologiques synchrones de l’occupation plaide en faveur d’un espace intérieur entretenu (maison ou abri à structure légère). La structuration lamellaire bien développée atteste d’un lieu régulièrement fréquenté (Gé et al. 1983 ; Courty et al. 1989).

12Il est intéressant de noter la présence, dans une zone de rejets (cf. infra microfaciès type 3), d’un fragment de terre à bâtir de facture assez grossière, construit non pas à base de boue gypseuse mais de limons carbonatés et de nombreux résidus d’occupation (esquilles osseuses, charbons). Ce dernier, qui peut correspondre à un fragment de sol, comporte une empreinte végétale partiellement délimitée par une imprégnation ferrugineuse brun-rouge suggérant également l’utilisation de dégraissant végétal (Cammas 1994 ; Stordeur & Wattez 1998) (fig. 8). Les quelques vides en forme de cavités et de vésicules indiquent un travail de la terre à l’état humide à boueux et la microstructure assez massive traduit une compression du sédiment.

Figure 8. Photographie sous le microscope d’un fragment de terre à bâtr/Photograph under the microscope of a building earth fragment

Figure 8. Photographie sous le microscope d’un fragment de terre à bâtr/Photograph under the microscope of a building earth fragment

Fragment de terre à bâtir (en pointillés) façonné à base de limons carbonatés (en gris), d’esquilles osseuses (en jaune ou noir), de charbons (en noir) et de sables quartzeux (grains blancs). L’empreinte végétale (a) et l’imprégnation ferrugineuse brun-rouge associée (b) suggèrent la présence de matière organique. La faible quantité de vésicules et de cavités témoigne à la fois d’un malaxage à l’état humide à boueux et d’une compression du sédiment (RH-2, couche 11, UMS 11a, LPNA, photo I. Béguier).
Building earth fragment (dotted line) shaped with carbonate silts (in gray), bones splinters (in yellow and black), charcoals (in black) and quartz sands (white grains). The vegetal footprint (a) and the associated brownish-red ferruginous impregnation (b) suggest the presence of organic matter. The small amount of vesicles and cavities (c) reflect both a wet to muddy mixing and a compression of the sediment (RH-2, layer 11, UMS 11a, unanalyzed polarized light, photo I. Béguier).

Le microfaciès type 2 : des surfaces d’occupation piétinées

13Régulièrement observé sur les sols en terre à bâtir, ce microfaciès correspond à une surface d’occupation formée par l’accumulation de résidus d’activité chauffés ou non (charbons, fragments d’os, d’arêtes de poissons ou de coquilles, cendres) et de poussières (sables calcaires et quartzeux). Les granules de boue gypseuse peuvent résulter de l’érosion du sol en terre sous l’action des piétinements. L’organisation majoritairement subhorizontale des éléments et la fine porosité fissurale et/ou cavitaire allongée révèlent des espaces régulièrement fréquentés (Gé et al. 1983 ; Courty et al. 1989). Sur quelques sols en terre, la surface d’occupation montre un entassement dense d’éléments anthropiques homométriques (microfaciès type 2-a) (fig. 9). Malgré l’absence de trace directe de couverture végétale, de type fibres ou phytolithes en connexion (Sordoillet 2009), cette organisation pose la question de la présence d’une natte à maillage étroit, laissant filtrer les microvestiges qui se retrouvent dès lors piégés entre le sol en terre et la natte (Cammas 1994 ; Stordeur & Wattez 1998). D’autres surfaces d’occupation, caractérisées par une importante quantité de sables éoliens et une bioturbation synchrone de l’installation des néolithiques, témoignent de niveaux de circulation extérieure (microfaciès type 2-b) (fig. 10).

Figure 9. Photographie sous le microscope du microfaciès de type 2a/Photograph under the microscope of type 2-a microfacies

Figure 9. Photographie sous le microscope du microfaciès de type 2a/Photograph under the microscope of type 2-a microfacies

Ce microfaciès de type 2-a correspond à une surface d’occupation (a) formée sur un sol en terre (b). L’accumulation de résidus d’activités de petite taille, ne mesurant pas plus de 300 micromètres, pose la question de la présence sur le sol en terre d’un tapis à maillage étroit, de type natte (RH-11, couche 20, UMS 20f, LPNA, photo I. Béguier).
This type 2-a microfacies corresponds to an occupation surface (a) formed on an earthern floor (b). The accumulation of small occupation residues, measuring no more than 300 micrometers, raises the question of the presence on the ground of a narrow mesh carpet, of a mat type (RH-11, layer 20, UMS 20f, unanalyzed polarized light, photo I. Béguier).

Figure 10. Photographie sous le microscope du microfaciès de type 2-b montrant une surface d’occupation extérieue/Photograph under the microscope of type 2-b microfacies showing an outdoor occupation surface

Figure 10. Photographie sous le microscope du microfaciès de type 2-b montrant une surface d’occupation extérieue/Photograph under the microscope of type 2-b microfacies showing an outdoor occupation surface

Cette surface d’occupation extérieure se caractérise par une porosité d’entassement élevée de sables quartzeux émoussés (a), d’agrégats argileux roulés, probablement transportés par le vent et de nombreux résidus d’activités parfois chauffés, tels que des os (b) ou des agrégats façonnés (c). La distribution subhorizontale des éléments traduit un espace piétiné (RH-11, couche 20, UMS 20c, LPNA, photo I. Béguier).
The outdoor occupation surface is characterized by a high stacking porosity of blunted quartz sands (a), rolled clayey aggregates, probably carried by the wind, and numerous activity residues, sometimes heated, such as bones (b) or shaped aggregates (c). The subhorizontal distribution of components reflects a trampled space (RH-11, layer 20, UMS 20c, unanalyzed polarized light, photo I. Béguier).

Le microfaciès type 3 : une zone de rejets

14Ce microfaciès, qui présente un entassement lâche d’éléments anthropiques (résidus d’activités, fragments de terre à bâtir) repris par l’activité biologique et alimentés par des apports éoliens (sables calcaires et quartzeux, cristaux lenticulaires de gypse), a été interprété comme une zone de rejets extérieure (Stordeur & Wattez 1998). En effet, le fort taux de grains de sable et les éléments anthropogéniques émoussés révèlent une phase de déflation et de redistribution locale sur l’amas coquillier (fig. 11).

Figure 11. Photographie sous le microscope du microfaciès de type 3 associé à une zone de rejes/Photograph under the microscope of type 3 microfacies associated with a waste area

Figure 11. Photographie sous le microscope du microfaciès de type 3 associé à une zone de rejes/Photograph under the microscope of type 3 microfacies associated with a waste area

Les vides d’origine biologique (a) et la distribution aléatoire des résidus d’occupation indiquent un espace non piétiné (RH-2, couche 11, UMS 11a, LPNA, photo I. Béguier).
Biologically induced voids (a) and the random distribution of occupation residues indicate a non-trampled area (RH-2, layer 11, UMS 11a, unanalyzed polarized light, photo I. Béguier).

Le microfaciès type 4 : une surface d’occupation « spécialisée »

15Il se caractérise par un assemblage assez massif d’éléments fauniques riches en os et arêtes de poisson, interprété comme une surface d’occupation « spécialisée », réservée à une activité en lien avec le traitement des animaux marins et lagunaires. Les marqueurs de tassement bien exprimés (massivité, distribution subhorizontale des écofacts, fine porosité fissurale) sont significatifs de passages réguliers. La fréquence des sables éoliens, associée à l’absence de traces de ruissellements, peut refléter un espace semi-ouvert.

16La partie supérieure de ce dépôt montre des traces de combustion, matérialisées par la superposition, du bas vers le haut, d’une unité carbonisée (microfaciès type 4-a) et d’une unité incinérée (microfaciès type 4-a). Dans la portion carbonisée, les indices de tassement par piétinements ont été préservés (massivité, organisation horizontale des écofacts). L’altération thermique se manifeste par la couleur noire de la plupart des os (fig. 12). Dans la portion incinérée, les écofacts présentent encore une organisation subhorizontale mais leur entassement est plus lâche, probablement en raison de l’action du feu. La plupart des composants sont, partiellement ou totalement, réduits en cendres. Le degré d’altération des coquilles et des grains calcaires ainsi que les fréquentes esquilles osseuses jaune pâle, entièrement craquelées et à biréfringence (quas i) nulle, traduisent des températures assez élevées (entre 600 et 800 °C selon la durée de la combustion) (Lebon et al. 2015 ; Joly & March 2003 ; Courty 1984).

Figure 12. Photographies sous le microscope du microfaciès de type 4-a défini en tant que surface d’occupation « spécialisée » carbonisée (RH-2, couche 9, UMS 9a, LPN)/ Photograph under the microscope of type 4-a microfacies defined as a carbonized “specialized” occupation surface (RH-2, layer 9, UMS 9a, unanalyzed polarized light)

Figure 12. Photographies sous le microscope du microfaciès de type 4-a défini en tant que surface d’occupation « spécialisée » carbonisée (RH-2, couche 9, UMS 9a, LPN)/ Photograph under the microscope of type 4-a microfacies defined as a carbonized “specialized” occupation surface (RH-2, layer 9, UMS 9a, unanalyzed polarized light)

A- L’altération thermique se manifeste par la couleur noire ou rouge orangée des résidus osseux. Le litage et les différences granulométriques des constituants observés peut résulter d’une probable succession de combustions. Leur organisation subhorizontale et la massivité de la microstructure évoquent un espace régulièrement fréquenté.
B- Détail de A : fragmentation des os carbonisés en microparticules (a), débris de coquillage (b), grains de quartz (c).
(photos I. Béguier)
A- Thermal alteration is expressed by the black or orange-red bone residues. The layering and granulometric differences of the components observed may result from a probable succession of burning. Their subhorizontal organization and the massiveness of the microstructure evoke a regularly frequented area.
B- Detail of photograph A : fragmentation of charred bones into microparticules (a), shells fragments (b), quartz grains (c).
(photos I. Béguier)

Le microfaciès type 5 : une aire de parcage d’ovicapridés

17Il correspond à un dépôt coprogénique d’herbivores, peut-être associé à de la litière végétale et/ou du fourrage. L’abondance des coprolithes et leur assemblage lité subhorizontal assez massif suggèrent une aire de parcage régulièrement piétinée (Shahack-Gross et al. 2003 ; Wattez et al. 1990). Les quelques cavités allongées subhorizontales témoignent de piétinements en conditions humides, probablement favorisées par les rejets d’urines. L’assez bonne préservation de l’organisation d’origine de ce dépôt et la quantité réduite de sables éoliens plaident en faveur d’un espace protégé/enclos. Le tassement régulier du sol par les allées et venues des animaux peut expliquer la faible bioturbation. Les caractères micromorphologiques de ce dépôt, à savoir l’assemblage de plages organo-phosphatées riches en sphérolithes de calcite et d’agrégats ovoïdes isotropes à structure convolutée, sont significatifs de coprolithes de moutons et/ou de chèvres (fig. 13-A, B et D) (Brochier 2002 ; Brochier et al. 1992 ; Canti 1998 ; Courty et al. 1989, 1991 ; Guélat et al. 1998), dont l’élevage est attesté à RH-5 pendant toute l’occupation néolithique par les données archéozoologiques (Biagi & Nisbet 1989 ; Uerpmann 2003 ; Uerpmann & Uerpmann 2003). Des plages isotropes à organisation litée de phytolithes fondus, présentant localement une forme en baguette, sont observées (fig. 13-E). Elles peuvent traduire un ajout de litière et/ou de fourrage. La couleur brunâtre des sphérolites de calcite et l’aspect fondu des phytolithes résultent du brûlage de ces déjections fécales d’ovicapridés (fig. 13-C). Leur transformation quasi-complète en cendres traduit une combustion de longue durée et des températures assez élevées (Courty 1984 ; Brochier 2002 ; Shahack-Gross 2011).

18Ce niveau de combustion n’a pas fait l’objet d’une étude anthracologique. Cependant, les analyses réalisées sur d’autres foyers ou couches charbonneuses du site montrent que le bois utilisé provient de l’environnement proche : mangrove (Avicennia marina), dunes de sables (Chenopodiaceae) et terrasses calcaires des rives du wadi (Ziziphus, Tamaris et Acacia sp.) (Biagi & Nisbet 1999 ; Zazzo et al. 2012, 2014, 2016).

Figure 13. Photographies sous le microscope du microfaciès de type 5 correspondant à des coprolithes d’herbivores réduits en cendres. (RH-2, couche 8, UMS 8)/ Photograph under the microscope of type 5 microfacies corresponding to incinerated herbivore coprolites. (RH-2, layer 8, UMS 8b)

Figure 13. Photographies sous le microscope du microfaciès de type 5 correspondant à des coprolithes d’herbivores réduits en cendres. (RH-2, couche 8, UMS 8)/ Photograph under the microscope of type 5 microfacies corresponding to incinerated herbivore coprolites. (RH-2, layer 8, UMS 8b)

A- Microfaciès à organisation litée subhorizontale dans lequel s’imbriquent et/ou se superposent des plages brun à brun-jaune riches en sphérolites de calcite (a) et des plages brun à jaune-beige riches en phytolithes fondus (b) (LPNA).
B- Détail de A : plage contenant un nombre important de sphérolithes de calcite (a) et quelques fibres végétales humifiées (b) (LPNA).
C- Détail B : importante concentration de sphérolithes de calcite d’environ 10 µm de diamètre, caractérisées en lumière polarisée analysée par leur croix noire. Leur couleur brunâtre atteste d’une altération thermique (LPA).
D- Agrégat organo-phosphaté ovoïde à structure convolutée et poreuse caractéristique de coprolithes d’ovicapridés (a). Les vides curvilignes correspondent à des pseudomorphoses de végétaux et les petits grains en blanc à des limons et des sables fins de quartz ingérés par l’animal (LPNA).
E- Amas de phytolithes fondus à organisation litée. Localement des phytolithes en forme de baguette d’environ 100 µm de long sont observés (a) (LPNA).
(photos I. Béguier)
A- Subhorizontal bedding organization microfacies in which overlap and/or juxtapose brown to yellow-brown aggregates rich in calcitic spherulites (a) and brown to yellow-beige aggregates rich in melted phytoliths (b) (unanalyzed polarized light).
B- Detail of photograph A : aggregate containing numerous calcitic spherulites (a) and some humified vegetable fibers (b) (unanalyzed polarized light).
C- Detail of photograph B : significant concentration of calcitic spherulites of about 10 µm in diameter, characterized by their black cross under analyzed polarized light. Their brownish color attests to a thermal alteration (analyzed polarized light).
D- Ovoid organo-phosphate aggregate with a convoluted and porous structure characteristic of ovicaprid coprolites (a). The curved voids correspond to pseudomorphoses of plants and the small white grains to quartz silts and fine sand ingested by the animals (unanalyzed polarized light).
E- Heaps of melted phytoliths with layered organization. Locally rod-shaped phytoliths of about 100µm long are observed (a) (unanalyzed polarized light).
(photos I. Béguier)

Interprétation des cinq types de dépôts sédimentaires étudiés

19L’identification des microfaciès permet de restituer la dynamique de mise en place et l’évolution de chacun des types de dépôts sédimentaires étudiés dans la séquence de référence (tableaux 2 et 3).

Tableau 2. Séquence microstratigraphique de la lame mince RH-1/Table 2. Microstratigraphic sequence of the RH-11 thin section

Tableau 2. Séquence microstratigraphique de la lame mince RH-1/Table 2. Microstratigraphic sequence of the RH-11 thin section

Tableau 3 Séquence microstratigraphique de la lame mince RH2/Table 3. Microstratigraphic sequence of the RH-2 thin section

Tableau 3 Séquence microstratigraphique de la lame mince RH2/Table 3. Microstratigraphic sequence of the RH-2 thin section

Les dépôts à organisation litée subhorizontale : couches 4, 7, 18 et 20

20Sous le microscope, chacune de ces couches se divise en plusieurs UMS correspondant à la superposition et/ou à la juxtaposition répétée des microfaciès 1, 2 et 3 (tableaux 2 et 3). Elles rendent compte d’une succession de sols en terre à bâtir (microfaciès types 1, 1-a et 1-b), qui ont pu être recouverts d’une natte (microfaciès type 2-a), sur lesquels se développent des surfaces d’occupation inégalement restructurées par les piétinements (microfaciès type 2). Les couches 18 et 20 présentent des variations spatiales matérialisées par la présence, dans le prolongement de certains sols en terre, de surfaces d’occupation extérieures plus ou moins fréquentées (microfaciès type 2-b) ou de zones de rejets peu piétinées (microfaciès type 3).

Les dépôts sablo-limoneux gris-orange : couche 13

21La partie supérieure de la couche 13 examinée sous le microscope se divise en 3 UMS (tableau 3). Elles révèlent une surface d’occupation extérieure (microfaciès type 2-b) évoluant en zone de rejets peu piétinée (microfaciès type 3) puis en surface d’occupation (microfaciès type 2). Cette dernière, riche en éléments chauffés, évoque un espace en lien avec une activité de combustion.

Les dépôts sableux brun-orange : couche 11

22Formée d’une seule UMS, la couche 11 présente les caractéristiques d’une zone de rejets extérieure (microfaciès type 3) (tableau 3).

Les dépôts riches en os et en arêtes de poisson fragmentés (couche 10) et les dépôts de combustion (couches 8 et 9)

23Sous le microscope, la couche 10 se compose d’une seule UMS (tableau 3). Elle correspond à une surface d’occupation, probablement abritée, réservée au traitement des animaux marins et lagunaires (microfaciès type 4). La couche 9 et la base de la couche 8 qui la surmontent coïncident respectivement à la partie carbonisée et incinérée de cette aire d’activité spécialisée (microfaciès type 4-a et 4-b). La transition abrupte entre le niveau carbonisé et le niveau cendreux révèle un arrêt de la combustion par étouffement (Guélat et al. 1998 ; Beeching & Moulin 1983 ; Brochier 1992). La partie supérieure de la couche 8, qui scelle ce dépôt de combustion, se définit quant à elle comme un amas d’excréments de moutons et/ou de chèvres réduits en cendres (microfaciès type 5). Ainsi, la lecture micromorphologique met en évidence un changement de fonction de l’espace, passant d’une zone « spécialisée » dédiée à la cuisson de produits marins et lagunaires à une aire de parcage d’ovicapridés régulièrement nettoyée par le feu.

Origine des matières premières et mise en œuvre de la terre à bâtir

Les matières premières

24L’analyse micromorphologique met en évidence plusieurs niveaux de sols en terre crue confectionnés à base de boue gypseuse et de résidus d’os et d’arêtes de poisson. Les études réalisées sur la terre à bâtir montrent que d’une manière générale les populations néolithiques emploient des matériaux situés à proximité de leur habitat (Germain-Vallée et al. 2011 ; Wattez 2003). L’arasement à RH-5 des formations naturelles, probablement par les néolithiques dont les premières traces d’installation reposent directement sur le substrat calcaire, ainsi que l’urbanisation du cap de Ra’s al Hamra à partir de la fin des années 1970, ne permettent pas d’avoir connaissance du profil pédologique local. Cependant, les caractères micromorphologiques du matériel gypseux utilisé à RH-5, à savoir une concentration massive et continue de microcristaux lenticulaires de gypse (≤ 20 µm), informent qu’il a été prélevé dans les horizons superficiels d’un gypsosol, c’est-à-dire dans l’horizon pétrogypsique (Ym) et/ou dans l’horizon gypsique de surface (Ys) (Baize et al. 2009 ; Poch et al. 2010). Les spécificités géologique, géomorphologique et climatique de ces horizons gypseux microcristallins permettent de postuler qu’ils devaient être présents sur ou à proximité du site, dans les dépôts alluviaux du lit de Wadi Aday, dans les formations lagunaires ou les mangroves. En effet, ces derniers, qui résultent de processus de dissolution et de redistribution du gypse, en relation avec l’activité racinaire et le cycle humectation/dessiccation en zones arides ou semi-arides, ont déjà été observés dans des formations superficielles de dépôts alluviaux, (Baize et al. 2009 ; Poch et al. 2010).

25La proportion assez élevée (10 à 20 %) d’os et d’arêtes de poisson contenue dans le matériel gypseux utilisé pour la confection de la terre à bâtir peut, soit refléter l’utilisation de la terre disponible dans la zone d’habitat riche en résidus d’animaux marins et lagunaires, soit correspondre à un dégraissant ajouté. Dans l’hypothèse d’un dégraissant ajouté, la présence conjointe d’esquilles osseuses chauffées et non chauffées indique un mélange de fragments collectés à différents endroits de la zone d’habitat (aire réservée au traitement de la faune aquatique, aire de combustion…). Les quelques microcharbons et morceaux de coquillages, qui évoquent quant à eux un apport accidentel, vont dans le sens d’un matériel gypseux prélevé dans les formations superficielles proches du site puis travaillé sur la zone d’habitat. L’utilisation d’autres matériaux pour la confection de terre à bâtir est indiquée par la présence dans une zone de rejets d’un fragment façonné à base de boue carbonatée, de résidus osseux et peut-être de matières végétales.

Mise en œuvre de la terre à bâtir

26À l’état sec, ce matériel gypseux présente une importante compacité et à l’état humide il devient friable (Herrero et al. 2009). Ces caractéristiques structurales peuvent expliquer, dans l’hypothèse de l’utilisation d’un dégraissant, l’ajout de fragments d’os et d’arêtes de poisson qui apporte au matériau parental une meilleure cohésion et améliore sa résistance face aux contraintes mécaniques (séchage, piétinements, écarts de températures) (Echallier 1984 ; Houben & Guillaud 1989). À deux reprises, des fragments de terre à bâtir brûlés ont également été observés. Ils peuvent résulter d’un apport accidentel ou d’un ajout volontaire. Dans ce dernier cas, ce procédé rappelle celui de la chamotte qui consiste à broyer de la terre cuite et à introduire les morceaux obtenus dans la pâte à céramique pour faciliter le modelage et diminuer les effets de retrait (Echallier 1984 ; Quinn 2013). Les sols étudiés présentent quasiment tous le même mode de préparation : une fois la terre gypseuse et les résidus fauniques grossièrement malaxés à l’état humide, le mélange obtenu est déposé sur la surface d’application, puis est compressé. Seul un sol, de facture plus fine, témoigne d’un travail plus poussé de la terre à bâtir.

Le fonctionnement de l’espace

L’occupation domestique

27L’analyse micromorphologique confirme que les couches étudiées correspondent à des dépôts d’occupation en lien avec des activités domestiques. Elle met en évidence des zones intérieures et d’autres extérieures. Les espaces intérieurs sont aménagés avec soin et régulièrement entretenus, comme en témoigne la succession de sols construits, dont certains ont pu être recouverts d’une natte. Les résidus d’occupation qui jonchent ces sols suggèrent des activités culinaires (os, arêtes de poisson, coquillages chauffés ou non) et de combustions (charbons, cendres). Les espaces extérieurs correspondent à des zones de rejets ou à des niveaux de circulation riches en résidus d’occupation. Une aire d’activité, peut-être abritée, dévolue au traitement des animaux marins et lagunaires, a également été identifiée.

L’aire de parcage d’ovicapridés

  • 4 Des prélèvements fauniques ont été effectués au nord et au sud de la tranchée Biagi 82 (Uerpmann & (...)
  • 5 Les 8 650 fragments d’os analysés comprenaient 128 os identifiés de mouton, 177 os identifiés de ch (...)

28La mise en évidence d’une aire de parcage d’ovicapridés dans la zone d’habitat corrobore les données archéozoologiques puisqu’elle témoigne, au-delà de la diversité du régime alimentaire des habitants, de l’importance accordée à l’élevage de moutons t/ou de chèvres à RH-5. En effet, les études de Uerpmann & Uerpmann (2003) réalisées sur les restes fauniques de mammifères terrestres et marins prélevés dans la partie septentrionale du site, dans des niveaux d’occupation datés de la fin du 5e jusqu’au milieu du 4e millénaire BCE4 (Uerpmann & Uerpmann 2003) et dans des tombes datées du milieu du 4e millénaire BCE (Salvatori 1986), mettent en évidence l’importance des espèces domestiquées pendant toute la durée de l’occupation, et plus particulièrement celles des chèvres et des moutons représentant 42 % du NISP5 (Uerpmann 2003). La chèvre apparait cependant de manière prépondérante dans les espèces domestiquées à RH-5, certainement en raison de sa meilleure adaptation aux conditions arides et aux climats chauds que les moutons (Uerpmann & Uerpmann 2003). Les auteurs observent que la courbe d'abattage des moutons et des chèvres de RH-5 ne montre pas de différences évidentes avec celle observée sur les sites permanents des périodes préhistoriques plus récentes ou historiques, pratiquant une stratégie mixte d'élevage, où le surplus de jeunes animaux est abattu sur place. Cette observation ne signifie pas nécessairement que tous les caprins étaient présents sur le site pendant toute l'année, mais indique qu’au moins une partie des habitants y est restée et a consommé la viande de ces animaux pendant la majeure partie de l’année. Quelques ossements d'animaux très jeunes (2-6 mois) sont la preuve de la présence d'au moins quelques personnes et animaux en été et en automne, en supposant que l'agnelage ait eu lieu à la fin de l'hiver ou au début du printemps. En outre, il semble probable que les chèvres n'ont pas seulement apporté de la viande au régime alimentaire des habitants mais aussi du lait (Uerpmann & Uerpmann 2003).

29Les caractères micromorphologiques de cette aire réservée au petit bétail ainsi que sa juxtaposition abrupte avec les dépôts archéologiques adjacents suggèrent un lieu enclos, peut-être par une clôture en bois, aucune structure en pierre n’étant apparue lors de la fouille. Les causes de la combustion de cette aire de parcage peuvent être multiples. Elle peut avoir été effectuée intentionnellement pour réduire la masse excrémentielle ou éradiquer les infestations de parasites (Western & Dunne 1979) ou encore résulter d’une combustion lente spontanée (Brochier et al. 1992, Shahack-Gross 2011). Par contre, le recouvrement assez rapide de ce dépôt coprogénique, d’abord par des rejets anthropiques puis par un sol en terre assez finement travaillé, informe que son incinération n’est pas liée à une désaffectation temporaire ou saisonnière du site mais à un probable changement de fonction du lieu, lié à une réorganisation spatiale de l’habitat.

Essai de restitution de la dynamique d’occupation de la séquence stratigraphique de référence.

30Partant du postulat que l’identification micromorphologique des cinq dépôts sédimentaires étudiés s’applique aux dépôts présentant des caractéristiques macroscopiques identiques, une restitution de la dynamique d’occupation de la séquence de référence est proposée.

31Dans la partie inférieure de la séquence (fig. 3), les dépôts sédimentaires étudiés sont peu représentés : seule une fine couche assimilable à une aire d’activité réservée au traitement d’animaux marins et lagunaires est observée (couche 54).

32Leur présence répétée, dans la partie médiane de la séquence, permet de rendre compte de manière synthétique l’évolution de cet espace au cours de l’occupation néolithique. Ainsi, un premier niveau de s ol (s) en terre, pouvant matérialiser un espace abrité, est aménagé sur une zone de rejets et sur des résidus d’occupation brûlés (couches 50 à 52). Par la suite, cet espace sert alternativement de zone de rejets et de surfaces d’activités spécialisée dans le traitement des animaux aquatiques (couches 49 à 46), avant d’être en partie transformé en aire de parcage d’ovicapridés, peut-être clôturée et/ou abritée (couches 42, 44, 45). Cette même organisation de l’espace se répète à nouveau à trois reprises dans cette partie de la séquence (couches 40, 38, 28, 3/32, 29, 4/21, 22, 26, 27, 36, 37). Il est intéressant de noter qu’une des aires de parcage montre après sa combustion des traces de recoupement, significatifs d’un nettoyage/curage (couches 36 à 38). D’autre part, l’installation quasi-systématique de ces enclos à petit bétail sur une surface riche en résidus d’animaux marins et lagunaires pose la question de l’acte intentionnel, dont les raisons restent à définir (apports nutritifs, stabilité du sol ?).

33L’analyse micromorphologique de la partie supérieure de la séquence permet une restitution détaillée de l’évolution de cet espace à la fin de l’occupation néolithique, datée de la seconde moitié du 4e millénaire BCE (tableaux 2 et 3). À hauteur de l’échantillon RH-11, l’espace qui se développe sur une aire de parcage d’ovicapridés (couche 21) correspond à une surface d’occupation extérieure régulièrement fréquentée (base de la couche 20). Un changement de fonction est matérialisé par l’aménagement successif de dix niveaux de sols en terre, sur lesquels se développent des surfaces d’occupation inégalement restructurées par les piétinements (couches 20 et 18). Ces sols en terre évoquent un espace intérieur soigné et régulièrement entretenu. Des variations latérales sont matérialisées par la présence, dans le prolongement des six premiers niveaux de sols en terre, de surfaces d’occupation extérieures plus ou moins fréquentées ou de zones de rejets peu piétinées. À hauteur de l’échantillon RH-2, l’espace correspond d’abord à une surface d’occupation extérieure régulièrement fréquentée (base de la couche 13), puis alternativement à des zones de rejets légèrement piétinées et à des surfaces d’occupation (couches 13 et 11), dont l’une, probablement réservée au traitement des animaux marins et lagunaires, semble avoir bénéficié d’un toit protecteur (couches 10, 9 et base de la couche 8). Cet espace évolue ensuite en une aire de parcage d’ovicapridés, dont les excréments ont été brûlés (couche 8). Sur le tas de cendres résiduelles se développe assez rapidement un fin niveau de rejets, sur lequel est par la suite installé un sol en terre assez finement travaillé, peut-être revêtu d’une natte (couches 7 et 4). Cet aménagement suggère un espace intérieur qui montre des indices de fréquentation régulière. Enfin, la séquence étudiée se clôt par la mise en place d’une zone de rejets faiblement piétinée.

34Les traits taphonomiques qui impactent les dépôts archéologiques résultent en premier lieu de facteurs anthropiques et éoliens à l’origine de phases de troncature. L’activité biologique (fouissage d’insectes) et la cristallisation secondaire du gypse participent également à la dégradation de ces dépôts. Les nodules et encroûtements blanchâtres qui ponctuent régulièrement la séquence d’occupation correspondent à des formations gypseuses. Elles sont particulièrement bien développées à hauteur des dépôts sédimentaires lités qui coïncident aux sols aménagés à base de matériel gypseux. Aux échelles microscopiques, les cristaux lenticulaires de gypse (≤ 125 µm) qui s’accumulent dans les vides d’entassement et dans les chenaux résultent de processus pédologiques (Poch et al. 2010 ; Stoop & Poch 1994) (fig. 14). Leur formation témoigne d’un climat sec ou semi-aride soumis à des variations d’humidité, probablement saisonnières.

Figure 14. Photographie sous le microscope de cristaux de gypse lenticulairs/Photograph under the microscope of lenticular gypsum crystals

Figure 14. Photographie sous le microscope de cristaux de gypse lenticulairs/Photograph under the microscope of lenticular gypsum crystals

Cristaux de gypse lenticulaires (a) développés dans les vides après la mise en place des dépôts archéologiques. Leur formation, d’origine pédologique, témoigne d’une alternance de cycles d’humectation/dessiccation en zones arides ou semi-arides (RH-2, couche 10, UMS 10a, LPA, photo I. Béguier).
Lenticular gypsum crystals (a) developed in the voids after the establishment of archaeological deposits. Their formation, resulting from pedogenetic processes, testifies to the alternation of wet/dry cycles in arid or semi-arid area. (RH-2, layer 10, UMS 10a, analyzed polarized light, photo I. Béguier).

Discussion

35Les analyses menées sur les amas coquilliers néolithiques de la côte omanaise montrent que l’économie de subsistance de ces communautés côtières repose sur une exploitation intense des ressources marines et de la mangrove (Biagi et al. 1984 ; Durante & Tosi 1977 ; Marcucci et al. 2011 ; Martin 2005 ; Tosi 1986 ; Tosi & Usai 2003 ; Uerpmann 1989 ; Uerpmann 2003). La cueillette complète le régime alimentaire de ces groupes alors que la chasse ne semble pas jouer un rôle majeur (Biagi & Nisbet 1999, 2006 ; Uerpmann 1989). L’élevage de moutons et de chèvres, qui est pratiqué depuis 5500 BCE au Émirats arabes unis et en Oman (Uerpmann 2003 ; Uerpmann & Uerpmann 2003), apparaît chez ces groupes de pêcheurs-cueilleurs comme une activité secondaire. Cependant à RH-5 cette pratique est attestée pendant toute l’occupation néolithique, à la fois par les données archéozoologiques (Uerpmann & Uerpmann 2003 ; Uerpmann 2003 ; Biagi & Nisbet 1989) et par cette étude micromorphologique qui démontre la présence d’un enclos d’ovicapridés dans la zone d’habitat. Dans la recherche actuelle, la question de la mobilité de ces groupes est posée (Biagi & Nisbet 2006), d’autant qu’en Arabie orientale, contrairement au Proche-Orient, la pratique de l’agriculture au Néolithique n’a pas été mise en évidence (Cleuziou 2005) et que l’agriculture oasienne n’est pas attestée dans cette région avant 3000 BCE (Tengberg 2012). Le peu de sites néolithiques découverts à l’intérieur des terres entre le 6e et le 4e millénaire BCE (Biagi & Nisbet 2006) et l’aridification progressive du climat, constatée à partir de 4000 BCE et qui prévaut encore aujourd’hui (Fleitmann et al. 2007 ; Lézine et al. 2002 ; Sanlaville 1992), plaident en faveur d’une tendance à la sédentarisation de ces peuples côtiers, qui bénéficient des ressources de la mangrove et d’eau à l’embouchure des wadis proches des plaines côtières. Les données archéologiques obtenues sur plusieurs amas coquilliers du 5e millénaire BCE de la côte omanaise (structures d’habitat et d’activité, assemblages de mobilier, production matérielle) vont également dans le sens d’une occupation des sites pendant une bonne partie de l’année, au moins pendant les périodes automnales et hivernales (Uerpmann & Uerpmann 2003 ; Biagi & Nisbet 2006 ; Marcucci, 2015). À RH-5, cette problématique de la mobilité de la population néolithique divise les auteurs. Certains d’entre eux mettent en avant une fréquentation saisonnière du site, argumentée, entre autres, par des données anthropologiques (orientation préférentielle des morts, évaluation de la taille de la population) (Coppa et al. 1985 ; Salvatori 2007) et une exploitation saisonnière des ressources naturelles des sites préhistoriques côtiers (Tosi 1986 ; Cavulli & Scaruffi 2013). D’autres auteurs émettent la possibilité à RH-5 d’une occupation sédentaire ou semi-sédentaire. En effet, les analyses géochimiques, qui témoignent de la prépondérance du signal marin dans l’alimentation du groupe (Zazzo et al. 2014) ou encore les analyses anthropométriques, qui suggèrent un isolement génétique et une augmentation de la densité de la population (Macchiarelli 1989 ; Munoz 2014) vont dans le sens d’une occupation quasi-permanente. Les restes fauniques de jeunes animaux domestiques amènent également Uerpmann (2003) à considérer que le groupe, ou au moins une partie, vivait sur le site la majeure partie de l’année. D’un point de vue stratigraphique, la bonne conservation de l’information sédimentaire plaide également en faveur d’un habitat sédentaire. À hauteur des niveaux d’occupation étudiés aux échelles microscopiques aucune phase d’abandon, signifiée par un important remaniement des dépôts par l’activité biologique ou une sédimentation naturelle conséquente, n’est apparue. Les résultats micromorphologiques rendent compte d’une fréquentation régulière du site, rythmée à l’intérieur par des réaménagements successifs du sol de la maison, par l’installation d’un enclos pour le petit bétail et à l’extérieur par des surfaces de circulation riches en résidus d’activités. Cependant, la présence de deux sols en terre brûlés pose la question du feu accidentel ou de l’incendie volontaire lié à une réorganisation de l’habitat ou à une désaffectation temporaire du site. Le nombre restreint de lames minces examinées invite évidemment à la prudence et seule une étude de l’ensemble des échantillons prélevés dans les différents secteurs du site aidera à préciser le rythme de l’occupation.

Conclusion et perspectives

36Cette étude contribue à une meilleure connaissance des modalités d’occupation de l’amas coquillier néolithique de RH-5, puisqu’elle révèle la présence dans la zone d’habitat d’espaces intérieurs aménagés avec soin, d’espaces extérieurs régulièrement fréquentés, de zones de rejets et d’un enclos d’ovicapridés. Cette approche micromorphologique inédite sur des amas coquilliers préhistoriques du golfe Persique et d’Oman offre des perspectives intéressantes pour la compréhension des modes de vie des communautés côtières néolithiques. La richesse des résultats obtenus sur un corpus restreint invite à la fois à traiter l’ensemble des échantillons prélevé à RH-5, et à appliquer cette discipline sur d’autres amas coquilliers. L’analyse de logs ponctuels réalisés en plusieurs points d’un même amas coquillier permettra de vérifier si les faciès fonctionnels se répètent et si d’autres faciès peuvent être rencontrés. Seule cette méthode d’approche permettra de démontrer les apports indiscutables de la micromorphologie dans ce type de contexte sédimentaire très anthropogène. La confrontation des données micromorphologiques de RH-5 avec celles provenant d’amas coquilliers voisins de la même période ou plus anciens, tel que celui de RH-6 localisé le long de la limite orientale de la mangrove actuelle de Qurum (Zazzo et al. 2016), permettra d’apporter des informations complémentaires sur l’organisation de l’habitat et les rythmes d’occupation.

Haut de page

Bibliographie

Adams A. E., MacKenzie W. S., Guilford C., 1994. Atlas des roches sédimentaires, Paris, Masson

Baize D., Girard M. C., Jabiol B., Rossignol J. P., Eimberck M., Beaudou A., 2009. Référentiel pédologique 2008, Afes, 3e éd., Quae, Versailles.

Balbo A. L., Madella M., Vila A, Estévez J., 2010. Micromorphological perspectives on the stratigraphical excavation of shell-midde ns : a first approximation from ethnohistorical site Tunel VII, Tierra del Fuego (Argentina), Journal of Archaeological Science, 37 (6) : 1252-1259.

Beeching A., Moulin B., 1983. Sédiments anthropiques et coprolithes animaux : modestes contributions à de grands problèmes ?, Bulletin de la Société Préhistorique Française, 80 (3) : 72-74.

Berger J.-F., Charpentier V., Crassard R., Martin C., Davtian G., López-Sáez J. A., 2013. The dynamics of mangrove ecosystems, changes in sea levels and the strategies of Neolithic settlements along the coast of Oman (6000 – 3000 cal. BC), Journal of Archaeological Science, 40 (7) : 3087-3104.

Biagi P., 1987. The prehistoric fishermen settlements of RH-5 and RH-6 at Qurum, Muscat, Sultanate of Oman, Proceedings of the Seminar for Arabian Studies, 17 : 15-19.

Biagi P., 1994. A radiocarbon chronology for the aceramic shell-middens of coastal Oman, Arabian Archaeology and Epigraphy, 5 (1) : 17-31.

Biagi P., 2008. The shell-middens of the Arabian sea and gu lf : maritime connections in the seventh millennium BP ? In A. R. Al-Ansary, K. I. Al-Muaikel, A. M. Alsharek (dir.). The City in the Arab World in Light of Archaeological Discoveri es : Evolution and Development, vol. 1, Al-Jouf, 5-7 December 2005, Riyadh, Al-Anshari Foundation, 7-16.

Biagi P., Nisbet R., 1989. Some aspects of the 1983 – 1985 excavations at the aceramic coastal settlement of RH-5 at Qurum (Muscat, Sultanate of Oman). In P. M. Costa, M. Tosi (dir.). Oman Studies, Paper on the archaeology and history of Oman, Serie Orientale Romana, LXIII, Roma, IsMEO, 31-46.

Biagi P., Nisbet R., 2006. The prehistoric fisher-gatherers of the western coast of the Arabian S ea : a case of seasonal sedentarizati on ?, World Archaeology, 38 (2) : 220-238.

Biagi P., Salvatori S., 1986. Gli scavi nell’insediamento preistorico e nella necropoli di Ra’s al-Hamra 5 (Sultanato dell’Oman), Rivista di Archeologia, X : 5-14.

Brochier J. E., Villa P., Giacomarra M., 1992. Sheperds and sedimen ts : geo-ethnoarchaeology of pastoral sites, Journal of Anthropological Archaeology, 11 : 44-102.

Brochier J. E., 2002. Les sédiments anthropiques – Méthodes d’étude et perspectives. In J. C. Miskovsky (dir.). Géologie de la Préhistoire : méthodes, techniques et applications, Paris, GEOPRE, Presses universitaires de Perpignan, 453-477.

Bullock P., Fedoroff N., Jongerius A., Stoops G.-J., Tursina T., Babel U., 1985. Handbook for Soil thin section description, Wolverhampton, Waine Research Publications.

Cammas C., 2003. L’architecture en terre crue à l’âge du Fer et à l’époque romaine : apport de la discrimination micromorphologique des modes de mise en œuvre. In H. Guillaud, C. A. Chazelles, A. Klein (dir.). Échanges transdisciplinaires sur les constructions en terre crue, 1, Table Ronde de Montpellier. Montpellier, Éditions de l’Espérou, 33-53.

Cammas C., 1999. Dynamique pédo-sédimentaire urbaine : modes de construction et d’occupation à Lattes au IVe s. avant notre ère. In M. Py (dir.). Recherche sur le IVsiècle avant notre ère à Lattes, Lattara 12, Lattes, ARALO, 211-228.

Cammas C. 1994. Approche micromorphologique de la stratigraphie de Lattes : premiers résultats, in D. Garcia (dir.). Exploration de la ville portuaire de Lattes. Les îlots 2, 4-sud, 5, 7-est, 7-ouest, 8, 9 et 16 du quartier Saint-Sauveur, Lattara 7, Lattes, ARALO, 181-202.

Canti M. G., 1998. The micromorphological identification of feacal spherulites from archaeological and modern materials, Journal of Archaeological Science, 25 (5) : 435-444.

Cavulli F., Scaruffi S., 2013. Thoughts on nomadism in Middle Holocene Oman. Arabian Archaeology Epigraphy, 24 (1) : 15-27.

Cleuziou S., 2005. Pourquoi si tard ? Nous avons pris un autre chemin. In J. Guilaine (dir.). Au marges des grands foyers du Néolithique. Périphéries débitrices ou créatrices ?, Paris, Errance, 123-148.

Coppa A., Macchiarelli R., Salvatori S., Santini G., 1985. The prehistoric graveyard of Ra’s al-Hamra 5 (RH- 5) : a short preliminary report on the 1981 – 1983 excavations, The Journal of Oman Studies, 8 (1) : 97-102.

Courty M. A., 1984. Formation et évolution des accumulations cendreuses. Approche micromorphologique. In J.-P. Daugas (dir.). Influences méridionales dans l’Est et le Centre-Est de la France au Néolithique : le rôle du Massif-Central, Actes du colloque interrégional sur le Néolithique, Le Puy-en-Velay, 3-4 octobre 1981, Clermont-Ferrand, CREPA., Cahier 1, 341-353.

Courty M.-A., Goldberg P., Macphail R. I., 1989. Soils and Micromorphology in Archaeology, Cambridge Manuals in Archaeology, Cambridge, Cambridge University Press, 163-171.

Courty M. A., Macphail R. I., Wattez J., 1991. Soil micromorphological indicators of pastoralism, with special reference to Arene Candide, Finale Ligure, Italy, Rivista di Studi Liguri, 57 (1- 4) : 127-150.

Courty M. A., Goldberg P., Macphail R. I., 1994. Ancient people – Lifestyles and cultural patterns. In L. Wilding, K. Olesshko (dir.). Micromorphological indicators of anthropogenic effects on soils, Proceeding of the Symposium of Subcommission B, 15th International Conference of Soil Science, Acapulco, Mexico, vol 6a, 250-269.

Courty M. A., Fedoroff N., 2002. Micromorphologie des sédiments archéologiques. In J. C. Miskovsky (dir.). Géologie de la Préhistoire : méthodes, techniques et applications, Paris, GEOPRE, Presses universitaires de Perpignan, 277-316.

Durante S., Tosi M., 1977. The Aceramic Shell Middens of Ra’s al-Ham ra : a Preliminary Note, The Journal of Oman Studies, 3 (2) : 137-172.

Echallier J.-C., 1984. Éléments de technologie céramique et d’analyse des terres cuites archéologiques, Documents d’archéologie méridionale, Méthodes et Techniques, 3, ministère de la Culture (sous-direction de l’Archéologie), 39 p.

Fedoroff N., Courty M. A., 1994. Organisation du sol aux échelles microscopiques. In P. Duchaufour, B. Souchier (dir.). Pédologie 2. Constituants et propriétés du sol, 2e éd. rev. et augm. Paris, Masson, 349-375.

Fedoroff N., Courty M. A., 2002. Paléosols et sols reliques. In J.-C. Miskovsky (dir.). Géologie de la Préhistoire : méthodes, techniques et applications, Paris, GEOPRE, Presses universitaires de Perpignan, 277-316.

Fleitmann D., Burns S. J., Mangini A., Mudelsee M., Kramers J., Villa I., Neff U., Al-Subbary A. A., Buettner A., Hippler D., Matter A., 2007. Holocene ITCZ and Indian monsoon dynamics recorded in stalagmites from Oman and Yemen (Socotra), Quaternary Science Review, 26 : 1 7 0 – 188.

Gé T., Courty M. A., Matthews W., Wattez J., 1993. Sedimentary formation processes of living floor. In P. Godberg, D. T. Nash, M. D. Petraglia, (dir.). Formation Processes in Archaeological Context, Prehistory Press, Monographs in World Archaeology, 17 : 149-163.

Germain-Vallée C., Prévost-Dermarkar S., Lespez L., 2011. Stratégie de prélèvement et de mise en œuvre de la « terre à bâtir » des structures de combustion néolithiques du site de Dikili Tash (Grèce) à partir d’une étude micromorphologique, ArcheoSciences, 35, 41-63.

Goldberg P., Byrd B. F., 1999. The interpretive potential of micromorphological analysis at prehistoric shell middens sites on Camp Pendleton, Pacific Coast Archaeological Society Quarterly, 35 (4), 1-23.

Guélat M., Paccolat O., Rentzel P., 1998. Une étable gallo-romaine à Brigues-Glis VS, Waldmatte : évidences archéologiques et micromorphologiques, Annuaire de la Société Suisse de Préhistoire et d’Archéologie, 81, 171-182.

Guilloré P., 1980. Méthode de fabrication mécanique et en série des lames minces, Paris, Institut national agronomique, département des sols.

Herrero J., Artieda O., Hudnall J., 2009. Gypsum, a tricky material, Soil Science Society of America Journal, 73 (6) : 1757-1763.

Houben H., Guillaud H., 1989. Traité de construction en terre. L’encyclopédie de la construction en terre, Marseille, éditions Parenthèses.

Joly D., March J. R., 2003. Étude des ossements brûlés : essai de corrélation de méthode pour la détermination des températures. In M. C. Frère-Sautot avec la collaboration de C. Bontemps, J. Chastel, G. Vicherd, A. Villes (dir.). Le feu domestique et ses structures au Néolithique et aux âges des métau x, Actes du colloque international de Bourg-en-Bresse et Beaune, 7-8 octobre 2000, Collection Préhistoriques 9, Montagnac, Éditions Monique Mergoil, 299-310.

Lebon M., Costamagno S., Théry I., 2015. Approches expérimentales appliquées à l’étude des processus de combustion des matériaux osseux. In M. Belasse, J. P. Brugal, Y. Dauphin, E. M. Geigl, M. Oberlin, I. Reiche (dir.). Messages d’os et archéométrie du squelette animal et humain, collection Sciences et Archéologiques, Paris, Éditions des archives contemporaines, 143-161.

Lézine A. M., Saliège J. F., Mathieu R., Tagliatela T. L., Méry S., Charpentier V., Cleuziou S., 2002. Mangroves of Oman during the late Holoce ne : climatic implications and impact on human settlements, Vegetation History and Archaeobotany, 11 (3) : 221-232.

Macchiarelli R., 1989. Prehistoric “Fish-Eaters” Along the Eastern Arabian Coas ts : Dental Variation, Morphology and Oral Health in the Ra’s al-Hamra Community (Qurum, Sultanate of Oman, 5th - 4th Millenia BC), American Journal of Physical Anthropology, 78 (4) : 575-594.

Marcucci L. G., 2015. I siti preistorici di RH-5 e RH-6 a Ra’s al-Hamra (Muscat, Sultanato d’Oma n) : analisi comparativa della stratigrafia, delle strutture di abitato e della cultura materiale. Continuità e sviluppo di due villaggi di pescatori-raccoglitori. Thèse de doctorat, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Università degli Studi di Bologna.

Marcucci L. G., Genchi F., Badel E., Tosi M., 2011. Recent investigations at the prehistoric site RH-5 (Ra’s al-Hamra, Muscat, Sultanate of Oman), Proceedings of the Seminar for Arabian Studies, 41 : 201-222.

Martin C., 2005. The shell material from Suwayh 1 (Oman, Neolithic). In O. Bar-Yosef (dir.). Archaeomalacolo gy : Molluscs in Former Environments of Human Behaviour, Proceedings of the 9th ICAZ Conference, Durham 2002, Oxford, Oxbow Books, 166-177.

Matthews W., 1992. Micromorphological characterisation and interpretation of occupation deposits and microstratigraphic sequences at Abu Salabikh, Southern Irak. In A. J. Barnham, R. I. McPhail (dir.). Archaeological Sediments and Soils. Analysis, interpretation and management, Institute of archaeological, London, Archetype Press, 41-74.

Munoz O., 2014. Pratiques funéraires et paramètres biologiques dans la péninsule d’Oman du Néolithique à la fin de l’âge du Bronze ancien (ve-iiie mill. avant notre ère). Thèse de doctorat, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Università di Roma « La Sapienza ».

Munoz O., 2017. Transition to agriculture inSouth-Eastern Arab ia : Insights from oral conditions. American Journal of Physical Anthropoly, 164 (4) : 702-719.

Poch R. M., Artieda O., Herrero J., Lebedeva-Verba M., 2010. Gypsic features. In G. Stoops, V. Marcelino, F. Mees (dir.). Interpretation of micromorphological features of Soils and Regoliths. Pays-Bas, Amsterdam, Édition Elsevier, 195-216.

Quinn P. S., 2013. Ceramic Petrography. The Interpretation of Archaeological Pottery & related artefacts in Thin Section, Oxford, Archaeopress.

Salvatori S., 1996. Death and Ritual in a Population of Coastal Food Foragers in Oman. In Afanas’ev G., Cleuzio, S., Lukacs, J.R., and Tosi,. (dir.). The Prehistory of Asia and Oceania. XIII International Congress of Prehistoric and Protohistoric Sciences, Forli, ABACO, 2 0 5 – 222.

Salvatori S., 2007. The prehistoric graveyard of Ra’s al-Hamra 5, Muscat, Sultanate of Oman, The Journal of Oman Studies, 14 : 5-206.

Sanlaville P., 1992. Changements climatiques dans la péninsule arabique durant le Pléistocène supérieur et l’Holocène, Paléorient, 18 (1) : 5-26.

Shahack-Gross R., 2011. Herbivorous livestock du ng : formation, taphonomy, method for identification, and archaeological significance, Journal of Archaeological Science, 38 (2) : 205-218.

Shahack-Gross R., Marshall F., Weiner S., 2003. Geo-ethnoarchaeology of pastoral si te : the identification of livestock enclosures in abandoned Maasaï settlements, Journal of Archaeological Science, 30 (4) : 439-459.

Sordoillet D., 2009. Géoarchéologie de sites préhistoriques : Le Gardon (Ain), Montou (Pyrénées­-Orientales) et Saint-Alban (Isère), Paris, Édition de la Maison des sciences de l’homme, 188 p.

Stoops G., Marcelino V., Mees. (dir), 2010. Interpretation of micromorphological features of Soils and Regoliths. Pays-Bas, Amsterdam, Édition Elsevier.

Stoops G., Poch R. M., 1994. Micromorphological classification of gypsiferous soil material. In A. J. Ringrose-Voase, G. S. Humphreys (dir.). Soil Micromorpholo gy : Studies in Management and Genesis. Developments in soil science, 22, Édition Elsevier, Amsterdam, 327-332.

Stordeur D., Wattez J., 1998. À la recherche de nouvelles clés. Étude géoarchéologique de Qdeir 1, PPNB Final, Désert syrien, Cahiers de l’Euphrate, 8, 115-138.

Tengberg M., 2012. Beginnings and early history of date palm garden cultivation in the Middle East, Journal of Arid Environments, 86, 139-167.

Tosi M., 1986. The Emerging Picture of Prehistoric Arabia. Annual Review of Anthropology, 15, 461-490.

Tosi M., Usai D., 2003. Preliminary report on the excavations at Wadi Shab, Area 1. Arabian Archaeology and Epigraphy, 14 (1) : 8-23.

Uerpmann H.-P., Uerpmann M., 2003. Stone Age Sites and their Natural Environment. The Capital Area of Northern Oman, Part III, TAVO Beihefte Zum Tübinger Atlas des Vorderen Orients Reihe A (Naturwissenschaften), Nr. 31/3, Wiesbaden, Dr. Ludwig Reichert Verlag.

Uerpmann M., 2003. The dark millenium – Remarks on the Final Stone Age in the Emirates and Oman. In D. T. Potts, H. al-Nabooda, P. Hellyer (dir.). Archaeology of the United Arab Emirates, Proceedins of the First International Conference on the Archaeology of the U.A.E. held in 2001, London, Trident Press, 74-81.

Usai D., 2005. Chisels or perforato rs ? The lithic industry of Ra’s al-Hamra 5 (Muscat, Oman), Proceedings of the Seminar for Arabian Studies, 35 : 1-9.

Villagran X. S., 2014. A redefinition of was te : Deconstructing shell and fish mound formation among coastal groups of southern Brazil, Journal of Anthropological Archaeology, 36 : 211-227.

Wattez J., 2003. Caractérisation micromorphologique des matériaux façonnés en terre crue dans les habitats néolithiques du Sud de la France : l’exemple des sites de Jacques-Cœur (Montpellier, Hérault) du Jas del Biau (Millau, Aveyron) et de la Capoulière (Mauguio, Hérault). In H. Guillaud, C. A. Chazelles, A. Klein (dir.). Échanges transdisciplinaires sur les constructions en terre crue, 1, Table ronde de Montpellier. Montpellier, Éditions de l’Espérou, 21-31.

Wattez J., Courty M.-A., 1996. Modes et rythmes d’occupation à Tell Halula. Approche géoarchéologique (premiers résultats). In Molist Montana M., Tell Halula (Siria), un yacimento neolitico del valle medio del Eufrates. Campanas de 1991 y 1992, Madrid, Ministerio de Education y Cultura, 53-57.

Wattez J., Courty M. A., Macphail R. I., 1990. Burnt organo-mineral deposits related to animal and human activities in prehistoric caves. In L. A. Douglas (dir.). Soil micromorpholo gy : a basic and applied science. Developments in soil science, 19, Elsevier, Amsterdam, 431-439.

Western D., Dunne T., 1979. Environmental aspects of settlement site decisions among pastoral Maasai, Human Ecology, 7 (1) : 75-98.

Zazzo A., Munoz O., Saliège J.-F., Moreau C. 2012. Variability in the marine radiocarbon reservoir effect in Muscat (Sultanate of Oman) during the 4th millennium BC : reflection of taphonomy or environme nt ?, Journal of Archaeological Science, 39 (7) : 2559-2567.

Zazzo A., Munoz O., Saliège J.-F., 2014. Diet and mobility in a Late Neolithic population of coastal Oman inferred from radiocarbon dating and stable isotope analysis, American Journal of Physical Anthropology, 153 (3) : 353-364.

Zazzo A., Munoz O., Badel E., Béguier I., Genchi F., Marcucci L.G., 2016. A revised radiocarbon chronology of the Aceramic shell midden of Ra’s al-Hamra 6 (Muscat, Sultanate of Oma n) : implication for occupational sequence, marine reservoir age, and Human mobility, Radiocarbon, 58 (2) : 383-395.

Haut de page

Document annexe

  • Tableaux (application/vnd.oasis.opendocument.spreadsheet – 16k)
Haut de page

Notes

1 Des datations par la méthode du carbone 14 ont été réalisées sur du matériel marin (coquillages, os de poisson et de tortue), des charbons et des os humains prélevés dans des tombes situées à environ 5 mètres au nord de la séquence étudiée. Ces dernières sont apparues dans les couches supérieures de la stratigraphie, correspondant aux niveaux les plus récents (Zazzo et al. 2012 et 2014) (fig. 1-A). Ces datations permettent de caler chronologiquement le haut de la séquence stratigraphique de référence à la seconde moitié du 4e millénaire BCE (fig. 3)

2 Des altérations liées à des processus pédologiques sont notamment observées au cours du 5e millénaire BCE plus humide (Berger et al. 2013).

3 Les différences stratigraphiques observées entre les deux relevés à hauteur de la séquence de référence s’expliquent par la réalisation en 2009, dans l’optique de l’étude micromorphologique, d’un relevé détaillé. L’érosion éolienne et la bioturbation particulièrement active (fouissage d’insecte, chien errant venant se nicher dans les coupes) ont également participé à l’évolution de la stratigraphie.

4 Des prélèvements fauniques ont été effectués au nord et au sud de la tranchée Biagi 82 (Uerpmann & Uerpmann 2003 ; Biagi & Nisbet 1989) et dans des tombes situées au sud-est de la tranchée TT 84 (Salvatori 1996).

5 Les 8 650 fragments d’os analysés comprenaient 128 os identifiés de mouton, 177 os identifiés de chèvre et 2 653 os pouvant être assimilés à la chèvre ou au mouton (Uerpmann & Uerpmann 2003 ; Uerpmann 2003).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Situation géographique / Geographical location
Légende A. La rive occidentale du golfe d’Oman et de la mer d’Arabie et localisation du cap de Ra’s al Hamra.B. Localisation du site de RH-5 et des autres sites préhistoriques situés sur le promontoire de Ra’s al Hamra et de la mangrove actuelle de Qurum.C. Le site de RH-5 avec les secteurs fouillés entre 2008 et 2010. Localisation de la tranchée TT 84 et de la séquence stratigraphique de référence utilisée pour l’étude micromorphologique.(d’après L. G. Marcucci et al. 2008, photo)A. Western coast of the Gulf of Oman and the Arabian Sea and location of Cape of Ra’s al Hamra.B. Location of RH-5 and the other prehistoric sites located on the Ra’s al Hamra promontory and Qurum mangrove swamp.C. The RH-5 site with the sectors excavated between 2008 and 2010. Location of the TT 84 trench and the reference stratigraphic sequence used for the micromorphological study.(from L. G. Marcucci et al. 2008, photo)
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/5667/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 397k
Titre Figure 2. Relevé stratigraphique de la tranchée TT 84 réalisée par René Chemin, 208/Stratigraphic survey of Trench TT 84 carried out by René Chemin, 2008
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/5667/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Figure 3. Description de la séquence stratigraphique de référence et localisation des échantillons micromorphologiqus/Description of the reference stratigraphic sequence and location of the micromophological samples.
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/5667/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 437k
Titre Figure 4. Découpage des couches sédimentaires observées sur le terrain en unités microstratigraphiques (UM)/ Division of sedimentary layers observed on site in microstratigraphic units (UMS)
Légende A- Pour l’échantillon RH-2, les 6 couches archéologiques individualisées sur le terrain correspondent sous le microscope polarisant à 12 UMS.B- Pour l’échantillon RH-11, les 2 couches archéologiques identifiées sur le terrain se divisent sous le microscope polarisant en 26 UMS.(photo I. Béguier et scan de lames minces)A- For the sample RH-2, the 6 archaeological layers individualized in the field are divided into 12 UMS under polarizing microscope.B- For the sample RH-11, the 2 archaeological layers identified in the field are divide into 26 UMS under polarizing microscope.(photo I. Béguier and thin section scan)
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/5667/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Tableau 1. Description microscopique des microfaciès observés dans les échantillons RH-11 et RH2/Table 1. Microscopic description of the microfacies observed in RH-11 and RH-2 samples
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/5667/img-5.png
Fichier image/png, 20M
Titre Figure 5. Microfaciès type1/Type 1 microfacies
Légende A- Photographie sous le microscope du microfaciès type 1 correspondant à un sol construit en terre. Ce dernier se caractérise par un assemblage compact de plages gypseuses (a) et d’os et d’arêtes de poisson (b) (RH-2, couche 7, UMS 7B, LPNA, photo I. Béguier).B- Détail de la photographie A (LPNA).C- L’observation à un fort grossissement montre que les plages gypseuses sont composées de microcristaux de gypse lenticulaires (a), apparaissant en blanc en lumière polarisée analysée. En (b) : fragments d’os (RH-2, couche 7, UMS 7b, LPA).A- Photograph under the microscope of type 1 microfacies corresponding to an earthern floor. This one is characterized by a compact assemblage of gypsum aggregates (a) and fish bones (b), (RH-2, layer 7, UMS 7b, unanalyzed polarized light, photo I. Béguier).B- Detail from view photograph A (unanalyzed polarized light).C- Observation of gypsum aggregates at high magnification shows that they are mainly composed of lenticular gypsum microcrystals (a), appearing white in analyzed polarized light. (b) : bone fragments (RH-2, layer 7, UMS 7b, analyzed polarized light).
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/5667/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 285k
Titre Figure 6. Microfaciès type 1a/Type 1-a microfacies
Légende Photographie sous le microscope du microfaciès de type 1-a identifié comme un sol en terre de facture grossière contenant des fragments de terre à bâtir chauffés. Il se définit par la juxtaposition d’agrégats gypseux microcristallins chauffés (a) et non chauffés (b) comportant une proportion variable d’os et d’arêtes de poisson parfois carbonisés (c) (RH-11, couche 18, UMS 18k, LPNA, photo I. Béguier).Photograph under the microscope of type 1-a microfacies identified as a coarse earth floor, containing heated building earth fragments. It is defined by the juxtaposition of heated (a) and unheated (b) microcrystalline gypsum aggregates with a variable proportion of sometimes charred fish bones, sometimes charred (c) (RH-11, layer 18, UMS 18k, unanalyzed polarized light, photo I. Béguier).
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/5667/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Titre Figure 7. Microfaciès type 1b/Type 1-b microfacies
Légende Photographie sous le microscope du microfaciès de type 1-b représentant un sol en terre ayant subi une altération thermique (a). La structuration lamellaire, qui témoigne de piétinements, a probablement été accentuée par les contraintes mécaniques liées à la chauffe. Sur ce sol repose un une surface d’occupation riches en apports détritiques (b) (fragments de sol en terre, de coquille réduite en cendres (c), d’os, sables) (RH-11, couche 20, UMS 20e, LPNA, photo I. Béguier).Photograph under the microscope of type 1-b microfacies representing a thermally altered earth floor (a). The lamellar structure, which shows trampling, was probably accentuated by the mechanical stresses associated with heating. On this floor lies an occupation surface rich in detritic contributions (b) (fragment of earth floor, shell reduced to ashes (c), bones, sand) (RH-11, layer 20, UMS 20e, unanalyzed polarized light, photo I. Béguier).
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/5667/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Figure 8. Photographie sous le microscope d’un fragment de terre à bâtr/Photograph under the microscope of a building earth fragment
Légende Fragment de terre à bâtir (en pointillés) façonné à base de limons carbonatés (en gris), d’esquilles osseuses (en jaune ou noir), de charbons (en noir) et de sables quartzeux (grains blancs). L’empreinte végétale (a) et l’imprégnation ferrugineuse brun-rouge associée (b) suggèrent la présence de matière organique. La faible quantité de vésicules et de cavités témoigne à la fois d’un malaxage à l’état humide à boueux et d’une compression du sédiment (RH-2, couche 11, UMS 11a, LPNA, photo I. Béguier).Building earth fragment (dotted line) shaped with carbonate silts (in gray), bones splinters (in yellow and black), charcoals (in black) and quartz sands (white grains). The vegetal footprint (a) and the associated brownish-red ferruginous impregnation (b) suggest the presence of organic matter. The small amount of vesicles and cavities (c) reflect both a wet to muddy mixing and a compression of the sediment (RH-2, layer 11, UMS 11a, unanalyzed polarized light, photo I. Béguier).
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/5667/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Titre Figure 9. Photographie sous le microscope du microfaciès de type 2a/Photograph under the microscope of type 2-a microfacies
Légende Ce microfaciès de type 2-a correspond à une surface d’occupation (a) formée sur un sol en terre (b). L’accumulation de résidus d’activités de petite taille, ne mesurant pas plus de 300 micromètres, pose la question de la présence sur le sol en terre d’un tapis à maillage étroit, de type natte (RH-11, couche 20, UMS 20f, LPNA, photo I. Béguier).This type 2-a microfacies corresponds to an occupation surface (a) formed on an earthern floor (b). The accumulation of small occupation residues, measuring no more than 300 micrometers, raises the question of the presence on the ground of a narrow mesh carpet, of a mat type (RH-11, layer 20, UMS 20f, unanalyzed polarized light, photo I. Béguier).
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/5667/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Titre Figure 10. Photographie sous le microscope du microfaciès de type 2-b montrant une surface d’occupation extérieue/Photograph under the microscope of type 2-b microfacies showing an outdoor occupation surface
Légende Cette surface d’occupation extérieure se caractérise par une porosité d’entassement élevée de sables quartzeux émoussés (a), d’agrégats argileux roulés, probablement transportés par le vent et de nombreux résidus d’activités parfois chauffés, tels que des os (b) ou des agrégats façonnés (c). La distribution subhorizontale des éléments traduit un espace piétiné (RH-11, couche 20, UMS 20c, LPNA, photo I. Béguier).The outdoor occupation surface is characterized by a high stacking porosity of blunted quartz sands (a), rolled clayey aggregates, probably carried by the wind, and numerous activity residues, sometimes heated, such as bones (b) or shaped aggregates (c). The subhorizontal distribution of components reflects a trampled space (RH-11, layer 20, UMS 20c, unanalyzed polarized light, photo I. Béguier).
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/5667/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Titre Figure 11. Photographie sous le microscope du microfaciès de type 3 associé à une zone de rejes/Photograph under the microscope of type 3 microfacies associated with a waste area
Légende Les vides d’origine biologique (a) et la distribution aléatoire des résidus d’occupation indiquent un espace non piétiné (RH-2, couche 11, UMS 11a, LPNA, photo I. Béguier).Biologically induced voids (a) and the random distribution of occupation residues indicate a non-trampled area (RH-2, layer 11, UMS 11a, unanalyzed polarized light, photo I. Béguier).
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/5667/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 12. Photographies sous le microscope du microfaciès de type 4-a défini en tant que surface d’occupation « spécialisée » carbonisée (RH-2, couche 9, UMS 9a, LPN)/ Photograph under the microscope of type 4-a microfacies defined as a carbonized “specialized” occupation surface (RH-2, layer 9, UMS 9a, unanalyzed polarized light)
Légende A- L’altération thermique se manifeste par la couleur noire ou rouge orangée des résidus osseux. Le litage et les différences granulométriques des constituants observés peut résulter d’une probable succession de combustions. Leur organisation subhorizontale et la massivité de la microstructure évoquent un espace régulièrement fréquenté.B- Détail de A : fragmentation des os carbonisés en microparticules (a), débris de coquillage (b), grains de quartz (c).(photos I. Béguier)A- Thermal alteration is expressed by the black or orange-red bone residues. The layering and granulometric differences of the components observed may result from a probable succession of burning. Their subhorizontal organization and the massiveness of the microstructure evoke a regularly frequented area.B- Detail of photograph A : fragmentation of charred bones into microparticules (a), shells fragments (b), quartz grains (c).(photos I. Béguier)
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/5667/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Figure 13. Photographies sous le microscope du microfaciès de type 5 correspondant à des coprolithes d’herbivores réduits en cendres. (RH-2, couche 8, UMS 8)/ Photograph under the microscope of type 5 microfacies corresponding to incinerated herbivore coprolites. (RH-2, layer 8, UMS 8b)
Légende A- Microfaciès à organisation litée subhorizontale dans lequel s’imbriquent et/ou se superposent des plages brun à brun-jaune riches en sphérolites de calcite (a) et des plages brun à jaune-beige riches en phytolithes fondus (b) (LPNA).B- Détail de A : plage contenant un nombre important de sphérolithes de calcite (a) et quelques fibres végétales humifiées (b) (LPNA).C- Détail B : importante concentration de sphérolithes de calcite d’environ 10 µm de diamètre, caractérisées en lumière polarisée analysée par leur croix noire. Leur couleur brunâtre atteste d’une altération thermique (LPA).D- Agrégat organo-phosphaté ovoïde à structure convolutée et poreuse caractéristique de coprolithes d’ovicapridés (a). Les vides curvilignes correspondent à des pseudomorphoses de végétaux et les petits grains en blanc à des limons et des sables fins de quartz ingérés par l’animal (LPNA).E- Amas de phytolithes fondus à organisation litée. Localement des phytolithes en forme de baguette d’environ 100 µm de long sont observés (a) (LPNA).(photos I. Béguier)A- Subhorizontal bedding organization microfacies in which overlap and/or juxtapose brown to yellow-brown aggregates rich in calcitic spherulites (a) and brown to yellow-beige aggregates rich in melted phytoliths (b) (unanalyzed polarized light).B- Detail of photograph A : aggregate containing numerous calcitic spherulites (a) and some humified vegetable fibers (b) (unanalyzed polarized light).C- Detail of photograph B : significant concentration of calcitic spherulites of about 10 µm in diameter, characterized by their black cross under analyzed polarized light. Their brownish color attests to a thermal alteration (analyzed polarized light).D- Ovoid organo-phosphate aggregate with a convoluted and porous structure characteristic of ovicaprid coprolites (a). The curved voids correspond to pseudomorphoses of plants and the small white grains to quartz silts and fine sand ingested by the animals (unanalyzed polarized light).E- Heaps of melted phytoliths with layered organization. Locally rod-shaped phytoliths of about 100µm long are observed (a) (unanalyzed polarized light).(photos I. Béguier)
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/5667/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 485k
Titre Tableau 2. Séquence microstratigraphique de la lame mince RH-1/Table 2. Microstratigraphic sequence of the RH-11 thin section
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/5667/img-15.png
Fichier image/png, 16M
Titre Tableau 3 Séquence microstratigraphique de la lame mince RH2/Table 3. Microstratigraphic sequence of the RH-2 thin section
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/5667/img-16.png
Fichier image/png, 7,8M
Titre Figure 14. Photographie sous le microscope de cristaux de gypse lenticulairs/Photograph under the microscope of lenticular gypsum crystals
Légende Cristaux de gypse lenticulaires (a) développés dans les vides après la mise en place des dépôts archéologiques. Leur formation, d’origine pédologique, témoigne d’une alternance de cycles d’humectation/dessiccation en zones arides ou semi-arides (RH-2, couche 10, UMS 10a, LPA, photo I. Béguier).Lenticular gypsum crystals (a) developed in the voids after the establishment of archaeological deposits. Their formation, resulting from pedogenetic processes, testifies to the alternation of wet/dry cycles in arid or semi-arid area. (RH-2, layer 10, UMS 10a, analyzed polarized light, photo I. Béguier).
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/5667/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Irène Béguier et Lapo Gianni Marcucci, « Première approche micromorphologique de la fin de l’occupation néolithique d’un amas coquillier de la côte omanaise : données préliminaires sur les modes d’occupation du site de RH-5 dans la seconde moitié du 4e millénaire BCE »ArcheoSciences, 42-2 | 2018, 7-30.

Référence électronique

Irène Béguier et Lapo Gianni Marcucci, « Première approche micromorphologique de la fin de l’occupation néolithique d’un amas coquillier de la côte omanaise : données préliminaires sur les modes d’occupation du site de RH-5 dans la seconde moitié du 4e millénaire BCE »ArcheoSciences [En ligne], 42-2 | 2018, mis en ligne le 13 février 2020, consulté le 16 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeosciences/5667 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeosciences.5667

Haut de page

Auteurs

Irène Béguier

Parc Naturel Régional du Golfe du Morbihan, 8, boulevard des Îles, 56000 Vannes. irene.beguier@golfe-morbihan.bzh ou irenebeguier@gmail.com

Lapo Gianni Marcucci

Lapo Gianni Marcucci : Università di Bologna, Dipartimento di Storia Culture Civiltà, Piazza San Giovanni in Monte 2, 40124 Bologna – Italie. lg.marcucci@libero.it

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search