Navigation – Plan du site

Appréhender le stock de métal monnayé au ive siècle après J.-C.

Analyses par spectrométrie de fluorescence X portable de nummi provenant du trésor de Saint-Germain-de-Varreville (Manche)
Apprehend the coin metal supply during the fourth century AD. Analyses by portable X-ray fluorescence spectrometry of nummi from the Saint-Germain-de-Varreville (Manche) Hoard
Pierre-Marie Guihard, Guillaume Blanchet, Anne Bocquet-Liénard, Jean-Claude Angélique, Étienne Liénard, Marie-Paule Bataillé, Juliette Dupré et Jean-Louis Gabriel
p. 45-62

Résumés

Parmi les thématiques abordées en numismatique à l’aide de l’archéométrie, les recherches spécifiques sur le stock de métal monnayé au ive siècle s’avèrent fascinantes mais délicates. Afflux de nouvelles ressources métalliques, refontes volontaires de monnaies : tous ces phénomènes sont de grande conséquence pour les monnayages produits dans les différents ateliers de l’Empire romain tardif. Certaines données de ce type sont mesurables. Les alliages métalliques (donc ici monétaires) contiennent en effet des éléments mineurs ou en traces, constituant la « carte d’identité » de l’approvisionnement des ateliers monétaires. Il y a 10 ans Isabelle Bollard et Jean-Noël Barrandon réunissaient plusieurs analyses de monnaies en alliage cuivreux émises au cours du ive siècle. Nos propres observations, obtenues dans le cadre d’un projet de recherche financé par la région Normandie (intitulé FANUM), sur 14 528 monnaies (nummi) de la période constantinienne contenues dans un trésor découvert fortuitement à Saint-Germain-de-Varreville (Manche), nous ont incités à reprendre, de façon plus approfondie, l’étude des alliages utilisés au cours de cette période, en portant notamment notre attention sur les teneurs en or et en argent. En effet, la grande variété des ateliers représentés au sein du trésor favorisait idéalement une telle enquête. Le choix de la fluorescence X portable a permis d’élaborer un protocole d’analyse précis et adapté à un grand nombre de monnaies. L’exploitation de 774 analyses réalisées sur des nummi frappés dans les ateliers occidentaux a permis de compléter les travaux antérieurs, mais également de mettre en évidence l’utilisation de stocks métalliques différents à partir des années 320.

Haut de page

Notes de la rédaction

rec. Dec. 2017 ; acc. Sep. 2018.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Introduction
1. Les bases d’une enquête pluridisciplinaire
2. La méthode
Les caractéristiques de l’outil analytique
La détection de l’argent et des métaux non-précieux
Détecter l’or, les limites de la méthode
Les caractéristiques métalliques du nummus
Les phénomènes de surface
Un alliage hétérogène
Mise en place du protocole et validation des premiers résultats
3. Appréhender l’origine de l’approvisionnement en argent
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Cet article présente le résultat liminaire d’un projet de recherche dédié à l’analyse de monnaies du ive siècle issues d’un considérable trésor découvert fortuitement en 2011 sur la commune de Saint-Germain-de-Varreville (Manche). Les aléas du temps n’ont pas eu raison du trésor, qui nous est parvenu intact : un gros récipient en céramique rempli à ras bord (fig. 1) pour un total estimé de 14 528 monnaies entassées par des mains antiques. C’est l’un des plus amples rassemblements vérifiés de la fin de la première moitié du ive siècle (Guihard et Allinne, 2013, p. 20-22). Grâce aux patients dénombrements effectués depuis 2013, la composition du trésor est connue dans ses grandes lignes : il est constitué de monnaies décrivant un arc chronologique centré sur la dynastie constantinienne, c’est-à-dire des monnaies frappées aux noms de Constantin Ier et de ses fils...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Marie Guihard, Guillaume Blanchet, Anne Bocquet-Liénard, Jean-Claude Angélique, Étienne Liénard, Marie-Paule Bataillé, Juliette Dupré et Jean-Louis Gabriel, « Appréhender le stock de métal monnayé au ive siècle après J.-C. », ArcheoSciences, 42-2 | 2018, 45-62.

Référence électronique

Pierre-Marie Guihard, Guillaume Blanchet, Anne Bocquet-Liénard, Jean-Claude Angélique, Étienne Liénard, Marie-Paule Bataillé, Juliette Dupré et Jean-Louis Gabriel, « Appréhender le stock de métal monnayé au ive siècle après J.-C. », ArcheoSciences [En ligne], 42-2 | 2018, mis en ligne le 13 février 2020, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeosciences/5826 ; DOI : 10.4000/archeosciences.5826

Haut de page

Auteurs

Pierre-Marie Guihard

Centre de Recherches Archéologiques et Historiques Anciennes et Médiévales – Normandie Univ, UNICAEN, CNRS, CRAHAM, 14000 Caen, France.

Guillaume Blanchet

Centre de Recherches Archéologiques et Historiques Anciennes et Médiévales – Normandie Univ, UNICAEN, CNRS, CRAHAM, 14000 Caen, France.

Anne Bocquet-Liénard

Centre de Recherches Archéologiques et Historiques Anciennes et Médiévales – Normandie Univ, UNICAEN, CNRS, CRAHAM, 14000 Caen, France.

Jean-Claude Angélique

Laboratoire de Physique Corpusculaire de Caen – Normandie Univ, ENSICAEN, UNICAEN, CNRS/IN2P3, LPC Caen, 14000 Caen, France.

Étienne Liénard

Laboratoire de Physique Corpusculaire de Caen – Normandie Univ, ENSICAEN, UNICAEN, CNRS/IN2P3, LPC Caen, 14000 Caen, France.

Marie-Paule Bataillé

Centre de Recherches Archéologiques et Historiques Anciennes et Médiévales – Normandie Univ, UNICAEN, CNRS, CRAHAM, 14000 Caen, France.

Juliette Dupré

Centre de Recherches Archéologiques et Historiques Anciennes et Médiévales – Normandie Univ, UNICAEN, CNRS, CRAHAM, 14000 Caen, France.

Jean-Louis Gabriel

Laboratoire de Physique Corpusculaire de Caen – Normandie Univ, ENSICAEN, UNICAEN, CNRS/IN2P3, LPC Caen, 14000 Caen, France.

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page