Navigation – Plan du site

Identifier et enregistrer des vestiges archéologiques sous couvert forestier à partir de données LiDAR : méthode et limites

Identify and record archaeological remains under forests using LiDAR data: method and limits
Emmanuel Chevigny, Laure Saligny, Ludovic Granjon, Dominique Goguey, Alexandra Cordier, Yves Pautrat et Alain Giosa
p. 31-43

Résumés

Depuis plus de dix ans, des recherches sur les ensembles de structures en pierre sous forêt sont menées dans la forêt du Châtillonnais (Côte-d’Or, France). Les prospections réalisées jusqu’à ce jour consistaient en un relevé GNSS systématique des structures. Ces prospections ont été complétées en 2012 par une acquisition LiDAR sur 400 km² réalisée par Parcs Nationaux de France (PNF). Cet article a pour objectif de présenter la démarche développée au sein du projet, pour traiter et enregistrer les données archéologiques détectées par le LiDAR. L’enjeu de celle-ci est d’harmoniser la saisie et les modalités d’enregistrement des structures identifiées (à partir des jeux d’images dérivées des données LiDAR) par les différents chercheurs. Pour la mise en place de cette méthode, un test de vectorisation a été réalisé sur un même secteur par huit chercheurs afin d’identifier les biais de vectorisation puis de proposer un processus méthodologique associant les indices de visualisation utilisés, la nature des vestiges à détecter et leur implantation topographique et des techniques d’enregistrement (base de données spatiales, outils de vectorisation, etc.) connectées aux méthodes de relevés de terrain.

Haut de page

Notes de la rédaction

rec. Aug. 2017 ; acc. Sep. 2018.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Introduction
1. Contexte de l’étude
La forêt du Châtillonnais et son LiDAR
Typologie des structures basée sur la morphologie des structures
2. Mise en œuvre d’un protocole de vectorisation
Identification et enregistrement des structures
Identification du type de structures
L’enregistrement des structures
Le test de vectorisation
3. Résultats
Une vectorisation hétérogène
L’effet des opérateurs
L’effet des indices d’imagerie
L’effet du respect du protocole
Un enregistrement plus complet/exhaustif des vestiges
Une identification plus juste et plus précise des vestiges
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Depuis plus d’une dizaine d’années, la technologie LiDAR (light detection and ranging) est utilisée dans le domaine de la prospection aéroportée appliquée à l’archéologie (Nuninger et al., 2010). Cette technologie produit des mesures à haute précision et haute densité de la topographie de la surface du sol. Le LiDAR présente un intérêt certain en archéologie sous couvert forestier, puisqu’il permet l’identification de vestiges archéologiques formant des microreliefs. L’utilisation du LiDAR en archéologie est en plein essor et touche l’ensemble de la communauté archéologique i.e. en France (Sittler et Hauger, 2007 ; Georges-Leroy et al., 2009), en Europe (Kooistra and Maas, 2008 ; Bofinger and Hesse, 2010), voire mondiale (Chase et al., 2010 ; Evans, 2016). Toutes ces études ont démontré le potentiel du LiDAR pour la détection de structures archéologiques sous couvert f...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Chevigny, Laure Saligny, Ludovic Granjon, Dominique Goguey, Alexandra Cordier, Yves Pautrat et Alain Giosa, « Identifier et enregistrer des vestiges archéologiques sous couvert forestier à partir de données LiDAR : méthode et limites », ArcheoSciences, 42-2 | 2018, 31-43.

Référence électronique

Emmanuel Chevigny, Laure Saligny, Ludovic Granjon, Dominique Goguey, Alexandra Cordier, Yves Pautrat et Alain Giosa, « Identifier et enregistrer des vestiges archéologiques sous couvert forestier à partir de données LiDAR : méthode et limites », ArcheoSciences [En ligne], 42-2 | 2018, mis en ligne le 13 février 2020, consulté le 13 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeosciences/5727 ; DOI : 10.4000/archeosciences.5727

Haut de page

Auteurs

Emmanuel Chevigny

USR CNRS – UBFC 3516, plateforme technologique GEOBFC, 6 esplanade Erasme, F-21066 Dijon Cedex (mailto:chevigny.emmanuel@gmail.com)

Laure Saligny

USR CNRS – UBFC 3516, plateforme technologique GEOBFC, 6 esplanade Erasme, F-21066 Dijon Cedex (laure.saligny@u-bourgogne.fr)

Ludovic Granjon

USR CNRS – UBFC 3516, plateforme technologique GEOBFC, 6 esplanade Erasme, F-21066 Dijon Cedex (ludovic.granjon@u-bourgogne.fr)

Dominique Goguey

UMR CNRS – UBFC 6298 ArTeHiS, 6 boulevard Gabriel, F-21000 Dijon (dominique.goguey@orange.fr)

Alexandra Cordier

UMR CNRS – UBFC 6298 ArTeHiS, 6 boulevard Gabriel, F-21000 Dijon (alexandra.cordier@u-bourgogne.fr)

Yves Pautrat

DRAC de Bourgogne, SRA, 39-41 rue Vannerie, F-21000 Dijon (yves.pautrat@culture.gouv.fr)

Alain Giosa

UMR 7041 ArScAn – Archéologies environnementales, Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie, 21 allée de l’Université, F-92023 Nanterre Cedex (alain.giosa@mae.univ-paris1.fr)

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page