Navigation – Plan du site

Fruitiers connus et cultivés en Grèce du Néolithique à l’époque romaine. Confrontation des données archéobotaniques et des sources écrites

Cultivated fruit trees in Greece from Neolithic to Roman time. Comparison of archaeobotanical data and written sources
Clémence Pagnoux
p. 27-52

Résumés

L’histoire de l’exploitation des arbres fruitiers en Grèce est encore mal connue et seuls la vigne et l’olivier ont bénéficié d’un intérêt de longue date. L’objectif de cet article est de mettre en lumière l’évolution de la diversité fruitière connue et exploitée en Grèce du Néolithique à l’époque romaine, mais également le processus d’émergence de l’arboriculture. Pour ce faire, le matériel carpologique (restes de graines et de fruits) publié de 68 sites a été pris en compte dans une synthèse. Les mentions de fruits et de fruitiers ont été inventoriées dans les documents épigraphiques en grec mycénien et classique, ainsi que dans les textes d’auteurs antiques. La confrontation de ces sources révèle une évolution du cortège des fruitiers utilisés : vigne, olivier et figuier dominent à toutes les périodes, l’importance de certains fruits sauvages (ronce, sureau, cornouiller) décroît après l’âge du Bronze et de nouveaux fruits sont alors introduits (grenade, noix, pêche, coing par exemple). Les premières formes d’arboriculture que sont les haies, les lisières et l’entretien des arbres dans leur milieu naturel sont complétées, au Bronze récent, par des plantations de fruitiers. De grands vignobles apparaissent à l’époque classique, tandis que la culture de certains fruitiers d’intérêt économique moindre reste limitée à de moins nombreux individus, parfois relégués aux zones marginales de l’espace domestique.

Haut de page

Notes de la rédaction

rec. mar. 2018 ; acc.may 2019.

Notes de l’auteur

Ce travail est issu d’une thèse de doctorat financée par un contrat doctoral de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il a été achevé dans le cadre du projet PLANTCULT « Identifying the Food Cultures of Ancient Europe » financé par l’ERC (European Research Council) dans le cadre du programme Horizon 2020 (Grant Agreement no.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

1. Introduction
2. Matériel et méthode
Définition des fruits
Synthèse des données carpologiques
Épigraphie
Textes littéraires
3. Résultats
Résultats des analyses carpologiques
Épigraphie mycénienne
Baux ruraux
Textes littéraires
4. Discussion
Vigne, figuier, olivier
Fruits du Néolithique
Fruitiers introduits
Les pommiers et autres fruits charnus indéterminés
5. Conclusion

Aperçu du texte

1. Introduction

L’arboriculture fruitière en Grèce ancienne a longtemps été identifiée, dans l’imaginaire des archéologues, des historiens et de leurs lecteurs, à la viticulture et à l’oléiculture, composantes des sociétés hiérarchisées qui se développent en Crète et dans le Péloponnèse au Bronze récent (Renfrew, 1972 ; Gilman, 1981 ; Halstead, 1992). Viticulture et oléiculture sont ainsi devenues les deux symboles de la fructiculture en Grèce, mais également deux composantes essentielles de la culture mycénienne puis de la culture grecque classique.

L’essor des études paléoenvironnementales et la prise en compte des restes végétaux fossiles lors des fouilles archéologiques ont permis d’apporter de nouveaux éléments sur la présence des arbres fruitiers dans l’environnement des sites et sur la place des fruits dans l’alimentation des sociétés passées. A partir des années 1960, les premières études carpologiques se développent en Grèce (Hopf, 1961, 1962 ; Renfrew, 1966, 1969 ; Renfrew, ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clémence Pagnoux, « Fruitiers connus et cultivés en Grèce du Néolithique à l’époque romaine. Confrontation des données archéobotaniques et des sources écrites », ArcheoSciences, 43-1 | 2019, 27-52.

Référence électronique

Clémence Pagnoux, « Fruitiers connus et cultivés en Grèce du Néolithique à l’époque romaine. Confrontation des données archéobotaniques et des sources écrites », ArcheoSciences [En ligne], 43-1 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 28 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeosciences/6134 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeosciences.6134

Haut de page

Auteur

Clémence Pagnoux

LIRA Laboratory, Department of Archaeology, School of History and Archaeology, University of Thessaloniki, 54124 Thessaloniki, Grèce – Center for Interdisciplinary Research and Innovation (CIRI-AUTH), Balkan Center, Buildings A & B, Thessaloniki, 10th km Thessaloniki-Thermi Rd, P.O. Box 8318, 57001, Grèce. clemence.pagnoux@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page